Détermination :
Membre MycoDB - Se connecter




Membres actifs

Modifications par Jean-Claude Terrein


DateEspèceChampAncienne valeurNouvelle valeurCommentaires
09/06/2014Clitocybe bresadolanaSynonymes-C. flaccida ss. Bres-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaRéférencesCD 279CD 279 ; BK 3 163 ;-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaCommentaires-La variété dryadum Bon (prononcer 'dru-a-doum') plus petite, subsquamuleuse, vient dans les dryadaies calcaires, en zone alpine et probablement en Scandinavie. C. glareosa Rõllin & Montoux, assez semblable ou plus grêle, d'un roux plus vif et à lames blanches vient dans les pierriers subalpins. Etymologie bresadolana (prononcer 'bré-sa-do-la-na) est un adjectif épithète formé à la mémoire du mycologue italien Giacomo Bresadola. La variante orthographique 'bresadoliana', parfois rencontrée, est incorrecte selon le code le la nomenclature. Réactions macrochimiques La cuticule du chapeau vire au brun foncé en une ou deux minutes sous leffet du KOH.-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaChapeau Couleur-Brun, Crème, Saumon-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaChapeau Description-Ø 2 à 5 cm. ± convexe au début puis vite déprimé au centre, ombiliqué et infundibuliforme. Marge enroulée chez les exemplaires jeunes, puis récurvée et sinueuse, faiblement ponctuée et striolée par places. Surface mate, à feutrage apprimé, faiblement zonée, rose blanchâtre à l'état humide, brun roux à l'état sec, plus sombre au centre. -
09/06/2014Clitocybe bresadolanaLames Couleur-Blanc, Crème-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaLames Description-Roussâtres, décurrentes, ondulées, presque étroites, en partie fourchues vers le pied.-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaChair Description-Blanchâtre à crème ou ocre clair, ± épaisse, spongieuse à coriace. Odeur faible agréablement fruitée ou d'amande amère (comme Clitocybe gibba). Saveur douce plutôt désagréable.-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaStipe Couleur-Brun-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaStipe Anneau-Non-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaStipe Description-Hauteur: 4 à 5 cm, Ø 0,4 à 1,2 cm. ocre brun avec une teinte rose, fibrilleux, cortiqué, farci à plein. Base faiblement épaissie, parfois feutrée de blanc et ornée de fins rhizomorphes.-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaOdeur-Amande amère, Fruitée-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaSpores Description-Blanche, non amyloïdes, elliptiques ou en forme de pépins, lisses, hyalines, guttulées. 5,2 à 6,8 µm x 3 à 4,1 µm-
09/06/2014Clitocybe bresadolanaEcologie Description-Au printemps ou en automne, dans les prés maigres ou gazons secs ainsi que dans les forêts; plutôt sur sol cacaire. Etages collinéens et montagnard. Assez rare.-
08/06/2014Russula vescaCommentairesEtymologie L'adjectif latin vescus, -a, -um signifie tantôt "qui mange", tantôt "qui se mange", tantôt "maigre, mal nourri". Les deux premiers sens peuvent s'appliquer à R. vesca puisqu'elle est comestible et qu'elle montre souvent les dents. Rappel Il existe de nombreuses espèces de russules roses dont beaucoup, sans être toxiques, sont immangeables. C'est pourquoi, avec toutes les précautions d'usage, certains auteurs conseillent aux mycophages d'en goûter un petit morceau avant de la consommer...Etymologie L'adjectif latin vescus, au féminin vesca (prononcer 'wes-ca' comme "western") signifie tantôt "qui mange", tantôt "qui se mange", tantôt "maigre, mal nourri". Les deux premiers sens peuvent s'appliquer à R. vesca puisqu'elle est comestible et qu'elle montre souvent les dents. Rappel Il existe de nombreuses espèces de russules roses dont beaucoup, sans être toxiques, sont immangeables. C'est pourquoi, avec toutes les précautions d'usage, certains auteurs conseillent aux mycophages d'en goûter un petit morceau avant de la consommer...-
08/06/2014Russula vescaEcologie DescriptionEspèce commune depuis le mois de mai jusqu'en automne en plaine et en montagne, dans les bois de feuillus (chênes en particulier) et, plus rarement, de conifères, ou dans les clairières ensoleilléesEspèce commune depuis le mois de mai jusqu'en automne en plaine et en montagne, dans les bois de feuillus (chênes en particulier) et, plus rarement, de conifères, ou dans les clairières ensoleillées. Commun-
08/06/2014Clitocybe gibbaCommentairesOn a décrit plusieurs variétés de clitocybes en entonnoir, souvent difficiles à identifier: le C. catinus Fr. au chapeau presque blanc, qui pousse dans les bois de feuillus; le C. bresadoliana Singer ex Bon au chapeau brun roux, souvent foncé; le C. costata Kühn. et Romagn. a un chapeau brun argileux à marge veinée-côtelée et le pied de même couleur; le C. squamulosa Fr. a un chapeau brun jaunâtre à fine fibrillature brunâtre. Etymologie Gibba vient du latin gibbus = bosse. Il rappelle la petite bosse centrale (papille) qui permet de différencier cette espèce des autres petites espèces infundibuliformes, (mais C. bresadolana est, lui aussi, parfois mamelonné). Avis aux mycophages Il convient d'écarter les exemplaires de couleur très claire, pour éviter la confusion avec les clytocybes blancs toxiques. Attention aussi au C.amoenolens Malençon, très toxique, qui se reconnaît à son odeur aromatique fruitée.On a décrit plusieurs variétés de clitocybes en entonnoir, souvent difficiles à identifier: le C. catinus Fr. au chapeau presque blanc, qui pousse dans les bois de feuillus; le C. bresadoliana Singer ex Bon au chapeau brun roux, souvent foncé; le C. costata Kühn. et Romagn. a un chapeau brun argileux à marge veinée-côtelée et le pied de même couleur; le C. squamulosa Fr. a un chapeau brun jaunâtre à fine fibrillature brunâtre. Etymologie Gibba vient du latin gibbus = bosse (prononcer 'guib-ba' comme "guitare". Il rappelle la petite bosse centrale (papille) qui permet de différencier cette espèce des autres petites espèces infundibuliformes, (mais C. bresadolana est, lui aussi, parfois mamelonné). Avis aux mycophages Il convient d'écarter les exemplaires de couleur très claire, pour éviter la confusion avec les clytocybes blancs toxiques. Attention aussi au C.amoenolens Malençon, très toxique, qui se reconnaît à son odeur aromatique fruitée.-
08/06/2014Clitocybe gibbaEcologie DescriptionSous feuillus, plus rarement sous conifères. En troupes, en lignes ou en ronds de sorcières. Plutôt sur sol acide. De l'été à la fin de l'automne. Sous feuillus, plus rarement sous conifères. En troupes, en lignes ou en ronds de sorcières. Plutôt sur sol acide. De l'été à la fin de l'automne. Très commun -
06/06/2014Clitocybe gibbaSynonymesinfundibuliformisC. infundibuliformis (Schaeff. ex Fr.) Quel.-
06/06/2014Clitocybe gibbaRéférencesCD 277 ; Bon p. 135 ; Marchand 126 ; Eyssartier et Roux p. 572CD 277 ; Bon p. 135 ; Marchand 126 ; Eyssartier et Roux p. 572 ; BK 3 163 p. 158 ; GEC P-Q p. 86 ; Guillot p. 46 ; Lamaison LDC p. 94 ; Lamaison EVC p. 142 ; Larousse-Red p. 89 ; Phillips p. 48 ; Raris p. 62 ; Romagn.PA 186-
06/06/2014Clitocybe gibbaCommentairesSaveur douce. Odeur cyanique nette. La var. adstringens d'Europe centrale a une saveur désagréable. On a décrit plusieurs variétés de clitocybes en entonnoir, souvent difficiles à identifier: le C. catinus Fr. au chapeau presque blanc, qui pousse dans les bois de feuillus; le C. bresadoliana Singer ex Bon au chapeau brun roux, souvent foncé; le C. costata Kühn. et Romagn. a un chapeau brun argileux à marge veinée-côtelée et le pied de même couleur; le C. squamulosa Fr. a un chapeau brun jaunâtre à fine fibrillature brunâtre. Etymologie Gibba vient du latin gibbus = bosse. Il rappelle la petite bosse centrale (papille) qui permet de différencier cette espèce des autres petites espèces infundibuliformes, (mais C. bresadolana est, lui aussi, parfois mamelonné). Avis aux mycophages Il convient d'écarter les exemplaires de couleur très claire, pour éviter la confusion avec les clytocybes blancs toxiques. Attention aussi au C.amoenolens Malençon, très toxique, qui se reconnaît à son odeur aromatique fruitée.-
06/06/2014Clitocybe gibbaChapeau Description-Ø 3-7 cm. Mince, tenace, convexe à l'état jeune puis applati, ombelliforme et finalement en entonnoir, avec souvent un mamelon central. Marge mince, enroulée chez les exemplaires jeunes, s'étalant ensuite. Plus ou moins sinueuse ou lobbée, avec un duvet fin. Cuticule devenant vite glabre, souple au toucher, couleur beige crème, crème rosâtre ou crème brunâtre pâle. -
06/06/2014Clitocybe gibbaLames DescriptionLames fortement décurrentes.Fortement décurrentes, assez serrées, blanchâtres-
06/06/2014Clitocybe gibbaChair Description-Mince, plus épaisse au centre du chapeau, molle, blanche. Odeur cyanique nette ( amande amère, flouve, comme M. oreades). Saveur douce. La var. adstringens d'Europe centrale a une saveur désagréable. -
06/06/2014Clitocybe gibbaStipe Description-Cylindrique, renflé à la base, grêle. Hauteur: 3 à 5 cm; Ø 0,5 à 0,8 cm. Plein et légèrement spongieux intérieurement, élastique. Blanc jaunâtre avec de fines fibrilles blanches longitudinales. Base pourvue d'un feutrage mycélien blanc. -
06/06/2014Clitocybe gibbaOdeurAmande amèreAmande amère, Flouve-
06/06/2014Clitocybe gibbaSpores Description-Blanches, non amyloïdes, 5-7 x 3,5-5 µm. elliptiques, mais avec un crochet hilaire assez marqué. Cuticule filamenteuse -
06/06/2014Clitocybe gibbaEcologie Description-Sous feuillus, plus rarement sous conifères. En troupes, en lignes ou en ronds de sorcières. Plutôt sur sol acide. De l'été à la fin de l'automne. -
04/06/2014Russula vescaRéférencesBK 6 210 ; CD 1413 ; Cetto 212 ; Sarnari 260 ; Marchand 50 ; Bon p. 57 ; Eyssartier et Roux p. 172 ; BK 6 pl. 210 p. 250 ; GEC P-Q p. 188 ; Guillot p. 138 ; Lamaison LDC p. 211 ; Lamaison EVC p. 89 ; Larousse-Red p. 213 ; Phillips p. 97BK 6 210 ; CD 1413 ; Cetto 212 ; Sarnari 260 ; Marchand 50 ; Bon p. 57 ; Eyssartier et Roux p. 172 ; Raris p. 80 ; GEC P-Q p. 188 ; Guillot p. 138 ; Lamaison LDC p. 211 ; Lamaison EVC p. 89 ; Larousse-Red p. 213 ; Phillips p. 97-
04/06/2014Russula vescaCommentaires-Etymologie L'adjectif latin vescus, -a, -um signifie tantôt "qui mange", tantôt "qui se mange", tantôt "maigre, mal nourri". Les deux premiers sens peuvent s'appliquer à R. vesca puisqu'elle est comestible et qu'elle montre souvent les dents. Rappel Il existe de nombreuses espèces de russules roses dont beaucoup, sans être toxiques, sont immangeables. C'est pourquoi, avec toutes les précautions d'usage, certains auteurs conseillent aux mycophages d'en goûter un petit morceau avant de la consommer...-
04/06/2014Russula vescaChapeau DescriptionØ 6 à 10 cm. Charnu, ferme. De globuleux à convexe, puis étalé à centre +/- déprimé. Marge ondulée, parfois striée ou crevassée chez les exemplaires mûrs. Cuticule lisse, un peu rugueuse au centre, opaque par temps sec, visqueuse par temps humide, facilement séparable de la chair jusqu'à la moitié du rayon; elle se retire à maturité, laissant à découvert les extrémités des lamelles (on dit qu'elle "montre les dents" comme si elle était "avide de se nourrir" sens de l'adjectif latin vescus). Couleur rose vineux, brun pourpre, mais aussi parfois brun ochracé (var. avellanea) ou apigmenté (var. lactea), vert jaunâtre (var. viridata) ou pâle à marge cannelée (var. pectina)Ø 6 à 10 cm. Charnu, ferme. De globuleux à convexe, puis étalé à centre +/- déprimé. Marge ondulée, parfois striée ou crevassée chez les exemplaires mûrs. Cuticule lisse, un peu rugueuse au centre, opaque par temps sec, visqueuse par temps humide, facilement séparable de la chair jusqu'à la moitié du rayon; elle se retire à maturité, laissant à découvert les extrémités des lamelles (on dit qu'elle "montre les dents"). Couleur rose vineux, brun pourpre, mais aussi parfois brun ochracé (var. avellanea) ou apigmenté (var. lactea), vert jaunâtre (var. viridata) ou pâle à marge cannelée (var. pectina)-
03/06/2014Russula vescaSynonymes-R. heterophylla var. vesca Melzer & Zvara-
03/06/2014Russula vescaRéférencesBK 6 210 ; CD 1413 ; Cetto 212 ; Sarnari 260 ; Marchand 50 ; Bon p. 57 ; Eyssartier et Roux p. 172BK 6 210 ; CD 1413 ; Cetto 212 ; Sarnari 260 ; Marchand 50 ; Bon p. 57 ; Eyssartier et Roux p. 172 ; BK 6 pl. 210 p. 250 ; GEC P-Q p. 188 ; Guillot p. 138 ; Lamaison LDC p. 211 ; Lamaison EVC p. 89 ; Larousse-Red p. 213 ; Phillips p. 97-
03/06/2014Russula vescaCommentairesSaveur douce de noisette. La fo. viridata est vert jaunâtre, la fo. lactea blanche, la fo. avellanea noisette ocracé, la fo. pectinata pâle à marge cannelée.--
03/06/2014Russula vescaChapeau CouleurCrème, Mauve, Rouge, SaumonCrème, Jaune, Mauve, Rouge, Saumon, Vert-
03/06/2014Russula vescaChapeau Description-Ø 6 à 10 cm. Charnu, ferme. De globuleux à convexe, puis étalé à centre +/- déprimé. Marge ondulée, parfois striée ou crevassée chez les exemplaires mûrs. Cuticule lisse, un peu rugueuse au centre, opaque par temps sec, visqueuse par temps humide, facilement séparable de la chair jusqu'à la moitié du rayon; elle se retire à maturité, laissant à découvert les extrémités des lamelles (on dit qu'elle "montre les dents" comme si elle était "avide de se nourrir" sens de l'adjectif latin vescus). Couleur rose vineux, brun pourpre, mais aussi parfois brun ochracé (var. avellanea) ou apigmenté (var. lactea), vert jaunâtre (var. viridata) ou pâle à marge cannelée (var. pectina)-
03/06/2014Russula vescaLames Description-Serrées, larges, souvent fourchues, atténuées ou arrondies près du pied, parfois faiblement décurrentes. Blanches ou légèrement crème, souvent tachetées de rouille à maturité.-
03/06/2014Russula vescaStipe Description-Hauteur: 2 à 10 cm; Ø1 à 3 cm. Cylindrique, parfois atténué vers la base, robuste. Plein puis spongieux. Blanc ou jaunâtre, parfois lavé d'incarnat. Initialement lisse et pruineux puis rugueux.-
03/06/2014Russula vescaChair Immuable-Oui-
03/06/2014Russula vescaChair Description-Compacte, granuleuse, en particulier dans le pied à cassure nette. Blanche, souvent brune ou jaune sale ou encore rouillée à la base du pied et dans les crevasses et attaques d'insectes; nuance carnée sous la cuticule du chapeau. Saveur agréable de noisette.-
03/06/2014Russula vescaSpores Description-Sporée blanche. Spores 8-9 x 5 µm, un peu crêtées. Epicutis à pileocystides peu évidentes avec des poils effilés, à parois épaisses (crins) comme R. heterophylla mais à crins plus rares.-
03/06/2014Russula vescaEcologie Description-Espèce commune depuis le mois de mai jusqu'en automne en plaine et en montagne, dans les bois de feuillus (chênes en particulier) et, plus rarement, de conifères, ou dans les clairières ensoleillées-
22/11/2011Rozites caperatusRéférencesCD 1092 ; Bon p. 231 ; Marchand 25 ; Eyssartier et Roux p. 808CD 1092 ; Bon p. 231 ; Marchand 25 ; Eyssartier et Roux p. 808 ; Eyssartier, Coustillas & Lacom p. 88-
22/11/2011Rozites caperatusCommentairesRemis dans le genre Cortinarius par certains auteurs... Chapeau beige miel, ridé, grivé et blanc grisâtre. Lames pâles. Stipe à anneau blanchâtre. En forêt.Remis dans le genre Cortinarius par certains auteurs... Chapeau beige miel,d'abord globuleux puis en cloche, ridé, grivé et blanc grisâtre. Marge ondulée, retournée vers le haut. Lames pâles, arête sinueuse. Anneau blanchâtre, fragile. Stipe souvent strié au dessus de l'anneau, fibrilleux en dessous. En forêt.-
22/11/2011Rozites caperatusStipe Forme-Cylindracé-
13/11/2008Stropharia coronillaNoms françaisStrophaire coronilléStrophaire coronille, Strophaire à petite couronne-
13/11/2008Stropharia coronillaComestibilitéSans intérêtToxique-
13/11/2008Stropharia coronillaRéférencesCD 1272CD 1272 Le Monde Secret des Champignons (Editions Atlas) : Stophaire coronille Guide Ecologique des Champignons, Région Périgord Quercy, Editions Bacofin, Août 2008 p.52 -
13/11/2008Stropharia coronillaCommentairesOdeur raphanoïde forte.Odeur raphanoïde forte. La toxicité de ce champignon est mal connue. Toutefois, deux personnes auraient été intoxiquées après l'avoir consommé. Elles ont souffert de crampes abdominales, de diarrées, de troubles nerveux et de douleurs osseuses dans le dos et les jambes. Une bonne précaution est de le considérer comme toxique-
13/11/2008Stropharia coronillaChapeau Couleur-Jaune-
13/11/2008Stropharia coronillaLames Couleur-Mauve, Saumon-
13/11/2008Stropharia coronillaStipe Couleur-Blanc-
13/11/2008Stropharia coronillaStipe Anneau-Oui-
13/11/2008Clitocybe amoenolensNoms français-Clitocybe à bonne odeur-
13/11/2008Clitocybe amoenolensComestibilitéSans intérêtToxique-
13/11/2008Clitocybe amoenolensRéférencesDM Mémoire Hors Série N° 4 : Clitocybes,Omphales et ressemblantsDM Mémoire Hors Série N° 4 : Clitocybes,Omphales et ressemblants Moreau PA et coll. Analyse taxonomique d'une espèce toxique: Clitocybe amoenolens Malençon. Cryptogamie, Mycol 2001;22 p. 1-23-
13/11/2008Clitocybe amoenolensCommentaires-la consommation du clitocybe amoenolens Malençon entraîne, environ 24 heures après l'ingestion, une érythermalgie des extrémités se caractérisant par des crises de douleurs paroxystiques (brûlures, morsures, broiement) avec érythèmes, oedème et augmentation de la chaleur locale durant la crise. Ces troubles persistent de quelques jours à quelques semaines. Il n'y a pas de signe digestif, pas d'atteinte hépatique ou rénale. Ce syndrome a déjà été décrit au Japon pour le Clitocybe acromelalga Ichimura dénommé localement "champignon aux brûlures" et serait dû à une atteinte des fibres non myélinisées du système nerveux autonome par l'acide acromélique A(AA-A). Références: - Bessard J et coll.Mass spectrometric determination of acromelic acid A from a new poisonous mushroom: Clitocybe amoenolens. - Moreau PA et coll. Analyse taxinomique d'une espèce toxique: Clitocybe amoenolens Malençon. Cryptogamie, Mycol 2001;22:1-23-
13/11/2008Clitocybe amoenolensChapeau Couleur-Crème-
13/11/2008Clitocybe amoenolensLames Couleur-Blanc, Crème-
13/11/2008Clitocybe amoenolensStipe Couleur-Crème-
13/11/2008Clitocybe amoenolensStipe Anneau-Non-



Retour à la page d'accueil