Détermination :
Membre MycoDB - Se connecter




Membres actifs

Modifications par Nicolas Schwab


DateEspèceChampAncienne valeurNouvelle valeurCommentaires
10/12/2018Clitocybe truncicolaPhoto-Clitocybe_truncicola_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Clitocybe truncicola, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
10/12/2018Chroogomphus rutilusNoms françaisGomphide visqueux ; Gomphide rutilantGomphide visqueux ; gomphide rutilant-
10/12/2018Chroogomphus rutilusComestibilité-Comestible-
10/12/2018Chroogomphus rutilusConfusions possibles-Chroogomphus mediterraneensis Chroogomphus filiformis Chroogomphus fulmineus Chroogomphus subfulmineus-
10/12/2018Chromosera cyanophyllaNoms françaisOmphale à lames bleueOmphale à lames bleues-
10/12/2018Choiromyces meandriformisNoms françaisFausse truffe à plis tortueux ; truffe du porc à chair meandriforme.Fausse truffe à plis tortueux ; truffe du porc à chair méandriforme-
10/12/2018Choiromyces meandriformisRéférencesBon 334 ; Cetto 3 1236 ; Montecchi & Sarasini 138 ; Phillips p. 279 ; Dennis p. 76 pl. IXj ; Mtg 1 p. 42 fig. 5aBon 334 ; Cetto 3 1236 ; Montecchi & Sarasini 138 ; Phillips p. 279 ; Dennis p. 76 pl. IXj ; Mtg 1 p. 42 fig. 5a ; BSM 4/2018 pp. 16-20-
10/12/2018Choiromyces meandriformisConfusions possibles-Choiromyces magnusii possède des épines sporales courtes et leur densité est plus importante (1,0 - 2,1 µm).-
10/12/2018Choiromyces meandriformisCommentairesIsolé, rarement grégaire. Rare. Printemps-été ?. Remarques : Ce champignon est un hypogé comme les truffes, mais souvent on devine sa présence par ses fructifications affleurant et dépassant le niveau du sol. Les porcs en sont friands, d'où le nom de genre " Choiros" = pourceau. Ce champignon est hypogé comme les truffes, mais souvent on devine sa présence par ses fructifications affleurant et dépassant le niveau du sol. Les porcs en sont friands, d'où le nom de genre "Choiros" = pourceau. -
10/12/2018Choiromyces meandriformisExopéridium DescriptionCarpohore à aspect de "pomme de terre", irrégulièrement subglobuleux, blanc-gris, brun clair ou brun rougeâtre ou jaune-brun, 10-12 x 6-8 cm de diamètre. Péridium d'abord mou puis coriace, lisse, bosselé, se durcissant au sec, se carquelant, blanc au début puis se tachant d'ocre à jaunâtre. Carpophore tuberiforme, irrégulièrement subglobuleux, blanc-gris, brun clair ou brun rougeâtre ou jaune-brun, mesurant 10-12 x 6-8 cm de diamètre. Péridium d'abord mou puis coriace, lisse, bosselé, se durcissant au sec, se craquelant, blanc au début puis se tachant d'ocre à jaunâtre. -
10/12/2018Choiromyces meandriformisChair/Gléba DescriptionGléba tenace, d'abord blanchâtre ; méandres fertiles marbrés, sinueux, peu anastamosés, blancs au coeur de la masse charnue blanc grisâtre. Inodore au début, puis prenant une odeur aromatique forte et désagréable. Gléba tenace, d'abord blanchâtre ; méandres fertiles marbrés, sinueux, peu anastomosés, blancs au cœur de la masse charnue blanc grisâtre. Inodore au début, puis prenant une odeur aromatique forte et désagréable. -
10/12/2018Choiromyces meandriformisSpores DescriptionSphériques et jaunâtres à maturité, 16-21-(22) µm, munies d'épines arquées ou de petits aiguillons aigus, brillants et d'environ 4 µm. Asques octosporés,180 x 70 µm. Spores sphériques et jaunâtres à maturité, 16-21-(22) µm, munies d'épines arquées ou de petits aiguillons aigus, brillants et d'environ 4 µm. Asques octosporés, mesurant 180 x 70 µm. -
10/12/2018Choiromyces meandriformisEcologie DescriptionSous Fagus et Abies. Dans les bois de toutes sortes , sur sols argileux ou calcaires. Plus fréquent en région méditerranéenne. Il est connu en région parisienne. Sous Fagus spp. (hêtres), Abies spp. (sapins) et Picea spp. (épicéas). Dans les bois de toutes sortes, sur sols argileux ou calcaires. Isolé, rarement grégaire. Il est connu en région parisienne. Printemps-été. Assez fréquent à rare. Plus fréquent en région méditerranéenne. -
10/12/2018Choiromyces magnusiiNoms françaisTruffe de MagnusTruffe de porc de Magnus-
10/12/2018Choiromyces magnusiiEtymologie-Dédié à Paul Wilhelm Magnus.-
10/12/2018Choiromyces magnusiiNoms français-Truffe de Magnus-
10/12/2018Choiromyces magnusiiRéférences-BSM 4/2018 pp. 16-20-
10/12/2018Choiromyces magnusiiConfusions possibles-Choiromyces meandriformis possède des spores ornées d'épines digitiformes. -
10/12/2018Choiromyces magnusiiEcologie DescriptionSous cistesEn forêt ou dans le maquis méditerranéen. Sous Fagus sylvatica (hêtre commun), Acer spp. (érables), Corylus avellana (noisetier commun), Castanea sativa (châtaigner), Abies alba (sapin blanc), Cistus spp. (cistes) ainsi que d'autres essences. Printemps-été. Rare.-
10/12/2018Guepiniopsis buccinaRéférencesBG 113 ; Jülich p. 441BG 113 ; Jülich p. 441 ; BSM 4/2018 pp. 4-7-
10/12/2018Guepiniopsis buccinaConfusions possibles-Guepiniopsis alpina Guepiniopsis estonica Guepiniopsis suecica-
10/12/2018Guepiniopsis buccinaCommentairesAssez fréquent. Peu lignivore. Période hivernale.--
10/12/2018Guepiniopsis buccinaFructification DescriptionSimple ou cespiteux, 6-15 mm, jaune, ambré. Stipe cylindrique claviforme, obliquement dilaté en cupule, gélatineux, ferme, finement plissé de nervures longitudinales à l'extérieur et descendant jusqu'à la base. Hyménium cupuliforme, concolore, lisse.Fructification grégaire ou cespiteuse, mesurant 6-15 mm, jaune à ambrée, cyphelloïde. Stipe cylindrique claviforme, obliquement dilaté en cupule, gélatineux, ferme, finement plissé de nervures longitudinales à l'extérieur et descendant jusqu'à la base. Hyménium cupuliforme, concolore, lisse.-
10/12/2018Guepiniopsis buccinaChair DescriptionGélatineuses, ferme, jaune.Gélatineuse, ferme, jaune.-
10/12/2018Guepiniopsis buccinaSpores DescriptionConidies formées à l'extérieur du réceptacle, subsphériques, aspérulées, 9-12µm portées comme des basides par des hyphes à extrémités renflées et à ramification opuntioïde. Basides 40x4-5µm. Spores obovales ou oblondes déprimées latéralement 9-13 x 5-6µm.Spores obovales ou oblondes déprimées latéralement 9-13 x 5-6µm. Conidies formées à l'extérieur du réceptacle, subsphériques, aspérulées, mesurant 9-12 µm portées comme des basides par des hyphes à extrémités renflées et à ramification opuntioïde. Basides fourchues mesurant 40 x 4-5 µm. -
10/12/2018Guepiniopsis buccinaEcologie DescriptionSur feuillus : Querçus, Fagus, Castanea, Corylus, Bétula et autres.Sur feuillus tels Quercus spp. (chênes), Fagus spp. (hêtres), Castanea sativa (châtaigner), Corylus spp. (noisetiers), Betula spp. (bouleaux) ainsi que d'autres essences. Peu lignivore. Automne-hiver. Assez fréquent régionalement à rare.-
10/12/2018Phanerodontia magnoliaeRéférences-BSM 4/2018 pp. 4-7-
10/12/2018Phanerodontia magnoliaeChair Description-Cireuse, molle, cassante à l'état sec.-
10/12/2018Phanerodontia magnoliaeSpores Description-Mesurant 4, 5-5,5 x 2,5 μm (d'après Rolf).-
10/12/2018Phanerodontia magnoliaeEcologie DescriptionSur feuillu.Sur feuillus, notamment sur Quercus spp. (chênes). Rare.-
10/12/2018Clitopaxillus alexandriConfusions possiblesClitopaxillus fibulatus possède un arrangement de boucles différent dans son basidiome.Clitopaxillus fibulatus possède des boucles dans l’entièreté de son basidiome, pousse plus en altitude sous Abies spp. (sapins) et Picea spp. (épicéas) souvent mêlés et a des spores mesurant 5,7–6,4 - 4,1–4,6 μm.-
10/12/2018Clitopaxillus alexandriChapeau Surface-Sublisse-
10/12/2018Clitopaxillus alexandriSaveur-Douce-
10/12/2018Clitopaxillus alexandriEcologie DescriptionEn forêt, surtout de feuillus mêlés.Sous les feuillus est les conifères. Tendance méridionale à méditerranéenne.-
10/12/2018Clathrus ruberEcologie DescriptionLié aux débris végétaux et au bois mort. Dans les bois clairs de Pinus spp. (pins) ou de feuillus, sur les racines pourrissantes, dans les jardins, les serres, les cimetières, le longs des haies ou des berges des rivières, souvent sous les rémanents. Thermophile, solitaire ou par petits groupes. Se développant tout d'abord sous la forme d'un primordium, puis d'un œuf se déchirant pour laisser sortir le champignon adulte. Toute l'année. Assez commun dans les régions méridionales, surtout méditerranéennes.Lié aux débris végétaux et au bois mort. Dans les bois clairs de Pinus spp. (pins) ou de feuillus, sur les racines pourrissantes, dans les jardins, les serres, les cimetières, le longs des haies ou des berges des rivières, souvent sous les rémanents. Thermophile, solitaire ou par petits groupes. Se développant tout d'abord sous la forme d'un primordium, puis d'un œuf se déchirant pour laisser sortir le champignon adulte. Toute l'année. Assez commun dans les régions méridionales, surtout méditerranéennes.Mise en forme
10/12/2018Clathrus ruberConfusions possibles-Colus hirudinosus est plus petit, formé de bras orangés partant de sa volve pour finir en grillage rouge sur la partie supérieure du champignon contenant la glèbe. Clathrus columnatus est composé de 3-5 bras partant de la volve se réunissant en leur sommet et dont la plus grande quantité de la glèbe est disposée dans leur partie supérieure. D'autres espèces exotiques peuvent également être trouvées dans les serres chauffées.-
10/12/2018Clathrus ruberVaréiétés/formes-Clathrus ruber var. albus est de couleur intégralement blanche. Clathrus ruber var. flavescens est de couleur jaune-orangé.-
10/12/2018Clathrus ruberCommentairesMalodorant. Assez commun dans les régions méridionales, surtout méditerranéennes. Thermophile, solitaire ou par petits groupes. Du printemps jusqu'en hiver. Remarques : Oeuf subglobuleux, pourvu à la base d'un gros cordon mycélien plus ou moins ramifié. Encore dans l'oeuf, le Clathre rouge présente une odeur et une saveur de radis. Remarques : Oeuf subglobuleux, pourvu à la base d'un gros cordon mycélien plus ou moins ramifié. Encore dans l'oeuf, le Clathre rouge présente une odeur et une saveur de radis. Malodorant à l'âge adulte. -
10/12/2018Clathrus ruberEcologie DescriptionDans les bois clairs de Pinus ou de feuillus, sur les racines pourrissantes, dans les jardins, les serres, les cimetières, le longs des haies ou des berges des rivières, souvent sous les rémanents.Lié aux débris végétaux et au bois mort. Dans les bois clairs de Pinus spp. (pins) ou de feuillus, sur les racines pourrissantes, dans les jardins, les serres, les cimetières, le longs des haies ou des berges des rivières, souvent sous les rémanents. Thermophile, solitaire ou par petits groupes. Se développant tout d'abord sous la forme d'un primordium, puis d'un œuf se déchirant pour laisser sortir le champignon adulte. Toute l'année. Assez commun dans les régions méridionales, surtout méditerranéennes.-
10/12/2018Clathrus archeriConfusions possiblesAseroe rubra est stipité, a des branches dichotomiques alignées sur le plan horizontal, peu courbés, un trou à son centre.Aseroe rubra est stipité, a des branches dichotomiques alignées sur le plan horizontal, peu courbés, un trou à son centre. Aseroe arachnoidea semblable au précédent, est de couleur plus pâle, possède des branches plus fines se courbant en direction du sol.-
10/12/2018Hypoxylon salicicolaConfusions possiblesHypoxylon rubiginosum possède des périthèces plus grandes et des spores n'étant pas équilatérales.Hypoxylon rubiginosum possède des périthèces plus grandes et des spores ne sont pas équilatérales.-
23/11/2018Entoloma bloxamiiConfusions possiblesEntoloma madidum, qui est bel est bien une espèce à part entière selon les travaux de Morgado et al., possède de plus petites spores. Entoloma rubellum, qui est de couleur rose, ne serait qu'une forme de coloration accidentelle d'Entoloma bloxamii. Entoloma fumosobrunneum, est une espèce américaine (Canada), qui a le chapeau brun avec un centre bleu. Entoloma medianox, est une espèce américaine d'un bleu un peu plus pur.Entoloma madidum, qui est bel est bien une espèce à part entière selon les travaux de Morgado et al., possède de plus petites spores et est d'un bleu fluo. Entoloma rubellum, qui est de couleur rose, ne serait qu'une forme de coloration accidentelle d'Entoloma bloxamii. Entoloma atromadidum ( = Entoloma bloxamii ss. B. & K.) est d'un bleu plus foncé. Entoloma ochroprunuloides est d'une couleur bleu ou violacé pur et a des spores de taille différente. Entoloma fumosobrunneum, est une espèce américaine (Canada), qui a le chapeau brun avec un centre bleu. Entoloma medianox, est une espèce américaine d'un bleu un peu plus pur.-
23/11/2018Coprinus comatusConfusions possibles-Coprinus sterquilinus est une miniature de cette espèce et pousse sur excréments et plantes pourrissantes. Coprinus levisticolens est plus compact, possède des squames brunâtres et une odeur de livèche. Coprinus vosoustii a le chapeau de forme ovoïde. Coprinus calyptratus pousse dans les dunes et possède un calotte en étoile ou en croix sur le chapeau. Coprinus spadiceisporus est plus petit. Coprinus xerophilus Coprinus littoralis Coprinus pinetorum Xerocoprinus arenarius pousse dans le sud de l'Europe, est subvolvé, plus petit, radicant et a un chapeau ovoïde ne s'ouvrant parfois jamais.-
23/11/2018Coprinus comatusVaréiétés/formes-Coprinus comatus var. ovatus possède un chapeau ovoïde, est plus petit, radicant et grégaire.-
18/11/2018Onygena corvinaConfusions possiblesOnygena equina pousse sur les os, le cartilage et les restes cornés et est de plus grande taille. Phleogena faginea pousse sur les bois de feuillus et possède des spores globuleuses-subglobuleuses.Onygena equina pousse sur les os, le cartilage et les restes cornés et est de plus grande taille. Phleogena faginea pousse sur les bois de feuillus, possède des spores globuleuses-subglobuleuses et est un basidiomycète.-
13/11/2018Protostropharia semiglobataRéférencesBon p. 251 ; CD 1271 ; Eyssartier et Roux p. 814, 820Bon p. 251 ; CD 1271 ; Eyssartier et Roux p. 814, 820 ; Mycocharentes-
13/11/2018Protostropharia semiglobataConfusions possibles-Protostropharia dorsipora possède un pore germinatif plus petit et excentré sur ses spores et pas de caulochrysocystides. Protostropharia arctica possède des cheilocystides flexueuses et pas de caulochrysocystides. Protostropharia islandica Protostropharia luteonitens Protostropharia alcis pousse de préférence sur les excréments d'élan ou de cerf, sont de couleur plus claire et possède des leptocheilocystides en forme de massue et légèrement flexueuses à leur base. Protostropharia ochraceoviridis-
13/11/2018Protostropharia semiglobataVaréiétés/formes-Stropharia semiglobata var. stercoraria a le chapeau nettement mamelonné selon certains auteurs, plat selon d'autres. Cette variété diversement interprétée est abandonnée par la phylogénie moderne.-
13/11/2018Protostropharia semiglobataCommentairesExcréments, lieux fumés. La var. stercoraria a le chapeau nettement mamelonné selon certains auteurs, plat selon d'autres.--
13/11/2018Protostropharia semiglobataEcologie Description-Sur le crottin de cheval. Printemps-automne. Fréquent.-
09/11/2018Erysiphe aquilegiaePhoto-Erysiphe_aquilegiae_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Erysiphe aquilegiae, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/11/2018Erysiphe tortilisConfusions possiblesPhyllactinia corni vient sur le même hôte mais ses appendices aciculaires.Phyllactinia corni vient sur le même hôte mais ses appendices sont aciculaires.-
09/11/2018Erysiphe tortilisConfusions possiblesPhyllactinia corni vient sur le même hôte mais ses appendices sont complètement différents.Phyllactinia corni vient sur le même hôte mais ses appendices aciculaires.-
09/11/2018Erysiphe tortilisEcologie DescriptionSur feuilles vivantes ou récemment tombées de Cornus.Sur feuilles vivantes ou récemment tombées de Cornus spp. (cournouillers). De la pousse des feuilles à leur sénescence. Fréquent.-
09/11/2018Erysiphe tortilisTaille en cm2-3--
07/11/2018Phanerochaete sordidaCommentairesRépandu. Tout au long de l'année. Remarques : Réaction avec KOH sur l'hyménium, le plus souvent nulle ou légèrement vineuse dans certains cas. Remarques : Réaction avec KOH sur l'hyménium, le plus souvent nulle ou légèrement vineuse dans certains cas. Tremella sarnensis est connue pour être un parasite intrahyménial de ce champignon.-
07/11/2018Phanerochaete sordidaEcologie DescriptionSur bois mort de feuillus, cortiqué ou non, également sur conifères. En été, sur les bois morts ou carbonisés de genêts.Sur bois mort de feuillus, cortiqué ou non, également sur conifères. En été, sur les bois morts ou carbonisés de genêts. Toute l'année. Répandu.-
03/11/2018Tricholoma imbricatumVaréiétés/formes-Tricholoma imbricatum var. fusipes possède un pied nettement fusiforme.-
03/11/2018Tricholoma equestreConfusions possibles-Tricholoma auratum Tricholoma coryphaeum Tricholoma frondosae Tricholoma aestuans-
03/11/2018Tricholoma equestreCommentairesPeut être mortel. Voir Tricholoma auratum.Peut être mortel.-
03/11/2018Hygrophorus marzuolusConfusions possibles-Hygrophorus caeruleus est de couleur bleue et possède une odeur désagréable. Ouest de l'Amérique du Nord. Hygrophorus subalpinus est de couleur blanche et possède un anneau visqueux. Ouest de l'Amérique du Nord. Hygrophorus goetzii est plus frêle, de couleur saumonée. Amérique du Nord.-
03/11/2018Hygrophorus marzuolusCommentairesCalcicole montagnard… en principe… Mais présent dès 350m, et sur sol acide dans certains secteurs du centre de la France.--
03/11/2018Hygrophorus marzuolusEcologie DescriptionEurope et Afrique du Nord. Espèce globalement rare, à tendance montagnarde et quasi-hivernale à printanière (de février à mai), sous conifères et près bois mêlés en terrain calcaire, mais aussi parfois en terrain siliceux sous feuillus (hêtre), souvent caché sous les feuilles mortes.Espèce globalement rare, à tendance montagnarde et quasi-hivernale à printanière, Sous conifères et près bois mêlés en terrain calcaire, mais aussi parfois en terrain siliceux ou acide sous feuillus (hêtre), souvent caché sous les feuilles mortes. Février-mars. Rare. Europe et Afrique du Nord. -
03/11/2018Hygrophorus agathosmusComestibilitéSans intérêtComestible-
03/11/2018Hygrophorus agathosmusCommentaires-Cette espèce est comestible, à condition de n'y mettre que quelques spécimens dans un mélange pour que le goût d'amandes ne domine pas.-
03/11/2018Mycena juniperinaSynonymes Mycena juniperina Aronsen (1996) , Persoonia, 16(2), p. 257 (Basionyme)Mycena juniperina Aronsen (1996), Persoonia, 16(2), p. 257 (Basionyme)-
03/11/2018Mycena juniperinaNoms français-Mycène des genévriers-
03/11/2018Mycena juniperinaComestibilité-Sans intérêt-
03/11/2018Mycena juniperinaRéférencesRobich p. 657 ; Eyssartier et Roux p. 396Robich p. 657 ; Eyssartier et Roux p. 396 ; BSM 2/2017 pp. 6-10-
03/11/2018Mycena juniperinaConfusions possibles-Mycena cupressina est séparée par certains auteurs, elle est de couleur ocre-gris et ses hyphes du chapeau mesurent 1,5-2,5(-4) μm. Mycena meliigena est de couleur rouge vineux. Mycena pseudocorticola est de couleur bleu-gris.-
03/11/2018Mycena juniperinaCommentairesSur troncs de Juniperus communis.--
03/11/2018Mycena juniperinaEcologie Description-Sur troncs de Juniperus communis (genévrier commun) et Cupressus spp. (cyprès), plus rarement sur Arbutus unedo (arbousier). Corticole.-
03/11/2018Tatraea dumbirensisRéférencesEllis p. 579Ellis p. 579 ; BSM 1/2016 pp. 28-31-
03/11/2018Tatraea dumbirensisCommentairesIsolé ou fasciculé, également grégaire. Assez commun. Plutôt estival.--
03/11/2018Tatraea dumbirensisApothécie Description5-7-10 mm de diamètre , cupuliforme-étalée à discoïde, crème à marron très clair violacé. Apothécie mesurant 5-7(-10) mm de diamètre, cupuliforme-étalée à discoïde, crème à marron très clair violacé. -
03/11/2018Tatraea dumbirensisSpores DescriptionAllantoïdes, 18-25-(30) x 5,5-7,5 µm. Asques octosporés, spores unisériées, 150-200 x 11-13 µm. Paraphyses cylindriques à parois peu épaisses, légèrement ondulées, cloisonnées. Spores allantoïdes, mesurant 18-25-(30) x 5,5-7,5 µm. Asques octosporés, spores unisériées, 150-200 x 11-13 µm. Paraphyses cylindriques à parois peu épaisses, légèrement ondulées, cloisonnées. -
03/11/2018Tatraea dumbirensisEcologie DescriptionSur bois mort décortiqué à terre, particulièrement de Fagus. Sur bois mort décortiqué à terre, particulièrement de Fagus sylvatica (hêtre commun). Isolé ou fasciculé, également grégaire. Plutôt estival. Assez rare. -
03/11/2018Hydnellum compactumChapeau DescriptionMassif, circulaire, convexe, de 7,5 à 15 cm de diamètre, subglobuleux puis étalé-aplani à largement déprimé, uni ou inégal, anfractueux, tuberculeux, ni radié ni zoné, velouté, blanchâtre dans la jeunesse, rougissant un peu au toucher, ocre jaunâtre nuancé d'olivâtre au stade adulte, taché de roux ça et là, enfin brun bistre avec des nuances noirâtres. Marge aiguë, sinueuse, feutrée, blanche, puis concolore. Massif, circulaire, convexe, de 7,5 à 15 cm de diamètre, subglobuleux puis étalé-aplani à largement déprimé, uni ou inégal, anfractueux, tuberculeux, ni radié ni zoné, velouté, blanchâtre dans la jeunesse, rougissant un peu au toucher, ocre jaunâtre nuancé d'olivâtre au stade adulte, taché de roux ça et là, enfin brun bistre avec des nuances noirâtres. Marge aiguë, sinueuse, feutrée, blanche, puis concolore. -
03/11/2018Hydnellum compactumAiguillons DescriptionDécurrents, serrés, subulés, longs de 4-5 (8 ) mm, blancs, puis bruns à pointe jaune . Sporée brun-roux. Décurrents, serrés, subulés, longs de 4-5 (8 ) mm, blancs, puis bruns à pointe jaune .-
03/11/2018Hydnellum compactumSpores DescriptionSubglobuleuses à ellipsoïdes, brun grisâtre ( in litt. brun clair, ornées de nombreuses verrues bosselées, 5-7 x 5,5-5 µm. I-. Basides hyalines, étroitement clavées, 25-35 x 5,6-6,5 µm, tétrasporiques, non bouclées. Monomitique : Hyphes génératrices des aiguillons à parois minces ou épaissies, hyalines à brun très clair, larges de 2,5-5 µm, renflées et allant jusqu'à 6,25-7,5 µm par endroits. Hyphes de la trame x 3,75-10 µm, dilatées, lâchement confuses, plus ou moins parallèles, à paroi mince, jaunâtre sordide. Spores subglobuleuses à ellipsoïdes, brun grisâtre (in litt. brun clair), ornées de nombreuses verrues bosselées, 5-7 x 5,5-5 µm. J-. Sporée brun-roux. Basides hyalines, étroitement clavées, 25-35 x 5,6-6,5 µm, tétrasporiques, non bouclées. Monomitique : Hyphes génératrices des aiguillons à parois minces ou épaissies, hyalines à brun très clair, larges de 2,5-5 µm, renflées et allant jusqu'à 6,25-7,5 µm par endroits. Hyphes de la trame x 3,75-10 µm, dilatées, lâchement confuses, plus ou moins parallèles, à paroi mince, jaunâtre sordide. -
03/11/2018Hydnellum compactumEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus ou de conifères, dans les forêts mixtes, enfoui dans l'humus, en particulier sous Fagus spp. (hêtres), Quercus spp., Castanea sativa (châtaigner) et Pinus spp. (pins). Isolés ou grégaires. Eté-automne. Assez commun, mais rare par endroits.Dans les forêts de feuillus ou de conifères, dans les forêts mixtes, enfoui dans l'humus, en particulier sous Fagus spp. (hêtres), Quercus spp. (chênes), Castanea sativa (châtaigner) et Pinus spp. (pins). Isolés ou grégaires. Eté-automne. Assez commun, mais rare par endroits.-
03/11/2018Hydnellum compactumRéférencesBK 2 260 ; Marchand 4 n° 343 ; Cetto 3 p. 467 ; Jülich 2 p. 255 ; Page Image in Published List.BK 2 260 ; Marchand 4 n° 343 ; Cetto 3 p. 467 ; Jülich 2 p. 255 ; BSM 4/2016 p. 7 (sous Hydnellum mirabile)-
03/11/2018Hydnellum compactumCommentairesIsolés ou en groupes. Assez commun. Rare dans certains endroits. Eté-automne.--
03/11/2018Hydnellum compactumEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus ou de conifères, dans les forêts mixtes, enfoui dans l'humus, en particulier sous Fagus, Quercus, Castanea. Dans les forêts de feuillus ou de conifères, dans les forêts mixtes, enfoui dans l'humus, en particulier sous Fagus spp. (hêtres), Quercus spp., Castanea sativa (châtaigner) et Pinus spp. (pins). Isolés ou grégaires. Eté-automne. Assez commun, mais rare par endroits.-
03/11/2018Erysiphe arcuataAuteur U. Braun, V.P. Heluta & S. Takam. 2007U. Braun, V.P. Heluta & S. Takam. (2007)-
03/11/2018Erysiphe arcuataApothécie DescriptionCleistothèce sphérique, brun foncé avec 10-20 appendices hyalins recourbés en crosse à leur extrémité.Cleistothèce sphérique, brun foncé ; 10-20 appendices hyalins recourbés en crosse à leur extrémité.-
03/11/2018Erysiphe arcuataEcologie DescriptionSur feuilles vivantes ou récemment tombées de Carpinus betulusSur feuilles vivantes ou récemment tombées de Carpinus betulus (charme commun).-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaEcologie DescriptionSur bois pourri de Picea spp., d'Abies spp. et Pinus spp. (pins), plus rarement sur d'autre essences. Sur souches, troncs couchés, écorces au sol. Isolés à grégaires. Très disséminé. Septembre-janvier (toute l'année). Assez fréquent.Sur bois pourri de Picea spp. (épicéas), d'Abies spp. (sapins) et Pinus spp. (pins), plus rarement sur d'autre essences. Sur souches, troncs couchés, écorces au sol. Isolés à grégaires. Très disséminé. Septembre-janvier (toute l'année). Assez fréquent.-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaRéférencesBK 3 75 ; CD 170 ; Cetto 1137 ; Bon p. 102 ; Eyssartier et Roux p. 556BK 3 75 ; CD 170 ; Cetto 1137 ; Bon p. 102 ; Eyssartier et Roux p. 556 ; BSM 3/2016 pp. 22-16-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaConfusions possibles-Lichenomphalia alpina Lichenomphalia umbellifera-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaCommentairesLignicole. Isolés à grégaires. Très disséminé. Automne-Hiver.--
03/11/2018Chrysomphalina grossulaChapeau DescriptionCampanulé au début, 10-30 (40)mm de diamètre, puis convexe et aplati à déprimé, un peu ombiliqué dans la vieillesse. Surface lisse, mate, ruguleuse ou à fines fibrilles apprimées, jaune olive, jaune vert, faiblement hygrophane. Marge plus claire, ondulée, striée par transparence jusqu'à mi-chapeau.Campanulé au début, 10-30 (40)mm de diamètre, puis convexe et aplati à déprimé, un peu ombiliqué dans la vieillesse. Surface lisse, mate, ruguleuse ou à fines fibrilles apprimées, jaune olive, jaune vert, faiblement hygrophane. Marge plus claire, ondulée, striée par transparence jusqu'à mi-chapeau.-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaChair Description(gris) jaunâtre, mince ; odeur herbacée faible; saveur douce, fade.Chair (gris-)jaunâtre, mince ; odeur herbacée faible ; saveur douce, fade.-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaLames DescriptionJaune pâle, épaissies, larges, rarement fourchues, décurrentes, arêtes entières.Lames jaune pâle, épaissies, larges, rarement fourchues, décurrentes, arêtes entières.-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaSpores DescriptionElliptiques, lisses, hyalines, guttulées, 7-10 x 4,5-6 µm. Sporée blanche. Basides clavées, 4 stérigmates, non bouclées, trame des lames irrégulière. Pas de cystides. Cuticule formée d'hyphes parallèles, couchées, enchevêtrées, larges, quelques-unes émergentes, cloisons non bouclées.Spores elliptiques, lisses, hyalines, guttulées, 7-10 x 4,5-6 µm. Sporée blanche. Basides clavées, 4 stérigmates, non bouclées. Trame des lames irrégulière. Septophysalides présentes. Revêtement piléique inexistant. Trame du chapeau formée d'hyphes parallèles, couchées, enchevêtrées, larges, quelques-unes émergentes, cloisons non bouclées.-
03/11/2018Chrysomphalina grossulaEcologie DescriptionSur bois pourri de Picea et d'Abies, souches, troncs couchés, écorces au sol.Sur bois pourri de Picea spp., d'Abies spp. et Pinus spp. (pins), plus rarement sur d'autre essences. Sur souches, troncs couchés, écorces au sol. Isolés à grégaires. Très disséminé. Septembre-janvier (toute l'année). Assez fréquent.-
03/11/2018Favolaschia caloceraRéférences-BSM 3/2016 pp. 13-15-
03/11/2018Favolaschia caloceraCommentairesTrès fréquent à Mayotte sur toutes sortes de débris végétaux( brindilles branches mortes tronc abattus etc) surtout en début de saison des pluies--
03/11/2018Favolaschia caloceraChair Description-Mince, orange, immuable.-
03/11/2018Favolaschia caloceraLames Description-Pores très larges, oranges ; tubes laissant une empreinte bombée sur la surface du chapeau.-
03/11/2018Favolaschia caloceraEcologie Description-Sur bois de feuillus. Solitaire ou grégaire. Espèce néophyte. Très rare en Europe. Très fréquent à Mayotte sur toutes sortes de débris végétaux (brindilles, branches mortes, tronc abattus, etc.) surtout en début de saison des pluies.-
03/11/2018Russula favreiRéférencesCD 1465 ; Sarnari 885 ; Eyssartier et Roux p. 192CD 1465 ; Sarnari 885 ; Eyssartier et Roux p. 192 ; BSM 3/2016 pp. 11-12-
03/11/2018Ascotremella fagineaNoms français-Fausse trémelle des hêtres-
03/11/2018Ascotremella fagineaRéférencesBK 1 165 ; Medardi p. 17BK 1 165 ; Medardi p. 17 ; BSM 3/2015 pp. 7-8-
03/11/2018Ascotremella fagineaChair Descriptiongélatineuse, tenace, élastique, brun violet, plus ou moins translucide au centre de l'apothécie.Gélatineuse, tenace, élastique, brun violet, plus ou moins translucide au centre de l'apothécie.-
03/11/2018Ascotremella fagineaStipe DescriptionNulAbsent.-
03/11/2018Ascotremella fagineaEcologie DescriptionEn groupe sur bois détérioré de Fagus, Carpinus et Alnus, plus rarement sur d'autres feuillus.En groupe sur bois détérioré de Fagus spp. (hêtres), Carpinus spp. (charmes) et Alnus spp. (aulnes), plus rarement sur d'autres feuillus. Juillet-novembre (Juillet-janvier). Rare.-
03/11/2018Lyophyllum rancidumRéférencesBK 3 267 ; Bon p. 169 ; CD 485 ; Eyssartier et Roux p. 542BK 3 267 ; Bon p. 169 ; CD 485 ; Eyssartier et Roux p. 542 ; BSM 3/2015 pp. 9-13-
03/11/2018Lyophyllum rancidumCommentairesPied prolongé par une racine de 2 à 5 cmCette espèce ne trouve pas sa place ni dans le genre Lyophyllum, ni Tephrocybe. Elle serait apparentée aux Termitomyces, mais aucun nouveau genre a été créé ou transfert dans ce dernier n'a pour l'instant été effectué.-
03/11/2018Lyophyllum rancidumStipe Description-Pied prolongé par une racine de 2 à 5 cm.-
03/11/2018Lyophyllum rancidumEcologie Description-Dans les forêts de feuillus comme de conifères. Au sol. Solitaire ou grégaire. Septembre-novembre (mai-décembre). Assez fréquent.-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusChapeau/Dessus Description8-30(40)cm de long, 4-14 cm de projection, 3-10cm d'épaisseur à la base, en forme de console, aplani, inégal, parsemé de nodosités, marqué desillons concentriques. Croûte d'abord mince, pubescente, blanchâtre à grisatre, nuancée de rose, puis épaisse (jusqu'à 7mm), glabre et brun sombre à noirâtre. Marge peu épaisse, obtuse, blanchâtre, puis concolore.8-30(40)cm de long, 4-14 cm de projection, 3-10cm d'épaisseur à la base, en forme de console, aplani, inégal, parsemé de nodosités, marqué de sillons concentriques. Cuticule d'abord mince, pubescente, blanchâtre à grisâtre, nuancée de rose, puis épaisse (jusqu'à 7mm), glabre et brun sombre à noirâtre. Marge peu épaisse, obtuse, blanchâtre, puis concolore.-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusPores/Dessous DescriptionTubes 4-12 mm à paroi épaisse, beige rosé, stratifiés. Couche annuelle séparée par une épaisseur variable de la trame. Pores arrondis, 0,2mm de diam. En groupe de 4 par mm, presque concolores aux tubes, enduits d'une pruine cireuse, blanc crème à rosé. Sporé abondante, blanche à crème rosé.Tubes 4-12 mm à paroi épaisse, beige rosé, stratifiés. Couche annuelle séparée par une épaisseur variable de la trame. Pores arrondis, mesurant 0,2 mm de diamètre, en groupe de 4 par mm, presque concolores aux tubes, enduits d'une pruine cireuse, blanc crème à rosé.-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusChair DescriptionTrame épaisse, subéreuse, cotoneuse, compacte et zonée, beige à brun-jaune pâle, avec du rose sur le frais. Odeur faible anisée.Trame épaisse, subéreuse, cotoneuse, compacte et zonée, beige à brun-jaune pâle, avec du rose sur le frais. Odeur faiblement anisée.-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusSpores DescriptionObovoïdes, 5,5-7,5 (8,5) x 5-5,75 (6,25), parfois ornées d'une guttule, à paroi un peu jaunâtre. Apicule bref, mais bien distinct. Hyphes hyalines à paroi mince, septées, rares et hyphes squelettiques à paroi épaisse (jaunâtre pâle).Spores obovoïdes, mesurant 5,5-7,5(-8,5) x 5-5,75(-6,25), parfois ornées d'une guttule, à paroi un peu jaunâtre ; apicule bref, mais bien distinct. Sporée abondante, blanche à crème rosé. Hyphes hyalines à paroi mince, septées, rares et hyphes squelettiques à paroi épaisse (jaunâtre pâle).-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusEcologie DescriptionSur souches et troncs morts, ou dans les troncs creux de divers feuillus. Saprophyte très actif. Lorsqu'il parasite, alors au ras du sol, sur les tronc vivants d'Ulmus spp. (ormes), plus rarement de Fraxinus spp. (frênes), Populus spp. (peupliers), Corylus spp. (noisetiers), Robinia pseudoacacia (robinier faux-acacia), Quercus spp. (chênes) et Platanus spp.. Pérenne, mais végétant vers fin juin. Toute l'année. Peu fréquent.Sur souches et troncs morts, ou dans les troncs creux de divers feuillus. Saprophyte très actif. Lorsqu'il parasite, alors au ras du sol, sur les tronc vivants d'Ulmus spp. (ormes), plus rarement de Fraxinus spp. (frênes), Populus spp. (peupliers), Corylus spp. (noisetiers), Robinia pseudoacacia (robinier faux-acacia), Quercus spp. (chênes) et Platanus spp. (platanes). Pérenne, mais végétant vers fin juin. Toute l'année. Peu fréquent.-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusRéférencesFE 10 485 ; Marchand 259FE 10 485 ; Marchand 259 ; BSM 3/2015 pp. 4-6-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusConfusions possibles-Perenniporia fraxinea-
03/11/2018Rigidoporus ulmariusCommentairesPérennant mais rare, il végète vers la fin de juin. Ne pas confondre avec Perenniporia fraxinea (très ressemblant) ?.--
03/11/2018Rigidoporus ulmariusEcologie DescriptionSur souches et troncs morts de divers feuillus. Très actif comme saprophyte lorsqu'il parasite, au ras du sol, les tronc vivants de Fraxinus, Populus, Ulmus, Corylus, Robinia, Querçus et Planatus.Sur souches et troncs morts, ou dans les troncs creux de divers feuillus. Saprophyte très actif. Lorsqu'il parasite, alors au ras du sol, sur les tronc vivants d'Ulmus spp. (ormes), plus rarement de Fraxinus spp. (frênes), Populus spp. (peupliers), Corylus spp. (noisetiers), Robinia pseudoacacia (robinier faux-acacia), Quercus spp. (chênes) et Platanus spp.. Pérenne, mais végétant vers fin juin. Toute l'année. Peu fréquent.-
03/11/2018Porpoloma aranzadiiComestibilitéSans intérêtToxique-
03/11/2018Porpoloma aranzadiiRéférences-BSM 4/2017 pp. 12-16 ; Crypto. Myco. 36(4) pp. 1-12-
03/11/2018Porpoloma aranzadiiCommentaires-Cette espèce est la plus toxique du genre Mycena.-
03/11/2018Porpoloma aranzadiiOdeurAromatique, Faible/NulleFaible/Nulle, Rave-
03/11/2018Porpoloma aranzadiiEcologie Description-Dans les forêts de conifères ou les prairies. Automne. Rare.-
03/11/2018Schizophyllum communeChapeau/Dessus DescriptionChapeau feutré, blanc, gris, brun voire vert à cause d'algues microscopiques. Marge régulière, irrégulière flexueuse ou découpée.Chapeau feutré, blanc, gris, brun voire vert à cause d'algues microscopiques, pleurotoïde ou cyphelloïde ; marge régulière, irrégulière flexueuse ou découpée.-
03/11/2018Schizophyllum communeRéférencesBon p. 321 ; CD 102 ; Marchand 333 ; Eyssartier et Roux p. 950Bon p. 321 ; CD 102 ; Marchand 333 ; Eyssartier et Roux p. 950 ; BSM 2/2006 p. 77-
03/11/2018Schizophyllum communeCommentairesToxique car les spores peuvent germer dans les voies pulmonaires.Toxique car les spores peuvent germer dans les voies pulmonaires des personnes ayant un système immunitaire affaibli et il contiendrait également certaines toxines.-
03/11/2018Schizophyllum communeChapeau/Dessus CouleurBlanc, GrisBlanc, Brun, Gris, Vert-
03/11/2018Schizophyllum communeChapeau/Dessus Descriptionchapeau feutréChapeau feutré, blanc, gris, brun voire vert à cause d'algues microscopiques. Marge régulière, irrégulière flexueuse ou découpée.-
03/11/2018Schizophyllum communeChair Descriptionélastique, résistanteElastique, résistante.-
03/11/2018Schizophyllum communeStipe Présent-Oui ou Non-
03/11/2018Schizophyllum communeStipe Description-Stipité dans certaines formes atypiques.-
03/11/2018Schizophyllum communeEcologie Description-Sur bois de feuillus, plus rarement de conifères ou sur marc de café, parfois même dans les êtres vivants. Solitaire, grégaire ou cespiteux. Toute l'année. Fréquent.-
03/11/2018Erysiphe hypericiRéférencesPhytoparasitische kleinpilzePhytoparasitische kleinpilze ; Plant parasites of Europe-
03/11/2018Erysiphe hypericiApothécie Description-Cleistothèce sphérique, brun foncé ; nombreux appendices flexueux disposés radialement.-
03/11/2018Erysiphe hypericiSpores DescriptionCleistothèce sphérique, brun foncé.--
03/11/2018Erysiphe hypericiEcologie DescriptionSur tiges et feuilles vivantes ou sèches de divers Hypericum. Dès le mois d'août.Sur tiges et feuilles vivantes ou sèches de divers Hypericum (millepertuis). Dès le mois d'août. Fréquent.-
03/11/2018Mycena pterigenaConfusions possibles-Mycena meliigena est une espèce corticole, plus grande et charnue qui n'a pas les lames bordées de rose.-
03/11/2018Mycena pterigenaCommentairesArêtes des lames intensément colorées de rose. Sur rachis de feuilles mortes de fougères.--
03/11/2018Mycena pterigenaLames Description-Arête des lames intensément colorée de rose. -
03/11/2018Mycena pterigenaEcologie Description-Sur rachis de feuilles mortes de fougères. En période humide. Assez fréquent.-
03/11/2018Mycena puraConfusions possiblesMycena pelianthina Mycena diosma Mycena pearsoniana Mycena roseaMycena luteovariegata pousse dans les mousses, a un chapeau possédant des tons jaunes et a des spores plus petites. Mycena pelianthina a le chapeau gris-beige, les lames sombres et bordées de noir. Mycena lammiensis est quasiment identique à la précédente, mais ses spores sont d'une largeur supérieure à 4 μm. Mycena diosma possède une odeur difficile à interpréter, mais pas de rave et est plus vivement colorée. Mycena pearsoniana est plus petite et élancée et possède des lames décurrentes. Mycena rosea est plus robuste et a le chapeau de couleur rose, tout en gardant un pied blanchêtre, de plus elle pousse de préférence sous les feuillus. Mycena sororia ressemble à la précédente, mais son chapeau est plus violacé, son pied est rosâtre à rose pourpré et possède de plus grandes spores. Mycena dura (= Porpoloma aranzadii) est bien plus charnue (habitus d'un Hygrocybe ou d'un Porpoloma), est de couleur beige à gris-brun et pousse dans les forêts de conifères et les prairies.-
03/11/2018Mycena puraVaréiétés/formes-Mycena pura f. alba est intégralement blanche. Mycena pura f. lutea a le chapeau de couleur jaune, mais le pied violet. Mycena pura f. multicolor a le chapeau bleu-gris et le pied lilas. Mycena pura f. ianthina est entièrement bleu-gris.-
03/11/2018Mycena puraRéférencesBon p. 181 ; BK 3 358 ; CD 601 ; Eyssartier et Roux p. 380Bon p. 181 ; BK 3 358 ; CD 601 ; Eyssartier et Roux p. 380 ; BSM 2/2006 p. 64-67-
03/11/2018Mycena puraConfusions possibles-Mycena pelianthina Mycena diosma Mycena pearsoniana Mycena rosea-
03/11/2018Mycena puraVaréiétés/formesTrès variable. Nombreuses formes.--
03/11/2018Mycena puraCommentaires-Les espèces du groupe de Mycena pura sont classées par certains auteurs dans le genre Prunulus pour leurs différences.-
03/11/2018Mycena puraEcologie Description-Dans les forêts de feuillus comme de conifères. Parmi la litière. Juin-novembre (toute l'année). Fréquent.-
03/11/2018Hygrophorus agathosmusRéférencesBK 3 105 ; Bon p. 119 ; Eyssartier et Roux p. 468BK 3 105 ; Bon p. 119 ; Eyssartier et Roux p. 468 ; BSM 2/2006 pp. 56-57-
03/11/2018Hygrophorus agathosmusConfusions possiblesHygrophorus hyacinthinus, plus clair et plus frêle, possède une odeur typique de jacinthe (ou bonbon anglais) Hygrophorus roseifolius, a les lames roses et sont chapeau est brunâtre. Hygrophorus odoratus, plus petit, dont les lames ont des reflets roses et la marge du chapeau onduléeHygrophorus hyacinthinus, plus clair et plus frêle, possède une odeur typique de jacinthe (ou aussi dite de "bonbon anglais" ou de colle à bois) Hygrophorus roseifolius, a les lames roses et sont chapeau est brunâtre. Hygrophorus odoratus, plus petit, dont les lames ont des reflets roses et la marge du chapeau ondulée-
03/11/2018Hygrophorus agathosmusCommentairesLe nom actuel d'Hygrophorus agathosmus est Hygrophorus cerasinus.--
03/11/2018Peziza obtusapiculataCommentairesHyménium jaune vert olive foncé à brun clair ; spores à petites verrues + ou - isolées. --
03/11/2018Peziza obtusapiculataApothécie Description-Hyménium jaune vert olive foncé à brun olivâtre. -
03/11/2018Peziza obtusapiculataSpores Description-Spores à petites verrues ± isolées ; épines polaires présentes.-
03/11/2018Peziza obtusapiculataRéférencesHäffner (1986)Häffner (1986) ; BSM 2/2006 pp. 53-55-
03/11/2018Peziza obtusapiculataConfusions possibles-Peziza apiculata-
03/11/2018Peziza obtusapiculataCommentairesHyménium jaune vert olive foncé à brun clair ; spores à petites verrues + ou - isolées. Bois pourri de feuillu au printemps ou sol probablement.Hyménium jaune vert olive foncé à brun clair ; spores à petites verrues + ou - isolées. -
03/11/2018Peziza obtusapiculataEcologie Description-Bois pourri de feuillus, parmi les copeaux de bois ou au sol. Printemps. Rare.-
03/11/2018Helminthosphaeria clavariarumComestibilité-Sans intérêt-
03/11/2018Helminthosphaeria clavariarumRéférencesEllis fig. 64 ; Eyssartier et Roux p. 1010Ellis fig. 64 ; Eyssartier et Roux p. 1010 ; BSM 6/2007 pp. 261-263-
03/11/2018Helminthosphaeria clavariarumCommentairesPyrénomycètes poussant sur Clavulina cristata ou Clavulina cinerea.--
03/11/2018Helminthosphaeria clavariarumFructification Couleur-Bleu, Noir-
03/11/2018Helminthosphaeria clavariarumEcologie Description-Pyrénomycète poussant sur Clavulina cristata ou Clavulina cinerea. Durant la période de pousse de ses hôtes. Fréquent.-
03/11/2018Infundibulicybe costataComestibilitéSans intérêtComestible-
03/11/2018Infundibulicybe costataRéférencesCD 278 ; Bon p. 135 ; Eyssartier et Roux p. 574 ; BK 3 155CD 278 ; Bon p. 135 ; Eyssartier et Roux p. 574 ; BK 3 155 ; BSM 6/2007 pp. 249-243-
03/11/2018Infundibulicybe costataConfusions possibles-Infundibulicybe gibba Clitocybe catinus-
03/11/2018Infundibulicybe costataCommentairesCalcicole. Répandu. Début de l'été jusqu'à l'automne. --
03/11/2018Infundibulicybe costataChair DescriptionBlanche, mince, odeur aromatique, un peu d'amendes amères, saveur douce, fade.Blanche, mince, odeur aromatique, un peu d'amandes amères, saveur douce, fade.-
03/11/2018Infundibulicybe costataStipe Description30-45 x 4-8 mm, cylindrique, lisse, brunâtre ocre , recouvert de petites fibilles blanchâtres, plein ou farci, cortiqué.30-45 x 4-8 mm, cylindrique, lisse, brunâtre ocre , recouvert de petites fibilles blanchâtres, plein ou farci, cortiqué. Rhizomorphes présents à la base de son pied, uniquement visibles après un lavage à l'eau.-
03/11/2018Infundibulicybe costataSpores DescriptionEn forme de pépins ou de gouttes, lisses, hyalines, guttulées, 5-7 x 3,5-4,6µm, sporée blanchâtre crème. Basides étroitement clavées, tétrasporiques, bouclées. Pas de cystides. Cuticule formée d'hyphes +/- parallèles larges, cloisons bouclées.En forme de pépins ou de gouttes, lisses, hyalines, guttulées, 5-7 x 3,5-4,6 µm, sporée blanchâtre crème. Basides étroitement clavées, tétrasporiques, bouclées. Pas de cystides. Cuticule formée d'hyphes +/- parallèles larges, cloisons bouclées.-
03/11/2018Infundibulicybe costataEcologie DescriptionGrégaires. En forêts de conifères, surtout Picea, généralement sur sols calcaires et basiques.En forêts de conifères, surtout Picea spp. (épicéas), généralement sur sols calcaires et basiques. Grégaire ou solitaire. Calcicole. Juin-septembre (mai-novembre). Répandu. -
03/11/2018Hemimycena ignobilisRéférencesEyssartier et Roux p. 370Eyssartier et Roux p. 370 ; BSM 6/2007 pp. 228-231-
03/11/2018Hemimycena ignobilisEcologie Description-Au sol, parmi les mousses. Dans les champs. Rare.-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaComestibilité-Sans intérêt-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaRéférencesDM Hors Série n° 4 ; MycocharentesDM Hors Série n° 4 ; Mycocharentes ; BSM 6/2007 pp. 222-228-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaConfusions possibles-Hodophilus atropunctus est de couleur brune et son stipe est ponctué au sommet-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaCommentairesEspèce rare--
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaLames CouleurBlanc, GrisBlanc-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaLames DescriptionAdnées à pentuesAdnées à décurrentes.-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaChair DescriptionInodoreInodore.-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaSpores Description3,5-4 x 3,5 µm, non amyloidesMesurant 3,5-4 x 3,5 µm, non amyloïdes-
03/11/2018Camarophyllopsis atrovelutinaEcologie Description-Dans les forêts de feuillus humides. Automne. Rare.-
03/11/2018Erysiphe hedwigiiConfusions possiblesErysiphe viburni parasite Viburnum opulus.Erysiphe viburni, ses cleistothèces possèdent 2-8 asques, 4-22 appendices et parasite Viburnum acerifolium (viorne à feuille d'érable), Viburnum opulus (viorne obier), Viburnum trilobum (viorne trilobée).-
03/11/2018Erysiphe hedwigiiApothécie DescriptionCleistothèce sphérique, brun foncé avec 3-8 appendices hyalins et divisés dichotomiquement 4-5 fois.Cleistothèce sphérique, brun foncé ; 3-8 appendices hyalins et divisés dichotomiquement 4-5 fois.-
03/11/2018Erysiphe hedwigiiEcologie DescriptionSur la face inférieure des feuilles vivantes ou récemment tombées de Viburnum lantana, Viburnum burejaeticum, Viburnum glomeratum et Viburnum tinusSur la face inférieure des feuilles vivantes ou récemment tombées de Viburnum lantana (viorne lantane), Viburnum burejaeticum, Viburnum carlesii Viburnum glomeratum et Viburnum tinus (viorne tin). De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Assez fréquent.-
03/11/2018Pholiota gummosaVaréiétés/formes-Pholiota gummosa var. obscurofusca est de couleur brune et non pas blanc verdâtre.-
03/11/2018Pholiota henningsiiNoms françaisPholiote de HenningsPholiote de Hennings ; Pholiote des tourbières-
03/11/2018Pholiota henningsiiRéférencesMarchand 596 ; Eyssartier et Roux p. 690Marchand 596 ; Eyssartier et Roux p. 690 ; BSM 5/2007 p. 211-
03/11/2018Pholiota henningsiiConfusions possibles-Pholiota gummosa ne pousse pas parmi les sphaignes.-
03/11/2018Galerina paludosaRéférencesBon p. 249 ; CD 1221 ; Eyssartier et Roux p. 668Bon p. 249 ; CD 1221 ; Eyssartier et Roux p. 668 ; BSM 5/2007 pp. 210-211-
03/11/2018Galerina paludosaCommentairesOdeur farineuse.--
03/11/2018Galerina paludosaChair Description-Odeur farineuse.-
03/11/2018Cortinarius pholideusRéférencesBK 5 262 ; CD 1112 ; Bon p. 217 ; Marchand 743 ; Eyssartier et Roux p. 752BK 5 262 ; CD 1112 ; Bon p. 217 ; Marchand 743 ; Eyssartier et Roux p. 752 ; BSM 5/2007 pp. 209-210-
03/11/2018Cortinarius pholideusStipe Description6-12(16) x 0,5-2 cm, égal ou un peu dilaté vers la base, ferme, un peu luisant et souvent violet au sommet, fibrilleux, blanchâtre, paille, peu à peu brun-jaune à partir de la base. Voile brun foncé a brun noirâtre, formant souvent un anneau et une tigrure squamulo-f1oconneuse saillante très manifeste. Mesurant 6-12(16) x 0,5-2 cm, égal ou un peu dilaté vers la base, ferme, un peu luisant et souvent violet au sommet, fibrilleux, blanchâtre, paille, peu à peu brun-jaune à partir de la base. Voile brun foncé a brun noirâtre, formant souvent un anneau et une tigrure squamulo-f1oconneuse saillante très manifeste. -
03/11/2018Arrhenia sphagnicolaRéférencesBon p. 129 ; BK 3 386 ; Eyssartier et Roux p. 580Bon p. 129 ; BK 3 386 ; Eyssartier et Roux p. 580 ; BSM 5/2007 pp. 208-209-
03/11/2018Arrhenia sphagnicolaConfusions possibles-Arrhenia onisca peut également pousser parmi les sphaignes, a un chapeau glabre et l'arête des lames bordées de noir. Arrhenia philonotis a un chapeau en entonnoir très profond, dont les fibrilles sont concolores au chapeau et ses spores sont nettement elliptiques. Arrhenia cyathella est également très creusée, pousse dans les touffes de Carex spp. (laîches) et a des spores subglobuleuses.-
03/11/2018Arrhenia sphagnicolaCommentairesCette espèce turficole est caractérisée par un pied greffé sur les sphaignes.--
03/11/2018Arrhenia sphagnicolaEcologie Description-Greffé sur la partie morte des sphaignes. Dans les tourbières. Juin-septembre. Rare.-
03/11/2018Omphalina microspermaConfusions possiblesOmphalina baeosporerma est inodore, ses hyphes des lamelles ne sont pas vésiculeuses et son stipe est poilu.Omphalina baeospora est inodore, ses hyphes des lamelles ne sont pas vésiculeuses et son stipe est poilu.-
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensRéférencesBK 1 202BK 1 202 ; BSM 5/2007 pp. 178-184-
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensConfusions possibles-Ionomidotis irregularis possède un hyménium plus mince et très contourné. Diplocarpa bloxamii-
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensCommentairesIsolé ou souvent fasciculé. Rare. Automne et hiver. --
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensApothécie Description1-7-(10) mm, irrégulièrement cupuliforme, discoïde, pétiolée, ombliquée, subsessile à stipitée, à marge récurvée. Hyménium lisse, noir-olive, brun-vert, brun rougeâtre. Excipulum constitué de deux types de texture. 1-7-(10) mm, irrégulièrement cupuliforme, discoïde, pétiolée, ombliquée, subsessile à stipitée, à marge récurvée. Hyménium lisse, noir-olive, brun-vert, brun rougeâtre. -
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensSpores DescriptionCylindriques à ellipsoïdes, suballantoïdes, lisses, non septées, biguttulées, 5-6,5-(8) x 1-1,5-(2) µm. Asques octosporés, spores bisériées, 40-50 x 3,5-5 µm. Paraphyses filiformes, fourchues, parfois ramifiées au sommet. Cylindriques à ellipsoïdes, suballantoïdes, lisses, non septées, biguttulées, 5-6,5-(8) x 1-1,5-(2) µm. Asques octosporés, spores bisériées, 40-50 x 3,5-5 µm. Paraphyses filiformes, fourchues, parfois ramifiées au sommet. Excipulum constitué de deux types de texture. Réaction ionomidotique à la potasse (KOH), c'est à dire qu'il existe un pigment soluble dans celle-ci de couleur rouge.-
03/11/2018Ionomidotis fulvotingensEcologie DescriptionDans les fentes de l'écorce des branches mortes de feuillus tels que, Acer, Alnus, Corylus, Prunus et Salix.Dans les fentes de l'écorce des branches mortes de feuillus tels qu'Acer spp., Alnus spp. (aulnes), Carpinus betulus (charme), Corylus spp. (noisetiers), Prunus spp. (pruniers, etc.) et Salix spp. (saules). Isolé ou souvent fasciculé. Rare. Automne-hiver. -
03/11/2018Sarcosphaera coronariaRéférencesBon p. 331 ; CD 25 ; BK 1 34 ; Marchand 199 ; Eyssartier et Roux p. 1064Bon p. 331 ; CD 25 ; BK 1 34 ; Marchand 199 ; Eyssartier et Roux p. 1064 ; BSM 1/2009 pp. 27-29-
03/11/2018Sarcosphaera coronariaVaréiétés/formesIl existe une forme blanche rare var. nivea DM XXX(120):3-8(2001).Sarcosphaera coronaria var. nivea est de couleur toute blanche.-
03/11/2018Sarcosphaera coronariaCommentairesDiffère des pézizes par sa croissance en partie hypogée. La toxine présente dans ce champignon est l'acide méthylarsonique. Il peut contenir jusqu'à 2030 mg/kg de champignon sec et la dose létale de cet élément chimique est de 70-200 mg chez un homme adulte.-
03/11/2018Sarcosphaera coronariaApothécie DescriptionLe réceptacle se déchire en forme d'étoile.Apothécie semi-hypogée, d'abord fermée, puis se déchirant en forme d'étoile.-
03/11/2018Sarcosphaera coronariaEcologie DescriptionTerrains calcaires.Dans les forêts de feuillus comme de conifères. Sur terrain calcaire. Mai-juillet (mars-septembre, très rarement en automne et en hiver). Fréquent.-
03/11/2018Gymnopus peronatusRéférencesBon p. 179 ; CD 534 ; Eyssartier et Roux p. 424Bon p. 179 ; CD 534 ; Eyssartier et Roux p. 424 ; BSM 1/2009 pp. 9-11-
03/11/2018Gymnopus peronatusConfusions possibles-Collybia hariolorum, possède une odeur de chou et son mycélium basal est blanc.-
03/11/2018Gymnopus peronatusCommentairesOdeur de vinaigre à la trituration.--
03/11/2018Gymnopus peronatusChair Description-Odeur de vinaigre à la trituration.-
03/11/2018Gymnopus peronatusEcologie Description-Dans la litière des forêts de feuillus, plus rarement sous conifères. Juillet-octobre (tout l'année). Fréquent.-
03/11/2018Mycena albidolilaceaRéférencesRobich 577 en note ; SMMA n° 27 ; Eyssartier et Roux p. 390Robich 577 en note ; SMMA n° 27 ; Eyssartier et Roux p. 390 ; BSM 6/2010 p. 229-
03/11/2018Mycena albidolilaceaCommentairesSur feuilles. Le rose sur l'arête des lames est peu visible ce qui complique la détermination. Détermination R. Péan. Confirmation J. Mornand. Le rose sur l'arête des lames est peu visible ce qui complique la détermination. Détermination R. Péan. Confirmation J. Mornand. -
03/11/2018Mycena albidolilaceaEcologie Description-Sur feuilles et chatons femelles d'Alnus spp. (aulnes). Rare. -
03/11/2018Lamprospora maireanaRéférencesMedardi p. 114Medardi p. 114 ; BSM 6/2010 pp. 222-224-
03/11/2018Lamprospora maireanaApothécie Descriptiondiscoïde à pulvinéeDiscoïde à pulvinée. De couleur rouge-orangé.-
03/11/2018Lamprospora maireanaStipe DescriptionnulAbsent.-
03/11/2018Lamprospora maireanaSpores Descriptionavec gros tubercules hémisphériques hauts et larges de 3,5 µm à aspect spumeux parce que dotés de petites guttules.Avec de gros tubercules hémisphériques hauts et larges de 3,5 µm à aspect spumeux car ils dotés de petites guttules.-
03/11/2018Lamprospora maireanaEcologie DescriptionParmi les mousses en terrain sablonneux.Parmi les mousses en terrain sablonneux ou en bord de chemin. Rare.-
03/11/2018Chroogomphus helveticusComestibilité-Comestible-
03/11/2018Chroogomphus helveticusConfusions possiblesChroogomphus tomentosus, espèce américaine, plus grêle et plus pâle et ochracé, parasite Aureoboletus mirabilis (seul Aureoboletus mirabilis a pour l'instant été retrouvé en Europe). Cystogomphus humblotii, espèce extrêmement rare et énigmatique, ressemble à Chroogomphus tomentosus, mais son voile est composé de sphérocystes, son chapeau conserve des plaques écailleuses, possède de longues cystides allant jusqu'à 150 μm de longueur et pousse en association avec des conifères exotiques. La seule découverte à été faite à Vincennes en 1924 et le spécimen type existe toujours. Cela permettra à des études génétiques de déterminer sa position dans les Gomphidiaceae.Chroogomphus tomentosus, espèce américaine, plus grêle et plus pâle et ochracé, parasite Aureoboletus mirabilis (seul son hôte a pour l'instant été retrouvé en Europe). Cystogomphus humblotii, espèce extrêmement rare et énigmatique, ressemble à Chroogomphus tomentosus, mais son voile est composé de sphérocystes, son chapeau conserve des plaques écailleuses, possède de longues cystides allant jusqu'à 150 μm de longueur et pousse en association avec des conifères exotiques. La seule découverte a été faite à Vincennes en 1924 et le spécimen type existe toujours. Cela permettra à des études génétiques de déterminer sa position dans les Gomphidiaceae.-
03/11/2018Chroogomphus helveticusCommentairesConifères, surtout pins et épicéas.--
03/11/2018Chroogomphus helveticusEcologie Description-Sous conifères, surtout Picea spp. (épicéas), plus rarement Pinus spp. (pins), Abies spp. (sapins) et Larix spp. (mélèzes). Grégaire, plus rarement solitaire. Dans les forêts, les parcs et jardins. Juillet-octobre (mai-décembre). Assez fréquent.-
03/11/2018Squamanita odorataConfusions possiblesSquamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses chlamydospores sont ornementées, sont pied possède des squamules concolore au chapeau et elle ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune. Squamanita fimbriata possède la même odeur, possède des cystides hyphoïdes sur la marge des ses lames et pousse sur Kuehneromyces mutabilis et Kueheromyces lignicola.Squamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses chlamydospores sont ornementées, sont pied possède des squamules concolore au chapeau et elle ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune. Squamanita fimbriata possède la même odeur, possède des cystides hyphoïdes sur la marge des ses lames et pousse sur Kuehneromyces mutabilis et Kuehneromyces lignicola.Faute de frappe.
03/11/2018Squamanita odorataConfusions possiblesSquamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses chlamydospores sont ornementées, sont pied possède des squamules concolore au chapeau et elle ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune.Squamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses chlamydospores sont ornementées, sont pied possède des squamules concolore au chapeau et elle ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune. Squamanita fimbriata possède la même odeur, possède des cystides hyphoïdes sur la marge des ses lames et pousse sur Kuehneromyces mutabilis et Kueheromyces lignicola.-
03/11/2018Squamanita pearsoniiConfusions possibles-Squamanita odorata dont les pied émergent d'un cécidiocarpe, parasite Hebeloma mesophaeum, ses spores ne sont pas amyloïdes, ses chlamydospores sont lisses et son pied est lisse, sauf juste au dessus du cécidiocarpe. Squamanita fimbriata parasite Kuehneromyces mutabilis et Kuehneromyces lignicola, émerge d'un cécidiocarpe irrégulier, ses chalmydospores sont lisses et le champignon est de couleur gris clair.-
03/11/2018Squamanita pearsoniiSpores Description-Sporée blanche.-
03/11/2018Squamanita pearsoniiEcologie Description-Dans la mousse des forêts ou des lisières de forêt. Parasite de Galerina pumila. -
03/11/2018Squamanita odorataEtymologieodorare : parfumer, sentir. Parfumé, odorant.odorare (latin) : parfumer, sentir. Parfumé, odorant.-
03/11/2018Squamanita odorataConfusions possiblesSquamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses conidies sont ornementées, ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune.Squamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses chlamydospores sont ornementées, sont pied possède des squamules concolore au chapeau et elle ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune.-
03/11/2018Squamanita odorataCommentairesTrès rare.--
03/11/2018Squamanita odorataChapeau Saveur cuticule-Douce-
03/11/2018Squamanita odorataChapeau Description-Convexe, campanulé, voire presque ombiliqué, gris-noir, fortement squamuleux.-
03/11/2018Squamanita odorataChair Saveur-Douce-
03/11/2018Squamanita odorataLames Description-Grises ou crème, échancrées. -
03/11/2018Squamanita odorataStipe Forme-Cylindracé-
03/11/2018Squamanita odorataStipe DescriptionStipe se terminant par un cécidiocarpe.Stipe blanc, plein, se terminant par un cécidiocarpe de couleur crème-ocracé, garni de squames concolores au chapeau à l'endroit d'où émerge le pied.-
03/11/2018Squamanita odorataOdeurAromatique, Fleur d'oranger, FruitéeAromatique, Fleur d'oranger, Sucre brulé-
03/11/2018Squamanita odorataSpores Description-Sporée blanche.-
03/11/2018Squamanita odorataEcologie DescriptionDans les parcs et jardins. Parasite d'Hebeloma mesophaeum.Dans les parcs et jardins, les forêts. Parasite d'Hebeloma mesophaeum. Juillet-octobre. Très rare.-
03/11/2018Flammulina velutipesVaréiétés/formesFlammulina velutipes var. lactea a le chapeau de couleur blanche et le pied brunissant à la base.Flammulina velutipes var. lactea a le chapeau de couleur blanche et le pied brunissant à la base.-
03/11/2018Flammulina velutipesSpores Description Sporée blanche.Sporée blanche.-
03/11/2018Flammulina velutipesConfusions possibles-Flammulina elastica possède une cuticule constitué d'hyphes dressées, fréquemment divisées et plus épaisses que chez Flammulina velutipes et possède des spores oblongues. Flammulina finlandica, identique à la précédente, possède des spores d'une largeur de (3)3.5–4.5(5) μm. Flammulina fennae, est plus rarement cespiteuse, a un chapeau de couleur plus claire, au centre brun-ocracé, possède une cuticule constituée d'hyphes dressées, relativement peu divisées et des spores mesurant 6-8 x 4-5 μm (Q = 1,4-1,8). Flammulina filiformis est une espèce asiatique, cultivée et connue sous le nom d'enokitake. Elle présente cependant un chapeau plus clair (blanc dans sa forme albinique, cultivée) et possède une cuticule composée d'hyphes filamenteuses dressées et rarement divisées. Flammulina populicola pousse sur les arbre de la famille des Salicaceae, des spores mesurant 6-7,5 x 4-5,5 µm et sa cuticule est composée d'hyphes épaisses en forme de massue. Flammulina rossica possède un chapeau plus clair et possède des ixohyphides sphéropédonculées ou largement clavées.-
03/11/2018Flammulina velutipesVaréiétés/formes-Flammulina velutipes var. lactea a le chapeau de couleur blanche et le pied brunissant à la base.-
03/11/2018Flammulina velutipesCommentairesTardif voire hivernal--
03/11/2018Flammulina velutipesChapeau Description-Chapeau orange, strié ou non, glutineux, élastique.-
03/11/2018Flammulina velutipesSpores Description- Sporée blanche.-
03/11/2018Flammulina velutipesEcologie Description-Sur le bois de feuillus, plus rarement de conifères. Cespiteux ou parfois grégaire, rarement solitaire. Tardif voire hivernal. Fréquent.-
02/11/2018Erysiphe aquilegiaePhoto-Erysiphe_aquilegiae_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Erysiphe aquilegiae, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
01/11/2018Cuphophyllus fornicatusConfusions possibles-Cuphophyllus lepidopus-
01/11/2018Cuphophyllus fornicatusVaréiétés/formes-Cuphophyllus fornicatus var. streptopus est un peu jaunissante à la base du stipe. Cuphophyllus fornicatus var. clivalis est rosissante à la base du stipe et ses les lames sont plus brunes.-
01/11/2018Cuphophyllus fornicatusCommentairesLa var. streptopus, un peu jaunissante à la base du stipe et la var. clivalis, rosissante à la base du stipe et dans les lames sont plus brunes.--
01/11/2018Suillus collinitusConfusions possibles-Suillus luteus est un bolet annelé. Suillus granulatus, a le chapeau lisse, montre des ponctuations plus pâles sur le stipe, seulement en haut, et un mycélium basal blanc.-
01/11/2018Suillus collinitusVaréiétés/formes-Suillus collinitus var. aureus a le chapeau jaune d'or. Suillus collinitus var. velutipes se distingue du type par un voile glutineux brunâtre à la base du stipe, un feutrage blanchâtre ténu à la marge du chapeau.-
01/11/2018Suillus collinitusCommentairesCuticule vergetée de brun chocolat. Vient sous les pins; caractérisé par l'absence d'anneau, par un chapeau brun rouge à brun châtain, radialement fibrilleux; pied finement ponctué de brun rougeâtre sur toute sa hauteur et par un mycélium basal rose. Il pourrait être confondu avec certaines formes de Suillus granulatus, dont le chapeau est lisse, et montre des ponctuations plus pâles sur le stipe, et seulement en haut, et un mycélium basal blanc. Son cousin annelé est Suillus luteus. La var. aureus Huijsman a le chapeau jaune d'or. La var. velutipes Contu et al. s'en distingue par un voile glutineux brunâtre à la base du stipe, un feutrage blanchâtre ténu à la marge du chapeau.Cuticule vergetée de brun chocolat. Vient sous les pins; caractérisé par l'absence d'anneau, par un chapeau brun rouge à brun châtain, radialement fibrilleux; pied finement ponctué de brun rougeâtre sur toute sa hauteur et par un mycélium basal rose. -
01/11/2018Suillellus queletiiVaréiétés/formesSuillellus queletii var. rubicundus a la cuticule rouge brique, est plus petit, et parfois cespiteux. Suillellus queletii var. aurantiacus Suillellus queletii var. lateritius Suillellus queleti var. pseudoluridus Suillellus queleti var. squarrosipes Suillellus queletii var. zugazaeSuillellus queletii var. rubicundus a la cuticule rouge brique, est plus petit et parfois cespiteux. Suillellus queletii var. aurantiacus Suillellus queletii var. lateritius Suillellus queletii var. pseudoluridus Suillellus queletii var. squarrosipes Suillellus queletii var. zugazae-
01/11/2018Suillellus queletiiConfusions possibles-Suillellus luridiformis a la cuticule jaune orangé et le stipe pâle. -
01/11/2018Suillellus queletiiVaréiétés/formes-Suillellus queletii var. rubicundus a la cuticule rouge brique, est plus petit, et parfois cespiteux. Suillellus queletii var. aurantiacus Suillellus queletii var. lateritius Suillellus queleti var. pseudoluridus Suillellus queleti var. squarrosipes Suillellus queletii var. zugazae-
01/11/2018Suillellus queletiiCommentairesLa var. rubicundus a la cuticule rouge brique, est plus petit, et parfois cespiteux. La var. discolor a la cuticule jaune orangé et le stipe pâle. -
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeRéférencesPlant parasites of Europe Phytoparasitische kleinpilzePlant parasites of Europe ; Phytoparasitische kleinpilze-
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeVaréiétés/formes-Erysiphe aquilegiae var. aquilegiae parasite Aquilegia, Caltha et Actaea. Erysiphe aquilegiae var. ranunculi parasite Ranunculus et Delphinium.-
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeCommentairesLa variété aquilegiae parasite Aquilegia, Caltha et Actaea tandis que la variété ranunculi parasite Ranunculus et Delphinium.Nous ne savons pas s'il faut réellement séparer ces deux variétés sur des bases écologiques.-
01/11/2018Erysiphe vanbruntianaSpores Longueur en µm11-15--
01/11/2018Erysiphe vanbruntianaTaille en cm1-2--
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeSpores Longueur en µm1-2--
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeTaille en cm1-2--
01/11/2018Erysiphe aquilegiaeComestibilité-Sans intérêt-
31/10/2018Psilocybe strictipesConfusions possibles-Psilocybe semilanceata-
31/10/2018Phylloporus pelletieriConfusions possibles-Cette espèce ne peut-être confondue avec aucune autre en Europe.-
31/10/2018Phylloporus pelletieriCommentairesBeau réseau rouge à mailles allongées, pointillées. Calcicole. Souvent précoce. Beau réseau rouge à mailles allongées, pointillées. -
31/10/2018Phylloporus pelletieriEcologie Description-Dans les forêts thermophiles. Calcicole. Souvent précoce. Assez rare à rare. -
31/10/2018Phloeomana speireaVaréiétés/formes-Phloeomana speirea var. camptophylla a le stipe jaune vif.-
31/10/2018Phloeomana speireaCommentairesLa var. camptophylla a le stipe jaune vif.--
31/10/2018Phylloporia ribisCommentairesLe polymorphisme de Phylloporia ribis, prête à interprétation au point que Bourdot & Galzin (1925) distinguent autant de formes que d'hôtes, soit 20 au total, soit : f. evonymi, crataegi, lonicerae, ulicis, rosae, pruni-spinosae, jasmini, amelanchieris, ephedrae-nebrodensis, fraxini, cerasi, ulmi, piri, querçus, fagi, aceris, thymi, dorycnii, callunae.Le polymorphisme de Phylloporia ribis, prête à interprétation au point que Bourdot & Galzin (1925) distinguent autant de formes que d'hôtes, soit 20 au total, soit : f. evonymi, crataegi, lonicerae, ulicis, rosae, pruni-spinosae, jasmini, amelanchieris, ephedrae-nebrodensis, fraxini, cerasi, ulmi, piri, quercus, fagi, aceris, thymi, dorycnii, callunae.-
31/10/2018Phylloporia ribisNoms françaisPolypore du groseillier ; Phellin du groseillier ; Polypore du fusain (f. evonymi)Polypore du groseillier ; Phellin du groseillier ; Polypore du fusain (f. evonymi)-
31/10/2018Phylloporia ribisVaréiétés/formes-Phylloporia ribis f. aceris pousse sur Acer spp. (érables). Phylloporia ribis f. amelanchieris pousse sur Amelanchier spp. (amélanchiers). Phylloporia ribis f. arbuti pousse sur Arbutus spp. (arbousiers). Phylloporia ribis f. berberidis pousse sur Berberis spp. (berbéris). Phylloporia ribis f. callunae pousse sur Calluna spp. (callunes). Phylloporia ribis f. cerasi pousse sur Prunus cerasus (cerisier acide). Phylloporia ribis f. corni pousse sur Cornus spp. (cornouillers). Phylloporia ribis f. crataegi pousse sur Crataegus spp. (aubépines). Phylloporia ribis f. cytisi pousse sur Cytisus spp. (cytises). Phylloporia ribis f. dorycnii pousse sur Dorycnium spp. (dorycnies). Phylloporia ribis f. ephedrae-nebrodensis pousse sur Ephedra nebrodensis (raisin de mer). Phylloporia ribis f. euonymi pousse sur Euonymus spp. (fusains). Phylloporia ribis f. fagi pousse sur Fagus spp. (hêtres). Phylloporia ribis f. fraxini pousse sur Fraxinus spp. (frênes). Phylloporia ribis f. jasmini pousse sur Jasminum spp. (jasmins). Phylloporia ribis f. lonicerae pousse sur Lonicera spp. (chèvrefeuilles). Phylloporia ribis f. piri pousse sur Pyrus spp. (poiriers). Phylloporia ribis f. pistaciae pousse sur Pistacia spp. (pistachiers). Phylloporia ribis f. pruni-spinosae pousse sur Prunus spinosa (prunellier). Phylloporia ribis f. quercus pousse sur Quercus spp. (chênes). Phylloporia ribis f. ribis, le type, pousse sur Ribes spp. (groseillers). Phylloporia ribis f. rosae pousse sur Rosa spp. (rosiers). Phylloporia ribis f. thymi pousse sur Thymus spp. (thyms). Phylloporia ribis f. ulicis pousse sur Ulex spp. (ajoncs). Phylloporia ribis f. ulmi pousse sur Ulmus spp. (ormes).-
31/10/2018Phylloporia ribisCommentairesPérenne. Répandu mais peu fréquent. Tout au long de l'année. Remarques : Pourriture blanche. Le polymorphisme de P. ribis, prëte à interprétation au point que Bourdot & Galzin (1925) distinguent autant de formes que d'hôtes, soit 20 au total : à savoir ; f. evonymi, crataegi, lonicerae, ulicis, rosae, pruni-spinosae, jasmini, amelanchieris, ephedrae-nebrodensis, fraxini, cerasi, ulmi, piri, querçus, fagi, aceris, thymi, dorycnii, callunae;Le polymorphisme de Phylloporia ribis, prête à interprétation au point que Bourdot & Galzin (1925) distinguent autant de formes que d'hôtes, soit 20 au total, soit : f. evonymi, crataegi, lonicerae, ulicis, rosae, pruni-spinosae, jasmini, amelanchieris, ephedrae-nebrodensis, fraxini, cerasi, ulmi, piri, querçus, fagi, aceris, thymi, dorycnii, callunae.-
31/10/2018Phylloporia ribisChapeau/Dessus DescriptionFructification en forme de console, orbiculaire, également étalé-réfléchi, entourant parfois totalement la base de l'hôte, souvent plusieurs exemplaires réunis, concrescents. Chapeau 30-150 mm de largeur, 5-20 mm d'épaisseur au point de fixation, gravé de sillons concentriques, profonds et serrés, fissuré radialement, très inégal en arrière et parfois crevassé en damier, finement velouté dans la jeunesse, puis raboteux, brun jaune, brun rouillé, enfin brun bistre et verdi par les algues ou les mousses. Marge sinueuse, aiguë et mince, ondulée, tuberculeuse, stérile, un peu feutrée, cannelle, puis brun grisâtre. Fructification en forme de console, orbiculaire, également étalé-réfléchi, entourant parfois totalement la base de l'hôte, souvent plusieurs exemplaires réunis, concrescents. Chapeau 30-150 mm de largeur, 5-20 mm d'épaisseur au point de fixation, gravé de sillons concentriques, profonds et serrés, fissuré radialement, très inégal en arrière et parfois crevassé en damier, finement velouté dans la jeunesse, puis raboteux, brun jaune, brun rouillé, enfin brun bistre et verdi par les algues ou les mousses. Marge sinueuse, aiguë et mince, ondulée, tuberculeuse, stérile, un peu feutrée, cannelle, puis brun grisâtre. -
31/10/2018Phylloporia ribisPores/Dessous DescriptionPores minuscules, 7 à 9 par mm, arrondis, brun jaune à cannelle olivacé, chatoyant par une pruine blanc grisâtre. Tubes courts, 1-2 mm, stratifiés de façon très indécise, concolores à la trame. Sporée brune. Pores minuscules, 7 à 9 par mm, arrondis, brun jaune à cannelle olivacé, chatoyant par une pruine blanc grisâtre. Tubes courts, 1-2 mm, stratifiés de façon très indécise, concolores à la trame. Sporée brune. -
31/10/2018Phylloporia ribisChair DescriptionConsistance subéreuse, tenace, mince (2-5 mm), dure en séchant de couleur rouille à fauve rouillé, feutrée comme l'amadou, partagée par une ligne noire de 0,1 mm d'épaisseur environ, , la portion inférieure subéreuse, cannelle étant nettement plus dure et plus foncée que la partie supérieure.Consistance subéreuse, tenace, mince (2-5 mm), dure en séchant de couleur rouille à fauve rouillé, feutrée comme l'amadou, partagée par une ligne noire de 0,1 mm d'épaisseur environ, la portion inférieure subéreuse, cannelle étant nettement plus dure et plus foncée que la partie supérieure.-
31/10/2018Phylloporia ribisSpores DescriptionEllipsoïdes, lisses, hyalines à jaunâtres, parfois guttulées, 3-4-4,5 x 2.5-3 µm. I-. Basides clavées, bi-ou tétrasporiques, (8)-10-12-(15) x 3-4-5 µm, 1 cloison simple a la base. Pas de cystide ni de soie. Monomitique : Hyphes larges de 2-3-5-(6)µm, à parois minces ou épaissies, cloisonnées et bouclées. Ellipsoïdes, lisses, hyalines à jaunâtres, parfois guttulées, 3-4-4,5 x 2.5-3 µm. I-. Basides clavées, bi- ou tétrasporiques, (8)-10-12-(15) x 3-4-5 µm, 1 cloison simple a la base. Pas de cystide ni de soie. Monomitique : Hyphes larges de 2-3-5-(6)µm, à parois minces ou épaissies, cloisonnées et bouclées. -
31/10/2018Phylloporia ribisEcologie DescriptionÀ la base des troncs de Ribes rubrum, nigrum, grossularia, mais également sur d'autres feuillus tels que, Acer, Arbutus, Berbéris, Carpinus, Cistus, Colletia, Cornus , Cotoneaster, Cratageus, Cystisus, Ephedra, Erica, Eucalyptus, Euonymus, Fagus, Fraxinus, Jasminum, Laurus, Ligustrum, Lonicera, Pistacia, Platanus, Prunus, Pyrus, Quercus, Robinia, Rosa, Rubus, Sambucus, Spartium, Sorbus, Ulex, et Vitis. À la base des troncs de Ribes rubrum (groseiller à grappes), Ribes nigrum (cassis), Ribes grossularia (groseiller à maquereau), mais également sur d'autres feuillus tels qu'Acer spp. (érables), Amelanchier spp. (amélanchiers), Arbutus spp. (arbousiers), Berberis spp. (berbéris), Carpinus spp. (charmes), Cistus spp. (cistes), Colletia spp. (colletias), Cornus spp. (cornouillers), Cotoneaster spp. (cotonéaster), Crataegus spp. (aubépines), Cytisus spp. (cytises), Dorycnium spp. (dorycnies) Ephedra spp. (éphèdres), Erica spp. (bruyères), Eucalyptus spp. (eucalyptus), Euonymus spp. (fusains), Fagus spp. (hêtres), Fraxinus spp. (frênes), Jasminum spp. (jasmins), Laurus spp. (lauriers), Ligustrum spp. (troènes), Lonicera spp. (chèvrefeuilles), Pistacia spp. (pistachiers), Platanus spp. (platanes), Prunus spp. (pruniers, cerisiers, etc.), Pyrus spp. (poiriers), Quercus spp. (chênes), Robinia pseudoacacia (robinier faux-acacia), Rosa spp. (rosiers), Rubus (mûriers et framboisiers), Salix spp. (saules), Sambucus spp. (sureaux), Spartium scoparium (spartier à tige de jonc), Sorbus spp. (sorbiers), Thymus spp. (thyms) Ulex spp. (ajoncs), Ulmus spp. (ormes) et Vitis spp. (vignes). Provoque une pourriture blanche. Pérenne. Répandu mais peu fréquent. Tout au long de l'année. -
31/10/2018Phyllactinia guttataRéférencesEllis p. 110Ellis p. 110 ; Plant parasites of Europe-
31/10/2018Phyllactinia guttataConfusions possibles-Phyllactinia betulae pousse sur Betula spp. (bouleaux). Phyllactinia orbicularis pousse sur Fagus spp. (hêtres). Phyllactinia carpini pousse sur Carpinus spp. (charmes).-
31/10/2018Phyllactinia guttataCommentaires-Une coccinelle (Halyzia sedecimguttata) se nourrit de ce champignon.-
31/10/2018Phyllactinia guttataApothécie Description-Cleistothèce jaune, orange puis finalement brun, sphériques ; 4-12 appendices en poil d'ortie, disposés sur l'équateur, 1-2.5 fois plus long que le cleistothèce.-
31/10/2018Phyllactinia guttataEcologie HabitatBoisPlante herbacée-
31/10/2018Phyllactinia guttataEcologie Description-Sur feuilles vivantes ou récemment tombées de Corylus americana (noisetier d'Amérique), Corylus avellana (nosetier commun), Corylus colurna (noisetier de Byzance), Corylus cornuta ssp. californica (noisetier à long bec), Corylus ferox (noisetier épineux de l'Himalaya), Corylus heterophylla (noisetier du japon) et Corylus maxima (noisetier de Lambert). Cleistothèces et mycélium visibles sur la face infère de la feuille. De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.-
29/10/2018Erysiphe alphitoidesEcologie DescriptionSur les feuilles vivantes ou récemment tombées de Quercus canariensis (chêne zéen), Quercus castaneifolia (chêne à feuille de châtaigner), Quercus cerris (chêne chevelu), Quercus dalechampii (chêne de Dalechamp), Quercus faginea (chêne faginé), Quercus frainetto (chêne de Hongrie), Quercus x hispanica (faux chêne-liège d'Espagne), Quercus macanthera (chêne du Caucase), Quercus petraea (chêne rouvre), Quercus petraea ssp. iberica, Quercus pubescens (chêne pubescent), Quercus pyrenaica (chêne des Pyrénées), Quercus robur (chêne pédonculé), Quercus x rosacea, Quercus rubra (chêne rouge), Quercus x streimii, rarement sur Aesculus hippocastanum (marronier d'Inde), Castanea sativa (châtaigner), Cotinus coggygria (arbre à perruques), Fagus sylvatica (hêtre) et Ailanthus altissima (ailanthe glanduleux). De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.Sur les feuilles vivantes ou récemment tombées de Quercus canariensis (chêne zéen), Quercus castaneifolia (chêne à feuilles de châtaigner), Quercus cerris (chêne chevelu), Quercus dalechampii (chêne de Dalechamp), Quercus faginea (chêne faginé), Quercus frainetto (chêne de Hongrie), Quercus x hispanica (faux chêne-liège d'Espagne), Quercus macanthera (chêne du Caucase), Quercus petraea (chêne rouvre), Quercus petraea ssp. iberica, Quercus pubescens (chêne pubescent), Quercus pyrenaica (chêne des Pyrénées), Quercus robur (chêne pédonculé), Quercus x rosacea, Quercus rubra (chêne rouge), Quercus x streimii, rarement sur Aesculus hippocastanum (marronier d'Inde), Castanea sativa (châtaigner), Cotinus coggygria (arbre à perruques), Fagus sylvatica (hêtre) et Ailanthus altissima (ailanthe glanduleux). De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.-
29/10/2018Tapinella panuoidesConfusions possiblesTapinella ionipus a la base du pied magenta.Tapinella ionipus a la base du pied magenta.-
29/10/2018Tapinella panuoidesConfusions possibles-Tapinella ionipus a la base du pied magenta.-
29/10/2018Suillus spragueiConfusions possibles-Suillus cavipes pousse sous les mélèzes, il est de couleur soit brune soit jaune vitellin, son pied est creux et ses pores sont plus amples. Suillus lakei pousse sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), a les pores orangés et son chapeau est plus brun. Suillus spectabilis pousse sous les mélèzes, est de couleur pourpre et possède un voile visqueux formant des plaques sur son chapeau. Boletinus asiaticus pousse sous Larix sibirica (mélèze de Sibérie), possède une couleur pourpre sur le chapeau et le pied ainsi que des pores plus amples.-
29/10/2018Suillus spragueiEcologie Description-Sous Pinus strobus (pin de Weymouth). Très rare.-
29/10/2018Suillus spectabilisConfusions possiblesSuillus cavipes pousse aussi sous les mélèzes, mais son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau, il est de couleur soit brune soit jaune vitellin, son pied est creux et ses pores sont plus amples et anguleux. Suillus lakei pousse sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), a les pores orangés, son chapeau est plus terne, son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau et ses pores sont anguleux. Boletinus asiaticus pousse sous Larix sibirica (mélèze de Sibérie), possède une couleur pourpre sur le chapeau et le pied, des pores plus amples et polygonaux et son voile n'est pas visqueux.Suillus cavipes pousse aussi sous les mélèzes, mais son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau, il est de couleur soit brune soit jaune vitellin, son pied est creux et ses pores sont plus amples et anguleux. Suillus lakei pousse sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), a les pores orangés, son chapeau est plus terne, son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau et ses pores sont polygonaux. Suillus spraguei est très méchuleux, de couleur pourpre rougeâtre sur un fond jaune, a des pores anguleux et pousse de préférence sous Pinus strobus (pin de Weymouth). Boletinus asiaticus pousse sous Larix sibirica (mélèze de Sibérie), possède une couleur pourpre sur le chapeau et le pied, des pores plus amples et polygonaux et son voile n'est pas visqueux.-
29/10/2018Suillus spectabilisRéférences-Mycoquébec-
29/10/2018Suillus spectabilisConfusions possibles-Suillus cavipes pousse aussi sous les mélèzes, mais son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau, il est de couleur soit brune soit jaune vitellin, son pied est creux et ses pores sont plus amples et anguleux. Suillus lakei pousse sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), a les pores orangés, son chapeau est plus terne, son voile ne forme pas de plaques visqueuses sur le chapeau et ses pores sont anguleux. Boletinus asiaticus pousse sous Larix sibirica (mélèze de Sibérie), possède une couleur pourpre sur le chapeau et le pied, des pores plus amples et polygonaux et son voile n'est pas visqueux.-
29/10/2018Suillus spectabilisCommentairesTrès rare.--
29/10/2018Suillus spectabilisEcologie DescriptionEspèce américaine retrouvée en Europe.Espèce néophyte originaire d'Amérique du Nord. Très rare.-
29/10/2018Suillus sibiricusConfusions possibles-Suillus plorans n'est pas voilé, n'a pas la base du pied rose et n'est pas squamuleux sur le chapeau. Suillus flavidus pousse sous les pins des tremblants à tourbe, est plus petit, a un voile visqueux et n'est pas squamuleux.-
29/10/2018Suillus sibiricusCommentairesSous pins à 5 aiguilles. Anneau laineux, parfois caduc.--
29/10/2018Suillus sibiricusStipe Description-Anneau laineux, parfois caduc.-
29/10/2018Suillus sibiricusEcologie Description-Sous pins à 5 aiguilles. Rare.-
29/10/2018Suillus ploransConfusions possibles-Suillus sibiricus, pousse aussi sous pins à 5 aiguilles, mais possède un voile laineux caduc, est souvent squamuleux sur le chapeau et a la base du pied fréquemment rose.-
29/10/2018Suillus ploransSaveurDouce ou Amère/PiquanteDouce-
29/10/2018Suillus ploransCommentairesEn altitude, sous Pinus cembra, montagnard.--
29/10/2018Suillus ploransEcologie Description-Sous Pinus cembra (pin cembro), plus rarement sous autres pins à cinq aiguilles. En altitude, montagnard. Rare.-
29/10/2018Suillus placidusVaréiétés/formesSuillus placidus var. fusipes pousse sous Pinus cembra (pin cembro), a une réaction subnulle à l'ammoniaque.Suillus placidus var. fusipes pousse sous Pinus cembra (pin cembro), a une réaction subnulle à l'ammoniaque.-
29/10/2018Suillus placidusComestibilité-Sans intérêt-
29/10/2018Suillus placidusConfusions possibles-Suillus hololeucus pousse sous Larix spp. (mélèzes), n'a pas le stipe ponctué et possède un anneau gélatineux. Suillus bellinii est blanc dans sa jeunesse, mais vire au brun en vieillissant et pousse sous les pins à 2 aiguilles.-
29/10/2018Suillus placidusVaréiétés/formes-Suillus placidus var. fusipes pousse sous Pinus cembra (pin cembro), a une réaction subnulle à l'ammoniaque.-
29/10/2018Suillus placidusCommentairesLa chair vire au gris violet à la coupe. Sous Pinus strobus et P. cembra, submontagnard.--
29/10/2018Suillus placidusChair Description-Chair virant au gris violet à la coupe. -
29/10/2018Suillus placidusEcologie Description-Sous Pinus strobus (pin de Weymouth) et Pinus cembra (pin cembro). Submontagnard. Rare.-
29/10/2018Suillus lakeiEcologie Description-Sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas). Espèce néophyte originaire d'Amérique du Nord. Rare.-
29/10/2018Suillus lakeiConfusions possibles-Suillus tridentinus, a le chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré ainsi que les pores souvent plus orangés.-
29/10/2018Suillus lakeiCommentairesEspèce importée d'Amérique, voisine de Suillus tridentinus, à chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré. --
29/10/2018Suillus hololeucusConfusions possibles-Suillus placidus pousse sous les pins à cinq aiguilles, ne possède pas d'anneau visqueux et a le stipe ponctué. Suillus grevillei est identique à celui-ci, mais est de couleur jaune-orangé.-
29/10/2018Suillus hololeucusEcologie Description-Sous Larix decidua (mélèze d'Europe). Très rare.-
29/10/2018Suillus grevilleiConfusions possibles-Suillus clintonianus a le chapeau de couleur plus foncé et pousse essentiellement en Sibérie, Asie et Amérique du Nord. Suillus glandulosus ressemble au précédent, mais possède des pores anguleux, semblables à ceux de Suillus cavipes. Suillus hololeucus est identique à Suillus grevillei, mais est blanc ivoire.-
29/10/2018Suillus grevilleiCommentairesSurtout en montagne.--
29/10/2018Suillus grevilleiStipe SurfaceRéticulé, Ponctué, SublissePonctué, Sublisse-
29/10/2018Suillus grevilleiEcologie Description-Sous Larix spp. (mélèzes), rarement sous Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas). Surtout en montagne. Eté-automne. Rare à fréquent selon les régions.-
29/10/2018Suillus flavidusConfusions possibles-Suillus sibiricus vient sous Pinus cembra (pin cembro), son chapeau est squamuleux, sa marge floconneuse dans la jeunesse et la base de son pied est souvent rose. Suillus grevillei est de couleur plus vive (orange et jaune), est plus robuste, a des pores plus petits et pousse sous Larix spp. (mélèzes).-
29/10/2018Suillus flavidusCommentairesEspèce des pinèdes marécageuses, en montagne. Espèce plus grêle et à pores plus grands que Suillus grevillei. --
29/10/2018Suillus flavidusEcologie Description-Dans les pinèdes des tremblants tourbeux, en montagne. Rare.-
29/10/2018Entomophthora muscaePhoto-Entomophthora_muscae_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Entomophthora muscae, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Phaeotremella foliaceaCommentairesIsolé. Rare ou peu fréquent. Tout au long de l'année , surtout en périodes humides.Il semblerait que les récoltes sur bois de feuillus ne soient pas la même espèce que celles sur conifères.-
29/10/2018Phaeotremella foliaceaEcologie DescriptionSur basidiomes de stéreum qui poussent sur bois vivant ou mort de feuillus, rarement sur conifères, sur troncs tombés ou debout ainsi que sur les branches. Sur basidiomes de Stereum qui poussent sur bois vivant ou mort de feuillus, rarement sur conifères, sur troncs tombés ou debout ainsi que sur les branches. Isolé. Tout au long de l'année, surtout en périodes humides. Rare ou peu fréquent.-
29/10/2018Suillus ploransPhoto-Suillus_plorans_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Suillus plorans, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Suillus ploransPhoto-Suillus_plorans_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Suillus plorans, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Psilocybe strictipesPhoto-Psilocybe_strictipes_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Psilocybe strictipes, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Psilocybe strictipesPhoto-Psilocybe_strictipes_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Psilocybe strictipes, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Faerberia carbonariaPhoto-Faerberia_carbonaria_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Faerberia carbonaria, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Rhodocollybia fodiensPhoto-Rhodocollybia_fodiens_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Rhodocollybia fodiens, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Flammulaster speireoidesPhoto-Flammulaster_speireoides_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Flammulaster speireoides, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Flammulaster speireoidesPhoto-Flammulaster_speireoides_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Flammulaster speireoides, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Laccaria laccataVaréiétés/formes-Il arrive parfois de trouver des formes tératologiques morchelloïdes des espèces de Laccaria.-
29/10/2018Laccaria laccataPhoto-Laccaria_laccata_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Laccaria laccata fo. morchelloïde, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Lactarius glyciosmusPhoto-Lactarius_glyciosmus_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Lactarius glyciosmus, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
29/10/2018Russula sphagnophilaPhoto-Russula_sphagnophila_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Russula sphagnophila, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
29/10/2018Russula sphagnophilaPhoto-Russula_sphagnophila_2018_js_1.jpgAjout photo type Macro pour Russula sphagnophila, Copyright (c) 2018 Jean-Daniel Schwab
28/10/2018Russula cremeoavellaneaPhoto-Russula_cremeoavellanea_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Russula cremeoavellanea, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
28/10/2018Russula cremeoavellaneaPhotoRussula_cremeoavellanea_2018_ns_1.jpg-Suppression photo : Flou/mauvaise image sélectionnée
28/10/2018Russula cremeoavellaneaPhoto-Russula_cremeoavellanea_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Russula cremeoavellanea, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
28/10/2018Gyrodon lividusPhoto-Gyrodon_lividus_2018_js_1.jpgAjout photo type Macro pour Gyrodon lividus, Copyright (c) 2018 Jean-Daniel Schwab
28/10/2018Pholiota tuberculosaPhoto-Pholiota_tuberculosa_2018_js_1.jpgAjout photo type Macro pour Pholiota tuberculosa, Copyright (c) 2018 Jean-Daniel Schwab
28/10/2018Exobasidium rhododendriPhoto-Exobasidium_rhododendri_2018_js_2.jpgAjout photo type Macro pour Exobasidium rhododendri, Copyright (c) 2018 Jean-Daniel Schwab
28/10/2018Exobasidium rhododendriPhoto-Exobasidium_rhododendri_2018_js_1.jpgAjout photo type Macro pour Exobasidium rhododendri, Copyright (c) 2018 Jean-Daniel Schwab
28/10/2018Coprinellus disseminatusPhoto-Coprinellus_disseminatus_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Coprinellus disseminatus, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
28/10/2018Gymnopilus stabilisPhoto-Gymnopilus_stabilis_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Gymnopilus stabilis, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
28/10/2018Erysiphe alphitoidesSpores Longueur en µm1-1--
28/10/2018Erysiphe alphitoidesTaille en cm1-2--
28/10/2018Clitocybe truncicolaPhoto-Clitocybe_truncicola_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Clitocybe truncicola, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
28/10/2018Phyllactinia corniEcologie DescriptionSur Cornus mas (cornouiller mâle), Cornus sanguinea (cornouiller sanguin), Sur les feuilles vivantes ou récemment tombées de Cornus mas (cornouiller mâle), Cornus sanguinea (cornouiller sanguin). De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.-
28/10/2018Phyllactinia corniTaille en cm0.19-0.2640.019-0.0264-
28/10/2018Erysiphe elevataRéférences-Mycological Progress 3(4) pp.291-296-
28/10/2018Erysiphe elevataConfusions possiblesErysiphe catalpae pousse sur les mêmes hôtes, parfois sur les mêmes feuilles, mais les cellules basales du conidiophore sont droites, ses conidies ont une largeur de 8-15 μm, possède des appendices plus courts, droits et leur apex n'est pas branché.Erysiphe catalpae pousse sur les mêmes hôtes, parfois sur les mêmes feuilles, mais les cellules basales du conidiophore sont droites, ses conidies ont une largeur de 8-15 μm, possède des appendices plus courts, droits et leur apex n'est pas branché. Phyllactinia guttata a été retrouvé en Asie sur Catalpa sp. (catalpa), mais son cléistothèce est plus grand, ses appendices sont en poils d'ortie et ses conidies son clavées à fusiformes-clavées.-
28/10/2018Neournula pouchetiiConfusions possibles-Geopora sumneriana pousse aussi sous les cèdres, est crème-beige à l'intérieur de l'apothécie et brune à l'extérieur et elle possède des spores ellipsoïdes biguttulées. Sarcosphaera coronaria ne pousse pas sous les cèdre, l'intérieur de son apothécie est de couleur violacée, l'extérieur blanchâtre, grise ou brune et elle possède des spores guttulées un peu plus longues.-
28/10/2018Neournula pouchetiiEcologie Description-Sous les Cedrus spp. (cèdres), parfois en mélange avec Geopora sumneriana. Printemps. Rare.-
28/10/2018Calocybe gambosaVaréiétés/formesCalocybe gambosa var. flavida a le chapeau de couleur jaune vitellin.Calocybe gambosa var. flavida a le chapeau de couleur jaune vitellin à ocre.-
28/10/2018Calocybe gambosaConfusions possibles-Calocybe graveolens a le chapeau de couleur brune, une odeur désagréable, des spores plutôt ovoïdes, plus courtes et plus larges.-
28/10/2018Calocybe gambosaVaréiétés/formes-Calocybe gambosa var. flavida a le chapeau de couleur jaune vitellin.-
28/10/2018Calocybe gambosaCommentairesForte odeur de farine.--
28/10/2018Calocybe gambosaChapeau CouleurBlanc, CrèmeBlanc, Crème, Jaune-
28/10/2018Calocybe gambosaChair Description-Chair blanche, immuable. Forte odeur de farine.-
28/10/2018Calocybe gambosaEcologie Description-Dans les prairies, les forêts. Grégaires voire cespiteux. Printemps (automne). Fréquent.-
28/10/2018Onygena corvinaConfusions possibles-Onygena equina pousse sur les os, le cartilage et les restes cornés et est de plus grande taille. Phleogena faginea pousse sur les bois de feuillus et possède des spores globuleuses-subglobuleuses.-
28/10/2018Onygena corvinaCommentairesIsolé à fasciculé. Peu fréquent. De l'été jusqu'en automne. --
28/10/2018Onygena corvinaFructification DescriptionDivisée en une tête et un pied : tête fertile, arrondie, 1-2 mm de diamètre, ocre à bru clair, ruguleuse à furfuracée ; celle-ci se déchire à maturité et libère les spores . Divisée en une tête et un pied : tête fertile, arrondie, 1-2 mm de diamètre, ocre à brun clair, ruguleuse à furfuracée, se déchire à maturité et libère les spores . -
28/10/2018Onygena corvinaSpores DescriptionCylindriques-elliptiques, parfois un peu arquées, lisses, brun clair, uni-ou biguttulées, 6-8 x 2,5-3 µm. Asques octosporés, globuleux, 10-16 x 10-12 µm, J-. Ceux-ci se dévellopent à l'intérieur de la tête parmi les hyphes. Spores cylindriques-elliptiques, parfois un peu arquées, lisses, brun clair, uni-ou biguttulées, mesurant 6-8 x 2,5-3 µm. Asques octosporés, globuleux, mesurant 10-16 x 10-12 µm, J-. Ceux-ci se développent à l'intérieur de la tête parmi les hyphes. -
28/10/2018Onygena corvinaEcologie DescriptionSur laine ou poils d'animaux, restes de laine de mouton, in litt. également sur plumes d' oiseaux.Sur laine ou poils d'animaux, restes de laine de mouton, sur plumes d'oiseaux, les pelotes de rapaces, les balles de tennis et tissus issus d'animaux. Isolé à fasciculé. Eté-automne. Rare.-
28/10/2018Calocybe gambosaNoms françaisTricholome de la Saint-Georges ; MousseronTricholome de la Saint-Georges ; Mousseron ; Avrillot ; Mousseron de la St-Georges ; Mousseron de printemps-
28/10/2018Onnia triquetraCommentairesIsolés ou grégaires. Rare. Annuel. Eté-Automne. Remarque : Pourriture blanche. -
28/10/2018Onnia triquetraChapeau/Dessus DescriptionFructification stipitée et pilée. Chapeau 30-100 mm de largeur, arrondi à ovale, souvent à plusieurs réunis. Surface piléique bosselée, ondulée, parfois zonée concentriquement, finement feutrée, bosses et feutre un peu disposés radialement, jaune-brun à brun-cannelle, brun-rouille avec l'âge. Marge plus claire, aiguë et sinueuse. Fructification stipitée et pilée. Chapeau 30-100 mm de largeur, arrondi à ovale, souvent à plusieurs réunis. Surface piléique bosselée, ondulée, parfois zonée concentriquement, finement feutrée, bosses et feutre un peu disposés radialement, jaune-brun à brun-cannelle, brun-rouille avec l'âge. Marge plus claire, aiguë et sinueuse. -
28/10/2018Onnia triquetraPores/Dessous DescriptionFace inférieure porée, grise à gris-brun, pores irrégulièrement arrondis-anguleux, fortement décurrents, (1)-2-4 / mm. Tubes longs de 2-5 mm. Face inférieure porée, grise à gris-brun, pores irrégulièrement arrondis-anguleux, fortement décurrents, (1)-2-4/mm. Tubes longs de 2-5 mm. -
28/10/2018Onnia triquetraChair DescriptionChair à structure double, la couche supérieure molle, comme de l'étoupe, la couche inférieure dure, brun-or, brillante au centre. Odeur indistincte, saveur douce. Chair à structure double, la couche supérieure molle, comme de l'étoupe, la couche inférieure dure, brun-or, brillante au centre. Odeur indistincte, saveur douce. -
28/10/2018Onnia triquetraSpores DescriptionElliptiques, lisses, jaunâtres, à parois légèrement épaissies, guttulées, 5,5-7 x 3-4 µm, I-. Basides clavées, 15-18 x 4-4,5µm, tétrasporiques, non bouclées. Pas de cystide. Soies brun-rouge à parois épaisses, subulées, terminées en crochets, parfois aussi fourchues, 40-80 x 10-20 µm, en partie émergentes. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, larges de 2,5-6 µm, cloisonnées, non bouclées. Spores elliptiques, lisses, jaunâtres, à parois légèrement épaissies, guttulées, 5,5-7 x 3-4 µm, I-. Basides clavées, 15-18 x 4-4,5µm, tétrasporiques, non bouclées. Pas de cystide. Soies brun-rouge à parois épaisses, subulées, terminées en crochets, parfois aussi fourchues, 40-80 x 10-20 µm, en partie émergentes. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, larges de 2,5-6 µm, cloisonnées, non bouclées. -
28/10/2018Onnia triquetraEcologie DescriptionSur souches de Pinus, également sur racines ( parasite ). Sur souches de Pinus spp. (pins), également sur racines (parasite). Cause une pourriture blanche. Isolés ou grégaires. Annuel. Eté-automne. Rare. -
28/10/2018Onnia tomentosaSpores DescriptionLargement elliptiques, ovoïdes, à l'arête dorsale + ou - rectiligne, certaines difformes, à fin contenu granulaire, parfois guttulées, apicule obtus, lisses, jaunâtres, 4-6 x 3-3,75 µm. Sporée jaunâtre. I-. Basides clavées, 10 x 5-5,5µm, à 2-4 stérigmates hauts de 3,25-3,75 µm, non bouclées. Pas de cystide. Spinules 30-90 x 10-12-(15) µm, en stylet, la base parfois dilatée , à paroi relativement peu épaisse, jaunâtre sombre à brun jaune. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, hyalines à brunâtres, larges de 2-6 µm, cloisonnées, non bouclées. Largement elliptiques, ovoïdes, à l'arête dorsale + ou - rectiligne, certaines difformes, à fin contenu granulaire, parfois guttulées, apicule obtus, lisses, jaunâtres, 4-6 x 3-3,75 µm. Sporée jaunâtre. I-. Basides clavées, 10 x 5-5,5µm, non bouclées, à 2-4 stérigmates hauts de 3,25-3,75 µm. Pas de cystide. Spinules 30-90 x 10-12-(15) µm, en stylet, la base parfois dilatée, à paroi relativement peu épaisse, jaunâtre sombre à brun jaune. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, hyalines à brunâtres, larges de 2-6 µm, cloisonnées, non bouclées. -
28/10/2018Onnia tomentosaEcologie DescriptionSur sol et parmi la litière des forêts de conifères, plus spécialement sur les genres de Pinaceae, en particulier Pinus spp. (pins), également sur Abies spp. (sapins), Larix spp. (mélèzes), Picea spp. (épicéas et épinettes), Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), Thuya spp. (tuyas), et Tsuga spp. (tsugas ou pruches). Parasite lié aux racines des arbres vivants. Cause un pourriture blanche. Isolé ou cespiteux ou irrégulièrement concrescents. Annuel. Toute l'année (in litt. Juillet-novembre). Rare. Circumpolaire des écosystèmes forestiers d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie, connu en Chine.Sur sol et parmi la litière des forêts de conifères, plus spécialement sur les genres de Pinaceae, en particulier Pinus spp. (pins), également sur Abies spp. (sapins), Larix spp. (mélèzes), Picea spp. (épicéas et épinettes), Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), Thuya spp. (tuyas), et Tsuga spp. (tsugas ou pruches). Parasite lié aux racines des arbres vivants. Cause un pourriture blanche. Isolé ou cespiteux ou irrégulièrement concrescents. Annuel. Toute l'année (in litt. juillet-novembre). Rare. Circumpolaire des écosystèmes forestiers d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie, connu en Chine.-
28/10/2018Onnia tomentosaNoms françaisPolypore tomenteux ; Onnie tomenteuse .Polypore tomenteux ; Onnie tomenteuse-
28/10/2018Onnia tomentosaRéférencesBK 2 299 ; Marchand 4 318 ; Cetto 2 753 ; Jülich 2 p. 274 ; BG p. 630 n° 948 ; E.P. 347BK 2 299 ; Marchand 4 318 ; Cetto 2 753 ; Jülich 2 p. 274 ; BG p. 630 n° 948 ; E.P. 347 ; Mycoquébec-
28/10/2018Onnia tomentosaConfusions possibles-Onnia triquetra possède des soies crochues. Inonotus leporinus a des basidiomes applanis, sessiles et beaucoup plus cassants.-
28/10/2018Onnia tomentosaCommentairesIsolé ou cespiteux ou irrégulièrement concrescents. Rare. Annuel. Tout au long de l'année ( in litt. Juillet-Novembre). Remarques : Parasite lié aux racines des arbres vivants. Pourriture blanche. Circumpolaire des écosystèmes forestiers d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie,, connu en Chine. --
28/10/2018Onnia tomentosaChapeau/Dessus Description30-100-(130) mm de diamètre, épais de 2 à 6 mm, aplati ou déprimé, orbiculaire, cyathiforme, parfois en demi-cercle, ondulé et bossu au centre, zoné concentriquement, finement feutré, sec, jaune-brun, fauve rouillé à cannelle safrané. Marge mince, droite, lobée, onduléé, incurvée à sec, concolore ou crème, jaune sulfurin, cernéé en dessous d'une large bordure stérile. 30-100-(130) mm de diamètre, épais de 2 à 6 mm, aplati ou déprimé, orbiculaire, cyathiforme, parfois en demi-cercle, ondulé et bossu au centre, zoné concentriquement, finement feutré, sec, jaune-brun, fauve rouillé à cannelle safrané. Marge mince, droite, lobée, ondulée, incurvée à sec, concolore ou crème, jaune sulfurin, cernée en dessous d'une large bordure stérile. -
28/10/2018Onnia tomentosaPores/Dessous DescriptionIrrégulièrement arrondis-anguleux, parfois un peu dédaléens, 2-4-(5) mm de diamètre, plus grands vers la marge à dissépiments épais au début, 2 à 4 par mm, minces et lacérés, dentés, fimbriés à l'arête avec l'âge, concolores aux tubes, pruineux, chatoyants. Tubes longs de 3 à 5 mm, décurrents, à paroi mince, nettement limités sur le pied, brun roux à chamois pâle, au début gris, gris-brun à brun foncé avec l'âge. Sporée jaunâtre. Irrégulièrement arrondis-anguleux, parfois un peu dédaléens, 2-4-(5) mm de diamètre, plus grands vers la marge à dissépiments épais au début, 2 à 4 par mm, minces et lacérés, dentés, fimbriés à l'arête avec l'âge, concolores aux tubes, pruineux, chatoyants. Tubes longs de 3 à 5 mm, décurrents, à paroi mince, nettement limités sur le pied, brun roux à chamois pâle, au début gris, gris-brun à brun foncé avec l'âge. -
28/10/2018Onnia tomentosaChair DescriptionTrame brun jaune à jaune d'or, double, 1-3 mm d'épaisseur, la couche supérieure molle, spongieuse, la couche inférieure plus épaisse, subéreuse, très fibreuse, brillante, dure à l'état sec. Odeur agréable de curry, saveur douce. Trame brun jaune à jaune d'or, double, 1-3 mm d'épaisseur, la couche supérieure molle, spongieuse, la couche inférieure plus épaisse, subéreuse, très fibreuse, brillante, dure à l'état sec. Odeur agréable de curry, saveur douce. -
28/10/2018Onnia tomentosaSpores DescriptionLargement elliptiques, ovoïdes, à l'arête dorsale + ou - rectiligne, certaines difformes, à fin contenu granulaire, parfois guttulées, apicule obtus, lisses, jaunâtres, 4-6 x 3-3,75 µm. I-. Basides clavées, 10 x 5-5,5µm, à 2-4 stérigmates hauts de 3,25-3,75 µm, non bouclées. Pas de cystide. Spinules 30-90 x 10-12-(15) µm, en stylet, la base parfois dilatée , à paroi relativement peu épaisse, jaunâtre sombre à brun jaune. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, hyalines à brunâtres, larges de 2-6 µm, cloisonnées, non bouclées. Largement elliptiques, ovoïdes, à l'arête dorsale + ou - rectiligne, certaines difformes, à fin contenu granulaire, parfois guttulées, apicule obtus, lisses, jaunâtres, 4-6 x 3-3,75 µm. Sporée jaunâtre. I-. Basides clavées, 10 x 5-5,5µm, à 2-4 stérigmates hauts de 3,25-3,75 µm, non bouclées. Pas de cystide. Spinules 30-90 x 10-12-(15) µm, en stylet, la base parfois dilatée , à paroi relativement peu épaisse, jaunâtre sombre à brun jaune. Monomitique : Hyphes à parois minces ou épaissies, hyalines à brunâtres, larges de 2-6 µm, cloisonnées, non bouclées. -
28/10/2018Onnia tomentosaEcologie DescriptionSur sol et parmi les aiguilles répandues des forêts de conifères, plus spécialement sur les gendres de Pinaceae, en particulier Pinus, également sur Abies, Larix, Picea, Pseudotsuga, Thuya, et Tsuga. Sur sol et parmi la litière des forêts de conifères, plus spécialement sur les genres de Pinaceae, en particulier Pinus spp. (pins), également sur Abies spp. (sapins), Larix spp. (mélèzes), Picea spp. (épicéas et épinettes), Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), Thuya spp. (tuyas), et Tsuga spp. (tsugas ou pruches). Parasite lié aux racines des arbres vivants. Cause un pourriture blanche. Isolé ou cespiteux ou irrégulièrement concrescents. Annuel. Toute l'année (in litt. Juillet-novembre). Rare. Circumpolaire des écosystèmes forestiers d'Amérique du Nord, d'Europe, d'Asie, connu en Chine.-
28/10/2018Pestalotiopsis guepiniiEcologie DescriptionSur feuille morte de Rhododendron. Sur feuilles vivantes ou récemment tombées de Rhododendron spp. (rhododendrons et camélias). Rare, mais probablement peu observé.-
28/10/2018Galerina sphagnorumConfusions possibles-Galerina paludosa est une autre espèce croissant dans les sphaignes, mais son pied est garni de bracelets bien visibles, possède un anneau disparaissant rapidement et un chapeau pailleté de forme conique.-
28/10/2018Galerina sphagnorumEcologie Description-Dans les marais tremblants. Parmi les mousses du genre Sphagnum (sphaignes). Peu fréquent. Eté-automne.-
28/10/2018Ganoderma carnosumCommentairesA l'état sec, ce champignon est très léger, isolé ou en troupes. Pourriture blanche. Peu fréquent. Annuel.A l'état sec, ce champignon est très léger.-
28/10/2018Ganoderma carnosumChapeau/Dessus CouleurNoir, RougeBrun, Noir, Rouge-
28/10/2018Ganoderma carnosumEcologie DescriptionSur souches d'Abies mais également sur d'autres conifères, rarement sur feuillus.Sur souches d'Abies spp., rarement sur d'autres conifères. Isolé ou en groupes. Provoque une pourriture blanche. Pérenne. Toute l'année. Peu fréquent à fréquent selon les régions.-
28/10/2018Ganoderma lucidumConfusions possiblesGanoderma carnosum espèce inféodée à Abies spp. (sapins), peut pousser plus en altitude, est plus sombre et moins vernis. Ganoderma valesiacum ne pousse que sur Larix decidua (mélèze d'Europe) dans les Alpes, est plus gros et est plus fréquemment non stipité.Ganoderma carnosum espèce inféodée à Abies spp. (sapins), peut pousser plus en altitude, est plus sombre et moins vernis. Ganoderma valesiacum ne pousse que sur Larix decidua (mélèze d'Europe) dans les Alpes, est plus gros et est plus fréquemment non stipité. Ganoderma neojaponicum a des spores plus élancées, des carpophores plus sombres, un habitus plus gracile ainsi qu'une couleur plus foncée. Asie.-
28/10/2018Ganoderma lucidumConfusions possibles-Ganoderma carnosum espèce inféodée à Abies spp. (sapins), peut pousser plus en altitude, est plus sombre et moins vernis. Ganoderma valesiacum ne pousse que sur Larix decidua (mélèze d'Europe) dans les Alpes, est plus gros et est plus fréquemment non stipité.-
28/10/2018Ganoderma lucidumChapeau/Dessus CouleurBrun, RougeBlanc, Brun, Crème, Orange, Rouge-
28/10/2018Ganoderma lucidumChapeau/Dessus Description-Chapeau mesurant de 4-20 cm, verni, blanc ou crème au bord dans sa jeunesse puis jaunissant et finissant par devenir brun-rouge, zoné, épais.-
28/10/2018Ganoderma lucidumPores/Dessous DescriptionBrunissant au touchéBrunissant au toucher.-
28/10/2018Ganoderma lucidumChair DescriptionBrune, coriaceBrune, coriace, odeur de polypore ou de bois.-
28/10/2018Ganoderma lucidumStipe Description-Souvent excentré voire latéral.-
28/10/2018Ganoderma lucidumSpores Description-Mesurant 8-11 x 6-8,5 μm (d'après Eyssartier et Roux), elliptiques.-
28/10/2018Ganoderma lucidumOdeur-Bois-
28/10/2018Ganoderma lucidumEcologie DescriptionSur bois mort de feuillus, plus rarement sur conifèresSur bois mort de feuillus, plus rarement sur conifères. Dans les forêts. Pérenne. Toute l'année. Assez fréquent.-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensConfusions possibles-Chlorociboria aeruginosa qui lui ressemble fortement macroscopiquement, mais elle se décolore en blanc-glauque et possède des spores plus grandes.-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensApothécie CouleurMauve, VertVert-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensApothécie Descriptionbrièvement stipitée, de 3 à 4 mm de hauteur, cupulée, parfois plate, souvent déformée à cause de la croissance cespiteuse.Brièvement stipitée, de 3 à 4 mm de hauteur, cupulée, parfois plate, souvent déformée à cause de la croissance cespiteuse.-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensChair Descriptionfragile, céracée, bleuâtre.Fragile, céracée, bleuâtre.-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensSpores DescriptionpluriguttuléesPluriguttulées, mesurant 5-8 x 0.7-2.8 µm (d'après Wood).-
28/10/2018Chlorociboria aeruginascensEcologie DescriptionSur bois de feuillusSur bois de feuillus, le teintant de vert-de-gris. Assez fréquent, mais l'observation des fructifications est plus rare.-
28/10/2018Cortinarius bicolorConfusions possibles-Cortinarius evernius est une espèce inodore des conifères à spores légèrement plus longues et a stipe d'un violet plus sombre.-
28/10/2018Cortinarius bicolorCommentairesEspèce caractérisée par son chapeau très hygrophane qui, souvent, devient presque blanc à la déshydratation. Sous conifère on trouve Cortinarius evernius, une espèce inodore des conifères à spores légèrement plus longues.Espèce caractérisée par son chapeau très hygrophane qui, souvent, devient presque blanc à la déshydratation.-
28/10/2018Russula innocuaEtymologie-in- (latin/préfixe) : pas, non nocua (latin) : nuisible Inoffensive.-
28/10/2018Russula innocuaComestibilité-Sans intérêt-
28/10/2018Russula innocuaRéférencesSarnari p. 603 ; Eyssartier et Roux p. 228Sarnari p. 603 ; Eyssartier et Roux p. 228 ; Russules Romagnesi pp. 488-490-
28/10/2018Russula innocuaCommentairesLe plus souvent sous chênes méditerranéens.Cette russule est difficile à placer de manière infragénérique. J. Schäffer en fait une simple forme verte de Russula cavipes. H. Romagnesi la classe également dans la stirpe Fragilis sous réserve. Il cite également comme possibilités la stirpe Atropurpurinae pour sa sporée "trop crème" ou les Violaceinae, y renonçant pour son odeur atypique. P.-A. Moreau et coll. semblent la placer dans les Emeticinae (en y incluant Russula smaragdina, séparée chez les autres auteurs). M. Sarnari la range dans les Violaceinae. Et finalement, R. Singer la place aux côtés de Russula aeruginea pour ses teintes et sa saveur subdouce.-
28/10/2018Russula innocuaChapeau Description-Mesurant 1,4-5 cm, convexe puis étalé, sillonnée au bord, vert clair, vert pomme ou blanchâtre.-
28/10/2018Russula innocuaChair Immuable-Oui ou Non-
28/10/2018Russula innocuaChair Description-Blanche ou un peu grisonnante ; odeur de pomme légèrement pélargoniée.-
28/10/2018Russula innocuaSpores Description-Mesurant 8-9,2 x 6,5-7 μm (d'après Romagnesi), 8-11 x 6,4-8,5 μm (d'après Sarnari), à longues épines.-
28/10/2018Russula innocuaEcologie HabitatSous feuillusSous feuillus, Bouleaux, Charmes, Hêtres-
28/10/2018Russula innocuaEcologie Description-Sous Carpinus betulus (charme), Betula spp. (bouleaux), Castanea sativa (châtaigner), Corylus avellana (noisetier), Fagus sylvatica (hêtre), Quercus spp. (chênes). Hygro-thermophile. Rare.-
28/10/2018Clathrus archeriCarpophore Description-Sous forme d’œuf blanc-crème dans sa jeunesse, se salissant de brun ou de beige, semi-hypogé, Composé de 4-6(-8) branches rouge sur la face supérieure, rose-saumon en dessous et à leur base, parfois stipité et dans ce case de couleur rose-saumon, émergeant d'une volve blanche à l'intérieur gélatineux.-
28/10/2018Clathrus archeriGléba Description-Brun verdâtre, gélatineuse, opaque et malodorante.-
28/10/2018Clathrus archeriEcologie Description-Lié au débris végétaux ligneux. Dans les bois de conifères et de feuillus en plaine. Néophyte originaire d'Océanie s'étant répandu en Europe durant les années 1920. Automne. Assez fréquent.-
28/10/2018Hygrocybe miniataConfusions possibles-Hygrocybe corsica Hygrocybe monscaiensis Hygrocybe calciphila Hygrocybe helobia-
28/10/2018Suillus variegatusVaréiétés/formes-Suillus variegatus fo. rubescens a le revêtement et la chair du stipe plus ou moins envahi de rouge. -
28/10/2018Suillus variegatusCommentaires La chair bleuit faiblement à la coupe. Stipe pseudo-réticulé. La fo. rubescens (Opat.) Est. et Lann. a le revêtement et la chair du stipe plus ou moins envahis de rouge. La chair bleuit faiblement à la coupe. Stipe pseudo-réticulé.-
28/10/2018Suillus mediterraneensisConfusions possibles-Suillus bellinii possède un pied assez court, plus clair, non rose à la base, les pores blancs dans sa jeunesse et a souvent du blanc-crème sur le chapeau. Suillus collinitus possède des granulations plus fines sur le stipe, un chapeau plus terne et n'est pas forcément méditerranéen.-
28/10/2018Suillus mediterraneensisCommentairesSous Pinus halepensis. A la fin granules brun pourpre à noirâtres sur toute la longueur du stipe. Difficile à distinguer de Suillus bellinii, voire de Suillus collinitus. Iode vert bouteille à la base du stipe.Iode vert bouteille à la base du stipe.-
28/10/2018Suillus mediterraneensisStipe Description-A la fin granules brun pourpre à noirâtres sur toute la longueur du stipe.-
28/10/2018Suillus mediterraneensisEcologie Description-Sous Pinus halepensis (pin d'Alep). Méditerranéen. Automne-hiver.-
28/10/2018Suillus luteusConfusions possibles-Suillus roseoporus Suillus roseovelatus est identique à l'exception du voile qui est entièrement rose.-
28/10/2018Suillus luteusVaréiétés/formes-Suillus luteus fo. albus possède un chapeau blanc puis crème, seuls les tubes et les pores sont de couleur jaune. Suillus luteus fo. decolorans a un chapeau plus clair, allant de l'ocre-jaune jusqu'à fauvâtre et vergeté. Suillus luteus fo. ochraceobrunneolus est identique au précédent mais non vergeté.-
28/10/2018Suillus luteusCommentairesDeux formes à chapeau pâle : fo. albus Wasser et Sold : Engel (3) 100 et fo. decolorans Est. et Lann. et une forme à chapeau plus ou moins jaune : fo. ochraceobrunneolus Est. et Lann., LE pl. 2 A. Il faut peler le champignon avant la consommation pour éliminer le maximum d'un sucre ayant des propriétés laxatives.-
28/10/2018Cortinarius semisanguineusConfusions possibles-Cortinarius fervidus a le le centre du chapeau brun-rouge et des des lames d'un rouge plus rouillé.-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaRéférencesBon p. 321 ; CD 90 ; Marchand 287 ; Eyssartier et Roux p. 1022Bon p. 321 ; CD 90 ; Marchand 287 ; Eyssartier et Roux p. 1022 ; Mycoquébec ; Phylogeny of F. pinicola-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaConfusions possibles-Fomitopsis ochracea possède un chapeau terne, ochracé, couleur de liège à grisâtre, sa cuticule n'est pas laquée et carbonise au contact d'une flamme, des pores immuables des spores plus larges, mais plus petite. Amérique du Nord.-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaCommentaires-Il semblerait que ce taxon est un agrégat d'espèces.-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaChapeau/Dessus Couleur-Blanc, Brun, Gris, Noir, Orange-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaPores/Dessous Couleur-Crème, Jaune, Blanc-
28/10/2018Fomitopsis pinicolaStipe Présent-Non-
28/10/2018Hymenochaete cinnamomeaEcologie DescriptionSur bois morts de Corylus, sur branches tombées encore à l'arbre ou pendantes, également sur troncs, moins fréquent sur d'autres feuillus, très rarement sur conifères. Sur bois morts de Corylus spp. (noisetiers), sur branches tombées encore à l'arbre ou pendantes, également sur troncs, moins fréquent sur d'autres feuillus, très rarement sur conifères. Pérenne. Peu fréquent. Toute l'année. -
28/10/2018Hymenochaete cinnamomeaRéférencesBK 2 292BK 2 292 ; FM v. 5(1) pp. 6-10-
28/10/2018Hymenochaete cinnamomeaCommentairesPérenne. Peu fréquent. Tout au long de l'année. Remarques : Certains primordiums d'espèces résupinées du genre Phellinus sont parfois très semblables . Remarques : Certains primordiums d'espèces résupinées du genre Phellinus sont parfois très semblables . -
28/10/2018Hymenochaete cinnamomeaChapeau/Dessus DescriptionFructification entièrement résupinée, étroitement fixée au substrat et formant des revêtements épais de 0,1 à 1 mm( stratifiés si pérennes ) et s'étalant sur quelques centimètres ou décimètres. Fructification entièrement résupinée, étroitement fixée au substrat et formant des revêtements épais de 0,1 à 1 mm (stratifiés si pérennes) et s'étalant sur quelques centimètres ou décimètres. -
28/10/2018Hymenochaete cinnamomeaPores/Dessous DescriptionSurface hyméniale lisse, feutrée-mate, crustacée-membraneuse, couleur rouille ou cannelle-ocracé, finement constellée de soies ( loupe 20 x ).Marge indistincte, parfois finement fimbriée. Surface hyméniale lisse, feutrée-mate, crustacée-membraneuse, couleur rouille ou cannelle-ocracé, finement constellée de soies (visibles à la loupe 20 x). Marge indistincte, parfois finement fimbriée. -
28/10/2018Hymenochaete carpaticaRéférencesFM v. 5(1)FM v. 5(1) pp. 6-10-
27/10/2018Geoglossum hakelieriCommentairesFiche adaptée de la description originelle de Nils Hakelier.Fiche traduite et partiellement adaptée de la description originelle d'Hakelier.-
27/10/2018Geoglossum lineareCommentairesFiche partiellement adaptée de la description originelle de Nils Hakelier.Fiche traduite et partiellement adaptée de la description originelle d'Hakelier.-
27/10/2018Geoglossum lineareEtymologielineare (latin) : lineaire, droit Droit ; en référence à son habitus droit.lineare (latin) : lineaire, droit Droit. En référence à son habitus droit.-
27/10/2018Geoglossum lineareConfusions possiblesGeoglossum raitvirii possède un stipe squamuleux, des paraphyses droites ou parfois ramifiées, des asques plus grandes et des spores 3-6(-11) septées. Geoglossum chamaecyparinum Geoglossum variabilisporumGeoglossum vleugelianum a des paraphyses plus courtes, moins robustes, plus foncées, dont les septes sont distants, remplies dispersement de matière brune amorphe. Geoglossum raitvirii possède un stipe squamuleux, des paraphyses droites ou parfois ramifiées, des asques plus grandes et des spores 3-6(-11) septées. Geoglossum chamaecyparinum Geoglossum variabilisporum-
27/10/2018Geoglossum hakelieriEtymologieDédié à Nils Hakelier, premier découvreur de l'espèce.Dédié à Nils Hakelier, premier découvreur de l'espèce.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaSpores DescriptionSpores non déhiscentes brun a brun noir, elliptiques sillon germinatif sur toute la longueur 17-24 x 7-10 μm.Spores brun a brun noir, elliptiques sillon germinatif sur toute la longueur 17-24 x 7-10 μm ; périspore non déhiscente.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaRéférencesChampis.net ; Pyrenomycetes.fr ; RVF 11 ; Mycocharentes ; FaLoGBaIChampis.net ; Pyrenomycetes.fr ; RVF 11 ; Mycocharentes ; FaLoGBaI ; Mycoquébec-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaRéférences-Champis.net ; Pyrenomycetes.fr ; RVF 11 ; Mycocharentes ; FaLoGBaI-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaConfusions possibles-Biscogniauxia cinereolilacina possède des tons purpurins à gris sur sa surface stromatale et un pore germinatif circulaire. Biscogniauxia nummularia a des ostioles moins papillées et des spores plus petites.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaCommentaires-Pas de pigments extractibles.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaChair DescriptionStromas de tailles et de formes variées initialement circulaires pouvant ensuite s'agglomérer et atteindre 20 x 5cm, noirs résupinés, souvent à marge épaisse relevée . Surface verruqueuse par les ostioles papilliformes des perithèces.Stromas de tailles et de formes variées initialement circulaires pouvant ensuite s'agglomérer et atteindre 20 x 5cm, noirs résupinés, souvent à marge épaisse relevée, érompants . Surface verruqueuse par les ostioles papilliformes des perithèces. Périthèces cylindriques tubulaires.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaSpores DescriptionPas de pigments extractibles. Périthèces cylindriques tubulaires Spores non déhiscentes brun a brun noir, elliptiques sillon germinatif sur toute la longueur (13.3) - 14.5 - 15.8 - 17 - (19.4) x 7.3Spores non déhiscentes brun a brun noir, elliptiques sillon germinatif sur toute la longueur 17-24 x 7-10 μm.-
27/10/2018Biscogniauxia mediterraneaEcologie DescriptionSur branches mortes à terre de Fagus et d'autres feuillus Sur branches mortes à terre de Fagus sylvatica (hêtre), Carpinus betulus (charme), Corylus avellana (noisetier), Quercus suber (chêne-liège), Quercus ilex (chêne vert), Quercus faginea (chêne faginé), Juglans regia (noyer), Eucalyptus camaldulensis (gommier rouge), Eucalyptus gomphocephala, Eucalyptus robusta (eucalyptus des marais) ainsi que d'autres feuillus.-
27/10/2018Gyromitra anthracobiaSpores Description(16–)18–21(–22,5) x (9–)10–11,5(–12) μm (Me = 19,7 × 11; Q = 1.5–2.2; Qm = 1.79(d'après Moreau et coll.), ellipsoïdes, biguttulées pour la plupart.(16–)18–21(–22,5) x (9–)10–11,5(–12) μm (Me = 19,7 × 11; Q = 1.5–2.2; Qm = 1.79 (d'après Moreau et coll.), ellipsoïdes, biguttulées pour la plupart.-
27/10/2018Hypoxylon ticinenseEtymologie-Ticino : canton suisse du Tessin -ense (suffixe/latin) : suffixe servant à construire des gentilés Venant du Tessin.-
27/10/2018Hypoxylon ticinenseRéférencesCetto 7 3001Cetto 7 3001 ; Pyrenomycetes.fr-
27/10/2018Hypoxylon ticinenseConfusions possibles-Hypoxylon subticinense possède des spores plus grandes de forme ellipsoïdes-équilatérales avec une périspore indéhiscente à la potasse, ainsi qu'une zone entourant les ostioles de couleur noire.-
27/10/2018Hypoxylon ticinenseCommentairesRésupiné. Rare. Tout au long de l'année. Remarques : Sur branches d'aubépine. La forme fait penser à une croûte mais les belles couleurs écarlates rouge rouille et jaune au bord sont caractéristiques. A la potasse, les fructifications centimétriques deviennent noires et le liquide se teinte en rouille (pigment extractible). La forme fait penser à une croûte mais les belles couleurs écarlates rouge rouille et jaune au bord sont caractéristiques. A la potasse, les fructifications centimétriques deviennent noires et le liquide se teinte en rouille (pigment extractible). -
27/10/2018Hypoxylon ticinenseEcologie DescriptionSur Crataegus , mais également sur d'autres bois de feuillus, surtout dans les forêts côtières humides. Sur Crataegus spp. (aubépine), mais également sur d'autres bois de feuillus, surtout dans les forêts côtières humides. Résupiné. Tout au long de l'année. Rare.-
27/10/2018Cortinarius albertiiRéférencesFrøslev, TG Jeppesen, TS LAESSOE, T. 2006. Sept nouveaux calochroid et espèces fulvoid de Cortinarius. Recherche mycologique. 110 (9): 1046-1058 ; Eyssartier et Roux p. 728Frøslev, TG Jeppesen, TS LAESSOE, T. 2006. Sept nouveaux calochroid et espèces fulvoid de Cortinarius. Recherche mycologique. 110 (9): 1046-1058 ; Eyssartier et Roux p. 728 ; Cortinarius.org-
27/10/2018Cortinarius callisteusConfusions possibles-Cortinarius limonius possède une cortine plus épaisse, son chapeau est recouvert de fibrilles et ne possède pas une odeur de fumée de locomotive.-
27/10/2018Cortinarius callisteusVaréiétés/formes-Cortinarius callisteus var. infucatus se distingue par son chapeau d'un jaune citron plus vif (devenant néanmoins jaune orangé) souvent très petit par rapport au stipe, et à ses lames jaune de cire.-
27/10/2018Cortinarius callisteusCommentairesOdeur forte de fumée de locomotive. La variété infucatus se distingue par son chapeau d'un jaune citron plus vif (devenant néanmoins jaune orangé) souvent très petit par rapport au stipe, et à ses lames jaune de cire.--
27/10/2018Cortinarius callisteusChair DescriptionD'abord jaune pâle, brun rouge dans la base du pied, cette teinte gagnant tout le champignon en vieillissant.D'abord jaune pâle, brun rouge dans la base du pied, cette teinte gagnant tout le champignon en vieillissant. Odeur forte de fumée de locomotive.-
27/10/2018Cortinarius callisteusEcologie DescriptionSous les conifères (surtout les épicéas), plutôt dans les régions montagneuses.Sous les conifères (surtout Picea abies (épicéa commun)), plutôt dans les régions montagneuses. Acidophile ?-
26/10/2018Butyriboletus subappendiculatusRéférencesBK 3 24 ; Engel (2) 18 ; Galli p. 179 ; Eyssartier et Roux p. 90BK 3 24 ; Engel (2) 18 ; Galli p. 179 ; Eyssartier et Roux p. 90 ; Fiches SMMN-
26/10/2018Butyriboletus subappendiculatusConfusions possibles-Butyriboletus appendiculatus pousse dans les feuillus de plaine, réagit en brun-rouge à la potasse sur la cuticule et à le chapeau plus foncé.-
26/10/2018Butyriboletus subappendiculatusCommentairesCuticule rouge vif à KOH (brun rouge pour B. appendiculatus). La chair bleuit à peine à l'air. Dans les forêts de conifères de l'étage montagnard et subalpin. Acidophile.Cuticule rouge vif à KOH (brun-rouge pour Butyriboletus appendiculatus). -
26/10/2018Butyriboletus subappendiculatusChair Description-La chair bleuit à peine à l'air.-
26/10/2018Butyriboletus subappendiculatusEcologie Description-Dans les forêts de conifères de l'étage montagnard et subalpin. Acidophile.-
26/10/2018Suillellus rubrosanguineusRéférencesCD 1698 ; Cetto 1132 ; Cetto 1133 ; Galli p. 234 ; LE pl. 4 ; Eyssartier et Roux p. 100CD 1698 ; Cetto 1132 ; Cetto 1133 ; Galli p. 234 ; LE pl. 4 ; Eyssartier et Roux p. 100 ; Fiches SMMN-
26/10/2018Butyriboletus fechtneriComestibilitéInconnuSans intérêt-
26/10/2018Butyriboletus fechtneriRéférencesFE 2 pl. 13 ; BK 3 10 ; CD 1665 ; Cetto 697 ; Engel (2) 15 ; Galli p. 183 ; Marchand 207 ; MRT 79 ; Bon p. 36FE 2 pl. 13 ; BK 3 10 ; CD 1665 ; Cetto 697 ; Engel (2) 15 ; Galli p. 183 ; Marchand 207 ; MRT 79 ; Bon p. 36 ; Fiches SMMN ; Mycocharentes-
26/10/2018Butyriboletus fechtneriCommentairesLa chair bleuit plus ou moins intensément à la coupe. Zone rose vers le milieu du stipe. Calcicole. --
26/10/2018Butyriboletus fechtneriChair Description-La chair bleuit plus ou moins intensément à la coupe.-
26/10/2018Butyriboletus fechtneriStipe Description-Zone rose vers le milieu du stipe. -
26/10/2018Butyriboletus fechtneriEcologie Description-Calcicole. Rare.-
26/10/2018Amanita pantherinaRéférencesBK 4 153 ; Bon p. 297 ; CD 839 ; Cetto 7 ; Galli p. 131 ; Marchand 5 ; MT 90 ; FE 9 photo 34 A et B ; Eyssartier et Roux p. 298BK 4 153 ; Bon p. 297 ; CD 839 ; Cetto 7 ; Galli p. 131 ; Marchand 5 ; MT 90 ; FE 9 photo 34 A et B ; Eyssartier et Roux p. 298 ; Fiches SMMN ; Mycocharentes-
26/10/2018Amanita muscariaRéférencesBK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294 ; N. S. & C.S. p. 34BK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294 ; N. S. & C.S. p. 34 ; Fiches SMMN-
26/10/2018Amanita muscariaVaréiétés/formesAmanita muscaria var. alba est de couleur blanche. Amanita muscaria var. aureola, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. Amanita muscaria var. formosa fo. formosa est nord-américaine, possède un chapeau de couleur orangé à jaune. Amanita muscaria var. formosa fo. formosa identique à la précédente, mais pousse en Europe. Amanita muscaria fo. flavivolvata à voile jaune, pâlit facilement. Amanita muscaria var. fuligineoverrucosa dont les flocons se tachent de brun-gris avec l'âge et possède une préférence écologique pour les Salicaceae. Amanita muscaria fo. puella dont le chapeau est plus ou moins nu et sa volve est circoncise ou forme des plaques irrégulières plus ou moins larges. Amanita muscaria fo. vaginata possède une volve circoncise engainante. Amanita muscaria var. inzengae possède un voile général jaunâtre à beige jaunâtre devenant gris-beige à maturité, possède de nombreux bracelets annulaires et est plus méditerranéenne. Amanita muscaria fo. guessowii, au chapeau jaune à rougeâtre de grand diamètre, son voile est jaune et sa volve est circoncise. Amanita muscaria var. persicina, au chapeau rosé à orange-melon, possède très peu de voile.Amanita muscaria var. alba est de couleur blanche. Amanita muscaria var. aureola, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. Amanita muscaria var. formosa fo. formosa est nord-américaine, possède un chapeau de couleur orangé à jaune. Amanita muscaria var. formosa fo. europaea identique à la précédente, mais pousse en Europe. Amanita muscaria fo. flavivolvata à voile jaune, pâlit facilement. Amanita muscaria var. fuligineoverrucosa dont les flocons se tachent de brun-gris avec l'âge et possède une préférence écologique pour les Salicaceae. Amanita muscaria fo. puella dont le chapeau est plus ou moins nu et sa volve est circoncise ou forme des plaques irrégulières plus ou moins larges. Amanita muscaria fo. vaginata possède une volve circoncise engainante. Amanita muscaria var. inzengae possède un voile général jaunâtre à beige jaunâtre devenant gris-beige à maturité, possède de nombreux bracelets annulaires et est plus méditerranéenne. Amanita muscaria fo. guessowii, au chapeau jaune à rougeâtre de grand diamètre, son voile est jaune et sa volve est circoncise. Amanita muscaria var. persicina, au chapeau rosé à orange-melon, possède très peu de voile.-
26/10/2018Aleuria aurantiaRéférencesBon p. 331 ; BK 1 98 ; CD 34 ; Marchand 200 ; Eyssartier et Roux p. 1060Bon p. 331 ; BK 1 98 ; CD 34 ; Marchand 200 ; Eyssartier et Roux p. 1060 ; Fiches SMMN-
26/10/2018Aleuria aurantiaStipe DescriptionNulAbsent.-
26/10/2018Agaricus altipesRéférencesFE 1 p. 472FE 1 p. 472 ; Fiches SMMN-
26/10/2018Colletotrichum trichellumConfusions possibles-Septoria hederae lui ressemble fortement, mais la partie envahie par le champignon est marginé de rouge.-
26/10/2018Colletotrichum trichellumCommentairesCommun partout dans le monde. Période d'Octobre-Février. Ce champignon cause l’anthracnose du lierre.-
26/10/2018Colletotrichum trichellumEcologie DescriptionSur feuilles d'Hedera helix en particulier, mais aussi sur d'autres feuilles vivantes ou mortes.Sur feuilles d'Hedera helix (lierre) en particulier, mais aussi sur d'autres feuilles vivantes ou mortes. Octobre-février. Commun partout dans le monde.-
26/10/2018Coltricia montagneiComestibilité-Sans intérêt-
26/10/2018Coltricia montagneiVaréiétés/formes-Coltricia montagnei var. greenei possède un hyménophore composé de lamelles concentriques et non pas de pores ou de lamelles radiales.-
26/10/2018Coltricia montagneiCommentairesLa variété "greenii" se distingue de la variété "montagnei" par son hyménophore composé de lamelles concentriques, non radiales.--
26/10/2018Coltricia perennisRéférencesBon p. 321 ; BK 2 298 ; CD 78 ; Cetto 2 p. 571 ; Phillips p. 218 ; BG p. 630 n° 946 Bon p. 321 ; BK 2 298 ; CD 78 ; Cetto 2 p. 571 ; Phillips p. 218 ; BG p. 630 n° 946 ; Mycoquébec -
26/10/2018Coltricia perennisConfusions possibles-Coltricia cinnamomea possède un chapeau satiné, plus mou, une marge mince et n'a pas d'hyphes ramifiés. Coltricia montagnei est plus gros, possède un chapeau plus irrégulier et des pores gris-blanc. Coltricia focicola possède une forte odeur désagréable, des pores plus grands et n'a pas d'hyphes ramifiés sur sa surface piléique. Semble avoir été signalé en Europe.-
26/10/2018Coltricia perennisVaréiétés/formes-Coltricia perennis var. fimbriata est plus petite, possède stipe grêle, châtain, un chapeau ombiliqué, mince de 2-3 cm, avec une marge longuement ciliée, fimbriée, soyeuse, brun puis gris et a des spores mesurant 6-9 x 5-6 µm. -
26/10/2018Coltricia perennisCommentairesIsolés, souvent groupés. Répandu, mais peu fréquent. Annuel, quelquefois bisannuel. Eté-automne ( végétation de Juin à Novembre), persistant pendant l'hiver. Remarque : La var. fimbriatus : plus petit ; stipe grêle, châtain ; chapeau 2-3 cm., ombiliqué, mince, avec marge longuement ciliée, fimbriée, soyeuse, brun puis gris ; spores 6-9 x 5-6 µm. Potasse caustique (KOH) : noir (chair)-
26/10/2018Coltricia perennisStipe PrésentNonOui-
26/10/2018Coltricia perennisSpores DescriptionElliptiques-ovales, lisses, brunâtres à ocre rouillé, ambrées ou oleicolores, parfois guttulées, 5-7 (10) x 3,5 -4(6,5) µm, cyanophyles. Basides clavées, 2-4 stérigmates, sans boucle basale. Pas de cystides. Dimitique : (1). Hyphes génératrices à parois minces ou épaissies, hyalines, larges, cloisonnées, non bouclées. (2). Hyphes de la cuticule ( hyphes squelettiques ) à parois épaisses, larges, brunes.Elliptiques-ovales, lisses, brunâtres à ocre rouillé, ambrées ou oleicolores, parfois guttulées, 5-7 (10) x 3,5 -4(6,5) µm, cyanophyles. Basides clavées, 2-4 stérigmates, sans boucle basale. Pas de cystides. Dimitique : (1). Hyphes génératrices à parois minces ou épaissies, hyalines, larges, cloisonnées, non bouclées. (2). Hyphes de la cuticule (hyphes squelettiques) à parois épaisses, larges, brunes.-
26/10/2018Coltricia perennisEcologie DescriptionAu sol, en forêt de feuillus et de conifères, parmi les mousses et les aiguilles, souvent sur talus sableux-terreux. Commun sur les places à charbon, dans les bois.Au sol, en forêt de feuillus et de conifères, parmi les mousses et les aiguilles, souvent sur talus sableux-terreux. Assez commun sur les places à charbon, dans les bois. Isolés, souvent groupés. Annuel, quelquefois bisannuel. Eté-automne (végétation de juin-novembre), persistant pendant l'hiver. Répandu, mais peu fréquent.-
26/10/2018Xylaria longipesRéférencesCD 6 ; Eyssartier et Roux p. 1074CD 6 ; Eyssartier et Roux p. 1074 ; Xylaria européennes-
26/10/2018Xylaria longipesConfusions possiblesProche de Xylaria polymorpha mais plus élancé et spores plus petites 12–16 μm.Xylaria polymorpha possède des spores plus grandes (12–16 μm). Xylaria digitata Xylaria cubensis Xylaria corniformis-
26/10/2018Xylaria longipesStipe DescriptionStipitéStipité.-
26/10/2018Xylaria longipesSpores Description-(11,4)11,8 ‐ 13,4(13,9) x (5,2)5,5 ‐ 6,1 (6,5)μm ; Q = (2,0)2,02 ‐ 2,4(2,5) (d'après Fournier). Asques : (3-)8-sporiques, apparatus apical cuboïde à tubulaire. J+-
26/10/2018Xylaria longipesEcologie DescriptionSur bois, souvent érables mais aussi chênes, hêtres ou charmes, généralement sur branches tombées.Sur Acer spp. (érables), surtout Acer pseudoplatanus (érable sycomore). Sur bois, généralement sur branches tombées. -
26/10/2018Xylaria hypoxylonRéférencesBon p. 335 ; CD 7 ; Eyssartier et Roux p. 1074Bon p. 335 ; CD 7 ; Eyssartier et Roux p. 1074 ; Xylaria européennes-
26/10/2018Xylaria hypoxylonConfusions possibles-Xylaria filiformis pousse en général sur des débris herbacés, est plus petite et ses périthèces forment des sphères sur le stroma. Xylaria karsticola pousse sur du bois enfoui dans des sols caillouteux karstiques, possède une surface stromatale fortement noduleuse et ridée et possèdes des ascospores pointus. Xylaria oxyacanthae pousse sur des fruits momifiés de Crataegus spp. (épine-noire) et est de plus petite taille. Xylaria carpophila pousse sur les péricarpes tombés et enfouis dans la litière de Fagus spp. (hêtres) et est de plus petite taille. Xylaria putaminum pousse sur les noyaux des espèces du genre Olea (oliviers) et ne semble pas ramifiée.-
26/10/2018Xylaria hypoxylonFructification DescriptionFourchu au sommet, noir velu en bas et blanc poudré en haut.Généralement fourchu au sommet, rappelant des bois de cerf, noir velu en bas. Forme conidienne identique excepté le haut étant poudré de blanc.-
26/10/2018Xylaria hypoxylonChair Couleur-Blanc-
26/10/2018Xylaria hypoxylonSpores Description-(9,9)10,1 - 11,4(12,2) x (4,2)4,6 - 5,2(5,4) μm ; Q=(1,9) 2,0 - 2,4(2,9) (d'après Fournier). J+-
26/10/2018Xylaria hypoxylonEcologie Description-Sur branches de feuillus. Toute l'année. Fréquent.-
26/10/2018Tricholoma inamoenumEtymologie-in- (préfixe) : non, pas amoenum : agréable Désagréable, en référence à son odeur.-
26/10/2018Russula amoenaEtymologie-amoena : agréable Agréable.-
26/10/2018Pezicula amoenaEtymologie-amoena : agréable Agréable.-
26/10/2018Boletinellus merulioidesEtymologie-Merulius : ancien nom latin du genre de la mérule -oides (suffixe) : ressemblant Ressemblant à la mérule, en référence à son hyménium.-
26/10/2018Taphrina acerinaEtymologieAcer : nom latin du genre des érables -ina (suffixe) : suffixe des noms féminins De l'érable.Acer : nom latin du genre des érables -ina (suffixe) : suffixe des noms féminins De l'érable.-
26/10/2018Taphrina caerulescensEtymologiecaerulus : bleu -escens (suffixe) : suffixe adjectival Devenant bleu.caerulus : bleu -escens (suffixe) : suffixe adjectival Devenant bleu.-
26/10/2018Taphrina pruniEtymologie-Prunus : le nom du genre des pruniers, pêchers, etc. Des pruniers.-
26/10/2018Taphrina sadebeckiiEtymologieDédié à Richard Sadebeck.Dédié à Richard Sadebeck.-
26/10/2018Taphrina pseudoplataniEtymologieAcer pseudoplatanus : érable sycomore De l'érable sycomoreAcer pseudoplatanus : érable sycomore De l'érable sycomore.-
26/10/2018Taphrina pseudoplataniEtymologieAcer pseudoplatanus : érable sycomore Acer pseudoplatanus : érable sycomore De l'érable sycomore-
26/10/2018Taphrina acericolaEtymologieAcer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitant Habitant de l'érable.Acer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitant Habitant de l'érable.-
26/10/2018Taphrina acericolaEtymologieAcer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitant Habitant de l'érable.Acer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitant Habitant de l'érable.-
26/10/2018Taphrina athyriiEtymologieAthyrium : nom latin d'un genre de fougère (dont la fougère femelle, un des hôtes de cette espèce) Des fougères femelles.Athyrium : nom latin d'un genre de fougère (dont la fougère femelle, un des hôtes de cette espèce) Des fougères femelles.-
25/10/2018Taphrina pseudoplataniCommentairesForme des cloques d'une taille allant jusqu'à 1 cm, vert-jaune avec des taches noirâtres sur la face de la feuille.Forme des cloques d'une taille allant jusqu'à 1 cm, gris à noirâtre sur la face de la feuille.-
25/10/2018Taphrina acericolaConfusions possiblesTaphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence gorgée d'eau. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des taches jaunes avec des plaques noirâtres sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. Taphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence gorgée d'eau. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des grises à noirâtres sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. -
25/10/2018Taphrina johansoniiConfusions possibles-Taphrina rhizophora, identique macroscopiquement, se différencie par la taille de ses asques et ses spores mesurent 4-7 x 2,5-4,5 µm et semble préférer Populus alba (peuplier blanc).-
25/10/2018Taphrina johansoniiCommentaires-Les fleurs s'hypertrophient en formant une languette épaisse et se colorent de jaune d'or.-
25/10/2018Taphrina johansoniiChapeau Descriptionles inflorescences de Populus tremula qui grossissent et se colorent de jaune d'or.--
25/10/2018Taphrina johansoniiLames Descriptioninexistantes--
25/10/2018Taphrina johansoniiStipe Descriptioninexistant--
25/10/2018Taphrina johansoniiSpores Description4-10 x 1.5-4 µmMesurant 4-10 x 1.5-4 µm, 4-6 x 4-5 μm (d'après Petrýdesová et coll.).-
25/10/2018Taphrina johansoniiEcologie Descriptionsur inflorescences de Populus tremula.Sur chatons femelles de Populus tremula. Printemps. Peu fréquent.-
25/10/2018Taphrina pruniRéférencesBK 1 129 ; Ellis p. 196 ; Gr. 254BK 1 129 ; Ellis p. 196 ; Gr. 254 ; Plant parasites of Europe ; Le Genre Taphrina dans les Pyr ; 3 lost Taphrina species-
25/10/2018Taphrina pruniConfusions possiblesD'autres espèces du genre Taphrina se rencontrent également sur Prunus : Taphrina deformans sur Prunus persica dont les feuilles se cloquent, et Taphrina cerasi déformant les feuilles et provoquant des balais de sorcières.D'autres espèces du genre Taphrina se rencontrent également sur Prunus : Taphrina deformans sur Prunus persica (pêcher) et Prunus dulcis (amandier) dont les feuilles se cloquent. Taphrina cerasi déformant les feuilles et provoquant des balais de sorcières. Taphrina padi sur Prunus padus (cerisier à grappe) déformant les fruits de la même manière. Taphrina insititiae ne pousse que sur Prunus domestica ssp. insititia (quetschier) et forme des balais de sorcière en décolorant les feuilles en rose.-
25/10/2018Taphrina pruniCommentairesRépandu. Du printemps à l'été. --
25/10/2018Taphrina pruniEcologie DescriptionSur fruits immatures et encore à l'arbre de Prunus domestica, et Prunus padus, mais aussi sur Prunus spinosa.Sur fruits immatures et encore à l'arbre de Prunus domestica (prunier domestique), Prunus cerasifera (prunier myrobolan) et Prunus spinosa (prunellier). Répandu. De la période de formation des fruits à l'été.-
25/10/2018Taphrina sadebeckiiEtymologie-Dédié à Richard Sadebeck.-
25/10/2018Taphrina sadebeckiiNoms français-Petite cloque de l'aulne-
25/10/2018Taphrina sadebeckiiRéférencesEllis p. 86Ellis p. 86 ; Plant parasites of Europe ; Le Genre Taphrina dans les Pyr-
25/10/2018Taphrina sadebeckiiCommentaires-Provoque des taches jaunes peu épaisses déprimant la feuille.-
25/10/2018Taphrina sadebeckiiEcologie DescriptionProvoque des tâches jaunes peu épaisses à la partie supérieure des feuilles d'Alnus.Sur les feuilles vivantes d'Alnus glutinosa (aulne glutineux) et Alnus incana (aulne blanc) ainsi que leurs variétés. De la pousse des feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.-
25/10/2018Taphrina tosquinetiiEtymologie-Dédié au Dr. Pierre Jules Tosquinet.-
25/10/2018Taphrina tosquinetiiNoms françaisCloque de l'aulneGrande cloque de l'aulne-
25/10/2018Taphrina tosquinetiiConfusions possibles-Acalitus brevitarsus (phytopte des aulnes) est un acarien de la famille des Eriophyidae pouvant provoquer des galles similaires, mais on peut y voir un érineum et ses spécimens vivants.-
25/10/2018Taphrina tosquinetiiCommentairesCommune, en particulier sur les drageons. Période de Juin à Septembre.Large cloque formée d'une pruine blanchâtre sur les deux faces de la feuille.-
25/10/2018Taphrina tosquinetiiSpores DescriptionAsques 18-40 x 7-13 µm. Spores 2,5-6 x 2,5-5 µm, plus ou moins globuleuses, bourgeonnant souvent dans l'asque. Large cloque formée d'une pruine blanchâtre sur les deux faces de la feuille.Asques 18-40 x 7-13 µm. Spores 2,5-6 x 2,5-5 µm, plus ou moins globuleuses, bourgeonnant souvent dans l'asque. -
25/10/2018Taphrina tosquinetiiEcologie DescriptionSur feuilles d'Alnus glutinosa.Sur feuilles d'Alnus glutinosa (aulne glutineux) et Alnus incana (aulne blanc) ainsi que leurs hybrides et variétés. Juin-septembre. Commun, en particulier sur les drageons.-
25/10/2018Taphrina caerulescensCommentairesFormant des taches de couleur plus claire légèrement épaissies sur la feuille. L’anamorphe se nomme Lalaria coccinea.Formant des taches de couleur plus claire légèrement épaissies sur la feuille. L’anamorphe se nomme Lalaria coccinea. Cladosporium taphrinae est un holoparasite de cette espèce.-
25/10/2018Taphrina caerulescensRéférences-Plant parasites of Europe-
25/10/2018Taphrina alniRéférencesGr. 254 ; Ellis p. 88Gr. 254 ; Ellis p. 88 ; Plant parasites of Europe-
25/10/2018Taphrina acericolaEtymologieAcer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitantAcer : genre en latin des érables -cola (suffixe) : habitant Habitant de l'érable.-
25/10/2018Taphrina acerinaEtymologieAcer : nom latin du genre des érables -ina (suffixe) : suffixe des noms fémininsAcer : nom latin du genre des érables -ina (suffixe) : suffixe des noms féminins De l'érable.-
25/10/2018Taphrina alniEtymologieAlnus : genre des aulnes en latinAlnus : genre des aulnes en latin De l'aulne.-
25/10/2018Taphrina caerulescensCommentairesFormant des taches de couleur plus claire légèrement épaissies sur la feuille. L’anamorphe se nomme Lalaria coccinea.Formant des taches de couleur plus claire légèrement épaissies sur la feuille. L’anamorphe se nomme Lalaria coccinea.-
25/10/2018Taphrina caerulescensEtymologie-caerulus : bleu -escens (suffixe) : suffixe adjectival Devenant bleu.-
25/10/2018Taphrina caerulescensNoms français-Cloque des chênes-
25/10/2018Taphrina caerulescensCommentairesL’anamorphe est Lalaria coccinea Formant des taches de couleur plus claire légèrement épaissies sur la feuille. L’anamorphe se nomme Lalaria coccinea.-
25/10/2018Taphrina caerulescensEcologie DescriptionParasite des feuilles de chênesSur feuilles vivantes de Quercus spp. (chênes), mais surtout de Quercus rubra (chêne rouge). De la pousse de feuilles jusqu'à leur sénescence. Fréquent.-
25/10/2018Taphrina alniEtymologie-Alnus : genre des aulnes en latin-
25/10/2018Taphrina alniNoms français-Cloque des chatons de l'aulne-
25/10/2018Taphrina alniCommentairesOccasionnel mais de plus en plus répandu. Eté.Excroissances en forme de languette rouge ou verte, avec des bords arrondis. Surface supérieure plus large et rainurée.-
25/10/2018Taphrina alniChapeau DescriptionExcroissances en forme de languette rouge ou vert, avec des bords arrondis. Surface supérieure plus large et rainurée. Persistantes puis devenant brun-noir en période Automne-Hiver.--
25/10/2018Taphrina alniSpores DescriptionThèques dépourvues de cellules basilaires, octospores 40-45 x 10µm. Spores rondes 5 µm de diamètre, sur Alnus incana. Thèques mesurant jusqu'à 45-60 x 16-21 µm sur Alnus glutinosa.Thèques dépourvues de cellules basilaires, octosporées, de 40-45 x 10µm. Spores rondes 5 µm de diamètre, sur Alnus incana (aulne blanc). Thèques mesurant jusqu'à 45-60 x 16-21 µm sur Alnus glutinosa (aulne glutineux).-
25/10/2018Taphrina alniEcologie DescriptionSur les chatons femelles d'Alnus incana et d'Alnus glutinosa.Essentiellement sur les chatons femelles d'Alnus incana (aulne blanc), mais aussi d'Alnus incana ssp. rugosa (aulne rugueux), Alnus glutinosa (aulne glutineux), Alnus x pubescens (aulne pubescent) et Alnus viridis (aulne vert). Fin du printemps-automne. Les galles peuvent être reconnues même après la tombée des chatons et ainsi les rendre observables toute l'année. Répandu.-
25/10/2018Taphrina acericolaConfusions possiblesTaphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence mouillée. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des taches jaunes avec des plaques noirâtres sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. Taphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence gorgée d'eau. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des taches jaunes avec des plaques noirâtres sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. -
25/10/2018Taphrina acerinaEtymologie-Acer : nom latin du genre des érables -ina (suffixe) : suffixe des noms féminins-
25/10/2018Taphrina acerinaNoms français-Cloque de l'érable plane-
25/10/2018Taphrina acerinaConfusions possibles-Taphrina acericola Taphrina pseudoplatani-
25/10/2018Taphrina acerinaCommentaires-Forme des balais de sorcière, dont les feuilles s'infestent de plaques gris-blanc et paraissent gorgées d'eau.-
25/10/2018Taphrina acerinaEcologie DescriptionSur feuilles d'AcerSur feuilles vivantes d'Acer platanoides (érable plane). De la période de pousse de feuilles jusqu'à leur sénescence. Rare, peu observé ?-
25/10/2018Taphrina acericolaAuteurMassalongo 1888Massalongo (1888)-
25/10/2018Taphrina acericolaConfusions possiblesTaphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence mouillée. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des taches jaunes, voire un peu rosâtre sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. Taphrina acerina pousse également sur des érables, mais uniquement Acer platanoides (érable plane), forme des balais de sorcière, les feuilles infestées se tachent de gris-blanc et prennent une apparence mouillée. Taphrina pseudoplatani pousse uniquement Acer platanoides (érable sycomore), forme des taches jaunes avec des plaques noirâtres sur les feuilles infestées et des cloques sur la face inférieure de la feuille. -
22/10/2018Cystoderma carchariasVaréiétés/formes-Cystoderma carcharias var. albus ne possède pas de teintes roses et est tout blanc.-
21/10/2018Amanita battarraeConfusions possiblesAmanita umbrinolutea, qui pousse sous conifères, possède un voile plus épais, est de couleur plus olivacée et présente une réaction de K-K positive. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.Amanita umbrinolutea, qui pousse sous conifères, possède un voile moins épais, est de couleur plus olivacée et présente une réaction de K-K positive. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.-
21/10/2018Amanita umbrinoluteaConfusions possibles-Amanita battarrae, qui pousse sous feuillus, possède un voile plus épais, est de couleur grisâtre et présente une réaction de K-K négative.-
21/10/2018Amanita umbrinoluteaCommentairesSaveur astringente.Saveur astringente. -
21/10/2018Amanita battarraeConfusions possiblesAmanita umbrinolutea, qui pousse sous conifères et présente une réaction de K-K positive. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.Amanita umbrinolutea, qui pousse sous conifères, possède un voile plus épais, est de couleur plus olivacée et présente une réaction de K-K positive. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.-
19/10/2018Fomes fomentariusConfusions possibles-Phellinus igniarius, pousse de préférence sur les aulnes.-
19/10/2018Fomes fomentariusVaréiétés/formes-Fomes fomentarius fo. inzengae se caractérise par son aspect très pâle, blanchâtre à crème ochracé.-
19/10/2018Fomes fomentariusCommentairesEspèce souvent confondue avec Ochroporus ignarius (hôte des Aulnes). La forme inzengae (Ces. & de Not.) R. Heim se caractérise par son aspect très pâle, blanchâtre à crème ochracé.Une forme de géotropisme peut être observée chez ce champignon, comme sur la photo de Jean-Pierre Dechaume. Le champignon protège ainsi les tubes de la pluie pour que les spores se forment correctement et ne germent pas à l'intérieur du champignon. Séchés, les fragments de ce champignon détiennent un bon pouvoir calorifique, suffisant pour allumer un feu.-
19/10/2018Fomes fomentariusEcologie DescriptionSurtout sur hêtre et PopulusSurtout sur hêtre et Populus.-
19/10/2018Cystoderma haematitesCommentaires-Probablement synonyme de Cystoderma superbum et Limacella vinosorubescens.-
19/10/2018Aleurodiscus aurantiusEcologie DescriptionSur boi morts depuis longtemps de Rubus spp. (ronces et framboisiers), Rosa spp. (rosiers), rarement sur Taxus spp. (ifs), Vaccinium spp. (airelles et myrtilliers) et Hippophae rhamnoides (argousier), également sur plantes herbacées, etc. Espèce assez lignivore. Toute l'année. Fréquent, mais passant souvent inaperçu.Sur bois morts depuis longtemps de Rubus spp. (ronces et framboisiers), Rosa spp. (rosiers), rarement sur Taxus spp. (ifs), Vaccinium spp. (airelles et myrtilliers) et Hippophae rhamnoides (argousier), également sur plantes herbacées, etc. Espèce assez lignivore. Toute l'année. Fréquent, mais passant souvent inaperçu.-
17/10/2018Agaricus xanthodermusConfusions possibles-Agaricus laskibarii est moins jaunissant au frottement, possède des spores plus grandes et des cheilocystides de forme différente. Agaricus pseudopratensis-
12/10/2018Entoloma bloxamiiCommentairesOdeur et saveur farineuses.Le complexe d'espèce d'Entoloma bloxamii possède encore des espèces non décrites ou inédites et reste à débrouiller.-
12/10/2018Entoloma bloxamiiChair Description-Blanche, immuable. Odeur et saveur farineuses.-
12/10/2018Tubaria confragosaCommentairesLignicole.--
12/10/2018Tubaria confragosaEcologie Description-Sur bois pourri dans les marais et tourbières. Lignicole. Tendance nordique et boréale. Eté-automne. Rare.-
11/10/2018Leccinum holopusComestibilité-Sans intérêt-
11/10/2018Leccinum holopusCommentairesDans les marais et tourbières. Fe verdâtre. Formol rose lent.Fe verdâtre. Formol rose lent.-
11/10/2018Leccinum holopusEcologie Description-Dans les marais et tourbières, plus rarement dans des lieux plus secs. Sous Betula spp. (bouleaux). Automne.-
11/10/2018Phyllactinia guttataPhoto-Phyllactinia_guttata_2018_ns_6.jpgAjout photo type Micro pour Phyllactinia guttata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
11/10/2018Phyllactinia guttataPhoto-Phyllactinia_guttata_2018_ns_5.jpgAjout photo type Micro pour Phyllactinia guttata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
11/10/2018Phyllactinia guttataPhoto-Phyllactinia_guttata_2018_ns_4.jpgAjout photo type Macro pour Phyllactinia guttata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
11/10/2018Paxillus involutusPhoto-Paxillus_involutus_2018_ns_1.jpgAjout photo type Micro pour Paxillus involutus, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
11/10/2018Asterophora lycoperdoidesPhoto-Asterophora_lycoperdoides_2018_ns_1.jpgAjout photo type Micro pour Asterophora lycoperdoides, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
11/10/2018Bogbodia udaPhoto-Bogbodia_uda_2018_ns_1.jpgAjout photo type Micro pour Bogbodia uda, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/10/2018Phyllactinia fraxiniPhoto-Phyllactinia_fraxini_2018_ns_4.jpgAjout photo type Micro pour Phyllactinia fraxini, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/10/2018Phyllactinia guttataPhoto-Phyllactinia_guttata_2018_ns_3.jpgAjout photo type Micro pour Phyllactinia guttata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/10/2018Phyllactinia fraxiniPhoto-Phyllactinia_fraxini_2018_ns_3.jpgAjout photo type Micro pour Phyllactinia fraxini, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/10/2018Russula integraPhoto-Russula_integra_2018_ns_1.jpgPublication photo
08/10/2018Albomagister alesandriiConfusions possiblesAlbomagister virgineusAlbomagister virgineus, a l'arête de ses lames stérile, de cheilocystides cylindriques ou capitulées-munies d'un apex, des spores plus grandes et est plus frêle.-
08/10/2018Albomagister alesandriiChapeau Description-D'environ 1,5 cm de diamètre, conique-obtus, de couleur gris clair à blanc grisâtre, revêtement fibrillo-soyeux.-
08/10/2018Albomagister alesandriiChair Description-Blanche, immuable, inodore.-
08/10/2018Albomagister alesandriiLames Description-Blanches, fortement échancrées.-
08/10/2018Albomagister alesandriiStipe Description-3,5 x 0,3 cm, blanc, cylindrique.-
08/10/2018Albomagister alesandriiSpores Description-Mesurant 5,8-6,2 x 4,8-5,2 μm (Moreau et coll.), amyloïdes.-
08/10/2018Rhodocollybia distortaConfusions possibles-Rhodocollybia prolixa Rhodocollybia fodiens-
08/10/2018Rhodocollybia distortaCommentairesRéaction au sulfate de fer orangée sur les lames ou la chair. Si la réaction est verdâtre et la chair ± jaunâtre, penser à Collybia prolixa. La saveur est douce, mais il existe une var. amara Babos, à saveur amère. A noter que pour certains auteurs, R. distorta est probablement plutôt une variété de prolixa.Réaction au sulfate de fer orangée sur les lames ou la chair. Si la réaction est verdâtre et la chair ± jaunâtre, penser à Rhodocollybia prolixa. La saveur est douce, mais il existe une var. amara Babos, à saveur amère. A noter que pour certains auteurs, R. distorta est probablement plutôt une variété de prolixa.-
04/10/2018Abrothallus parmeliarumConfusions possiblesAbrothallus usneae, qui pousse sur Usnea ceratina. Abrothallus prodiens, qui pousse sur Parmelia physodes.Abrothallus usneae, qui pousse sur Usnea ceratina. Abrothallus prodiens, qui pousse sur Parmelia physodes.Mise en forme
03/10/2018Cortinarius betulinusPhoto-Cortinarius_betulinus_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Cortinarius betulinus, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
02/10/2018Spathularia flavidaPhotoSpathularia_flavida_2017_ns_1.jpg-Dépublication photo : Meilleures photos
02/10/2018Erysiphe flexuosaAuteur(Peck) U. Braun & S. Takam (2000)(Peck) U. Braun & S. Takam. (2000)-
02/10/2018Erysiphe flexuosaConfusions possiblesSawadaea bicornis possède des appendices se divisant en deux puis se courbant de chaque côté de celui-ci, pousse sur Acer spp. (érables), mais accidentellement aussi sur Aesculus spp. (marronniers).Sawadaea bicornis possède des appendices se divisant de manière dichotomique puis se courbant sur chaque côté de celui-ci, pousse sur Acer spp. (érables), mais accidentellement aussi sur Aesculus spp. (marronniers).-
02/10/2018Erysiphe flexuosaApothécie DescriptionCléistothèces (chasmothécies) sphériques de couleur jaune, puis orange, brune et enfin brun noirâtre, mesurant (65-), ornées d'appendices ("poils"), ondulées se finissant de manière hélicoïdale.Cléistothèces (chasmothécies) sphériques de couleur jaune, puis orange, brune et enfin brun noirâtre, ornées d'appendices ("poils"), ondulés se finissant de manière hélicoïdale.-
02/10/2018Erysiphe syringaeSpores Longueur en µm1-2--
02/10/2018Erysiphe syringaeTaille en cm1-2--
02/10/2018Erysiphe flexuosaPhoto-Erysiphe_flexuosa_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Erysiphe flexuosa, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
02/10/2018Erysiphe flexuosaSpores Longueur en µm-15-28-
02/10/2018Erysiphe flexuosaSpores Description-Ellipsoïdales, mesurant 15-28 x 10-13 μm (Zimmermanová-Pastirčaková & Pastirčák).-
02/10/2018Erysiphe flexuosaApothécie DescriptionCléistothèces (chasmothécies) de couleur jaune, puis orange, brune et enfin brun noirâtre, ornées d'appendices se courbant souvent au bout.Cléistothèces (chasmothécies) sphériques de couleur jaune, puis orange, brune et enfin brun noirâtre, mesurant (65-), ornées d'appendices ("poils"), ondulées se finissant de manière hélicoïdale.-
02/10/2018Erysiphe flexuosaSpores Longueur en µm1-2--
02/10/2018Erysiphe flexuosaTaille en cm1-2--
02/10/2018Seifertia azaleaeEcologie DescriptionSur bourgeons terminaux, tiges et fleurs de Rhododendron spp. (rhododendrons et azalées) et autres Ericacées. La cause de l'explosion des bourgeons est due à la brûlure des rameaux. Les pousses feuillues se nécrosent. Printemps-début de l'été.Sur bourgeons terminaux, tiges et fleurs de Rhododendron spp. (rhododendrons et azalées) et autres Ericacées. La cause de l'explosion des bourgeons est due à la brûlure des rameaux. Les pousses feuillues se nécrosent. Printemps-début de l'été. Transmit et introduit pour la première fois en 1930 par la cicadelle du rhododendron (Graphocephala fennahi).-
02/10/2018Seifertia azaleaeCommentairesLa cause de l'explosion des bourgeons est dûe à la brûlure des rameaux. Les pousses feuillues se nécrosent . Le synnemata apparait comme recouvert d'épines noires. Période printanière.--
02/10/2018Seifertia azaleaeFructification DescriptionSynnemata olivâtre foncé ou brun noirâtre avec un saupoudrage de conidies pâles à l'apex allant jusqu'à 2mm de haut et 0,5 mm de large.Synnemata olivâtre foncé ou brun noirâtre avec un saupoudrage de conidies pâles à l'apex allant jusqu'à 2mm de haut et 0,5mm de large. Le synnemata apparaît comme recouvert d'épines noires.-
02/10/2018Seifertia azaleaeSpores DescriptionConidies 4-6 x 6-12µm ,brun pâle ou olivâtre.Conidies 4-6 x 6-12µm, brun pâle ou olivâtre.-
02/10/2018Seifertia azaleaeEcologie DescriptionSur bourgeons terminaux, tiges et fleurs de Rhododendrons, ( Azalées, Vireya et autres Ericacées.)Sur bourgeons terminaux, tiges et fleurs de Rhododendron spp. (rhododendrons et azalées) et autres Ericacées. La cause de l'explosion des bourgeons est due à la brûlure des rameaux. Les pousses feuillues se nécrosent. Printemps-début de l'été.-
01/10/2018Boletellus emodensisConfusions possibles-Boletellus ananas, du sud de l'Amérique du Nord, mais le bolet chrysanthème se distingue par ses tons vineux dans le chapeau et le stipe, et des spores plus grandes. Boletellus ananiceps ne possède pas de tons rosés sur le champignon, mais est de couleur ocre-jaune.-
01/10/2018Boletellus emodensisCommentairesDonné comme comestible à l'état jeune. Plusieurs espèces très affines ont été décrites en zone subtropicale, notamment Boletellus ananas, du sud de l'Amérique du Nord, mais le bolet chrysanthème se distingue par ses tons vineux dans le chapeau et le stipe, et une spore plus grande. Donné comme comestible à l'état jeune. -
01/10/2018Entoloma ameidesChair Description-Odeur de bonbon anglais, de raisin 'Fragola' (Vitis labrusca).-
30/09/2018Amanita submembranaceaConfusions possibles-Amanita ceciliae Amanita basiana-
30/09/2018Amanita submembranaceaCommentairesTendance acidophile submontagnarde.--
30/09/2018Amanita submembranaceaEcologie Description-Tendance acidophile submontagnarde. -
30/09/2018Amanita subfuliginosaNoms françaisFausse amanite fuligineuseAmanite presque fuligineuse-
30/09/2018Amanita subfuliginosaComestibilité-Sans intérêt-
30/09/2018Amanita subfuliginosaConfusions possibles-Amanita simulans-
30/09/2018Amanita subfuliginosaCommentaires-Considéré comme synonyme d'Amanita simulans par certains auteurs.-
30/09/2018Amanita subfuliginosaEcologie DescriptionSous Pinus pineaSous Pinus pinea (pin maritime). Très rare.-
30/09/2018Hygrocybe coccineaNoms françaisHygrophore/Hygrocybe cocciné ; Hygrophore/Hygrocybe écarlate ; Hygrophore/Hygrocybe cochenille ; Hygrophore/Hygrocybe couleur de cochenilleHygrophore cocciné ; Hygrophore écarlate ; Hygrophore cochenille ; Hygrophore couleur de cochenille-
30/09/2018Hygrocybe coccineaConfusions possiblesHygrocybe splendidissimaHygrocybe marchii Hygrocybe phaeococcinea Hygrocybe splendidissima-
30/09/2018Hygrocybe coccineaNoms françaisHygrophore cocciné ; Hygrophore écarlateHygrophore/Hygrocybe cocciné ; Hygrophore/Hygrocybe écarlate ; Hygrophore/Hygrocybe cochenille ; Hygrophore/Hygrocybe couleur de cochenille-
30/09/2018Hygrocybe coccineaConfusions possibles-Hygrocybe splendidissima-
30/09/2018Hygrocybe coccineaVaréiétés/formes-Hygrocybe coccinea var. umbonata possède un mamelon au centre de son chapeau.-
30/09/2018Boletus edulisConfusions possiblesBoletus reticulatus, espèce très ressemblante, dont la surface du chapeau est légèrement tomenteuse, a un goût plus sucré, n'a pas de coloration rousse sous la cuticule à la coupe, est plus précoce et un peu plus thermophile. Boletus fulvomaculatus, a le chapeau brun clair à jaune citrin et est tâché de rouille-fauve. Boletus aereus,est plus trapu, a le chapeau brun foncé, à le pied plus coloré, et est plus thermophile. Boletus carpinaceus, a le chapeau gris (voir blanc dans la jeunesse), son stipe est plus coloré, pousse sous les charmes et semble n'être connu que de l'Europe de l'Est. Boletus mamorensis, plus trapu, a le chapeau plus foncé recouvert d'une pruine beige et le pied plus coloré, pousse sous chênes-lièges seulement connu du Maroc, mais vendu sur les marchés européens. Boletus pinophilus, de couleurs plus chaudes, a le chapeau souvent ridé et pruineux, pousse sous les pins (Pinus). Boletus pinetorum, a le chapeau de couleur brun-gris, un pied plus long, des caulocystides lagéniformes et pousse sous les pins en Fennoscandie. Boletus aurantioruber, espèce américaine qui aurait été retrouvé en Europe, pousse sous les pins (Pinus), a le chapeau brun-rouge, les pores qui verdissent au frottement et dont le réseau sur le pied est de couleur rose-cannelle à rouille. Xanthoconium separans, espèce dont le chapeau est de couleur rose-rouge, le pied rose, s'éclaircissant à la base, réagit en vert à l'ammoniaque sur le chapeau et est une espèce très rare et thermophile à l'origine américaine. Boletus reticulatus, espèce très ressemblante, dont la surface du chapeau est légèrement tomenteuse, a un goût plus sucré, n'a pas de coloration rousse sous la cuticule à la coupe, est plus précoce et un peu plus thermophile. Boletus fulvomaculatus, a le chapeau brun clair à jaune citrin et est tâché de rouille-fauve. Boletus aereus,est plus trapu, a le chapeau brun foncé, à le pied plus coloré, et est plus thermophile. Boletus carpinaceus, a le chapeau gris (voir blanc dans la jeunesse), son stipe est plus coloré, pousse sous les charmes et semble n'être connu que de l'Europe de l'Est. Boletus mamorensis, plus trapu, a le chapeau plus foncé recouvert d'une pruine beige et le pied plus coloré, pousse sous chênes-lièges seulement connu du Maroc, mais vendu sur les marchés européens. Boletus pinophilus, de couleurs plus chaudes, a le chapeau souvent ridé et pruineux, pousse sous les pins (Pinus). Boletus pinetorum, a le chapeau de couleur brun-gris, un pied plus long, des caulocystides lagéniformes et pousse sous les pins en Fennoscandie. Boletus aurantioruber, espèce américaine qui aurait été retrouvé en Europe, pousse sous les pins (Pinus), a le chapeau brun-rouge, les pores qui verdissent au frottement et dont le réseau sur le pied est de couleur rose-cannelle à rouille. Xanthoconium separans, espèce dont le chapeau est de couleur rose-rouge, le pied rose, s'éclaircissant à la base, réagit en vert à l'ammoniaque sur le chapeau et est une espèce très rare et thermophile à l'origine américaine. -
28/09/2018Russula heterophyllaVaréiétés/formes-Russula heterophylla var. chlora est jaune verdâtre. Russula heterophylla var. virginea est blanchâtre glauque. Russula heterophylla var. livida est veloutée à disque noirâtre. Russula heterophylla fo. adusta a un chapeau brun. Russula heterophylla fo. laeticolor est en partie colorée de orange ou autre couleur orangée. Russula heterophylla fo. pseudoochroleuca est jaune ochracé.Variétés + réactions
28/09/2018Russula heterophyllaCommentairesLa f. adusta a un chapeau brun. La f. pseudoochreuloca est jaune ochracé. La var. chlora est jaune verdâtre. La var. virginea est blanchâtre glauque. La var. livida est veloutée à disque noirâtre. Cristal de sulfate de fer II (FeSO4 100%) : rose orangé vif (ensemble du champignon) Teinture de Gaïac : rapidement bleu (chair) Phénol (C6H5OH) : lentement brun (chair) Ammoniaque (NH4OH) : jaune (chair et lamelles)Variétés + réactions
28/09/2018Russula foetensConfusions possibles-Russula subfoetens a une odeur suave avec composante fruitée plutôt désagréable et n'a pas de réaction à la potasse. -
28/09/2018Russula foetensVaréiétés/formesRussula subfoetens a une odeur suave avec composante fruitée plutôt désagréable et n'a pas de réaction à la potasse. --
28/09/2018Russula foetensComestibilitéToxiqueSans intérêt-
28/09/2018Russula foetensVaréiétés/formes-Russula subfoetens a une odeur suave avec composante fruitée plutôt désagréable et n'a pas de réaction à la potasse. -
28/09/2018Russula foetensCommentairesOdeur de corne brûlée. Russula subfoetens a une odeur suave avec composante fruitée plutôt désagréable. Sans réaction à la potasse. Sulfate de fer II (FeSO4 10%) : rose orangé (pied) Potasse caustique (KOH 10%) : rose brunâtre (pied)-
28/09/2018Russula foetensChair DescriptionChair brunissant lentement à la coupe.Chair brunissant lentement à la coupe. Odeur de corne brûlée. -
28/09/2018Russula sardoniaComestibilité-Sans intérêt-
28/09/2018Russula sardoniaVaréiétés/formes-Russula sardonia var. mellina a le chapeau jaune ochracé. Russula sardonia var. viridis a le chapeau vert. Russula sardonia fo. citrina a le chapeau jaune brun.-
28/09/2018Russula sardoniaCommentairesLa var. mellina est jaune ochracé. La var. viridis est verte. La f. citrina est jaune brun.Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) : rose (lames)-
28/09/2018Russula amoenolensComestibilité-Sans intérêt-
28/09/2018Russula amoenolensCommentairesOdeur spermatique ou de condiment Maggi ou de topinambour (fromage Camenbert selon certains auteurs).Formol (CH2O) : rose orangé (pied) Teinture de gaïac : cyan foncé (pied)-
28/09/2018Russula amoenolensChair Immuable-Oui ou Non-
28/09/2018Russula amoenolensChair Description-Odeur spermatique ou de condiment Maggi ou de topinambour (fromage Camenbert selon certains auteurs).-
28/09/2018Leucocybe connataCommentairesLe sulfate de fer donne une réaction violette (lente) sur les lames et la surface du chapeau.Sulfate de fer II (FeSO4 10%) : très rapidement violet puis rouge pourpre (lames, chapeau et pied) Cristal de sulfate de fer II (FeSO4 100%) : lentement violet puis rouge pourpre (lames, chapeau et pied)-
28/09/2018Lactarius zonariusVaréiétés/formes-Lactarius zonarius fo. scrobipes, à stipe scrobiculé, a la marge pubescente. -
28/09/2018Lactarius zonariusCommentairesLa f. scrobipes, à stipe scrobiculé, a la marge pubescente. Phénolaniline : roux brunâtre (chair du chapeau)-
28/09/2018Lactarius tabidusCommentairesChapeau mamelonné, crispé ridé au centre. Lait jaunissant énergiquement sur le mouchoir. Souvent parmi les sphaignes. Mouchoir : jaune (lait)-
28/09/2018Lactarius tabidusEcologie DescriptionSurtout sous les bouleaux, dans les mousses des tourbières ou à leurs abords.Surtout sous les bouleaux, dans les mousses des tourbières ou à leurs abords. Souvent parmi les sphaignes.-
28/09/2018Lactarius repraesentaneusCommentairesChair violascente. Marécages. Plutôt montagnard.Chlorure de fer (FeCI3) : rouge pourpre peu net (chair) Oxydation : chair (violet) Potasse caustique (KOH) : fait disparaître la coloration due à l'oxydation (chair) TL4 : accélère le processus d'oxydation (chair)-
28/09/2018Lactarius repraesentaneusChair Description-Chair violascente.-
28/09/2018Lactarius repraesentaneusEcologie Description-Marécages. Plutôt montagnard.-
28/09/2018Lactarius scrobiculatusConfusions possibles-Lactarius intermedius-
28/09/2018Lactarius scrobiculatusCommentairesStipe largement scrobiculé. Epicéas en montagne.Oxydation : jaune puis orange (lait) Potasse : orange vif (lait)-
28/09/2018Lactarius scrobiculatusStipe Description-Stipe largement scrobiculé.-
28/09/2018Lactarius scrobiculatusEcologie Description-Epicéas en montagne.-
27/09/2018Lactarius pyrogalusComestibilitéSans intérêtToxique-
27/09/2018Lactarius pyrogalusConfusions possibles-Lactarius circellatus Lactarius flexuosus-
27/09/2018Lactarius pyrogalusCommentairesSaveur de la chair et du lait piquante et même brûlante. Sous noisetiers.Potasse caustique (KOH) : orange (lait) Considéré comme toxique par sa grande âcreté.-
27/09/2018Lactarius pyrogalusChair DescriptionBlanche. Saveur très acre.Blanche. Saveur de la chair et du lait piquante et même brûlante.-
27/09/2018Lactarius necatorCommentairesStipe parfois scrobiculé. KOH tache la cuticule de rouge vineux.Potasse caustique (KOH) : rouge vineux (ensemble du champignon) Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) : violet (ensemble du champignon)-
27/09/2018Lactarius necatorStipe Description-Stipe parfois scrobiculé.-
27/09/2018Daedaleopsis confragosaCommentairesPotasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH3) : violet (tubes et pores)Potasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) : violet (tubes et pores)-
27/09/2018Hapalopilus nidulansCommentairesPotasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH3) : violet (tubes et pores)Potasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) : violet (tubes et pores)-
27/09/2018Xerocomus lanatusCommentairesVapeurs d'ammoniaque (NH3) : vert-bleu (cuticule, pied) Synonyme de Xerocomus ferrugineus.Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) : vert-bleu (cuticule, pied) Synonyme de Xerocomus ferrugineus.-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusCommentairesVapeurs d'ammoniaque (NH3) bleu-vert : bleu-vert (cuticule, pied). Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied de couleur rouge, rouille ou brune.Vapeurs d'ammoniaque (NH4OH) bleu-vert : bleu-vert (cuticule, pied). Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied de couleur rouge, rouille ou brune.-
27/09/2018Lactifluus glaucescensNoms françaisLactaire verdissant ; Lactaire glaucescentLactaire verdissant ; Lactaire à lait verdissant ; Lactaire glaucescent-
27/09/2018Lactifluus glaucescensCommentaires-Oxydation : vert olive (lait) Potasse (KOH) : orange (lait) Formol (CH2O) : gris puis bleu ciel (lait) Sulfoformol : bleu ciel (lait)-
27/09/2018Lactifluus glaucescensLames Descriptionextrêmement serrées (20/cm), comme piperatus, de couleur crème chair, décurrentes au moins par un filet. Latex verdissant assez lentement (15'-30') et faiblement sur les lames à la blessure, grisâtre sale puis olivacé ; KOH jaune orangé pâle rapide sur lame de verre, mais nulle au Formol.Extrêmement serrées (20/cm), comme Lactifluu piperatus, de couleur crème chair, décurrentes au moins par un filet. Latex verdissant assez lentement (15'-30') et faiblement sur les lames à la blessure, grisâtre sale puis olivacé ; KOH jaune orangé pâle rapide sur lame de verre, mais nulle au formol.-
27/09/2018Lactarius evosmusCommentairesStipe non scrobiculé. Odeur de pomme. Sur sol argilo- calcaire.TL4 : verdâtre (ensemble du champignon)-
27/09/2018Lactarius evosmusStipe Description-Stipe non scrobiculé.-
27/09/2018Lactarius evosmusChair Description-Odeur de pomme. -
27/09/2018Lactarius evosmusEcologie Description-Sur sol argilo-calcaire.-
27/09/2018Lactarius circellatusComestibilitéSans intérêtToxique-
27/09/2018Lactarius circellatusCommentairesPotasse caustique (KOH) : orange (cuticule), nul (lait)Potasse caustique (KOH) : orange (cuticule), nul (lait) Considéré comme toxique par sa grande âcreté.-
27/09/2018Lactarius circellatusLait Saveur du laitAcre, AmèreAcre-
27/09/2018Lactarius circellatusConfusions possibles-Lactarius pyrogalus Lactarius flexuosus-
27/09/2018Lactarius circellatusCommentaires-Potasse caustique (KOH) : orange (cuticule), nul (lait)-
27/09/2018Lactarius circellatusEcologie DescriptionSurtout charmes.Surtout sous charmes.-
27/09/2018Lactarius aquizonatusConfusions possibles-Lactarius citriolens Lactarius tuomikoskii Lactarius leonis-
27/09/2018Lactarius aquizonatusCommentairesBase du stipe plus ou moins strobiculée. Tendance calcicole nordique. Potasse caustique (KOH) : orange vif (lait) TL4 : bleu foncé (lait)-
27/09/2018Lactarius aquizonatusStipe Description-Base du stipe plus ou moins scrobiculée.-
27/09/2018Lactarius aquizonatusEcologie Description-Tendance calcicole nordique.-
27/09/2018Lactarius acerrimusCommentairesPhénolaniline : rouge pourpre (chair du chapeau) Toxicité causée par sa très forte âcreté.Phénolaniline : rouge pourpre (chair du chapeau) Considéré comme toxique par sa très forte âcreté.-
27/09/2018Lactarius acerrimusCommentairesTendance hygrophile, thermophile.Phénolaniline : rouge pourpre (chair du chapeau) Toxicité causée par sa très forte âcreté.-
27/09/2018Lactarius acerrimusEcologie Description-Tendance hygrophile, thermophile.-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumConfusions possibles-Leccinellum corsicum Leccinellum pseudoscabrum-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumCommentairesLes squamules du stipe forment une grossière réticulation vers la base. Cuticule craquelée, tessellée. La chair vire au rose puis au noirâtre à la coupe. Sous chênes ou hêtres.Formol (CH2O) : rouge orangé (chair) Oxydation : rosâtre puis violet grisâtre (chair) Sulfate de fer II (FeSO4 10%) : vert clair (chair)-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumChapeau Description-Cuticule craquelée, tessellée.-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumChair Description-La chair vire au rose puis au noirâtre à la coupe.-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumStipe Description-Les squamules du stipe forment une grossière réticulation vers la base.-
27/09/2018Leccinellum crocipodiumEcologie Description-Sous chênes ou hêtres. Tendance thermophile.-
27/09/2018Hygrophorus discoxanthusVaréiétés/formes-Hygrophorus discoxanthus var. chrysaspis a une réaction jaune orangée à la potasse.-
27/09/2018Hygrophorus discoxanthusCommentairesOdeur faible.Chez Hcrgophorus discoxanthus var. discoxanthus : Potasse caustique (KOH) : nul (ensemble du champignon) Chez Hygrophorus discoxanthus var. chrysaspis : Potasse caustique (KOH) : jaune orangé (pied et cuticule)-
27/09/2018Hygrophorus discoxanthusChair Description-Odeur faible.-
27/09/2018Hapalopilus nidulansCommentairesColoration violette avec les bases fortes.Potasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH3) : violet (tubes et pores)-
27/09/2018Hapalopilus nidulansChapeau/Dessus Couleur-Brun, Orange, Saumon-
27/09/2018Entoloma aprileCommentairesTeinture de gaïac : vert bleu (chair haut du pied et du chapeau)Teinture de gaïac : vert bleu (chair du haut du pied et du chapeau)-
27/09/2018Entoloma aprileCommentairesPrintanier. Forêts ou endroits boisés, associé à l'orme (Ulmus).Teinture de gaïac : vert bleu (chair haut du pied et du chapeau)-
27/09/2018Entoloma aprileEcologie Description-Forêts ou endroits boisés, associé à l'orme (Ulmus). Printanier.-
27/09/2018Daedaleopsis confragosaNoms françaisTramète rougissante ; Lenzite tricolore (var. tricolor)Tramète rougissante-
27/09/2018Daedaleopsis confragosaConfusions possibles-Daedaleopsis tricolor est très semblable, mais s'en distingue par ses carpophores plats, minces, étroitement zonés, son hyménophore toujours lamellé et la couleur vineuse à brun-rouge de la surface piléique dès l'origine.-
27/09/2018Daedaleopsis confragosaCommentairesLa variété tricolor est très semblable, mais s'en distingue par ses carpophores plats, minces, étroitement zonés, son hyménophore toujours lamellé et la couleur vineuse à brun-rouge de la surface piléique dès l'origine.Potasse caustique (KOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Soude caustique (NaOH 20%) : violet (tubes, pores et cuticule) Vapeurs d'ammoniaque (NH3) : violet (tubes et pores)-
27/09/2018Cortinarius rugosusNoms françaisCortinaire ridéCortinaire rugueux ; Cortinaire ridé-
27/09/2018Cortinarius rugosusCommentaires-TL4 : orange (ensemble du champignon)-
27/09/2018Cortinarius purpurascensComestibilitéToxiqueSans intérêt-
27/09/2018Cortinarius purpurascensConfusions possibles-Cortinarius subpurpurascens Cortinarius occidentalis-
27/09/2018Cortinarius purpurascensCommentairesLe TL4 colore la chair en violacé sombre et profond.TL4 : violacé sombre (chair)-
27/09/2018Cortinarius elegantissimusSynonymesC. aurantioturbinatusCortinarius aurantioturbinatus-
27/09/2018Cortinarius elegantissimusCommentaires-Potasse caustique (KOH 10%) : pourpre sombre (cuticule), rouge carmin (chair)-
27/09/2018Cortinarius elegantissimusChair DescriptionKOH rouge carmin sur chair.--
27/09/2018Cortinarius infractusConfusions possibles-Cortinarius obscurocyaneus-
27/09/2018Cortinarius infractusVaréiétés/formes-Cortinarius infractus var. olivellus est de couleur olivâtre.-
27/09/2018Cortinarius infractusCommentaires-TL4 : jaune or (cuticule) Potasse caustique (KOH 10%) : jaune citron (cuticule)-
27/09/2018Amanita phalloidesCommentairesAcide sulfurique (H2SO4 80%) : lilas ou violet (lames) Champignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un Boletus edulis (cèpe de Bordeaux) excellent comestible avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.Acide sulfurique (H2SO4 80%) : lilas ou violet (lames) Champignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un Boletus edulis (cèpe de Bordeaux), excellent comestible, avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.-
27/09/2018Amanita phalloidesCommentairesChampignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un Boletus edulis (cèpe de Bordeaux) excellent comestible avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.Acide sulfurique (H2SO4 80%) : lilas ou violet (lames) Champignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un Boletus edulis (cèpe de Bordeaux) excellent comestible avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.-
27/09/2018Amanita dryophilaCommentaires-Phénol (C6H6O) : rouge vineux (chair)-
27/09/2018Amanita croceaCommentairesCommentaires de Guy Fourré pour Amanita crocea var. subnudipes : Cuticule d'un jaune orange lumineux, ocre jaune citron sur le pourtour (Seguy 213), un peu plus foncé au centre (Seguy 212). Marge très nettement striée, sur 3 à 4 mm ou davantage. Lames blanches très serrées, un peu fourchues à partir du centre. Chair très mince. Stipe élancé, aminci en haut, sans anneau ni ornementation, nu, blanchâtre. Base revêtue d'une volve blanche étroitement engaînante, membraneuse, souvent entièrement enterrée, blanche à l'extérieur, légèrement jaune crème à l'intérieur. Spores (de sporée) 8,5 - 9,5 (10) x 7-8 µm. Habitat : sous feuillus, chênes à proximité, terrain légèrement acide.Phénol (C6H6O) : pourpre vineux (chair) Commentaires de Guy Fourré pour Amanita crocea var. subnudipes : Cuticule d'un jaune orange lumineux, ocre jaune citron sur le pourtour (Seguy 213), un peu plus foncé au centre (Seguy 212). Marge très nettement striée, sur 3 à 4 mm ou davantage. Lames blanches très serrées, un peu fourchues à partir du centre. Chair très mince. Stipe élancé, aminci en haut, sans anneau ni ornementation, nu, blanchâtre. Base revêtue d'une volve blanche étroitement engaînante, membraneuse, souvent entièrement enterrée, blanche à l'extérieur, légèrement jaune crème à l'intérieur. Spores (de sporée) 8,5 - 9,5 (10) x 7-8 µm. Habitat : sous feuillus, chênes à proximité, terrain légèrement acide.-
27/09/2018Amanita porphyriaCommentairesChapeau brun et fibrilleux, anneau gris violacé (blanc dans la var. recutita), odeur de rave. TL4 : bleu-gris (chair)TL4 : bleu-gris (chair) Chapeau brun et fibrilleux, anneau gris violacé (blanc dans la var. recutita), odeur de rave. -
27/09/2018Amanita citrinaComestibilitéToxiqueSans intérêt-
27/09/2018Amanita citrinaVaréiétés/formesAmanita citrina fo. alba est toute blanche, mais peut avoir des reflets citrins avec l'âge et la sécheresse. Amanita citrina fo. crassior est plus imposante et plus massive, est de couleur crème-citrin, est plus tardive et pousse sous Pinus pinaster dans les zones dunaires littorales. Amanita citrina fo. carneifolia dont les lames et/ou la sporée sont de couleur rose. Amanita citrina var. grisea est un sosie d'Amanita porphyria en plus gracile mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez Amanita porphyria), la volve blanche tachée de brun et ses spores sont moins globuleuses. Japon, Chine.Amanita citrina fo. alba est toute blanche, mais peut avoir des reflets citrins avec l'âge et la sécheresse. Amanita citrina fo. crassior est plus imposante et plus massive, est de couleur crème-citrin, est plus tardive et pousse sous Pinus pinaster (pin maritime) dans les zones dunaires littorales. Amanita citrina fo. carneifolia dont les lames et/ou la sporée sont de couleur rose. Amanita citrina var. grisea est un sosie d'Amanita porphyria en plus gracile mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez Amanita porphyria), la volve blanche tachée de brun et ses spores sont moins globuleuses. Espèce à part entière ? Japon, Chine.-
27/09/2018Amanita citrinaCommentairesPas toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre, l'amanite citrine est cependant classée dans la catégorie des champignons toxiques car peut être confondue avec Amanita phalloides (amanite phalloïde), qui elle est mortelle. Cette espèce est parfois parasitée par Syzygites megalocarpus.TL4 : jaune vif puis cyan (ensemble du champignon), cyan (anneau) Pas toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre (goût de rave), l'amanite citrine est cependant classée dans la catégorie des champignons toxiques par certains car elle peut aisément être confondue avec Amanita phalloides (amanite phalloïde), qui elle est mortelle. Cette espèce est parfois parasitée par Syzygites megalocarpus.-
27/09/2018Albatrellus subrubescensCommentairesPotasse caustique (KOH 10%) : jaune citron (ensemble du champignon) Potasse caustique (KOH >10%) : orange-brun, jaune sur le contour (ensmble du champignon)Potasse caustique (KOH 10%) : jaune citron (ensemble du champignon) Potasse caustique (KOH >10%) : orange-brun, jaune sur le contour (ensemble du champignon)Faute de frappe
27/09/2018Albatrellus subrubescensCommentairesPotasse caustique (KOH 10%) : jaune citronPotasse caustique (KOH 10%) : jaune citron (ensemble du champignon) Potasse caustique (KOH >10%) : orange-brun, jaune sur le contour (ensmble du champignon)-
27/09/2018Albatrellus subrubescensCommentaires-Potasse caustique (KOH 10%) : jaune citron-
27/09/2018Agaricus xanthodermusCommentairesAlcool absolu (éthanol, C2H5OH 90°) : jaune (ensemble du champignon) Eau de Javel (NaCIO) : jaune (ensemble du champignon) Friction : jaune puis gris noirâtre (chair) Réaction de Schäffer : Schäffer- Pour identifier cette espèce avec certitude, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, finissant en gris sale, puis noter l'odeur de phénol (encre). Alcool absolu (éthanol, C2H5OH 90°) : jaune (ensemble du champignon) Eau de Javel (NaCIO) : jaune (ensemble du champignon) Friction : jaune puis gris noirâtre (chair) Réaction de Schäffer : Schäffer- Pour identifier cette espèce avec certitude, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, finissant en gris sale, puis noter l'odeur de phénol (encre). Mise en page
27/09/2018Agaricus xanthodermusCommentairesEn général, pour identifier cette espèce, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, puis noter l'odeur de phénol (encre). Alcool absolu (éthanol, C2H5OH 90°) : jaune (ensemble du champignon) Eau de Javel (NaCIO) : jaune (ensemble du champignon) Friction : jaune puis gris noirâtre (chair) Réaction de Schäffer : Schäffer- Pour identifier cette espèce avec certitude, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, finissant en gris sale, puis noter l'odeur de phénol (encre). -
27/09/2018Agaricus urinascensCommentaires-Réaction de Schäffer : Schäffer+-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusNoms françaisBolet tomenteuxBolet tomenteux ; Bolet subtomenteux-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusVaréiétés/formes-Xerocomus subtomentosus var. xanthus a le chapeau jaune vif uniforme.-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusCommentairesImmuable à NH3 (?). La chair vire mollement au bleu. La var. xanthus Gilbert a le chapeau jaune vif uniforme, Engel (3) 48. Vapeurs d'ammoniaque (NH3) : rouge ou nul (cuticule), faiblement bleu (chair).-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusChair Descriptionjaune pâle ou blanchâtre typiquement rosée ou rougeâtre dans la moitié inférieure du stipe.Jaune pâle ou blanchâtre typiquement rosée ou rougeâtre dans la moitié inférieure du stipe.-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusStipe Description3-10 x 0,5-3 cm, lise ou le plus souvent avec des veines plus ou moins en relief au sommet, jaune pâle à jaune vif.3-10 x 0,5-3 cm, lisse ou le plus souvent avec des veines plus ou moins en relief au sommet, jaune pâle à jaune vif.-
27/09/2018Xerocomus subtomentosusEcologie DescriptionSous différents feuillus , surtout les chênes et les châtaigniers.Sous différents feuillus, surtout les chênes et les châtaigniers.-
27/09/2018Xerocomus parvulusNoms françaisBolet pitchounet(ヒメアワタケ)Bolet pitchounet (ヒメアワタケ)-
27/09/2018Xerocomus parvulusCommentairesPetite taille. La combinaison de caractères microscopiques isolent cette espèce hors du genre Boletus sensu lato. Un nouveau genre, Tubosaeta, a été proposé pour l'accueillir...Champignon de petite taille. La combinaison de caractères microscopiques isolent cette espèce hors du genre Boletus sensu lato. Un nouveau genre, Tubosaeta, a été proposé pour l'accueillir...-
27/09/2018Xerocomus parvulusChair Descriptionmince, jaune pâleMince, jaune pâle.-
27/09/2018Xerocomus parvulusPores Descriptiongrands pores anguleux, 1-3 mm, jaune citrin, immuables. Tubes 3-6 mm de longGrands pores anguleux, 1-3 mm, jaune citrin, immuables. Tubes 3-6 mm de long.-
27/09/2018Xerocomus parvulusStipe Description2-5 x 0,3-0,7 cm, brun jaunâtre pâle2-5 x 0,3-0,7 cm, brun jaunâtre pâle.-
27/09/2018Xerocomus parvulusSpores Description7,5-9 x 5-5,5 µm. Espèce pleurocystidiée à parois solubles dans KOH !7,5-9 x 5-5,5 µm. Espèce pleurocystidiée à parois solubles dans KOH (potasse caustique) !-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusConfusions possiblesXerocomus subtomentosus Xerocomus lanatusXerocomus chrysonemus Xerocomus lanatus est en réalité un synonyme de cette espèce. Xerocomus silwoodensis Xerocomus subtomentosus Aureoboletus moravicus-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusCommentairesVapeurs d'ammoniaque (NH3) bleu-vert : bleu-vert (cuticule). Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied de couleur rouge, rouille ou brune.Vapeurs d'ammoniaque (NH3) bleu-vert : bleu-vert (cuticule, pied). Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied de couleur rouge, rouille ou brune.-
27/09/2018Xerocomus lanatusComestibilitéSans intérêtComestible-
27/09/2018Xerocomus lanatusConfusions possibles-Xerocomus ferrugineus Xerocomus subtomentosus-
27/09/2018Xerocomus lanatusCommentairesréaction en vert à l'ammoniaqueVapeurs d'ammoniaque (NH3) : vert-bleu (cuticule, pied) Synonyme de Xerocomus ferrugineus.-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusConfusions possibles-Xerocomus subtomentosus Xerocomus lanatus-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusVaréiétés/formes-Xerocomus ferrugineus var. leguei n'est qu'une forme à réseau brun rouge. Xerocomus ferrugineus fo. citrinovirens est qu'une forme montagnarde à cuticule olivâtre, rappelant Xerocomus subtomentosus.-
27/09/2018Xerocomus ferrugineusCommentairesCuticule bleu-vert aux vapeurs de NH3. Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied. X. leguei Boud. n'est qu'une forme à réseau brun rouge. X. fo. citrinovirens ( Watl.) Redeuilh n'est qu'une forme montagnarde à cuticule olivâtre Galli 127.Vapeurs d'ammoniaque (NH3) bleu-vert : bleu-vert (cuticule). Stipe fibrillo-ridé. Faux réseau en haut du pied de couleur rouge, rouille ou brune.-
20/09/2018Gymnopus iocephalusNoms françaisCollybie à chapeau violet ; Collybie odorante (ニオイカレバタケ)Collybie à chapeau violet ; Collybie odorante (ニオイカレバタケ)-
20/09/2018Galerina gramineaCommentaires-Cette espèce peut parfois faire penser à une espèce du genre Tubaria.-
20/09/2018Entoloma vindobonenseEtymologie-Vindobona : un ancien établissement celtique situé dans l'actuelle ville de Vienne, en Autriche-
20/09/2018Entoloma vindobonenseNoms français-Entolome de Vindobona-
20/09/2018Entoloma lepiotosmeSynonymes Rhodophyllus lepiotosmus Romagnesi (1954) , Revue de mycologie, Paris, 19, p. 5 (Basionyme) Entoloma lepiotosme (Romagnesi) Noordeloos (1982) , Persoonia, 11(4), p. 470 (‘ lepiotosmus ’) (nom actuel) Rhodophyllus lepiotosmus Romagnesi (1954) , Revue de mycologie, Paris, 19, p. 5 (Basionyme) Entoloma lepiotosme (Romagnesi) Noordeloos (1982) , Persoonia, 11(4), p. 470 (‘ lepiotosmum ’) (nom actuel) -
20/09/2018Entoloma lepiotosmeNoms français-Entolome à odeur de lépiote-
20/09/2018Entoloma hirtumNoms françaisEntolome à pierd sétuleuxEntolome à pied sétuleux-
20/09/2018Lentinellus herbarumEcologie DescriptionSur tiges mortes d'Epilobium.Sur tiges mortes d'Epilobium spp. (épilobes), Ruscus aculeatus (fragon piquant) et autres plantes herbacées. Très rare, mais passe probablement souvent inaperçu.-
20/09/2018Leccinum duriusculumVaréiétés/formes-Leccinum duriusculum fo. robustum a un stipe massif et est exclusive du peuplier tremble ou blanc. -
20/09/2018Leccinum duriusculumCommentairesLa chair vire mollement au rose puis au gris. La f. robustum a un stipe massif et est exclusive du peuplier tremble ou blanc. La chair vire mollement au rose puis au gris.-
20/09/2018Camarophyllopsis phaeoxanthaAuteurRomagnesi) Arnolds (1986) (Romagnesi) Arnolds (1986) -
16/09/2018Suillus viscidusVaréiétés/formesSuillus viscidus var. brunneus a la cuticule brune constante et la chair sans jaune. Attention à la confusion avec Suillus bresadolae ! Suillus viscidus var. brunneus a la cuticule brune constante et la chair sans jaune. Attention à la confusion avec Suillus bresadolae ! -
16/09/2018Suillus viscidusEcologie DescriptionSous Larix decidua (mélèze d'Europe). Dans les Junipero-Laricetum (mélézein) et tout autant dans les Larici-Pinetum cembrae (forêts de mélèzes et d'aroles). Juillet-octobre (mai-novembre). Fréquent.Sous Larix decidua (mélèze d'Europe). Dans les Junipero-Laricetum (mélézein) et tout autant dans les Larici-Pinetum cembrae (forêts de mélèzes et d'aroles). Juillet-octobre (mai-novembre). Fréquent.-
16/09/2018Suillus viscidusComestibilitéSans intérêtComestible-
16/09/2018Suillus viscidusConfusions possiblesSuillus bresadolae a le chapeau brun chocolat au centre et jaune vers la marge, le voile et les pores jaunâtres et la chair jaunâtre un peu violacée ou verdissante à la base en coupe. Suillus flavus a le voile jaunâtre chapeau jaune-ocre et les pores gris.Suillus bresadolae a le chapeau brun chocolat au centre et jaune vers la marge, le voile et les pores jaunâtres et la chair jaunâtre un peu violacée ou verdissante à la base en coupe. Suillus flavus (Suillus bresadolae var. flavogriseus) a le voile jaunâtre chapeau jaune-ocre et les pores gris.-
16/09/2018Suillus viscidusCommentaires-Comestible à condition de peler la cuticule ayant des propriétés laxatives.-
16/09/2018Suillus viscidusEcologie DescriptionSous Larix decidua.Sous Larix decidua (mélèze d'Europe). Dans les Junipero-Laricetum (mélézein) et tout autant dans les Larici-Pinetum cembrae (forêts de mélèzes et d'aroles). Juillet-octobre (mai-novembre). Fréquent.-
16/09/2018Suillus bresadolaeConfusions possibles-Suillus viscidus est de couleur grisâtre (brune dans la var. brunneus) et sa chair est blanche.-
16/09/2018Suillus bresadolaeCommentairesChair un peu bleuissante. Stipe pseudoréticulé. La variété flavogriseus Cazzoli et Consiglio a le chapeau jaune (Galli p.65) = flavus Bresadola = nueschii Singer (Alessio 56 ; CD 1636 ; MRT 39). Alpes. Souvent considéré comme variété de S. viscidus, dont il diffère par son chapeau brun rougeâtre et son anneau et sa char jaunes.Souvent considéré comme variété de S. viscidus, dont il diffère par son chapeau brun rougeâtre et son anneau et sa chair jaunes.-
16/09/2018Suillus bresadolaeChair Description-Chair un peu bleuissante.-
16/09/2018Suillus bresadolaeStipe Description-Stipe pseudoréticulé.-
16/09/2018Suillus bresadolaeEcologie Descriptionvient sous Mélèzes en zone alpine.Sous Larix spp. (mélèzes). Pousse de préférence dans les Larici-Pinetum cembrae (forêts d'aroles et de mélèzes), mais aussi dans d'autres types de forêts de mélèzes. Juillet-octobre. Rare.-
16/09/2018Gomphidius maculatusNoms françaisGomphide maculé . Gomphide tachéGomphide maculé ; Gomphide taché-
16/09/2018Gomphidius maculatusComestibilitéSans intérêtComestible-
16/09/2018Gomphidius maculatusConfusions possibles-Gomphidius gracilis-
16/09/2018Gomphidius maculatusCommentairesIsolés à grégaires. Assez rare ou peu fréquent. Août-octobre. Remarques : Pourrait se confondre avec G. gracilis. Comestible à condition de peler la cuticule possédant des propriétés laxatives.-
16/09/2018Gomphidius maculatusEcologie DescriptionSpécifique strict du mélèze et sur tous substrats.Parasite de Suillus viscidus et Suillus bresadolae par conséquent, il possède la même écologie que ces derniers. Sous Larix spp. (mélèzes). Isolé à grégaire. Juillet-octobre (juin-novembre). Fréquent à rare.-
08/09/2018Thelephora terrestrisVaréiétés/formes-Thelephora terrestris var. resupinata est entièrement résupinée.-
08/09/2018Thelephora terrestrisCommentairesEn petites troupes ou en groupes, même en grandes colonies. Commun et répandu. Août à Décembre ( et Avril ). Remarque : Pourrait être confondue avec des genres Stereum et Hydnellum. Pourrait être confondue avec des genres Stereum et Hydnellum. -
08/09/2018Thelephora terrestrisEcologie DescriptionDans l'humus des bois secs et bruyères, adhérant aux racines, troncs, brindilles , sur terre ou aiguilles tombées, croissant souvent le long des tiges ou branches jonchant le sol, en forêts de conifères, plus rarement en forêts de feuillus. Dans l'humus des bois secs et bruyères, adhérant aux racines, troncs, brindilles , sur terre ou aiguilles tombées, croissant souvent le long des tiges ou branches jonchant le sol, en forêts de conifères, plus rarement en forêts de feuillus et les microsylves alpines. En petites troupes ou en groupes, même en grandes colonies. Juillet-décembre (mai-novembre, voire toute l'année). Fréquent et répandu.-
08/09/2018Microglossum virideConfusions possibles-Microglossum griseoviride est de couleur vert-olive à grisâtre-vert, ne vient pas parmi les hépatiques, pousse sur un sol moins acide, ses asques sont plus larges (8-10 µm) et ses spores mesurent (14)16-20(23) x 4-5 µm.-
08/09/2018Microglossum virideSpores DescriptionOblongues-fusiformes, lisses, hyalines ,4 guttulées, non septée à septées à maturité ( 3-4 cloisons), 12-14-(21) x 5-6 µm. Asques cylindriques-claviformes, octosporés, 100-130-(150) x 8-10 µm, spores irrégulièrement bisériées. J+. Paraphyses nombreuses, grêles, hyalines, épaissies ou clavulées au sommet (3-4 µm). Oblongues-fusiformes, lisses, hyalines, 4 guttulées, non septée à septées à maturité (3-4 cloisons), 12-14-(21) x 5-6 µm. Asques cylindriques-claviformes, octosporés, 100-130-(150) x 8-10 µm, spores irrégulièrement bisériées. J+. Paraphyses nombreuses, grêles, hyalines, épaissies ou clavulées au sommet (3-4 µm). -
08/09/2018Microglossum virideEcologie DescriptionSur la terre. Dans les bois, au bord des ruisseaux. Parmi les hépatiques ou aussi les graminées, les mousses ou les débris végétaux. Grégaire à subfasciculé. Septembre-novembre. Peu fréquent à rare.Sur la terre. Dans les bois, au bord des ruisseaux. Parmi les hépatiques (surtout du genre Pellia) ou aussi les graminées, les mousses ou les débris végétaux. Grégaire à subfasciculé. Septembre-novembre. Peu fréquent à rare.-
08/09/2018Microglossum virideCommentairesGrégaire à subfasciculé. (in litt. commun ou peu fréquent ou rare ). Septembre-Novembre. Remarques : Les espèces des genres Microglossum et Geoglossum sont très semblables macroscopiquement. Les espèces des genres Microglossum, Geoglossum et Trichoglossum sont très semblables macroscopiquement. -
08/09/2018Microglossum virideEcologie DescriptionSur la terre parmi les graminées et dans les bois, parmi les mousses ou les débris végétaux.Sur la terre. Dans les bois, au bord des ruisseaux. Parmi les hépatiques ou aussi les graminées, les mousses ou les débris végétaux. Grégaire à subfasciculé. Septembre-novembre. Peu fréquent à rare.-
04/09/2018Baorangia pseudocalopusCommentairesL'épithète "pseudocalopus" suggère une affinité avec Caloboletus calopus de la section Calopodes, mais la ressemblance par ses couleurs est superficielle. Il s'en distingue aisément par sa saveur douce et son réseau confiné au sommet du stipe. Boletus emilei s'en distingue aussi par son pied finement réticulé et son chapeau rose. Cette espèce pourrait être rattachée à la section Luridi (Subpruinosi ss. Singer 1962) aux côtés de B. bicolor Peck.L'épithète "pseudocalopus" suggère une affinité avec Caloboletus calopus de l'ex-section Calopodes du genre Boletus maintenant classée dans le genre Caloboletus, mais la ressemblance par ses couleurs est superficielle. Il s'en distingue aisément par sa saveur douce et son réseau confiné au sommet du stipe. Baorangia emilei s'en distingue aussi par son pied finement réticulé et son chapeau rose. Cette espèce pourrait être rattachée à la section Luridi (Subpruinosi ss. Singer 1962) aux côtés de Baorangia bicolor Peck.-
24/08/2018Amanita asteropusConfusions possiblesAmanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille. Amanita intermedia, ressemble à la précédente, mais peut être plus montagnarde et a son chapeau de couleur jaune-plombé, elle se tâche parfois de rouille et son voile peu parfois se tacher de brun.Amanita aestivalis Amanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille. Amanita intermedia, ressemble à la précédente, mais peut être plus montagnarde et a son chapeau de couleur jaune-plombé, elle se tâche parfois de rouille et son voile peu parfois se tacher de brun.-
24/08/2018Amanita spissaceaComestibilitéInconnuSans intérêt-
24/08/2018Amanita spissaceaConfusions possibles-Amanita fritillaria Amanita nothofagi-
24/08/2018Amanita spissaceaLames Descriptionlibres, serrées, inégales, blanches, entières.Libres, serrées, inégales, blanches, entières.-
24/08/2018Amanita spissaceaStipe DescriptionStipe central, 5-15 × 0,8-1,5 cm, fistuleux, blanc à brun grisâtre, glabre, maculés de brunâtre fuligineux. Anneau membraneux, gris, fragile. Bulbe basal napiforme, tiqueté-chiné de restes de volve en squames concentriques brunes.Stipe central, 5-15 × 0,8-1,5 cm, fistuleux, blanc à brun grisâtre, glabre, maculés de brunâtre fuligineux ou chiné. Anneau membraneux, gris, fragile, strié. Bulbe basal napiforme, tiqueté-chiné de restes de volve en squames concentriques brunes.-
24/08/2018Amanita spissaceaEcologie DescriptionQuercus-Castanopsis, Fagus etc. Japon, Chine, Corée.Quercus spp. (chênes) Castanopsis spp. (castanopsis), Fagus spp. (hêtres), etc. Dans les forêts. Japon, Chine, Corée.-
24/08/2018Amanita spadiceaConfusions possibles-Amanita badia-
24/08/2018Amanita spadiceaLames Description-Libres.-
24/08/2018Amanita spadiceaChair Descriptionimmuable au toucherBlanche, immuable au toucher, douce.-
24/08/2018Amanita spadiceaEcologie Description-Sous Fagus sylvatica (hêtre), Picea abies (épicéa commun) et Abies alba (sapin blanc). Dans les forêts mêlées. Eté-automne. Rare.-
23/08/2018Amanita simulansConfusions possibles-Amanita lividopallescens-
23/08/2018Amanita simulansEcologie DescriptionSous Populus.Principalement sous Populus spp. (peupliers), plus rarement sous Salix spp. (saules) et Betula spp. (bouleaux). Mai-décembre. Au sol. Rare à assez rare selon les régions.-
23/08/2018Amanita rufoferrugineaLames Descriptionlibres, serrées, blanches, ventrues, 4-7 mm de largeur, subtilement floconneuses sur l'arête, lamellules tronquées. Libres, serrées, blanches, ventrues, 4-7 mm de largeur, subtilement floconneuses sur l'arête, lamellules tronquées. -
23/08/2018Amanita rufoferrugineaChair Descriptionmince, blanche, insipide et inodore.Mince, blanche, insipide et inodore.-
23/08/2018Amanita rufoferrugineaSpores Descriptionhyalines, globuleuses à subglobuleuses, 7-9 µm, lisses, non amyloïdes. Basides tétrasporiques. Boucles absentes. Cellules marginales globuleuses, ellipsoïdes ou un peu piriformes, 14-25 µm de large, étroitement cloisonnées, très abondantes, formant une large marge stérile le long de l'arête des lames. Granulations du chapeau constituées de courtes chaînes de cellules globuleuses à courtement ellipsoïdes de 17-47 µm de large, à sécrétion mielleuse.Hyalines, globuleuses à subglobuleuses, 7-9 µm, lisses, non amyloïdes. Basides tétrasporiques. Boucles absentes. Cellules marginales globuleuses, ellipsoïdes ou un peu piriformes, 14-25 µm de large, étroitement cloisonnées, très abondantes, formant une large marge stérile le long de l'arête des lames. Granulations du chapeau constituées de courtes chaînes de cellules globuleuses à courtement ellipsoïdes de 17-47 µm de large, à sécrétion mielleuse.-
23/08/2018Amanita rufoferrugineaEcologie DescriptionAu sol, solitaire ou épars, en été-début d'automne, assez rare, vient surtout en forêts mixtes de Pinus densiflora-Quercus serrata, au Japon (à l'ouest du Kantô, principalement Hiroshima, Kyôto et Shiga). Également signalée en Chine occidentale et en Corée du Sud.Vient surtout en forêts mixtes de Pinus densiflora (pin rouge du Japon) et Quercus serrata (chêne denté). Au sol. Solitaire ou épars. Eté-début d'automne. Assez rare. Japon (à l'ouest du Kantō, principalement Hiroshima, Kyōto et Shiga). Également signalée en Chine occidentale et en Corée du Sud.-
23/08/2018Amanita rubrovolvataCommentairesBelle amanite de petite taille aux couleurs vives. Guy Durrieu avait observé cette espèce, nouvelle pour le Népal, dans la vallée de Langtang en 1982 sous Quercus semecarpifolia. Description complète dans le bulletin trimestriel de la Soc. Mycol. France tome 110, fascicule 1, pp. 29-32 + pl. 283 (Atlas SMF). Le genre Amanita au Népal (II)Belle amanite de petite taille aux couleurs vives. Guy Durrieu avait observé cette espèce, nouvelle pour le Népal, dans la vallée de Langtang en 1982 sous Quercus semecarpifolia. Description complète dans le bulletin trimestriel de la Société Mycologique de France tome 110, fascicule 1, pp. 29-32 + pl. 283 (Atlas SMF). Le genre Amanita au Népal (II)-
23/08/2018Amanita rubrovolvataEcologie DescriptionEté-automne, sous feuillus (Fagus, Quercus et Castanopsis principalement), plus rare sous mélèzes. Japon, Corée, Chine, Inde du nord et Népal, Sud-est asiatique...Sous feuillus, principalement Fagus spp. (hêtres), Quercus spp. (chênes) et Castanopsis spp. principalement, plus rare sous mélèzes. Eté-automne. Japon, Corée, Chine, Inde du nord et Népal, Asie du Sud-Est.-
23/08/2018Amanita rubescensVaréiétés/formesAmanita rubescens fo. alba a le chapeau de couleur blanche. Amanita rubescens fo. alutacea possède une teinte jaunâtre sur le chapeau. Amanita rubescens fo. annulosulphurea a l'anneau jaune. Deux aspects (sous-formes) sont parfois distingués. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. minor (inval.) est plus petite et pousse surtout par temps sec. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. major (inval.) est de la même taille que le type et possède une saveur désagréable la rendant non comestible.Amanita rubescens fo. alba a le chapeau de couleur blanche. Amanita rubescens fo. alutacea possède une teinte jaunâtre sur le chapeau. Amanita rubescens fo. annulosulphurea a l'anneau jaune. Deux aspects (sous-formes) sont parfois distingués. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. minor (inval.) est plus petite et pousse surtout par temps sec. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. major (inval.) est de la même taille que le type et possède une saveur désagréable la rendant non comestible.-
23/08/2018Amanita rubescensCommentairesRougissant dans les blessures et à la cassure. Il est préférable d'éplucher et de bien cuire le champignon pour sa consommation, toxique cru. Attention à ne pas confondre avec Amanita pantherina qui est toxique (même cuite) (voir sous le champ "Confusions possibles"). K-K : négatif.Rougissant dans les blessures et à la cassure. Il est préférable d'éplucher et de bien cuire le champignon pour sa consommation car il est toxique cru et mal cuit. Attention à ne pas confondre avec Amanita pantherina qui est toxique (même cuite) (voir sous le champ "Confusions possibles"). K-K : négatif.-
23/08/2018Amanita rubescensConfusions possiblesAmanita franchetii plus rare, possède un voile général coloré de jaune et a une préférence pour les forêts mêlées. Amanita pantherina (amanite panthère) n'a jamais de rouge dans les blessures ou à la cassure, la marge du chapeau est striée et elle a une volve formant un bourrelet floconneux sur le bulbe. Amanita franchetii plus rare, possède un voile général coloré de jaune et a une préférence pour les forêts mêlées. Amanita pantherina (amanite panthère) n'a jamais de rouge dans les blessures ou à la cassure, la marge du chapeau est striée et elle a une volve formant un bourrelet floconneux sur le bulbe. -
23/08/2018Amanita rubescensConfusions possibles-Amanita franchetii plus rare, possède un voile général coloré de jaune et a une préférence pour les forêts mêlées. Amanita pantherina (amanite panthère) n'a jamais de rouge dans les blessures ou à la cassure, la marge du chapeau est striée et elle a une volve formant un bourrelet floconneux sur le bulbe. -
23/08/2018Amanita rubescensVaréiétés/formes-Amanita rubescens fo. alba a le chapeau de couleur blanche. Amanita rubescens fo. alutacea possède une teinte jaunâtre sur le chapeau. Amanita rubescens fo. annulosulphurea a l'anneau jaune. Deux aspects (sous-formes) sont parfois distingués. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. minor (inval.) est plus petite et pousse surtout par temps sec. Amanita rubescens fo. annulosulphurea subf. major (inval.) est de la même taille que le type et possède une saveur désagréable la rendant non comestible.-
23/08/2018Amanita rubescensCommentairesRougissant dans les blessures et à la cassure. La f. annulosulphurea Gill. a l'anneau jaune. La fo.alba a le chapeau blanc. Toxique crue, à déguster bien cuite. Attention à ne pas confondre avec Amanita pantherina qui est toxique (même cuite). L'amanite panthère n'a jamais de rouge dans les blessures ou à la cassure, la marge du chapeau est striée et elle a une volve formant un bourrelet floconneux sur le bulbe.Rougissant dans les blessures et à la cassure. Il est préférable d'éplucher et de bien cuire le champignon pour sa consommation, toxique cru. Attention à ne pas confondre avec Amanita pantherina qui est toxique (même cuite) (voir sous le champ "Confusions possibles"). K-K : négatif.-
23/08/2018Amanita rubescensChair DescriptionBlanche à rosâtre, roux vineux sous la cuticule dans les blessures et dans le bulbe. Saveur douce et odeur faible.Blanche à rosâtre, rouge vineux sous la cuticule dans les blessures et dans le bulbe. S'oxydant en rouge vineux. Saveur douce (sauf dans certaines formes) et odeur faible, non caractéristique.-
23/08/2018Amanita rubescensEcologie DescriptionCommun, de juin à novembre, sous feuillus et sous conifères indifféremment, sur sol plutôt non calcaire.Sous Fagus sylvatica (hêtre), Picea abies (épicéa commun), Abies alba (sapin blanc), Pinus sylvestris (pin sylvestre), Pinus pinaster (pin maritime), Pinus uncinata (pin à crochet), Quercus ilex (chêne vert), Quercus pubescens (chêne pubescent), Quercus robur (chêne rouvre), Quercus suber (chêne-liège), Quercus rubra (chêne rouge), Castanea sativa (châtaigner), Erica arborea (bruyère arborescente), Betula pubescens. (bouleau pubescent), Acacia spp. (mimosas), Sorbus aucuparia (sorbier des oiseleurs) et Acer platanoides (érable sycomore), plus rarement sous d'autres essences. Dans les forêts. Sur sol plutôt non calcaire. Juin-octobre (mai-novembre). Fréquent. -
22/08/2018Amanita pseudoregalisEcologie DescriptionSous Picea abies. Dans les pessières-sapinières, parfois mêlées. Rare.Sous Picea abies (épicéa commun). Dans les pessières-sapinières, parfois mêlées. Rare.-
22/08/2018Amanita regalisVaréiétés/formesAmanita regalis fo. alba est totalement blanche, récoltée en Sardaigne sous Eucalyptus camaldulensis. Amanita regalis fo. umbrina est plus grêle, possède un stipe creux, au chapeau de couleur brun foncé au disque brun.Amanita regalis fo. alba est totalement blanche, récoltée en Sardaigne sous Eucalyptus camaldulensis (eucalyptus de Camalduli). Amanita regalis fo. umbrina est plus grêle, possède un stipe creux, au chapeau de couleur brun foncé au disque brun.-
22/08/2018Amanita regalisEcologie DescriptionPrincipalement sous Pinus spp.. Dans les forêts de conifères. Nordique et montagnarde. Rare, mais plus fréquent en Scandinavie.Principalement sous Pinus spp. (pins). Dans les forêts de conifères. Nordique et montagnarde. Rare, mais plus fréquent en Scandinavie.-
22/08/2018Amanita regalisConfusions possibles-Amanita pseudoregalis est de couleur plus claire, blanche dans sa jeunesse et est plus robuste.-
22/08/2018Amanita regalisVaréiétés/formes-Amanita regalis fo. alba est totalement blanche, récoltée en Sardaigne sous Eucalyptus camaldulensis. Amanita regalis fo. umbrina est plus grêle, possède un stipe creux, au chapeau de couleur brun foncé au disque brun.-
22/08/2018Amanita regalisCommentairesLa f. alba Peck est totalement blanche ; récoltée en Sardaigne sous Eucalyptus camaldulensis.--
22/08/2018Amanita regalisEcologie DescriptionNordique et montagnarde.Principalement sous Pinus spp.. Dans les forêts de conifères. Nordique et montagnarde. Rare, mais plus fréquent en Scandinavie.-
22/08/2018Amanita pseudoregalisComestibilitéSans intérêtToxique-
22/08/2018Amanita pseudoregalisConfusions possibles-Amanita regalis n'est pas blanche dans sa jeunesse (attention aux verrues pouvant prêter à confusion), est plus foncée, est plus grêle.-
22/08/2018Amanita pseudoregalisEcologie HabitatSous feuillus ou Sous conifèresSous conifères-
22/08/2018Amanita pseudoregalisEcologie Description-Sous Picea abies. Dans les pessières-sapinières, parfois mêlées. Rare.-
22/08/2018Leucocoprinus castroiEtymologie-Dédiée au Dr. Castro, mycologue Galicien.-
22/08/2018Leucocoprinus castroiComestibilitéToxiqueSans intérêt-
22/08/2018Leucocoprinus castroiRéférences-RCM vol. 25 p. 41-47-
22/08/2018Leucocoprinus castroiConfusions possibles-Leucocoprinus birnbaumii, possède des couleurs plus vives et des lames jaunes. Leucocoprinus fragilissimus, est plus frêle et vient dans les lieux riches en humus, dans les forêts mixtes. Leucocoprinus straminellus est de couleur plus claire et semble préférer les bois mêlées et les pots de fleurs. Leucocoprinus aureofloccosus Leucocoprinus beelianus Leucocoprinus thoenii-
22/08/2018Leucocoprinus castroiCommentairesDédiée au Dr. Castro, mycologue Galicien. Confusions possibles avec Leucocoprinus birnbaumii, aux couleurs plus vives et à lames jaunes, Leucocoprinus fragilissimus, qui vient dans les lieux riches en humus, dans les forêts mixtes, Leucocoprinus brebissonii. --
22/08/2018Leucocoprinus castroiChapeau Descriptionpetit 2-4 cm, conique à campanulé, puis plan, à disque central bien marqué, plissé, marge blanche ondulée. Cutis fragile, de couleur jaune citrin, plus intense au centre, cotonneuse, profondément striée chez l'adulte.Petit 2-4 cm, conique à campanulé, puis plan, à disque central bien marqué, plissé, marge blanche ondulée. Cutis fragile, de couleur jaune citrin, plus intense au centre, cotonneuse, profondément striée chez l'adulte.-
22/08/2018Leucocoprinus castroiSpores Descriptionà compléter(7,7)8,5-11,5(12,5) - (5,5)6,5-8,5(9,5) μm (d'après Blanco-Dios)-
22/08/2018Leucocoprinus castroiEcologie DescriptionD'origine tropicale, vient en Été-Automne, après les premières pluies à la fin de l'été en climat tempéré. Localement fréquent (Galicie). Croissance rapide et fugace. Prairies, pinèdes atlantiques, ou rudéral en lieux abrités (serres, pots). D'origine tropicale. Généralement après les premières pluies à la fin de l'été en climat tempéré. Croissance rapide et fugace. Prairies, pinèdes atlantiques, ou rudéral en lieux abrités (serres, pots). Eté-Automne. Localement fréquent (notamment en Galicie).-
22/08/2018Leucocoprinus tenellusConfusions possibles-Leucocoprinus heinemannii Leucocoprinus ianthinus Leucocoprinus lanzonii-
22/08/2018Leucocoprinus tenellusStipe Description-Fragile, muni d'un anneau ascendant concolore.-
22/08/2018Leucocoprinus tenellusEcologie DescriptionPot de fleur en serre.Dans les pots de fleurs, les serres chauffées dans les zones tempérées d'Europe. Indigène en Guyane (peut-être présent dans d'autres régions tropicales d'Outre-mer). Toute l'année. Rare.-
17/08/2018Amanita piniCommentairesK-K : négatif Potasse caustique (KOH) : jaune-brun puis brun orangé (cuticule) Ammoniaque (NH4OH) : brun (cuticule) Phénol à 3% (C6H5OH) : marron-rose puis marron clair (chair)K-K : positif Potasse caustique (KOH) : jaune-brun puis brun orangé (cuticule) Ammoniaque (NH4OH) : brun (cuticule) Phénol à 3% (C6H5OH) : marron-rose puis marron clair (chair)-
15/08/2018Amanita pseudolacteaConfusions possibles-Amanita separata n'a pas le chapeau blanc pur, mais mêlé à du gris, du bistre ou crème et ne possède pas de boucle à la base de ses basides.-
15/08/2018Amanita pseudolacteaEcologie DescriptionSous conifères, mais aussi bois mêlés.Sous conifères, mais aussi bois mêlés. Tendance thermophile. Rare.-
15/08/2018Fomitopsis roseaConfusions possibles-Rhodofomes cajanderi-
15/08/2018Fomitopsis roseaCommentairesPourriture brune. Isolés ou en groupe. Peu fréquent. Tout au long de l'année. Pérenne. Remarques : Végète dès le mois d'Avril.Ce champignon provoque une pourriture brune. Isolés ou en groupe. Peu fréquent. Tout au long de l'année. Pérenne. Remarques : Végète dès le mois d'avril.-
15/08/2018Amanita heterochromaConfusions possiblesAmanita junquillea, de plus petite taille, qui possède une volve annelée, et dont les restes véliques sur le chapeau sont des petites plaques plutôt que des verrues, son chapeau ne brunit pas avec l'âge et son anneau est également moins floconneux.Amanita junquillea, de plus petite taille, qui possède une volve annelée, et dont les restes véliques sur le chapeau sont des petites plaques plutôt que des verrues, son chapeau ne brunit pas avec l'âge et son anneau est également moins floconneux. Amanita muscaria-
15/08/2018Amanita fulvaConfusions possiblesAmanita fulvoides qui est de la même couleur jeune et s'assombrit et se ternit en viellissant. Amanita crocea qui se différencie par un pied nettement chiné (mais pas dans la var. subnudipes), une réaction différente au phénol (rouge vineux foncé), un chapeau orangé et sa volve est rarement tachée de rouille. Amanita betulae, dont le chapeau est beige café-au-lait à marron clair et qui pousse sous Betula spp. (bouleaux). Amanita avellanea de la même couleur que la précédente, mais qui pousse sous Castane sativa (châtaigner). Amanita fulvoides qui est de la même couleur jeune et s'assombrit et se ternit en viellissant. Amanita crocea qui se différencie par un pied nettement chiné (mais pas dans la var. subnudipes), une réaction différente au phénol (rouge vineux foncé), un chapeau orangé et sa volve est rarement tachée de rouille. Amanita betulae, dont le chapeau est beige café-au-lait à marron clair et qui pousse sous Betula spp. (bouleaux). Amanita avellanea de la même couleur que la précédente, mais qui pousse sous Castane sativa (châtaigner). Amanita amerifulva nom. prov. Amanita orientifulva -
15/08/2018Amanita huijsmaniiNoms françaisAmanite de HuisjmanAmanite de Huijsman-
15/08/2018Amanita citrinaVaréiétés/formesAmanita citrina fo. alba est toute blanche, qui peut avoir des reflets citrins avec l'âge. Amanita citrina fo. crassior est plus imposante et plus massive, est de couleur crème-citrin, est plus tardive et pousse sous Pinus pinaster dans les zones dunaires littorales. Amanita citrina fo. carneifolia dont les lames et/ou la sporée sont de couleur rose. Amanita citrina var. grisea est un sosie d'Amanita porphyria en plus gracile mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez Amanita porphyria), la volve blanche tachée de brun et ses spores sont moins globuleuses. Japon, Chine.Amanita citrina fo. alba est toute blanche, mais peut avoir des reflets citrins avec l'âge et la sécheresse. Amanita citrina fo. crassior est plus imposante et plus massive, est de couleur crème-citrin, est plus tardive et pousse sous Pinus pinaster dans les zones dunaires littorales. Amanita citrina fo. carneifolia dont les lames et/ou la sporée sont de couleur rose. Amanita citrina var. grisea est un sosie d'Amanita porphyria en plus gracile mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez Amanita porphyria), la volve blanche tachée de brun et ses spores sont moins globuleuses. Japon, Chine.-
15/08/2018Amanita ceciliaeNoms françaisAmanite impériale ; Amanite ceinturée.Amanite impériale ; Amanite ceinturée ; Amanite étranglée-
15/08/2018Amanita ceciliaeConfusions possiblesAmanita basiana est de plus petite taille et pousse dans les régions thermophiles sous Pinus pinaster (pin maritime).Amanita basiana est de plus petite taille et pousse dans les régions thermophiles sous Pinus pinaster (pin maritime). Amanita submembranacea Amanita rhacopus Amanita variicolor-
11/08/2018Russula favreiPhoto-Russula_favrei_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Russula favrei, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
10/08/2018Leucocoprinus speciesCommentairesUne Lépiote semblable semble exister en Guinée. Il semble que cette espèce soit proche de Leucocoprinus lacrymans, une espèce décrite d'Inde.Une Lépiote semblable semble exister en Guinée. Il semble que cette espèce soit proche de Leucocoprinus lacrymans, décrite d'Inde.-
10/08/2018Leucocoprinus speciesRéférencesAucune pour l'instant.Mycotaxon 90(2) p. 293-397-
10/08/2018Leucocoprinus speciesCommentairesUne Lépiote semblable semble exister en Guinée. Nous espérons une détermination par des mycologues de mycodb. Une Lépiote semblable semble exister en Guinée. Il semble que cette espèce soit proche de Leucocoprinus lacrymans, une espèce décrite d'Inde.-
10/08/2018Amanita pseudogemmataConfusions possibles-Amanita orientigemmata Amanita citrina possède des spores amyloïdes et une odeur de rave. Amanita junquillea est plus claire, ses verrues sont de couleur blanche (sauf chez Amanita junquillea var. amici), à un anneau blanc plus fugace, possède des hyphes bouclées et des spores plus grandes.-
10/08/2018Amanita pseudogemmataCommentairesRessemble à l'amanite citrine par ses couleurs et l'aspect de sa volve, mais se distingue facilement par ses spores non amyloïdes et l'absence d'odeur de rave. A gemmata est taxonomiquement la plus proche, mais pseudogemmata se distingue par des verrues de couleur plus foncée (et non blanches) sur le chapeau, un anneau jaune et plus persistant, et des spores plus petites.--
10/08/2018Amanita pseudogemmataLames Descriptionlibres, serrées, intercalées de lamellules tronquées, blanc-crème, assez larges (5-6 mm), marge finement fimbriée. Libres, serrées, intercalées de lamellules tronquées, blanc-crème, assez larges (5-6 mm), marge finement fimbriée. -
10/08/2018Amanita pseudogemmataChair Descriptionblanche, jaunâtre sous la cuticule piléique, mince, odeur nulle.Blanche, jaunâtre sous la cuticule piléique, mince, odeur nulle.-
10/08/2018Amanita pseudogemmataSpores Descriptionhyalines, subglobuleuses, 7,5-10 x 6-8,5 µm, lisses, non amyloïdes. Basides tétrasporiques. Cellules marginales 29-35 x 13-14 µm, ellipsoïdes, piriformes ou clavées, à cloisons minces. Hyalines, subglobuleuses, 7,5-10 x 6-8,5 µm, lisses, non amyloïdes. Basides tétrasporiques. Cellules marginales 29-35 x 13-14 µm, ellipsoïdes, piriformes ou clavées, à cloisons minces. -
10/08/2018Amanita pseudogemmataEcologie DescriptionJuin à septembre, dans les bois de Castanopsis cuspidata, longtemps considéré endémique (Kyôto et Shiga), il est à présent signalé en Chine.Sous Castanopsis cuspidata. Dans les forêts de Fagaceae. Juillet-septembre. Longtemps considéré endémique (Kyōto et Shiga), elle est à présent signalé en Chine.-
10/08/2018Amanita proximaConfusions possiblesAmanita ovoidea possède un voile général crémeux, sa volve n'est pas rousse et est plus trapue et moins élancée. Amanita neoovoidea est une espèce japonaise, mais sa volve n'est pas en sac.Amanita ovoidea possède un voile général crémeux, sa volve n'est pas rousse et est plus trapue et moins élancée. Amanita neoovoidea est une espèce japonaise, mais sa volve n'est pas en sac et de nombreux restes de voile crémeux pendent de la marge de son chapeau.-
10/08/2018Amanita proximaConfusions possibles-Amanita ovoidea possède un voile général crémeux, sa volve n'est pas rousse et est plus trapue et moins élancée. Amanita neoovoidea est une espèce japonaise, mais sa volve n'est pas en sac.-
10/08/2018Amanita proximaCommentairesMédit.Considérée autrefois comme forme d'Amanita ovoidea.-
10/08/2018Amanita proximaStipe DescriptionVolve rousseVolve en sac rousse.-
10/08/2018Amanita proximaSpores Description-9-12,5 x 5,5-7,5 μm (d'après P. Tanchaud)-
10/08/2018Amanita proximaEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Méditerranéen. Plutôt calcicole. -
10/08/2018Amanita praelongipesConfusions possibles-Amanita lividopallescens Amanita vaginata-
10/08/2018Amanita praelongipesEcologie Description-Sous Fagus sylvatica (hêtre), Quercus robur (chêne rouvre) et Carpinus betulus (charme). Tendance thermophile. Rare, mais probablement fréquemment confondue avec d'autres espèces.-
10/08/2018Amanita porrinensisConfusions possibles-Amanita virosa, ne possède pas un chapeau en forme de "chapeau mexicain".-
10/08/2018Amanita porrinensisCommentaires-Potasse caustique (KOH) : jaune (cuticule) Soude caustique (NaOH) : jaune (cuticule)-
10/08/2018Amanita porrinensisEcologie HabitatSous feuillus ou Sous conifèresSous conifères-
10/08/2018Amanita porrinensisEcologie Description-Sous Pinus pinaster (pin maritime), Pinus pinea (pin parasol) mêlés à Quercus ilex (chêne vert). Dans les forêts de pins. Méditerranéen. Rare.-
10/08/2018Lamproderma sauteriPhoto-Lamproderma_sauteri_2018_ns_1.jpgPublication photo
10/08/2018Verpa conicaPhoto-Verpa_conica_2017_ns_1.jpgPublication photo
10/08/2018Caloboletus calopusPhoto-Caloboletus_calopus_2017_ns_1.jpgPublication photo
10/08/2018Amanita porphyriaVaréiétés/formes-Amanita porphyria var. recutita a un anneau de couleur blanche.-
10/08/2018Amanita porphyriaCommentairesChapeau brun et fibrilleux, anneau violacé (blanc dans la var. recutita), odeur de rave. TL4 : bleu-gris sur la chair.Chapeau brun et fibrilleux, anneau gris violacé (blanc dans la var. recutita), odeur de rave. TL4 : bleu-gris (chair)-
10/08/2018Amanita porphyriaLames DescriptionBlanches, larges, libres ; arêtes floconneuse blanches.Blanches, larges, libres. Arêtes floconneuses blanches.-
10/08/2018Amanita porphyriaChair DescriptionBlanche, gris-violet sous la cuticule, mince.Blanche, gris-violet sous la cuticule, mince. Odeur et goût de rave.-
10/08/2018Amanita porphyriaEcologie DescriptionDans les forêts de conifères (surtout Abies), sur sol non calcaire. Plus commun dans les régions montagneuses.Sous Abies alba (sapin blanc) et Picea abies (épicéa commun). Dans les forêts mêlées ou de conifères. Sur sol non calcaire. Août-octobre (juin-novembre). Fréquent, mais plus commun dans les régions montagneuses.-
10/08/2018Amanita pilosellaSpores Description-6,4-8,0 x (4,8) 5,6-6,4 μm (d'après Singh & Kaur)-
10/08/2018Amanita pilosellaEcologie DescriptionSous Abies pindrow, Lithocarpus spp. et Castanopsis spp.. Dans les forêts. Asie.Sous Lithocarpus spp., Castanopsis spp. et Abies pindrow. Dans les forêts. Asie.-
10/08/2018Amanita ponderosaNoms françaisAmanite compacte ; Amanite robusteAmanite compacte ; Amanite robuste-
10/08/2018Amanita ponderosaConfusions possibles-Amanita valens est généralement moins grosse, moins pesante et est automnale. Amanita curtipes est généralement moins grosse, moins pesante et est automnale.-
10/08/2018Amanita ponderosaCommentairesMédit. La f. valens est généralement moins grosse et moins pesante.--
10/08/2018Amanita ponderosaEcologie HabitatSous feuillus ou Sous conifèresSous feuillus-
10/08/2018Amanita ponderosaEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes), tels que Quercus ilex (chêne vert), Quercus suber (chêne-liège), Quercus cerris (chêne chevelu), etc. Méditerranéen. Printemps. Rare.-
10/08/2018Amanita pilosellaComestibilité-Sans intérêt-
10/08/2018Amanita pilosellaVaréiétés/formes-Amanita pilosella fo. atroconica possède des verrues coniques au centre avec des plaques irrégulières à la marge et se lames sont bordées de brun foncé.-
10/08/2018Amanita pilosellaLames DescriptionLames blanches assez serrées.Lames blanches assez serrées, libres.-
10/08/2018Amanita pilosellaEcologie Description-Sous Abies pindrow, Lithocarpus spp. et Castanopsis spp.. Dans les forêts. Asie.-
10/08/2018Amanita phalloidesVaréiétés/formesAmanita phalloides var. alba est entièrement blanche, mais garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Amanita phalloides fo. fuscovolvata a un voile général extérieurement brunâtre. Amanita phalloides var. larroquei son chapeau ne présente pas de cannelures marginales à maturité, possède un net mamelon, est de couleur plus claire (vert clair ou brunâtre au centre) et pousse dans les dunes. Peut-être synonyme d'Amanita dunensis.Amanita phalloides var. alba est entièrement blanche, mais garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Amanita phalloides fo. fuscovolvata a un voile général extérieurement brunâtre. Amanita phalloides var. larroquei son chapeau ne présente pas de cannelures marginales à maturité, possède un net mamelon, est de couleur plus claire (vert clair ou brunâtre au centre) et pousse dans les dunes.-
10/08/2018Amanita phalloidesVaréiétés/formesAmanita phalloides var. alba est entièrement blanche, mais garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Amanita phalloides fo. fuscovolvata a un voile général extérieurement brunâtre. Amanita phalloides var. larroquei son chapeau ne présente pas de cannelures marginales à maturité, possède un net mamelon, est de couleur plus claire (vert clair ou brunâtre au centre) et pousse dans les dunes.Amanita phalloides var. alba est entièrement blanche, mais garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Amanita phalloides fo. fuscovolvata a un voile général extérieurement brunâtre. Amanita phalloides var. larroquei son chapeau ne présente pas de cannelures marginales à maturité, possède un net mamelon, est de couleur plus claire (vert clair ou brunâtre au centre) et pousse dans les dunes. Peut-être synonyme d'Amanita dunensis.-
10/08/2018Amanita phalloidesConfusions possibles-Amanita dunensis-
10/08/2018Amanita phalloidesVaréiétés/formes-Amanita phalloides var. alba est entièrement blanche, mais garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Amanita phalloides fo. fuscovolvata a un voile général extérieurement brunâtre. Amanita phalloides var. larroquei son chapeau ne présente pas de cannelures marginales à maturité, possède un net mamelon, est de couleur plus claire (vert clair ou brunâtre au centre) et pousse dans les dunes.-
10/08/2018Amanita phalloidesCommentairesOdeur de rose fanée en vieillissant. La var. alba entièrement blanche garde des teintes verdâtre pâle dans la volve. Champignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un cèpe de Bordeaux excellent comestible avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.Champignon très commun en France et régulièrement mortel car la dose létale est d'environ 30 grammes. La photo de Chantal Maillard montre un Boletus edulis (cèpe de Bordeaux) excellent comestible avec à son pied une petite amanite phalloïde naissante, mortelle : il faut donc être très prudent.-
10/08/2018Amanita phalloidesChair DescriptionChair blanche, assez épaisse, tendre, spongieuse dans la bulbe du pied.Chair blanche, assez épaisse, tendre, spongieuse dans la bulbe du pied. Odeur de rose fanée en vieillissant.-
10/08/2018Amanita phalloidesStipe DescriptionStipe 5-20 x 1-3 cm, blanc, un peu chiné de verdâtre. Anneau blanc persistant, membraneux, mince et flasque, strié en-dessus. Volve en sac blanc pur.Stipe 5-20 x 1-3 cm, blanc, un peu chiné de verdâtre. Anneau blanc persistant, membraneux, mince et flasque, strié en-dessus. Volve en sac blanc présentant des reflets verdâtres à l'intérieur.-
10/08/2018Amanita phalloidesSpores DescriptionSpores subglobuleuses, 9 x 8 µm, ellipsoïdes, amyloïdesSpores subglobuleuses, 9 x 8 µm, ellipsoïdes, amyloïdes.-
10/08/2018Amanita phalloidesEcologie DescriptionSur sol argilo-calcaire, surtout sous feuillus (charmes, chênes et châtaigniers) mais aussi sous conifères.Sous Fagus sylvatica (hêtre), Picea abies (épicéa commun), Abies alba (sapin blanc), Quercus spp. (chênes), Pinus spp. (pins), etc. Sous feuillus et plus rarement sous conifères. Sur sol argilo-calcaire.-
10/08/2018Amanita pantherinaConfusions possibles-Amanita ibotengutake est deux fois plus robuste, pousse surtout sous conifères au Japon, possède des boucles et est précurseur de l'acide iboténique.-
10/08/2018Amanita pantherinaVaréiétés/formes-Amanita pantherina fo. abietum est plus sombre, plus charnue, a des flocons sales un peu confluents, a la marge peu striée et elle pousse sous conifères. Certains auteurs la considère comme une espèce à part entière. Amanita pantherina fo. albida est une simple forme très pâle du type, dont le chapeau d'abord blanchâtre, prend ensuite une pâle nuance de la couleur du type, finalement gris-brun en séchant. Amanita pantherina fo. subcandida est plus méditerranéenne, a un chapeau blanc pur jusqu'à maturité, à l'exception du centre légèrement teinté d'ochracé pâle, sans assombrissement ultérieur, apparaissant comme une forme vraiment subalbinique. Amanita pantherina fo. stramineovelata a le voile général subtilement teinté de jaune paille, son chapeau est de couleur brun jaunâtre et est plus thermophile. Amanita pantherina var. isabellomarginata a le voile général teinté de brun fuligineux, le chapeau brun qui pâlit aux endroits entourant les restes de voile, a l'anneau placé bas dans dans le stipe, en-dessous de celui-ci possède des écailles et des fibrilles se teintant de brunâtre et la marge de ses lames est de couleur isabelle.-
10/08/2018Amanita pantherinaCommentairesToxique, à l'origine du syndrome panthérinien qui porte son nom et provoque des troubles digestifs et neurosensoriels. La f. abietum sombre, charnue, à flocons sales un peu confluents, a la marge peu striée ; elle pousse sous conifères. La f. albida Schulz est une simple forme très pâle du type, dont le chapeau d'abord blanchâtre, prend ensuite une pâle nuance de la couleur du type, finalement gris-brun en séchant; tandis que la f. subcandida Traverso, Neville et Poumarat (2004), plus méditerranéen, a un chapeau blanc pur jusqu'à maturité, à l'exception du centre légèrement teinté d'ocracé pâle, sans assombrissement ultérieur, apparaissant comme une forme vraiment subalbinos. Le véritable sosie de pantherina est Amanita ibotengutake, deux fois plus robuste, surtout sous conifères au Japon, boucles présentes, précurseur de l'acide iboténique.Toxique, à l'origine du syndrome panthérinien qui porte son nom et provoque des troubles digestifs et neurosensoriels.-
10/08/2018Amanita pantherinaEcologie DescriptionCommune en été et automne surtout sous feuillus mais aussi sous conifère notamment pour la f. abietum.Dans les forêts de feuillus, mais aussi de conifères (surtout pour Amanita pantherina fo. abietum). Juillet-octobre (mai-décembre). Fréquent.-
10/08/2018Amanita pachyvolvataConfusions possibles-Amanita schaefferi Amanita magnivolvata-
10/08/2018Amanita pachyvolvataEcologie Description-Sous Fagus sylvatica (hêtre). Dans les hêtraies. Juin-octobre. Assez rare.-
09/08/2018Russula japonicaCommentairesCe champignon est un sosie nippon de Russula delica, à lames extrêmement serrées et étroites, un pied toujours très court et appointi à la base(comme la R. flavispora de Blum ex Romagnesi) et chair insipide ou très légèrement amère. Hongo la décrit comme espèce nouvelle en 1954, puis la synonymise à la pseudodelica de Lange en 1965. En 1982, elle retrouve son statut d'espèce endémique. Donnée comme comestible en 1965 (IHx vol. 2 p. 193), puis la toxicité est dite "variable selon les individus" en 1989 (IOH 579). Or, en juin 2001 à Kumamoto, il a suffi à deux ramasseurs d'en goûter et de recracher un petit morceau pour souffrir pendant 10 jours d'un œdème de la langue et de la bouche, accompagné de paresthésies de tout le corps avec affaiblissement général. Comble de traîtrise, la saveur était agréable! Ces récoltes toxiques évoquent l'existence de chémotypes dans le complexe de Russula japonica! Ce champignon est un sosie nippon de Russula delica, à lames extrêmement serrées et étroites, un pied toujours très court et appointi à la base (comme la Russula flavispora de Blum ex Romagnesi) et chair insipide ou très légèrement amère. Hongo la décrit comme espèce nouvelle en 1954, puis la synonymise à la pseudodelica de Lange en 1965. En 1982, elle retrouve son statut d'espèce endémique. Donnée comme comestible en 1965 (IHx vol. 2 p. 193), puis la toxicité est dite "variable selon les individus" en 1989 (IOH 579). Or, en juin 2001 à Kumamoto, il a suffi à deux ramasseurs d'en goûter et de recracher un petit morceau pour souffrir pendant 10 jours d'un œdème de la langue et de la bouche, accompagné de paresthésies de tout le corps avec affaiblissement général. Comble de traîtrise, la saveur était agréable! Ces récoltes toxiques évoquent l'existence de chémotypes dans le complexe de Russula japonica ! -
09/08/2018Russula japonicaChapeau Description6-14(20)cm, convexe mais avec le centre déjà déprimé, puis en entonnoir (mais moins creusé que R. delica qui est dite "en liseron"). Surface sèche, lisse ou finement poudrée, d'abord blanc puis jaune sordide à brun sale. Marge souvent ondulée.6-14(20)cm, convexe mais avec le centre déjà déprimé, puis en entonnoir (mais moins creusé que Russula delica qui est dite "en liseron"). Surface sèche, lisse ou finement poudrée, d'abord blanc puis jaune sordide à brun sale. Marge souvent ondulée.-
09/08/2018Russula japonicaEtymologie-Préfixe japon- : Japon Originaire du Japon.-
09/08/2018Russula japonicaConfusions possibles-Russula delica possède un diamètre du chapeau supérieur (20 cm), moins creusé et contrastant avec le pied très court, une marge souvent festonnée-ondulée, le serrage extrême de ses lames (au point de simuler une surface unie), des lames très étroites (1-4 mm), vite tachées d'ocre-rouille, mais jamais de reflets bleuâtre dans les lames et une sporée plus foncée, ocre, visible dans la couleur des lames à maturité.-
09/08/2018Russula japonicaCommentairesUn sosie nippon de Russula delica, à lames extrêmement serrées et étroites, un pied toujours très court et appointi à la base(comme la R. flavispora de Blum ex Romagnesi) et chair insipide ou très légèrement amère. Se distingue de R. delica par: - diamètre du chapeau supérieur (20 cm), moins creusé et contrastant avec le pied très court - marge souvent festonnée-ondulée - serrage extrême des lames (au point de simuler une surface unie) - lames très étroites (1-4 mm), vite tachées d'ocre-rouille - jamais de reflets bleuâtre dans les lames - sporée plus foncée, ocre, visible dans la couleur des lames à maturité. Hongo la décrit comme espèce nouvelle en 1954, puis la synonymise à la pseudodelica de Lange en 1965. En 1982, elle retrouve son statut d'espèce endémique, Donnée comme comestible en 1965 (IHx vol. 2 p. 193), puis la toxicité est dite "variable selon les individus" en 1989 (IOH 579). Or, en juin 2001 à Kumamoto, il a suffi à deux ramasseurs d'en goûter et de recracher un petit morceau pour souffrir pendant 10 jours d'un œdème de la langue et de la bouche, accompagné de paresthésies de tout le corps avec affaiblissement général. Comble de traîtrise, la saveur était agréable! Ces récoltes toxiques évoquent l'existence de "races chimiques" dans le "complexe Russula japonica"! Ce champignon est un sosie nippon de Russula delica, à lames extrêmement serrées et étroites, un pied toujours très court et appointi à la base(comme la R. flavispora de Blum ex Romagnesi) et chair insipide ou très légèrement amère. Hongo la décrit comme espèce nouvelle en 1954, puis la synonymise à la pseudodelica de Lange en 1965. En 1982, elle retrouve son statut d'espèce endémique. Donnée comme comestible en 1965 (IHx vol. 2 p. 193), puis la toxicité est dite "variable selon les individus" en 1989 (IOH 579). Or, en juin 2001 à Kumamoto, il a suffi à deux ramasseurs d'en goûter et de recracher un petit morceau pour souffrir pendant 10 jours d'un œdème de la langue et de la bouche, accompagné de paresthésies de tout le corps avec affaiblissement général. Comble de traîtrise, la saveur était agréable! Ces récoltes toxiques évoquent l'existence de chémotypes dans le complexe de Russula japonica! -
09/08/2018Russula japonicaLames Descriptionlibres puis, le chapeau s'ouvrant, souvent décurrentes, blanches puis crème ocracé pâle (mais plus foncé que R. delica), enfin beige sordide (jamais de reflet bleuâtre), vite tachées d'ocre-rouille très serrées, étroites (1-4 mm).Libres puis, le chapeau s'ouvrant, souvent décurrentes, blanches puis crème ocracé pâle (mais plus foncé que R. delica), enfin beige sordide (jamais de reflet bleuâtre), vite tachées d'ocre-rouille très serrées, étroites (1-4 mm).-
09/08/2018Russula japonicaStipe Descriptiontrapu, 3-6 x 1,2-2 cm, cylindrique ou atténué à la base, surface ridulée ou ruguleuse, blanc, plein puis spongieux.Trapu, 3-6 x 1,2-2 cm, cylindrique ou atténué à la base, surface ridulée ou ruguleuse, blanc, plein puis spongieux.-
09/08/2018Russula japonicaChair Descriptionépaisse dans le chapeau, dure, blanche, presque insipide, parfois amariuscule.Epaisse dans le chapeau, dure, blanche, presque insipide, parfois amariuscule.-
09/08/2018Russula japonicaSpores Descriptionsporée crème à ocre pâle. Spore ovoïdes 6-7(8) x 4,7-6 µm, ornées de verrues minuscules plus ou moins coniques, parfois reliées entre elles. Cheilocystides et pleurocystides 40-60 x 9-10 µm, cylindriques à fusiformes ou en massue, atténuées en pointe au sommet, très allongées, minces et mucronées.Sporée crème à ocre pâle. Spore ovoïdes 6-7(8) x 4,7-6 µm, ornées de verrues minuscules plus ou moins coniques, parfois reliées entre elles. Cheilocystides et pleurocystides 40-60 x 9-10 µm, cylindriques à fusiformes ou en massue, atténuées en pointe au sommet, très allongées, minces et mucronées.-
09/08/2018Russula japonicaEcologie DescriptionÉté-automne, pas rare en forêts tempérées à chaude et humides, formant des rond-de-fées sous divers feuillus, surtout Quercus serrata, Q. acutissima et Castanopsis cuspidata. Japon.Été-automne, pas rare en forêts tempérées à chaude et humides, formant des rond-de-fées sous divers feuillus, surtout Quercus serrata (chêne denté), Quercus acutissima (chêne du Japon) et Castanopsis cuspidata. Japon.-
08/08/2018Pholiota flammansNoms françaisPholiote incandescentePholiote incandescente ; Pholiote petite flamme-
08/08/2018Russula favreiComestibilité-Sans intérêt-
08/08/2018Russula favreiVaréiétés/formes-Russula favrei var. abietinum rouge assez vif à disque jaunâtre vient sous Picea abies (épicéa commun) et Abies alba (sapin blanc).-
08/08/2018Russula favreiCommentairesChair brunissante. La var. abietinum rouge assez vif à disque jaunâtre vient sous épicéas et sapins.Potasse (KOH) : rose orangé (cuticule) Sulfate de fer II (FeSO4) : gris-vert (pied) -
08/08/2018Russula favreiLames Description-Brunissantes.-
08/08/2018Russula favreiChair Description-Chair brunissante.-
08/08/2018Russula favreiEcologie Description-Sous Picea abies (épicéa commun). Dans les pessières-sapinières et les mélézeins. Juillet-septembre. Peu fréquent.-
08/08/2018Amanita piniCommentaires-K-K : négatif Potasse caustique (KOH) : jaune-brun puis brun orangé (cuticule) Ammoniaque (NH4OH) : brun (cuticule) Phénol à 3% (C6H5OH) : marron-rose puis marron clair (chair)-
08/08/2018Amanita piniChapeau SurfaceAspéritésSublisse ou Aspérités-
08/08/2018Amanita piniChapeau Description-Campanulé ou parabolique dans la jeunesse, puis convexe. De couleur saumonée à brun olivacé, grisâtre au centre. Voile général parfois présent. Strié sur ~20% du chapeau.-
08/08/2018Amanita piniLames Description-Blanches à crème, saumonées en vieillissant. Libres.-
08/08/2018Amanita piniChair Description-Blanche, inodore. Goût de champignon.-
08/08/2018Amanita piniStipe Description-Faiblement chinée de saumon ou de crème, mesurant de 8-10 cm. Volve en sac engainante de couleur blanche.-
08/08/2018Amanita piniSpores Description-9,0-12,5 x 8–10 µm, Q = 1,1-1,3-
08/08/2018Geopora sumnerianaNoms françaisGéopore des cèdresGéopore des cèdres ; Pézize des cèdres-
07/08/2018Amanita ovoideaComestibilitéToxiqueSans intérêt-
07/08/2018Amanita ovoideaConfusions possibles-Amanita proxima, très toxique et poussant parfois dans les mêmes stations, possède une volve de couleur rousse, est plus élancée et n'a pas un anneau crémeux. Amanita neoovoidea ne possède pas de volve en sac et a des spores plus petites. Japon (Honshū).-
07/08/2018Amanita ovoideaCommentairesThermophile. Considérée dans certains ouvrages comme comestible médiocre et d'autres comme toxique, sa confusion possible avec Amanita proxima appelle à la plus grande prudence.Considérée dans certains ouvrages comme comestible médiocre et d'autres comme toxique, sa confusion possible avec Amanita proxima appelle à la plus grande prudence.-
07/08/2018Amanita ovoideaEcologie DescriptionCalcicole.Calcicole. Thermophile ou méditerranéen. Eté-automne. Peu fréquent.-
07/08/2018Amanita ochraceomaculataSynonymes Amanita ochraceomaculata Neville, Poumarat & Fraiture (2000) , Bollettino del Gruppo micologico G. Bresadola, 43(2), p. 261 Amanita ochraceomaculata Neville, Poumarat & Fraiture (2000) , Bollettino del Gruppo micologico G. Bresadola, 43(2), p. 261 -
07/08/2018Amanita ochraceomaculataConfusions possibles-Amanita battarrae Amanita umbrinolutea Amanita coryli Amanita avellanea-
07/08/2018Amanita ochraceomaculataEcologie Description-Semble posséder une préférence pour Abies alba, mais également sous Picea abies. Dans les forêts mixtes ou de conifères. -
07/08/2018Amanita oblongosporaCommentairesThermophile.--
07/08/2018Amanita oblongosporaLames CouleurCrèmeBlanc, Crème-
07/08/2018Amanita oblongosporaLames Description-Blanches à crème, libres.-
07/08/2018Amanita oblongosporaChair Description-Blanche à crème, inodore.-
07/08/2018Amanita oblongosporaSpores Description-10,5 x 7-9 μm, amyloïdes.-
07/08/2018Amanita oblongosporaEcologie HabitatSous feuillusSous feuillus ou Sous conifères-
07/08/2018Amanita oblongosporaEcologie Description-Dans les forêts thermophiles à méditerranéennes. Printemps-automne. Rare.-
07/08/2018Amanita nivalisComestibilité-Sans intérêt-
07/08/2018Amanita nivalisConfusions possibles-Amanita lactea Amanita pseudolactea-
07/08/2018Amanita nivalisCommentairesMicrosylve alpine.--
07/08/2018Amanita nivalisEcologie Description-Sous Salix spp. (saules nains) et Dryas octopetala (dryade à huit pétales). Dans la microsylve alpine. Juillet-septembre (juin-octobre). Alpin. Peu fréquent.-
07/08/2018Amanita neoovoideaChair Descriptionblanche à blanchâtre, épaisse au disque, de plus en plus mince vers la marge. Saveur douce, odeur agréable.Blanche à blanchâtre, épaisse au disque, de plus en plus mince vers la marge. Saveur douce, odeur agréable.-
07/08/2018Amanita neoovoideaEcologie Descriptionde juillet à octobre en forêts mixtes (Pinus densiflora et Quercus serrata, etc.), Japon (Honshû)Sous Pinus densiflora (pin rouge du Japon) et Quercus serrata (chêne denté). Dans les forêts mixtes. Japon (Honshū).-
07/08/2018Amanita neoovoideaConfusions possibles-Amanita ovoidea possède une volve en sac et a des spores plus grandes.-
07/08/2018Amanita neoovoideaCommentairesMême aspect, couleur et habitat qu'A. ovoidea, mais la volve n'est pas en sac et les spores plus petites. A. neoovoidea est remarquable par ses gros fragments de volve ocracé pâle et son anneau membrano-floconneux, souvent rompu en stalactites pendants aux bord du chapeauAmanita neoovoidea est remarquable par ses gros fragments de volve ocracé pâle et son anneau membrano-floconneux, souvent rompu en stalactites pendants aux bord du chapeau-
07/08/2018Amanita neoovoideaLames Descriptionlibres mais effleurant le pied par une ligne décurrente, blanchâtres à crème, serrées, 7-10 mm de large, arête finement flocculeuse.Libres mais effleurant le pied par une ligne décurrente, blanchâtres à crème, serrées, 7-10 mm de large, arête finement floconneuse.-
07/08/2018Amanita muscariaVaréiétés/formesAmanita muscaria var. alba est blanche. Amanita muscaria var. aureola, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. Amanita muscaria fo. flavivolvata à voile jaune, pâlit facilement. Amanita muscaria var. fuligineoverrucosa dont les flocons se tachent de brun-gris avec l'âge. Amanita muscaria fo. guessowii, au chapeau jaune à rougeâtre de grand diamètre et son voile est jaune. Amanita muscaria var. persicina, au chapeau rosé à orange-melon, possède très peu de voile.Amanita muscaria var. alba est de couleur blanche. Amanita muscaria var. aureola, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. Amanita muscaria var. formosa fo. formosa est nord-américaine, possède un chapeau de couleur orangé à jaune. Amanita muscaria var. formosa fo. formosa identique à la précédente, mais pousse en Europe. Amanita muscaria fo. flavivolvata à voile jaune, pâlit facilement. Amanita muscaria var. fuligineoverrucosa dont les flocons se tachent de brun-gris avec l'âge et possède une préférence écologique pour les Salicaceae. Amanita muscaria fo. puella dont le chapeau est plus ou moins nu et sa volve est circoncise ou forme des plaques irrégulières plus ou moins larges. Amanita muscaria fo. vaginata possède une volve circoncise engainante. Amanita muscaria var. inzengae possède un voile général jaunâtre à beige jaunâtre devenant gris-beige à maturité, possède de nombreux bracelets annulaires et est plus méditerranéenne. Amanita muscaria fo. guessowii, au chapeau jaune à rougeâtre de grand diamètre, son voile est jaune et sa volve est circoncise. Amanita muscaria var. persicina, au chapeau rosé à orange-melon, possède très peu de voile.-
07/08/2018Amanita muscariaNoms françaisAmanite tue-mouches ; fausse oronge ; Amanite tue-mouches dorée (var. aureola)Amanite tue-mouches ; fausse oronge ; Amanite tue-mouches dorée (var. aureola)-
07/08/2018Amanita muscariaConfusions possiblesAmanita heterochroma, plus charnue, au chapeau jaune à centre brun, a le voile gris sale et pousse sous les eucalyptus.Amanita heterochroma, plus charnue, au chapeau jaune à centre brun, a le voile gris sale et pousse sous Eucalyptus spp. (eucalyptus). Amanita regalis Amanita pseudoregalis-
07/08/2018Amanita muscariaEcologie DescriptionTrès répandue, elle abonde d'août à novembre sous feuillus et sous conifères. Sur sols acides non calcaires de préférence.Sous diverses essences d'arbres, telles que Picea spp. (épicéas), Abies spp. (sapins), Fagus sylvatica (hêtre), Betula spp. (bouleaux), Castanea sativa (châtaigner), Pinus spp. (pins), etc. Dans les forêts, les prairies boisées et parfois les tourbières. D'août-novembre (avril-décembre). Très fréquent. -
07/08/2018Amanita malleataSynonymesSynonyme de Amanita simulans Synonyme de Amanita simulans -
07/08/2018Amanita hongoiEcologie DescriptionÉté-automne dans les bois de Quercus serrata (chêne denté) et Castanopsis cuspidata. Espèce rare au Japon (Shiga, Kyôto, Kōbé, Oïta), à présent signalée en Corée du Sud, Chine continentale.Été-automne dans les bois de Quercus serrata (chêne denté) et Castanopsis cuspidata. Espèce rare au Japon (Shiga, Kyōto, Kōbé, Ōita), à présent signalée en Corée du Sud, Chine continentale.Ajout de macrons sur les lettres en nécessitant
07/08/2018Amanita piniChapeau CouleurCrème, GrisCrème, Gris, Saumon-
07/08/2018Amanita piniStipe CouleurBlanc, Crème, GrisBlanc, Crème, Saumon-
07/08/2018Amanita piniEcologie DescriptionSous Pinus.Sous Pinus uncinata (pin à crochet) et Pinus sylvestris (pin sylvestre). Dans les pinèdes. Acidophile ? Eté-automne. Rare.-
07/08/2018Amanita piniPhoto-Amanita_pini_2018_ns_3.jpgAjout photo type Macro pour Amanita pini, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
07/08/2018Amanita piniPhoto-Amanita_pini_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Amanita pini, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
07/08/2018Amanita piniPhoto-Amanita_pini_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Amanita pini, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
05/08/2018Abrothallus parmeliarumConfusions possiblesAbrothallus usneae, qui pousse sur Usnea ceratina. Abrothallus prodiens, qui pousse sur Parmelia physodes.Abrothallus usneae, qui pousse sur Usnea ceratina. Abrothallus prodiens, qui pousse sur Parmelia physodes.-
28/07/2018Lyophyllum pseudosinuatumAuteuriglio, Contu & G. Saar (2004) Consiglio, Contu & G. Saar (2004) -
25/07/2018Craterellus cornucopioidesNoms françaisTrompette-de-la-mort ; Trompette des mortsTrompette-de-la-mort ; Trompette des morts ; Trompette des Maures-
24/07/2018Terfezia boudieriSynonymesTerfezia boudieri var. arabica Chatin, La Truffe: 74 (1892) Terfezia boudieri var. auzepii Chatin, Bull. Soc. bot. Fr. 40: 303 (1893) Terfezia boudieri Chatin, La Truffe: 72 (1892) var. boudieri Terfezia boudieri var. microspora Pat., J. Bot., Paris 8: 182 (1894) Terfezia boudieri var. pedunculata Pat., Cat. Rais. Pl. Cellul. Tunisie (Paris): 90 (1897)Terfezia boudieri var. arabica Chatin, La Truffe: 74 (1892) Terfezia boudieri var. auzepii Chatin, Bull. Soc. bot. Fr. 40: 303 (1893) Terfezia boudieri var. microspora Pat., J. Bot., Paris 8: 182 (1894) Terfezia boudieri var. pedunculata Pat., Cat. Rais. Pl. Cellul. Tunisie (Paris): 90 (1897) Terfezia boudieri Chatin, La Truffe: 72 (1892) (Basionyme) (nom actuel)-
24/07/2018Terfezia boudieriEcologie DescriptionSous Helianthemum spp. (hélianthèmes). Dans les lieux arides. Sur sol aréneux calcaire. Janvier-avril. Rare,Sous Helianthemum spp. (hélianthèmes). Dans les lieux arides. Sur sol aréneux calcaire. Janvier-avril. Rare.-
24/07/2018Pholiota limonellaPhoto-Pholiota_limonella_2016_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Pholiota limonella, Copyright (c) 2016 Nicolas Schwab
12/07/2018Brunnipila clandestinaPhoto-Brunnipila_clandestina_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Brunnipila clandestina, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
12/07/2018Amanita maireiComestibilité-Sans intérêt-
12/07/2018Amanita maireiConfusions possibles-Amanita huijsmanii qui pousse sous les feuillus, ne possède pas de reflets bruns et est moins trapue. Amanita cistetorum pousse sous Cistus spp. (cistes) est plus petite et plus gracile, de couleur gris fumé à gris plombé et possède un voile plus friable. Amanita supravolvata pousse dans les dunes littorales atlantiques, possède une volve en forme de tulipe. Il pourrait ne s'agir que d'une forme écologique d'Amanita mairei.-
12/07/2018Amanita maireiVaréiétés/formes-Amanita mairei fo. granodissimilis possède des spores sphériques d'une taille de 7,5-12,5 μm de diamètre. Amanita mairei var. bertaultii pousse sous Pinus pinea (pins maritimes), est plus petite, plus trapue et son pied est toujours droit.-
12/07/2018Amanita maireiCommentairesMédit. atl.FeSO4 (sulfate de fer II) : vert clair (chair) C6H6O (phénol) : rouge vineux (chair), brun chocolat (couche corticale du pied) NH4OH (ammoniaque) : nul NaOH (soude caustique) : nul KOH (potasse caustique) : nul-
12/07/2018Amanita maireiEcologie Description-Sous Pinus spp. (pins). Solitaire ou en petits groupes, grégaire. Plutôt acidophile. Principalement méditerranéen. Eté-automne. Rare.-
12/07/2018Amanita magniverrucataRéférences-N. S. & C. S. p. 41-
12/07/2018Amanita magniverrucataChair Description-Blanche, immuable.-
12/07/2018Amanita magniverrucataEcologie HabitatSous conifèresSous feuillus ou Sous conifères-
12/07/2018Amanita magniverrucataEcologie Description-Sous Pinus spp. (pins) ou Quercus spp. (chênes). En forêt. Solitaire ou en petit groupes. Automne-printemps. Assez rare. Etats-Unis.-
12/07/2018Mutinus elegansConfusions possiblesMurtinus caninus est moins robuste, sa tête fertile est de couleur orangée et différenciée de la partie stérile, pas appointie au sommet et son absence d'alvéoles sur la face externe de la partie stérile champignon.Mutinus caninus est moins robuste, sa tête fertile est de couleur orangée et différenciée de la partie stérile, pas appointie au sommet et sa présence d'alvéoles sur la face externe de la partie stérile champignon. Mutinus ravenelii-
12/07/2018Mutinus elegansEtymologie-Son nom scientifique est tiré du latin mutinus, « rebelle, mutin », en raison de la force suggestive de son érection, qui attente à la pudeur, et de elegans, sans doute en raison de ses belles couleurs.-
12/07/2018Mutinus elegansConfusions possibles-Murtinus caninus est moins robuste, sa tête fertile est de couleur orangée et différenciée de la partie stérile, pas appointie au sommet et son absence d'alvéoles sur la face externe de la partie stérile champignon.-
12/07/2018Mutinus elegansCommentairesSous le basionyme de Corynites elegans, il fut décrit pour la première fois par le mycologue explorateur Camille Montagne en 1850 (Herbier inédit), publié en 1856 dans son ouvrage Sylloge Cryptogamarum1. L'espèce fut ensuite recombinée dans le genre Mutinus par Eduard Fischer dans l'ouvrage de Saccardo, Sylloge Fungorum 7 (1), p.13. Son nom scientifique est tiré du Latin mutinus, « rebelle, mutin », en raison de la force suggestive de son érection, qui attente à la pudeur, et de elegans, sans doute en raison de ses belles couleurs. Anglais : Elegant stinkhorn, Dog stinkhorn, Devil's dipstick. Japonais : タヌキノベニエフデ, 狸紅絵筆 (prononcé « Tanuki-no-béni-éfudé » signifie « Pinceau rouge de blaireau ») Il se différencie du banal satyre du chien (Mutinus caninus) par sa taille plus robuste, appointie au sommet, sa partie fertile colorée de rouge écarlate et peu différenciée du réceptacle (on n'ose pas dire pied, vu l'absence de chapeau ). Ce dernier n'ayant pas d'alvéoles sur la face externe, est simplement ponctué de pores.Sous le basionyme de Corynites elegans, il fut décrit pour la première fois par le mycologue explorateur Camille Montagne en 1850 (Herbier inédit), publié en 1856 dans son ouvrage Sylloge Cryptogamarum. L'espèce fut ensuite recombinée dans le genre Mutinus par Eduard Fischer dans l'ouvrage de Saccardo, Sylloge Fungorum 7 (1), p.13. Anglais : Elegant stinkhorn, Dog stinkhorn, Devil's dipstick. Japonais : タヌキノベニエフデ (écriture katakana), 狸紅絵 (écriture kanji), prononcé « Tanuki-no-béni-éfudé » signifie « Pinceau rouge de blaireau ».-
12/07/2018Mutinus elegansEcologie DescriptionComme d'autres phallacées, le satyre élégant est à la fois tardif (nov.-déc.) et héliophile (recherche la lumière) et thermophile. Il semble affectionner les débris végétaux, surtout les composts d'écorces, et les sols acides, le bord des ruisseaux, les terrains incultes sablonneux ou siliceux. Au Japon, il est apparu dans la litière des feuilles de bambous, de Quercus, et hors des bois dans les allées herbeuses sous Zelkova et Cinnamomum.Comme d'autres phallacées, le satyre élégant est à la fois tardif (novembre-décembre), héliophile (recherche la lumière) et thermophile. Il semble affectionner les débris végétaux, surtout les composts d'écorces, et les sols acides, le bord des ruisseaux, les terrains incultes sablonneux ou siliceux. Au Japon, il est apparu dans la litière des feuilles de bambous, de Quercus spp. (chênes), et hors des bois dans les allées herbeuses sous Zelkova spp. (zelkova) et Cinnamomum spp. (canneliers).-
12/07/2018Mutinus raveneliiConfusions possibles-Mutinus elegans Mutinus caninus Phallus rubicundus-
12/07/2018Mutinus raveneliiGléba Description-Odeur désagréable, sucrée.-
12/07/2018Mutinus raveneliiEcologie Description-Dans les copeaux, parmi les débris végétaux divers. Souvent parmi les plantes exotiques. Dans les parcs, les jardins, les cimetières, les bambouseraies, les serres. Dans le sud. Eté-automne. Rare, mais probablement souvent confondu.-
12/07/2018Sutorius junquilleusPhoto-Sutorius_junquilleus_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Sutorius junquilleus, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
12/07/2018Amanita lividopallescensPhoto-Amanita_lividopallescens_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Amanita lividopallescens var. tigrina, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
12/07/2018Amanita lividopallescensPhoto-Amanita_lividopallescens_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Amanita lividopallescens var. tigrina, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
12/07/2018Amanita lividopallescensConfusions possiblesAmanita subfraudulenta a le stipe nettement tigré, chiné de brunâtre et l'arête des lames bordée, ponctuée de brunâtre bistré.-Correction d'une erreur
12/07/2018Amanita lividopallescensVaréiétés/formes-Amanita lividopallescens var. tigrina a le stipe nettement tigré, chiné de brunâtre et l'arête des lames bordée, ponctuée de brunâtre bistré.Correction d'une erreur
12/07/2018Amanita lividopallescensComestibilitéComestibleBon comestible-
12/07/2018Amanita lividopallescensConfusions possibles-Amanita subfraudulenta a le stipe nettement tigré, chiné de brunâtre et l'arête des lames bordée, ponctuée de brunâtre bistré.-
12/07/2018Amanita lividopallescensCommentairesLa var. tigrina a le stipe nettement tigré, chiné de brunâtre et l'arête des lames bordée ponctuée de brunâtre bistré. Pierre Neville et Serge Poumarat disent : Cette espèce a fait et fait encore couler beaucoup d'encre! A l'arboretum d'Angers nous avons la chance de posséder le très rare livre de Gillet dont est extrait l'aquarelle figurant sur notre fiche. Pierre Neville et Serge Poumarat disent : Cette espèce a fait et fait encore couler beaucoup d'encre ! A l'arboretum d'Angers nous avons la chance de posséder le très rare livre de Gillet dont est extrait l'aquarelle figurant sur notre fiche. -
12/07/2018Amanita lividopallescensEcologie Description-Sous Carpinus betulus (charme), Populus spp. (peupliers), Fagus sylvatica (hêtre) et Quercus spp. (chênes). Tendance collinéenne. Pritemps-été. Assez rare.-
12/07/2018Amanita lepiotoidesVaréiétés/formes-Amanita lepiotoides fo. subcylindrospora possède des spores majoritairement cylindriques ou oblongues (Qm > 1,65).-
12/07/2018Amanita lepiotoidesComestibilitéInconnuSans intérêt-
12/07/2018Amanita lepiotoidesCommentairesMédit. mont.Gaïac vert, phénol rouge purpurin et SO4Fe vert.-
12/07/2018Amanita lepiotoidesSpores Description-Amyloïdes.-
12/07/2018Amanita lepiotoidesEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes), Carpinus betulus (charme). Dans les forêts. Méditerranéen montagnard. Été. Très rare.-
12/07/2018Amanita intermediaNoms françaisAmanite citrine intermediaireAmanite citrine intermédiaire-
12/07/2018Amanita intermediaComestibilitéToxiqueSans intérêt-
12/07/2018Amanita intermediaLames Description0,6-0,9 cm, plutôt épaisses, arête finement crénelée par les restes du voile partiel0,6-0,9 cm, plutôt épaisses, arête finement crénelée par les restes du voile partiel.-
12/07/2018Amanita intermediaChair Descriptionblanche, minceBlanche, mince.-
12/07/2018Amanita intermediaSpores Descriptionlisses, hyalines, amyloïdes 7,5-10 x 7,5-9 µm Lisses, hyalines, amyloïdes 7,5-10 x 7,5-9 µm -
12/07/2018Amanita intermediaEcologie DescriptionEntre 400 et 1400 m d'altitude en terrain calcaireEntre 400 et 1400 m d'altitude en terrain calcaire. Automne. Assez fréquente.-
12/07/2018Saproamanita inopinataEcologie DescriptionSous Aesculus spp. (marronniers), Acer pseudoplatanus (érable sycomore), Fraxinus spp. (frênes), Ulmus spp. (ormes), Ilex spp. (houx), Taxus baccata (if), Picea spp. (épicéa), Pinus spp. (pins), Cupressus macrocarpa (cyprès de Lambert), Chamaecyparis spp. (faux cyprès). Espèce saprotrophe. Néophyte, d'origine néo-zélandaise. Nouvelle-Zélande, Amérique du Nord, Nouvelle-Zélande. Rare, mais tend à se répandre.Sous Aesculus spp. (marronniers), Acer pseudoplatanus (érable sycomore), Fraxinus spp. (frênes), Ulmus spp. (ormes), Ilex spp. (houx), Taxus baccata (if), Picea spp. (épicéa), Pinus spp. (pins), Cupressus macrocarpa (cyprès de Lambert), Chamaecyparis spp. (faux cyprès). Espèce saprotrophe. Néophyte, d'origine néo-zélandaise. Nouvelle-Zélande, Amérique du Nord, Europe. Rare, mais tend à se répandre.-
12/07/2018Saproamanita inopinataNoms français-Amanite noire-
12/07/2018Saproamanita inopinataComestibilité-Sans intérêt-
12/07/2018Saproamanita inopinataCommentaires-Rapelle le bolet Strobilomyces strobilaceus. Appartiendrait au genre Saproamanita d'après Redhead et al. (2016), mais cela n'est pas encore accepté par la majorité de la communauté scientifique. -
12/07/2018Saproamanita inopinataSpores Description-8-9 x 6-7 µm (Reid, 1987)-
12/07/2018Saproamanita inopinataEcologie Description-Sous Aesculus spp. (marronniers), Acer pseudoplatanus (érable sycomore), Fraxinus spp. (frênes), Ulmus spp. (ormes), Ilex spp. (houx), Taxus baccata (if), Picea spp. (épicéa), Pinus spp. (pins), Cupressus macrocarpa (cyprès de Lambert), Chamaecyparis spp. (faux cyprès). Espèce saprotrophe. Néophyte, d'origine néo-zélandaise. Nouvelle-Zélande, Amérique du Nord, Nouvelle-Zélande. Rare, mais tend à se répandre.-
12/07/2018Amanita huijsmaniiConfusions possibles-Amanita mairei qui pousse sous Pinus spp. (pins) est plus trapue et a le chapeau avec des reflets brunâtres. Amanita dryophila pousse également sous Quercus spp. (chênes) mais à le chapeau beige à brun.-
12/07/2018Amanita huijsmaniiCommentairesA comparer avec les espèces proches de la sous-section Vaginatae.A comparer avec les espèces proches de la section Vaginatae. Souvent confondue avec Amanita mairei.-
12/07/2018Amanita huijsmaniiEcologie DescriptionSous chênes, normalement thermophile.Sous Quercus spp., mais aussi rarement sous Fagus sylvatica, plutôt thermophile, parfois à l'étage collinéen. Assez rare, mais souvent confondue avec Amanita mairei.-
12/07/2018Amanita hongoiEtymologie-Dédié au mycologue japonais Tsuguo Hongo.-
12/07/2018Amanita hongoiCommentairesSection Lepidella, stirpe Perpasta, espèce découverte au Japon par Hongo, d'abord rapportée à Amanita echinocephala ou Amanita virgineoides avant d'être publiée comme espèce nouvelle par Bas, d'après les notes et planches de Hongo.Section Lepidella, stirpe Perpasta, espèce découverte au Japon (Honshū) par Hongo, d'abord rapportée à Amanita echinocephala ou Amanita virgineoides avant d'être publiée comme espèce nouvelle par Bas, d'après les notes et planches de Hongo.-
12/07/2018Amanita hongoiLames Descriptionlibres, serrées, blanches à crème pâle;Libres, serrées, blanches à crème pâle;-
12/07/2018Amanita hongoiChair Descriptionépaisse, dense et ferme, blanche.Epaisse, dense et ferme, blanche.-
12/07/2018Amanita hongoiEcologie DescriptionÉté-automne dans les bois de Quercus serrata et Castanopsis cuspidata. Espèce rare au Japon (Shiga, Kyôto, Kôbé, Oïta), à présent signalée en Corée du Sud, Chine continentale.Été-automne dans les bois de Quercus serrata (chêne denté) et Castanopsis cuspidata. Espèce rare au Japon (Shiga, Kyôto, Kōbé, Oïta), à présent signalée en Corée du Sud, Chine continentale.-
12/07/2018Amanita heterochromaComestibilité-Toxique-
12/07/2018Amanita heterochromaConfusions possiblesAmanita junquillea, de plus petite taille, qui possède une volve annelée, et dont les restes véliques sur le chapeau sont des petites plaques plutôt que des verrues, son anneau est également moins floconneux.Amanita junquillea, de plus petite taille, qui possède une volve annelée, et dont les restes véliques sur le chapeau sont des petites plaques plutôt que des verrues, son chapeau ne brunit pas avec l'âge et son anneau est également moins floconneux.-
12/07/2018Amanita heterochromaEcologie DescriptionSous Eucalyptus. Connu de la Sardaigne.Sous Eucalyptus spp. (eucalyptus). Connu de la Sardaigne. Très rare.-
12/07/2018Amanita griseofarinosaConfusions possiblesAmanita lutescens Hongo est très voisine mais diffère par son anneau membraneux blanc, le jaunissement de la chair et des spores un peu plus étroites (9-10.5×5.5-6.5 µm).Amanita lutescens est très voisine mais diffère par son anneau membraneux blanc, le jaunissement de sa chair et des spores un peu plus étroites (9-10.5×5.5-6.5 µm).-
12/07/2018Amanita griseofarinosaCommentairesCette amanite est caractérisée par son voile universel copieusement poudreux qui recouvre le chapeau et le stipe, ainsi que son anneau poudreux évanescent. Bas (1969) a placé cette espèce dans la stirpe Cinereoconia de la section Lepidella. Hongo (1987) la place très proche de A. vestita Corner et Bas.Cette amanite est caractérisée par son voile universel copieusement poudreux qui recouvre le chapeau et le stipe, ainsi que son anneau poudreux évanescent. Bas (1969) a placé cette espèce dans la stirpe Cinereoconia de la section Lepidella. Hongo (1987) la place très proche de Amanita vestita.-
12/07/2018Amanita griseofarinosaEcologie DescriptionPlutôt commun en petits groupes ou épars parmi la mousse ou les feuilles mortes, en été-automne au Japon central (Shiga), dans les bois de feuillus mêlés de Castanopsis cuspidata-Quercus serrata, etc.. Récemment retrouvé en Corée du Sud et en Chine continentale. Plutôt commun en petits groupes ou épars parmi la mousse ou les feuilles mortes, en été-automne au Japon central (Shiga), dans les bois de feuillus mêlés de Castanopsis cuspidata, Quercus serrata (chêne denté), etc.. Récemment retrouvé en Corée du Sud et en Chine continentale. -
12/07/2018Amanita graciliorConfusions possiblesAmanita boudieri Amanita echinocephalaAmanita boudieri, espèce printanière, acidophile, son anneau est crémeux et ne possède pas de boucles. Amanita echinocephala-
12/07/2018Amanita graciliorEcologie DescriptionSur sol aréneux. Thermophile méditerranéen. Rare.Sur sol aréneux. Thermophile méditerranéen. Automne. Rare.-
12/07/2018Amanita graciliorConfusions possibles-Amanita boudieri Amanita echinocephala-
12/07/2018Amanita graciliorVaréiétés/formes-Amanita gracilior var. beilleioides diffère du type par les lames et la chair plus colorées.-
12/07/2018Amanita graciliorCommentairesThermophile médit. La var. beilleioides diffère du type par les lames et la chair plus colorées.--
12/07/2018Amanita graciliorEcologie Description-Sur sol aréneux. Thermophile méditerranéen. Rare.-
12/07/2018Tephrocybe pseudoerosaCommentairesTephocybe pseudoerosa se reconnaît à sa silhouette mycéno-galéroïde.Tephocybe pseudoerosa se reconnaît à sa silhouette galéro-mycenoïde.-
12/07/2018Tephrocybe pseudoerosaStipe DescriptionFistuleux, flexueux,glabre ou luisant ,subconcolore ou à peine poudré de blanc en haut.Fistuleux, flexueux, glabre ou luisant, subconcolore ou à peine poudré de blanc en haut.-
11/07/2018Amanita lacteaCommentairesMéditerranéen.Malgré l'anneau parfois présent, cette espèce appartient à la section Vaginatae.-
11/07/2018Amanita lacteaStipe AnneauOuiOui ou Non-
11/07/2018Amanita lacteaStipe Description-Possède parfois un léger anneau.-
11/07/2018Amanita lacteaSpores Description-(10,1-)11.0-15.5(-21) x (6,5-)7,8-10,3(-15,2) μm.-
11/07/2018Amanita lacteaEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes), Fagus sylvatica (hêtre) et Pinus spp. (pins). Méditerranéen, s'étendant jusqu'au sud de l'Allemagne. Rare.-
11/07/2018Amanita junquilleaConfusions possibles-Amanita muscaria possède plusieurs forme jaunes, mais elle est en général plus tardive, son anneau est muni de flocons jaunes et sa volve est composé de flocons disposés de manière régulière. Amanita heterochroma pousse sous Eucalyptus spp. (eucalyptus), est plus trapue et brunit avec l'âge.-
11/07/2018Amanita junquilleaVaréiétés/formesAmanita junquillea fo. amici est plus trapue, ses flocons sont grisâtres. Amanita junquillea var. gracilis, qui est plus gracile et dont le voile est plus fugace. Amanita junquillea var. vernalis qui vient au printemps. Amanita junquille var. exannulata de couleur plus claire et dont le voile est très fugace, voir absent.Amanita junquillea fo. amici est plus trapue, ses flocons sont grisâtres. Amanita junquillea var. vernalis qui vient au printemps. Amanita junquille var. exannulata de couleur plus claire et dont le voile est très fugace, voir absent.-
11/07/2018Amanita junquilleaEcologie DescriptionPrécoce dès le printemps, sous conifères (pins) et plus rarement sous feuillus (hêtres), sur sol acide, généralement non calcaire.Sous Pinus spp. (pins), Picea abies (épicéa commun), Abies alba (sapin blanc) ou Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts. Sur sol acide, généralement non calcaire. Mai-octobre (mai-décembre). Assez fréquent.-
11/07/2018Amanita gioiosaConfusions possiblesAmanita junquillea est moins trapue, pousse en général sous Pinus (pins), est plus colorée et son anneau se trouve dans la partie supérieure du pied. Amanita heterochroma pousse uniquement sous Eucalyprus (eucalyptus), a un anneau muni de flocons jaunes et est de couleur jaune, brun au centre et avec l'âge.Amanita junquillea est moins trapue, pousse en général sous Pinus (pins), est plus colorée et son anneau se trouve dans la partie supérieure du pied. Amanita heterochroma pousse uniquement sous Eucalyptus (eucalyptus), a un anneau muni de flocons jaunes et est de couleur jaune, brun au centre et avec l'âge.-
11/07/2018Amanita gioiosaEcologie DescriptionSous Eucalyptus spp. (eucalyptus), Cistus spp. (cistes), Castanea sativa (châtaigner), Quercus spp. (chênes), (pins) et Arbutus spp. (arbousiers). Sur sol caillouteux, graveleux ou sableux. Espèce méditerranéenne. Rare.Sous Eucalyptus spp. (eucalyptus), Cistus spp. (cistes), Castanea sativa (châtaigner), Quercus spp. (chênes), Pinus spp. (pins) et Arbutus spp. (arbousiers). Sur sol caillouteux, graveleux ou sableux. Espèce méditerranéenne. Rare.-
11/07/2018Amanita gioiosaNoms français-Amanite joyeuse-
11/07/2018Amanita gioiosaConfusions possibles-Amanita junquillea est moins trapue, pousse en général sous Pinus (pins), est plus colorée et son anneau se trouve dans la partie supérieure du pied. Amanita heterochroma pousse uniquement sous Eucalyprus (eucalyptus), a un anneau muni de flocons jaunes et est de couleur jaune, brun au centre et avec l'âge.-
11/07/2018Amanita gioiosaCommentairesMédit.--
11/07/2018Amanita gioiosaEcologie Description-Sous Eucalyptus spp. (eucalyptus), Cistus spp. (cistes), Castanea sativa (châtaigner), Quercus spp. (chênes), (pins) et Arbutus spp. (arbousiers). Sur sol caillouteux, graveleux ou sableux. Espèce méditerranéenne. Rare.-
11/07/2018Amanita gilbertiiComestibilitéInconnuSans intérêt-
11/07/2018Amanita gilbertiiVaréiétés/formes-Amanita gilbertii fo. subverna est plus élancée et rappelle Amanita verna.-
11/07/2018Amanita gilbertiiEcologie DescriptionDunes.Sous Pinus pinaster (pin maritime) et Quercus suber (chêne-liège). Dans les dunes littorales. Printemps. Assez rare. -
11/07/2018Amanita fulvoidesEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes), Castanea sativa (châtaigner) et Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts. Assez rare.-
11/07/2018Amanita fulvaConfusions possibles-Amanita fulvoides qui est de la même couleur jeune et s'assombrit et se ternit en viellissant. Amanita crocea qui se différencie par un pied nettement chiné (mais pas dans la var. subnudipes), une réaction différente au phénol (rouge vineux foncé), un chapeau orangé et sa volve est rarement tachée de rouille. Amanita betulae, dont le chapeau est beige café-au-lait à marron clair et qui pousse sous Betula spp. (bouleaux). Amanita avellanea de la même couleur que la précédente, mais qui pousse sous Castane sativa (châtaigner). -
11/07/2018Amanita fulvaVaréiétés/formes-Amanita fulva var. alba qui est de couleur blanche, est grêle comme le type.-
11/07/2018Amanita fulvaCommentairesIl existe une f. alba (Courtec.) Contu, grêle comme le type. Cette espèce est proche de A. crocea qui se différencie par un pied nettement chiné (mais pas toujours : var. subnudipes Romagn.), une réaction différente au Phénol (rouge vineux foncé), un chapeau orangé et sa volve est non tachée de rouille. A. fulvoides Neville & Poumarat n'est fauve qu'à l'état jeune, et devient brun-gris terne. Sous bouleaux on trouve parfois A. betulae Neville & Poumarat, dont le chapeau est beige café-au-lait à marron clair. Enfin, A. avellanea Neville & Poumarat est en quelques sortes une A betulae Neville & Poumarat qui est associée aux châtaigniers.--
11/07/2018Amanita fulvaEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus et de conifères, surtout sous Betula, sur sol acide ou calcaire, parfois dans les tourbières.Sous Picea abies (épicéa commun), Abies alba (spin blanc), Fagus sylvatica (hêtre), Betula spp. ou Castanea sativa (châtaigner). Dans les forêts de feuillus et de conifères, parfois dans les tourbières. Sur sol acide ou calcaire. Juillet-septembre (juin-novembre). Fréquent.-
11/07/2018Amanita friabilisNoms françaisAmanite des aulnesAmanite des aulnes ; Amanite à volve friable-
11/07/2018Amanita friabilisChapeau SurfaceAspéritésSublisse ou Aspérités-
11/07/2018Amanita friabilisEcologie DescriptionSous Alnus.Dans les forêts humides. Sous Alnus spp. (aulnes). Automne. Rare à très rare.-
11/07/2018Amanita franchetiiConfusions possibles-Amanita flavorubescens a le chapeau ainsi que le pied de couleur jaune (brunissant avec l'âge) et rougit à la blessure.-
11/07/2018Amanita franchetiiVaréiétés/formes-Amanita franchetii fo. queletii dont le chapeau comporte des teintes grisâtre dès le début et qui tend à s'accentuer au cours du développement. Amanita franchetii fo. lactella est de couleur entièrement blanche, à l'exception du voile.-
11/07/2018Amanita franchetiiCommentairesOdeur un peu terreuse.--
11/07/2018Amanita franchetiiChapeau Marge striéeNonOui ou Non-
11/07/2018Amanita franchetiiChair Description-Blanche, immuable. Odeur un peu terreuse.-
11/07/2018Amanita franchetiiEcologie Description-Dans les forêts mêlées. Plutôt thermophile. Juin-octobre (juin-novembre). Assez rare.-
11/07/2018Amanita flavorubescensConfusions possibles-Amanita rubescens, ne possède pas de jaune (excepté l'anneau chez la fo. annulosulphurea).-
11/07/2018Amanita flavorubescensCommentairesProche d'A. rubescens, mais la marge du chapeau, le voile général, l'anneau et la partie supérieure du stipe sont jaune canari. Des froissements du chapeau et de la partie supérieure du stipe ne virent pas au rouge.--
11/07/2018Amanita flavorubescensEcologie Description-Sous Fagus grandifolia (hêtre à grande feuilles), Quercus spp. (chênes), Pinus spp. (pins), Betula spp. (bouleaux) et Tsuga canadensis (pruche du Canada). Dans les forêts mêlées. Solitaire, disseminé ou grégaire. Printemp-automne. Très rare en Europe, peu fréquent en Amérique du Nord.-
11/07/2018Amanita flavescensEcologie HabitatSous feuillus ou Sous conifèresSous feuillus-
11/07/2018Amanita flavescensEcologie Description-Sous Quercus spp. (chênes), plus rarement sous Castanea sativa (châtaigner). Dans les forêts de feuillus mêlés. Rare.-
11/07/2018Amanita excelsaVaréiétés/formesAmanita excelsa var. spissa plus sombre et à odeur de rave a un stipe moins radicant. Amanita excelsa var. valida est très brunissante à flocons grisâtres. Amanita excelsa var. spissa fo. alba a le chapeau de couleur blanche et possède une odeur et une saveur raphanoïde marquées. Amanita excelsa var. excelsa fo. subcandida, a le chapeau de couleur blanche, a le stipe souvent élancé, possède une odeur de gant de toilette suri et le brunissement de sa chair est très lent. Amanita spissa var. valida fo. lactea, a le chapeau de couleur blanche, une odeur insignifiante et sa chair et ses lames brunissent rapidement au froissement.Amanita excelsa var. spissa plus sombre et à odeur de rave a un stipe moins radicant. Amanita excelsa var. valida est très brunissante à flocons grisâtres. Amanita excelsa var. spissa fo. alba a le chapeau de couleur blanche et possède une odeur et une saveur raphanoïde marquées. Amanita excelsa var. excelsa fo. subcandida, a le chapeau de couleur blanche, a le stipe souvent élancé, possède une odeur de gant de toilette suri et le brunissement de sa chair est très lent. Amanita excelsa var. valida fo. lactea, a le chapeau de couleur blanche, une odeur insignifiante et sa chair et ses lames brunissent rapidement au froissement.-
11/07/2018Amanita excelsaCommentaires --
11/07/2018Amanita excelsaConfusions possibles-Amanita pantherina dont les flocons d'un blanc pur typique sont bien distincts, dont l'anneau est non strié et dont le bulbe est marginé et surmonté de bourrelets.-
11/07/2018Amanita excelsaVaréiétés/formesLa var. spissa plus sombre et à odeur de rave a un stipe moins radicant. La var. valida est très brunissante à flocons grisâtres. Il existe des formes blanches.Amanita excelsa var. spissa plus sombre et à odeur de rave a un stipe moins radicant. Amanita excelsa var. valida est très brunissante à flocons grisâtres. Amanita excelsa var. spissa fo. alba a le chapeau de couleur blanche et possède une odeur et une saveur raphanoïde marquées. Amanita excelsa var. excelsa fo. subcandida, a le chapeau de couleur blanche, a le stipe souvent élancé, possède une odeur de gant de toilette suri et le brunissement de sa chair est très lent. Amanita spissa var. valida fo. lactea, a le chapeau de couleur blanche, une odeur insignifiante et sa chair et ses lames brunissent rapidement au froissement.-
11/07/2018Amanita excelsaCommentairesA ne pas confondre avec Amanita pantherina dont les flocons d'un blanc pur typique sont bien distincts, dont l'anneau est non strié et dont le bulbe est marginé et surmonté de bourrelets. -
11/07/2018Amanita excelsaEcologie DescriptionDe juin à novembre, feuillus et conifères.Dans les forêts de feuillus et de conifères. Juin-octobre (avril-décembre). Fréquent.-
11/07/2018Amanita erythrocephalaConfusions possiblesAmanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arbutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Amanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arbutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita subfrostiana, de la section Amanita, a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Précision
11/07/2018Amanita erythrocephalaConfusions possiblesAmanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arbutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonnée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Amanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arbutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Ordre + faute d'orthographe.
11/07/2018Amanita erythrocephalaConfusions possiblesAmanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arubutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonnée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Amanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arbutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonnée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. Faute de frappe.
11/07/2018Amanita erythrocephalaConfusions possibles-Amanita flavoconia, espèce nord-américaine, est de couleur jaune orangé et ses spores mesurent (6,5-)6,8 -9,0(-10,6) x (4,8-)5,0-7,0(-8,9) µm. Dans les forêts de conifères et de feuillus. Amérique du Nord. Amanita flavoconia var. inquinata, possède un chapeau de couleur orange à rouge, lui ressemble fortement, mais possède des spores plus grandes (5,2-)6,8-9,0(-11,5) x (4,5-)5,8-7,5(-9,5) µm. Sous Quercus humboldtii, Quercus copeyensis, Quercus costaricensis (chêne du Costa Rica), Quercus oocarpa, Quercus seemannii, Abies religiosa (acxoyate), Pinus patula et Arubutus spp. (arbousiers). Colombie, Costa Rica, Mexique. Amanita flavella, possède un chapeau de couleur jaune orangé, ses spores mesurent 8,5-10 x 6-6,5 µm (E. J. Gilbert) / 8,0-8,5 x 5,0-6,5 µm (D. A. Reid). Semble pousser sous Eucalyptus (eucalyptus). Australie. Amanita flavipes est une espèce asiatique qui semble être un assemblage de plusieurs espèces distinctes, est de plus grande taille, son anneau est plus grand et plus ample, son chapeau est jaune, les restes de voiles sur son chapeau sont plus persistants (comme chez Amanita rubescens) et possède des spores mesurant (6,5)7,0-9,0(10,0) x (5,0)5,5-7,0(8,5) µm chez l'espèce d'Asie de l'Est et (6,0-)6,8-8,5(-11,0) x (5,0-)5,2-6,5(-8,8) µm chez l'espèce de l'Asie du Sud. Dans les forêts de feuillus mêlés. Asie. Amanita flavivolva a le chapeau de couleur jaune brun, a le pied blanc, est plus gracile et ses spores mesurent (6,5-)7,5-8,5(-9,2) x 4,8-5,5(-5,8) µm. Associée aux Pinus (pins) américains. Amérique du Nord. Amanita frostiana, de la section Amanita, possède des boucles à la base de ses basides, son chapeau est de couleur jaune, jaune-orangé au centre uniquement, sa marge est largement striée, son anneau est floconneux et ses spores mesurent (7,5-)8,5-10,5(-12,5) x (7,5-)7,8-9,8(-11,3) µm. Dans les forêts mêlées de Quercus spp. (chênes) et Pinus spp. (pins). Amérique du Nord. Amanita elongata possède un long pied blanc (parfois un peu plus court), et ses spores mesurent (6,8-)7,5-10,5(-12,5) x (4,0-)5,0-6,9(-8,7) µm. Etats-Unis. Amanita subfrostiana a la marge du chapeau largement striée, de couleur jaune, un anneau floconneux, son pied est de couleur saumonnée, elle possède des boucles à la base de ses basides et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Dans les forêts mêlées. Chine. Amanita fraterna, possède un chapeau de couleur miel, brun au centre, son voile semble plus persistant, son pied est rosâtre et ses spores mesurent (8,0-)8,5-10,5(-12,0) x (7,0-)8,0-10,0(-10,5) µm. Sous chêne. Floride. Amanita xanthella est plus gracile, son chapeau est jaune, plus pâle et strié vers la marge, elle est plus gracile, son anneau se trouve dans la partie inférieure du pied et ses spores mesurent 6,5-7,4(-8,1) x 5,1-7,1 µm. Singapour. -
11/07/2018Amanita erythrocephalaCommentairesOrigine exotique? Rare et localisé en Italie (Ligure). Trois récoltes sur la même station, dont le type de Ciatti (Savona) en 1996, puis en 2002. Appartiendrait à la sect. Validae mais ses couleurs vives et ses spores et basides de petite taille la rapproche de l'espèce américaine Amanita flavoconia.Trois récoltes sur la même station, dont le type de Ciatti (Savona) en 1996, puis en 2002. Appartiendrait à la section Validae. Ses couleurs vives et ses spores et basides de petite taille la rapproche de l'espèce américaine Amanita flavoconia. Il est possible que cette espèce soit synonyme d'Amanita flavoconia var. inquinata, mais seules des analyses phylogénétiques plus poussées permettraient de le dire.-
11/07/2018Amanita erythrocephalaChapeau Description1-8 cm, conico-convexe, puis aplani avec la marge légèrement et très courtement cannelée, rouge orangé, plus vif au centre, plus jaune à la périphérie, l'extrême marge non excédante et jaune. Revêtement lisse, sec, finement fibrilleux sous la loupe par des fibrilles radiales rouge orangé sur fond jaune, souvent nu mais parfois avec des restes de voile sous forme de plaques, de petits flocons ou de verrues, blancs ou jaunâtres, puis crème-grisâtre, enfin gris sale à brunâtre.1-8 cm, conico-convexe, puis aplani avec la marge légèrement et très courtement cannelée, rouge orangé, plus vif au centre, plus jaune à la périphérie, l'extrême marge non excédante et jaune. Revêtement lisse, sec, finement fibrilleux sous la loupe par des fibrilles radiales rouge Orangé sur fond jaune, souvent nu mais parfois avec des restes de voile sous forme de plaques, de petits flocons ou de verrues, blancs ou jaunâtres, puis crème-grisâtre, enfin gris sale à brunâtre.-
11/07/2018Amanita erythrocephalaChair DescriptionBlanche, subconcolore au revêtement piléique sous ce dernier, ferme dans le chapeau et le cortex du stipe, mais cotonneuse puis creuse dans la partie médullaire du stipe. Odeur faible, saveur neutre.Blanche, subconcolore au revêtement piléique sous ce dernier, ferme dans le chapeau et le cortex du stipe, mais cotonneuse puis creuse dans la partie médullaire du stipe. Odeur faible, saveur neutre. K-K négatif.-
11/07/2018Amanita erythrocephalaSpores Descriptionovoïdes à ellipsoïdales, parfois subglobuleuses, apicule bien délié, 6-8(9) x 5-5,5(6) µm, Q = 1,18-1,50(1,60), Qm= 1,22(1,33), amyloïdes, lisses, hyalines.Ovoïdes à ellipsoïdales, parfois subglobuleuses, apicule bien délié, 6-8(9) x 5-5,5(6) µm, Q = 1,18-1,50(1,60), Qm= 1,22(1,33), amyloïdes, lisses, hyalines. -
11/07/2018Amanita erythrocephalaEcologie DescriptionBois humide de châtaigniers mêlé de pins maritimes et quelques chênes pubescents et chênes verts. Bois humide de Castanea sativa (châtaigner) mêlé de Pinus pinaster (pin maritime) et quelques Quercus pubescens (chêne pubescent) et Quercus ilex (chêne vert). Eté (août). Rare et localisé en Italie (Ligure). Peut-être une espèce d'origine exotique ?-
10/07/2018Amanita eliaeComestibilitéInconnuToxique-
10/07/2018Amanita eliaeVaréiétés/formes-Amanita eliae var. griseovelata, à voile général épais et grisâtre, a été décrite du Maroc.-
10/07/2018Amanita eliaeCommentairesLa var. griseovelata Bertault, à voile général épais et grisâtre, a été décrite du Maroc.--
10/07/2018Amanita eliaeEcologie HabitatSous feuillusSous feuillus ou Sous conifères-
10/07/2018Amanita eliaeEcologie Description-Sous Fagus sylvatica (hêtre), Quercus spp. (chêne), Pinus spp. (pins) et Castanea sativa (châtaigner). Dans les forêts de feuillus mêlées. Juin-octobre (juin-novembre). Rare.-
10/07/2018Amanita echinocephalaVaréiétés/formesLa var. subbeillei a des lames beige- noisette plus ou moins mêlées de rose-isabelle.Amanita echinocephala var. subbeillei a des lames beige-noisette plus ou moins mêlées de rose-isabelle.-
10/07/2018Amanita echinocephalaCommentairesThermophile. --
10/07/2018Amanita echinocephalaEcologie DescriptionCalcicole.Dans les forêts humides. Calcicole. Thermophile. Juillet-octobre (avril-novembre). Peu fréquent.-
10/07/2018Amanita dunensisConfusions possibles-Amanita phalloides est plus grande et est plus colorée et son anneau est plus persistent.-
10/07/2018Amanita dunensisEcologie DescriptionSable litt. atl.Dans les dunes littorales atlantiques. Grégaire. Rare.-
10/07/2018Amanita curtipesEcologie DescriptionSous Pinus spp. (pins) et Quercus spp. (chênes). Dans les terrains sablonneux. Thermophile. Grégaire ou solitaire. Automne, printemps.Sous Pinus spp. (pins) et Quercus spp. (chênes). Dans les terrains sablonneux. Thermophile. Grégaire ou solitaire. Automne, printemps. Rare.-
10/07/2018Amanita dryophilaNoms français-Amanite des chênes-
10/07/2018Amanita dryophilaEcologie DescriptionSous chênes.Sous Quercus spp. (chênes). Thermophile. Grégaire. Rare.-
10/07/2018Amanita curtipesVaréiétés/formes-Amanita curtipes fo. pseudovalens diffère par sa plus grande taille et sa poussée plutôt printanière qu'automnale.-
10/07/2018Amanita curtipesCommentairesEspèce méditerranéenne. La f. pseudovalens diffère par sa plus grande taille et sa poussée plutôt printanière qu'automnale.--
10/07/2018Amanita curtipesEcologie Description-Sous Pinus spp. (pins) et Quercus spp. (chênes). Dans les terrains sablonneux. Thermophile. Grégaire ou solitaire. Automne, printemps.-
10/07/2018Amanita citrinaCommentairesPas toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre, l'amanite citrine est cependant classée dans la catégorie des champignons toxiques car peut être confondue avec Amanita phalloides (amanite phalloïde), qui elle est mortelle. Cette espèce est parfois parasité par Syzygites megalocarpus.Pas toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre, l'amanite citrine est cependant classée dans la catégorie des champignons toxiques car peut être confondue avec Amanita phalloides (amanite phalloïde), qui elle est mortelle. Cette espèce est parfois parasitée par Syzygites megalocarpus.Faute de frappe
09/07/2018Amanita croceaConfusions possiblesAmanita subnudipes anciennement une variété de celle-ci, n'a pas le stipe chiné.--
09/07/2018Amanita croceaVaréiétés/formes-Amanita crocea var. subnudipes n'a pas le stipe chiné ni de flocons concolores au chapeau et est de couleur plus pâle et le revêtement de son chapeau est plus mat. Elle semble également pousser uniquement sous feuillus. Amanita crocea var. aurantiofulva est de teille plus grande, une volve plus grande et plus ample, mnie d'un bourrelet et son pied est pruineux voire même recouvert de flocons de couleur orangée.-
09/07/2018Amanita croceaCommentaires-Commentaires de Guy Fourré pour Amanita crocea var. subnudipes : Cuticule d'un jaune orange lumineux, ocre jaune citron sur le pourtour (Seguy 213), un peu plus foncé au centre (Seguy 212). Marge très nettement striée, sur 3 à 4 mm ou davantage. Lames blanches très serrées, un peu fourchues à partir du centre. Chair très mince. Stipe élancé, aminci en haut, sans anneau ni ornementation, nu, blanchâtre. Base revêtue d'une volve blanche étroitement engaînante, membraneuse, souvent entièrement enterrée, blanche à l'extérieur, légèrement jaune crème à l'intérieur. Spores (de sporée) 8,5 - 9,5 (10) x 7-8 µm. Habitat : sous feuillus, chênes à proximité, terrain légèrement acide.-
09/07/2018Amanita croceaConfusions possibles-Amanita subnudipes anciennement une variété de celle-ci, n'a pas le stipe chiné.-
09/07/2018Amanita croceaCommentairesLa var. subnudipes Romagnesi a le stipe non chiné. Commentaires de Guy Fourré pour subnudipes : Cuticule d'un jaune orange lumineux, ocre jaune citron sur le pourtour (Seguy 213), un peu plus foncé au centre (Seguy 212). Marge très nettement striée, sur 3 à 4 mm ou davantage. Lames blanches très serrées, un peu fourchues à partir du centre. Chair très mince. Stipe élancé, aminci en haut, sans anneau ni ornementation, nu, blanchâtre. Base revêtue d'une volve blanche étroitement engaînante, membraneuse, souvent entièrement enterrée, blanche à l'extérieur, légèrement jaune crème à l'intérieur. Spores (de sporée) 8,5 - 9,5 (10) x 7-8 µm. Habitat : sous feuillus, chênes à proximité, terrain légèrement acide. --
09/07/2018Amanita croceaEcologie Description-Dans les forêts de feuillus comme de conifères. Thermophile. Juin-octobre (mai-novembre). Assez fréquent.-
09/07/2018Amanita coryliEcologie DescriptionSous Corylus avellana (noisetier). Eté-automne. Assez fréquent, mais peu connue.Sous Corylus avellana (noisetier). Eté-automne. Assez fréquente, mais peu connue.-
09/07/2018Amanita coryliVaréiétés/formes-Amanita coryli fo. albida a le chapeau de couleur blanche.-
09/07/2018Amanita coryliCommentairesIl existe une f. albida à chapeau blanc.--
09/07/2018Amanita coryliEcologie DescriptionSous Corylus.Sous Corylus avellana (noisetier). Eté-automne. Assez fréquent, mais peu connue.-
09/07/2018Amanita citrinaConfusions possibles-Amanita intermedia est l'intermédiaire avec Amanita porphyria, mais possède un voile de couleur jaune, se tâche de rouille et peut pousser plus haut en altitude. Amanita asteropus, un peu plus thermophile, est plus gracile, a un chapeau conique, se tâche de rouille et a le bulbe qui s'éclate en étoile. Amanita lavendula se tâche de lavande-lilas sur tout le champignon. Il n'est pas toujours facile de la distinguer d'Amanita citrina. Le moyen le plus simple pour les distinguer est de prendre une photographie du champignon et d'augmenter la saturation de la couleur magenta de manière informatique. Si des tâches de cette couleur apparaissent sur le cliché, il y a une grande probabilité qu'elle appartienne à celle-ci. Amérique du Nord.-
09/07/2018Amanita citrinaVaréiétés/formesLa f. alba est toute blanche. la var. grisea est un sosie de Amanita porphyria mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez porphyria), la volve blanche tachée de brun et la spore moins globuleuse. Amanita citrina fo. alba est toute blanche, qui peut avoir des reflets citrins avec l'âge. Amanita citrina fo. crassior est plus imposante et plus massive, est de couleur crème-citrin, est plus tardive et pousse sous Pinus pinaster dans les zones dunaires littorales. Amanita citrina fo. carneifolia dont les lames et/ou la sporée sont de couleur rose. Amanita citrina var. grisea est un sosie d'Amanita porphyria en plus gracile mais avec un anneau jaune vif (gris noirâtre chez Amanita porphyria), la volve blanche tachée de brun et ses spores sont moins globuleuses. Japon, Chine.-
09/07/2018Amanita citrinaCommentairesOdeur de pomme de terre (rave). Peu toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre, l'amanite citrine est cependant classée toxique car peut être confondue avec l'amanite phalloide (mortelle).Pas toxique en réalité mais plutôt comestible médiocre, l'amanite citrine est cependant classée dans la catégorie des champignons toxiques car peut être confondue avec Amanita phalloides (amanite phalloïde), qui elle est mortelle. Cette espèce est parfois parasité par Syzygites megalocarpus.-
09/07/2018Amanita citrinaEcologie DescriptionTrès répandue dès le printemps dans les forêts de feuillus et de résineux avec prédilection pour les sols aréneux.Dans les forêts de feuillus et de conifères en dessous de 1000 m d'altitude, rare en-dessus. Semble avoir une préférence pour les sols aréneux. Toute l'année dans le sud, août-novembre pour le nord. Fréquent.-
09/07/2018Amanita ceciliaeComestibilité-Comestible-
09/07/2018Amanita ceciliaeConfusions possibles-Amanita basiana est de plus petite taille et pousse dans les régions thermophiles sous Pinus pinaster (pin maritime).-
09/07/2018Amanita ceciliaeCommentairesC'est l'une des plus grandes espèces du sous-genre Amanitopsis. Elle est caractérisée la base du stipe deux à plusieurs fois chinée ainsi que par les restes de voile épais sur le chapeau.C'est l'une des plus grandes espèces du sous-genre Amanitopsis. Elle est caractérisée la base du stipe deux à plusieurs fois chinée ainsi que par les restes de voile épais sur le chapeau.-
09/07/2018Amanita ceciliaeEcologie HabitatSous feuillusSous feuillus ou Sous conifères-
09/07/2018Amanita ceciliaeEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus et de conifères, en lisière, dans les clairières, sur sol calcaire.Dans les forêts de feuillus et de conifères, en lisière, dans les clairières. Calcicole. Juin-octobre (avril-novembre). Fréquent.-
09/07/2018Amanita caesareaCommentairesOdeur faible, agréable. Pousse de juillet à octobre. Parfois parasitée par Mycogone rosea. Parfois parasitée par Mycogone rosea. -
09/07/2018Amanita caesareaChair DescriptionChair assez épaisse, ferme, blanche, jaune sous la cuticule et le cortex.Chair assez épaisse, ferme, blanche, jaune sous la cuticule et le cortex. Odeur faible, agréable.-
09/07/2018Amanita caesareaSpores Description10-12 x 6-8 µm ellipsoïdes, non amyloïdes10-12 x 6-8 µm ellipsoïdes, non amyloïdes.-
09/07/2018Amanita caesareaEcologie DescriptionSous feuillus principalement. Thermophile méditerranéenne.Sous feuillus principalement, mais également sous conifères. Thermophile méditerranéenne. Juillet-octobre (juin-octobre). Peu fréquent à rare.-
09/07/2018Amanita bresadolanaComestibilité-Inconnu-
09/07/2018Amanita bresadolanaConfusions possibles-Amanita spreta est une espèce américaine qui pourrait en être synonyme.-
09/07/2018Amanita bresadolanaCommentaires-Nous avons très peu d'informations sur ce champignon en l'état actuel. Aucun matériel sec n'existe.-
09/07/2018Amanita bresadolanaEcologie Description-Dans les forêts de feuillus thermophiles. Très rare.-
09/07/2018Amanita boudieriConfusions possibles-Amanita gracilior-
09/07/2018Amanita boudieriVaréiétés/formes-Amanita boudieri var. beillei présente, dès l'état primordial, des lames fortement colorées de noisette saumon à brique rougeâtre.-
09/07/2018Amanita boudieriCommentairesLa var. beillei (Beauseigneur) Neville et Poumarat présente, dès l'état primordial, des lames fortement colorées de noisette saumon à brique rougeâtre--
09/07/2018Amanita boudieriEcologie DescriptionSur sol sablonneux.Sur sol sablonneux. Acidophile. Automne, printemps. Peu fréquent.-
09/07/2018Amanita betulaeEcologie Description-Sous Betula spp. (bouleaux). Acidophile. Eté-automne. Assez rare.-
08/07/2018Amanita beckeriComestibilité-Comestible-
08/07/2018Amanita beckeriConfusions possiblesAmanita dryophila, a des spores largement elliptiques mesurant 10-12 x 9-10 μm. Amanita oblongispora, possède des plaques vélaires sur tout le pied, un voile blanc friable et des spores elliptiques de 10-13,5 x 8-10,5 μm. Amanita stenospora, similaire à la précédente, possède des spores elliptiques et allongées de 10,5-15,5 x 8-9,5 μm et son voile n'est pas friable. Amanita brunneoconnulus, est une espèce proche dont la différenciation n'est pas très claire.Amanita dryophila, a des spores largement elliptiques mesurant 10-12 x 9-10 μm. Amanita oblongispora, possède des plaques vélaires sur tout le pied, un voile blanc friable et des spores elliptiques de 10-13,5 x 8-10,5 μm. Amanita stenospora, similaire à la précédente, possède des spores elliptiques et allongées de 10,5-15,5 x 8-9,5 μm et son voile n'est pas friable. Amanita brunneoconnulus, est une espèce proche dont la différenciation n'est pas très claire.-
08/07/2018Amanita beckeriEcologie DescriptionCalcicole. Sous hêtres.Surtout sous Fagus sylvatica (hêtre), mais également sous Castanea sativa (châtaigner). Calcicole. Thermophile. Eté-automne (juin-octobre). Rare.-
08/07/2018Amanita battarraeEcologie DescriptionSous les feuillus, essentiellement sous Quercus spp. (chênes), mais également sous Castanea sativa (châtaigner) et Tilia spp. (tilleuls).Sous les feuillus, essentiellement sous Quercus spp. (chênes), mais également sous Castanea sativa (châtaigner) et Tilia spp. (tilleuls). Eté-automne. Assez rare.-
08/07/2018Amanita battarraeNoms françaisAmanite à cocardeAmanite à cocarde des feuillusCorrection d'une inversion
08/07/2018Amanita battarraeConfusions possiblesAmanita umbrinolutea, qui pousse sous feuillus et présente une réaction de K-K négative. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.Amanita umbrinolutea, qui pousse sous conifères et présente une réaction de K-K positive. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.Correction d'une inversion
08/07/2018Amanita battarraeEcologie HabitatSous feuillus ou Sous conifèresSous feuillusCorrection d'une inversion
08/07/2018Amanita battarraeEcologie Description-Sous les feuillus, essentiellement sous Quercus spp. (chênes), mais également sous Castanea sativa (châtaigner) et Tilia spp. (tilleuls).Correction d'une inversion
08/07/2018Amanita basianaConfusions possiblesAmanita ceciliae, plus grande, pousse plus en altitude.Amanita ceciliae, plus grande, pousse plus en altitude et non pas sous les pins maritimes.-
08/07/2018Amanita basianaChapeau Description-Couvert de voile gris.-
08/07/2018Amanita basianaChair Descriptionblanche, immuable.Blanche, immuable.-
08/07/2018Amanita basianaStipe Description-Blanc-gris, chiné de gris plus foncé.-
08/07/2018Amanita basianaEcologie DescriptionSous Pinus pinasterSous Pinus pinaster (pin maritime). Dans les régions littorales. Très rare.-
08/07/2018Amanita badiaConfusions possiblesAmanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est tachée d'ocre. Amanita avellanea, moins trapue, n'a jamais le pied fumé de brunAmanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est tachée d'ocre. Amanita avellanea, moins trapue, n'a jamais le pied fumé de brun. Amanita spadicea, n'a pas le pied fumé, mais chiné de brun et peu pousser plus en pleine.-
08/07/2018Amanita badiaEcologie DescriptionLieux humides à marécageux acidophiles, montagnarde.Lieux humides à marécageux acidophiles, montagnarde. Très rare.-
08/07/2018Amanita avellaneaEcologie DescriptionSous Castanea sativa.Sous Castanea sativa (châtaigner). Thermophile. Rare.-
08/07/2018Amanita asteropusConfusions possiblesAmanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille. Amanita intermedia, ressemble à la précédente, mais est plus montagnarde et a son chapeau de couleur jaune-plombé, elle ne possède pas de tâches de couleur rouilles, mais son voile peu parfois s'en tacher.Amanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille. Amanita intermedia, ressemble à la précédente, mais peut être plus montagnarde et a son chapeau de couleur jaune-plombé, elle se tâche parfois de rouille et son voile peu parfois se tacher de brun.-
08/07/2018Amanita asteropusEcologie DescriptionSous Pinus spp. (pins), Quercus spp. (chênes), Castanea sativa (châtaigner) et Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts de feuillus et de conifères, rarement dans les forêts de bords de tourbières. Sur sols non calcaires. Thermophile. Eté-automne. Rare, plus fréquent dans les régions du sud-ouest de la France.Sous Pinus spp. (pins), Quercus spp. (chênes), Castanea sativa (châtaigner) et Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts de feuillus et de conifères, rarement dans les forêts de bords de tourbières. Sur sols non calcaires. Thermophile. Eté-automne. Rare, plus fréquent dans les régions du sud-ouest de la France.Mise en forme.
08/07/2018Amanita asteropusConfusions possiblesAmanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille.Amanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille. Amanita intermedia, ressemble à la précédente, mais est plus montagnarde et a son chapeau de couleur jaune-plombé, elle ne possède pas de tâches de couleur rouilles, mais son voile peu parfois s'en tacher.-
08/07/2018Amanita asteropusCommentairesOdeur de pomme de terre (rave).--
08/07/2018Amanita asteropusChair Description-Odeur de pomme de terre (rave).-
08/07/2018Amanita asteropusEcologie Description-Sous Pinus spp. (pins), Quercus spp. (chênes), Castanea sativa (châtaigner) et Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts de feuillus et de conifères, rarement dans les forêts de bords de tourbières. Sur sols non calcaires. Thermophile. Eté-automne. Rare, plus fréquent dans les régions du sud-ouest de la France.-
08/07/2018Amanita aminoaliphaticaConfusions possibles-Amanita proxima, ne possède pas cette odeur typique de poisson et sa volve est de couleur rousse. Amanita ovoidea, ne possède pas non plus d'odeur de poisson, sa volve est de couleur blanc-crème et un voile crémeux.-
08/07/2018Amanita aminoaliphaticaCommentairesChair à odeur forte d'entrailles de poisson.--
08/07/2018Amanita aminoaliphaticaChair Description-A odeur forte d'entrailles de poisson.-
08/07/2018Amanita aminoaliphaticaStipe Description-Volve crème jaunâtre puis brunâtre, anneau persistant.-
08/07/2018Amanita aminoaliphaticaEcologie Description-En région méditerranéenne. Très rare.-
08/07/2018Amanita abruptaConfusions possiblesAmanita virgineoides, a des épines sur le chapeau, est plus charnue et a un bulbe moins abrupt. Amanita japonica, est plus charnue, possède un bulbe moins abrupt et possède de nombreuses petites épines détachables sur le chapeau. Amanita virgineoides, a des épines sur le chapeau, est plus charnue et a un bulbe moins abrupt. Amanita japonica, est plus charnue, possède un bulbe moins abrupt et possède de nombreuses petites épines détachables sur le chapeau. Amanita sphaerobulbosa, possède de nombreuses hyphes et cellules enflées et réfringentes, surtout dans le voile du chapeau. -
08/07/2018Amanita abruptaChair Descriptionblanche, odeur rance, désagréable.Blanche, odeur rance, désagréable.-
08/07/2018Amanita abruptaEcologie Descriptionpeu fréquent en été-début d'automne en forêts de feuillus, mycorhizes fréquentes avec les Fagacées; Amérique du Nord orientale, JaponDans les forêts de feuillus, sous Fagus spp. (hêtres), Betula spp. (bouleaux), Abies spp. (sapin), Tsuga spp. (tsuga), Quercus spp. (chênes), Pinus spp. (pins) et Populus spp. (peupliers). Eté-début d'automne. Peu fréquent. Amérique du Nord orientale, Japon.-
08/07/2018Alutaceodontia alutaceaCommentairesPeu fréquent. Eté-automne.--
08/07/2018Alutaceodontia alutaceaEcologie DescriptionSur bois mort de Pinus, mais également sur d'autres conifères ( Abies ), ainsi que sur feuillus.Sur bois mort de Picea abies (épicéa commun), Pinus spp. (pins), mais également sur Abies spp. (sapin blanc), Alnus spp. (aulnes), Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas), Tilia spp. (tilleuls), Carpinus betulus (charmes), Betula spp. (bouleaux) et Phyllitis scolopendrium (scolopendre). Toute l'année. Peu fréquent.-
08/07/2018Alnicola umbrinaEcologie DescriptionSous les AulnesSous Alnus spp. (aulnes). Dans les forêts humides. Rare.-
08/07/2018Alnicola tantillaEcologie DescriptionSaulaies naines arctiques ou alpines.Dans les microsylves alpines et arctiques. Juin-octobre. Assez rare dans les régions alpines, absent ailleurs.-
08/07/2018Alnicola subconspersaEcologie DescriptionSous Alnus glutinosa, rarement sous Salix.Sous Alnus glutinosa (aulne glutineux), rarement sous Salix spp. (saules) et Picea abies (épicéa commun). Août-novembre (janvier, mai-novembre). Assez rare.-
08/07/2018Alnicola striatulaChapeau Visqueux-Non-
08/07/2018Alnicola striatulaChapeau Forme mamelonnée-Non-
08/07/2018Alnicola striatulaChapeau Hygrophane-Oui-
08/07/2018Alnicola striatulaChapeau Saveur cuticule-Douce-
08/07/2018Alnicola striatulaStipe Forme-Cylindracé-
08/07/2018Alnicola striatulaStipe Visqueux-Non-
08/07/2018Alnicola striatulaEcologie Description-Dans les forêts humides. Août-octobre (août-novembre). Assez rare.-
08/07/2018Alnicola sphagnetiEcologie Description-Dans les forêts humides. Automne. Rare.-
08/07/2018Alnicola spadiceaEcologie DescriptionSous Alnus glutinosus, Fraxinus excelsior, Salix Caprea.Sous Alnus glutinosa (aulne glutineux), Fraxinus excelsior (frêne élevé), Salix caprea (saule marsault). Dans les forêts humides. Rare.-
08/07/2018Alnicola silvae-novaeEcologie DescriptionSous Alnus spp. (aulnes). Très are.Sous Alnus spp. (aulnes). Très rare.-
08/07/2018Alnicola silvae-novaeCommentairesSous aulnes.--
08/07/2018Alnicola silvae-novaeEcologie Description-Sous Alnus spp. (aulnes). Très are.-
08/07/2018Alnicola scolecinaChapeau Visqueux-Non-
08/07/2018Alnicola scolecinaChapeau Forme mamelonnée-Non-
08/07/2018Alnicola scolecinaChapeau Hygrophane-Oui-
08/07/2018Alnicola scolecinaChapeau Saveur cuticule-Douce-
08/07/2018Alnicola scolecinaStipe Forme-Cylindracé-
08/07/2018Alnicola scolecinaStipe Visqueux-Non-
08/07/2018Alnicola scolecinaEcologie DescriptionSous les aulnes dans les endroits marécageux.Sous les aulnes dans les forêts humides. Mai, août-octobre (avril-décembre). Assez rare.-
08/07/2018Alnicola salabertiiEcologie DescriptionUniquement sous Alnus cordata (aulnes de Corse).Uniquement sous Alnus cordata (aulne de Corse). Très rare.-
08/07/2018Alnicola rubricepsLames DescriptionEchancréesEchancrées.-
08/07/2018Alnicola rubricepsStipe DescriptionCouvert de fibrilles blanchesCouvert de fibrilles blanches.-
08/07/2018Alnicola rubricepsEcologie DescriptionSous feuillus sur sol humide.Sous feuillus sur sol humide. Rare.-
08/07/2018Alnicola macrosporaEcologie Description-Sous les saules. Dans les forêts humides. Rare.-
08/07/2018Alnicola luteolofibrillosaConfusions possibles-Alnicola escharoides-
08/07/2018Alnicola luteolofibrillosaCommentairesProche de A. escharoides--
08/07/2018Alnicola luteolofibrillosaEcologie DescriptionSous les aulnesSous Alnus spp. (aulnes). Août-octobre (juin-novembre). Fréquent.-
08/07/2018Alnicola incultaCommentairesOdeur farineuse.--
08/07/2018Alnicola incultaChapeau Visqueux-Non-
08/07/2018Alnicola incultaChapeau Forme mamelonnée-Non-
08/07/2018Alnicola incultaChapeau Hygrophane-Oui-
08/07/2018Alnicola incultaChapeau Saveur cuticule-Douce-
08/07/2018Alnicola incultaChair Description-Odeur farineuse.-
08/07/2018Alnicola incultaEcologie DescriptionSous aulnes.Sous Alnus spp. (aulnes). Rare.-
08/07/2018Alnicola geraniolensEcologie DescriptionSous saules, sur sable exondé.Sous Salix spp. (saules), sur sable exondé. Rare.-
08/07/2018Alnicola bohemicaConfusions possiblesAlnicola macrospora Alnicola spadiceaAlnicola macrospora Alnicola rubriceps Alnicola spadicea-
08/07/2018Alnicola felleaConfusions possibles-Alnicola luteolofibrillosa Alnicola salabertii, qui pousse uniquement sous Alnus cordata (aulne de Corse). -
08/07/2018Alnicola felleaEcologie Description-Sous feuillus, notamment Quercus spp. et Salix spp. (saules nains). Rare.-
07/07/2018Alnicola escharoidesConfusions possibles-Alnicola scolecina Alnicola silvae-novae Alnicola striatula Alnicola umbrina-
07/07/2018Alnicola escharoidesEcologie DescriptionAulnaies marécageuses.Dans les aulnaies marécageuses. Août-novembre (mai-décembre). Fréquent, mais dispersé.-
07/07/2018Alnicola bohemicaConfusions possibles-Alnicola macrospora Alnicola spadicea-
07/07/2018Alnicola bohemicaChapeau Visqueux-Non-
07/07/2018Alnicola bohemicaChapeau Forme mamelonnée-Oui ou Non-
07/07/2018Alnicola bohemicaChapeau Hygrophane-Oui-
07/07/2018Alnicola bohemicaChapeau Saveur cuticule-Douce-
07/07/2018Alnicola bohemicaEcologie Description-Sous Alnus spp. (aulnes), Betula spp. (bouleaux), Salix spp. (saules) et Fagus sylvatica (hêtre). Dans les forêts humides, les pelouses et prairies, plus rarement dans les cimetières. Août-octobre (juin-octobre). Assez rare.-
07/07/2018Alnicola amarescensConfusions possibles-Hebeloma pseudoamarescens-
07/07/2018Alnicola amarescensCommentairesInodore à saveur amère.--
07/07/2018Alnicola amarescensChair Description-Inodore à saveur amère.-
07/07/2018Alnicola amarescensStipe Visqueux-Non-
07/07/2018Alnicola amarescensEcologie DescriptionSur charbonnièresSur charbonnières, parmi les Funaria spp. (funaires). Avril-septembre (avril-novembre). Assez rare. -
07/07/2018Alloclavaria purpureaChair Descriptiontendre et friable, mince, blanche à violetée. Saveur et odeur peu marquées.Tendre et friable, mince, blanche à violetée. Saveur et odeur peu marquées.-
07/07/2018Alloclavaria purpureaEcologie Descriptionen touffes denses sur le sol ou dans les mousses, sous conifères, en été-automne. Assez rare en Europe, commun en Amérique du Nord et au Japon où il est donné comestible.En touffes denses sur le sol ou dans les mousses, surtout sous conifères. Eté-automne. Rare en Europe, commun en Amérique du Nord et au Japon où il est donné comestible.-
07/07/2018Aleurodiscus cerussatusConfusions possibles-Aleurodiscus wakefieldiae-
07/07/2018Aleurodiscus wakefieldiaeConfusions possibles-Aleurodiscus cerussatus-
07/07/2018Aleurodiscus wakefieldiaeEcologie Description-Sur bois de feuillus, surtout Fagus sylvatica (hêtre) et Corylus avellana (noisettier). Toute l'année. Rare.-
07/07/2018Aleurodiscus cerussatusEcologie DescriptionSour feuillus, rarement sur conifères.Sur Picea abies (épicéa commun), mais également sur Berberis spp. (épines-vinettes) et Fraxinus spp. (frênes). Toute l'année. Rare.-
07/07/2018Aleurodiscus botryosusEcologie DescriptionSur débris de Rubus spp. (ronces) et Viburnum spp. (viorne) sèches. Printemps. Très rare, à rechercher.Sur débris de Rubus spp. (ronces) et Viburnum spp. (viorne) sèches. Printemps. Très rare, à rechercher.-
07/07/2018Aleurodiscus botryosusCommentairesTrès rare. Printemps ?. Remarque : Cette rare espèce, nouvelle pour l'Europe et la France à été récolté aux environs de Cherbourg le 24 Avril 1921. Cette rare espèce, nouvelle pour l'Europe et la France à l'époque à été récoltée aux environs de Cherbourg le 24 Avril 1921. -
07/07/2018Aleurodiscus botryosusEcologie DescriptionSur débris de ronces sèches. ( Voir également la liste des récoltes ).Sur débris de Rubus spp. (ronces) et Viburnum spp. (viorne) sèches. Printemps. Très rare, à rechercher.-
07/07/2018Aleurodiscus aurantiusCommentairesTrès commun. Toute l'année. Espèce assez lignivore.--
07/07/2018Aleurodiscus aurantiusEcologie DescriptionSur bois morts depuis longtemps de Rubus, Rosa, rarement sur Taxus (If), également sur plantes herbacées, brindilles d'arbres à feuilles et à aiguilles etc.Sur boi morts depuis longtemps de Rubus spp. (ronces et framboisiers), Rosa spp. (rosiers), rarement sur Taxus spp. (ifs), Vaccinium spp. (airelles et myrtilliers) et Hippophae rhamnoides (argousier), également sur plantes herbacées, etc. Espèce assez lignivore. Toute l'année. Fréquent, mais passant souvent inaperçu.-
07/07/2018Aleurodiscus amorphusCommentairesPeu ou pas lignivore. Tout l'année, surtout en période humide. Cette espèce est souvent associée à un Ascomycète, Lachnellula subtilissima.Cette espèce est souvent associée à un ascomycète, Lachnellula subtilissima.-
07/07/2018Aleurodiscus amorphusEcologie DescriptionA la base des branches pendantes ou tombées, des bois morts et cortiqués dans les plantations de sapin pectiné (Abies alba), plus rarement sur Picea.A la base des branches pendantes ou tombées, des bois morts et cortiqués dans les plantations d'Abies spp., plus rarement sur Picea spp. (épicéas) et très rarement sur Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas) et Fagus sylvatica (hêtre). Peu ou pas lignivore. Toute l'année, mais surtout en période humide. Fréquent.-
07/07/2018Aleurocystidiellum subcruentatumEcologie DescriptionSur rameaux de conifère, surtout Pinus spp. (pins). Rare. Europe, Amérique du Nord. Plus fréquent en Europe centrale et en Tchécoslovaquie. Liste des arbres sur lesquels Aleurocystidiellum subcruentatum a été répertorié : - Pinus montana (pin de montagne) - Pinus mugo (pin mugo) - Pinus mugo 'Pumilio' (pin mugo nain) - Picea abies (épicéa commun) - Picea jezoensis (épicéa du Japon) - Picea rubens (épinette rouge) - Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas)Sur rameaux de conifères, surtout Pinus spp. (pins). Rare. Europe, Amérique du Nord. Plus fréquent en Europe centrale et en Tchécoslovaquie. Liste des arbres sur lesquels Aleurocystidiellum subcruentatum a été répertorié : - Pinus montana (pin de montagne) - Pinus mugo (pin mugo) - Pinus mugo 'Pumilio' (pin mugo nain) - Picea abies (épicéa commun) - Picea jezoensis (épicéa du Japon) - Picea rubens (épinette rouge) - Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas)-
07/07/2018Aleurocystidiellum subcruentatumConfusions possibles-Aleurocystidiellum disciforme qui pousse sur les feuillus et plus particulièrement sur Quercus spp. (chênes).-
07/07/2018Aleurocystidiellum subcruentatumEcologie DescriptionSur PinusSur rameaux de conifère, surtout Pinus spp. (pins). Rare. Europe, Amérique du Nord. Plus fréquent en Europe centrale et en Tchécoslovaquie. Liste des arbres sur lesquels Aleurocystidiellum subcruentatum a été répertorié : - Pinus montana (pin de montagne) - Pinus mugo (pin mugo) - Pinus mugo 'Pumilio' (pin mugo nain) - Picea abies (épicéa commun) - Picea jezoensis (épicéa du Japon) - Picea rubens (épinette rouge) - Pseudotsuga meziesii (sapin de Douglas)-
07/07/2018Aleurocystidiellum disciformeConfusions possiblesAleurocystidiellum subcruentatum, qui préfère les arbres du genre Pinus (pins).Aleurocystidiellum subcruentatum, qui préfère les arbres du genre Pinus (pins).-
07/07/2018Aleurocystidiellum disciformeConfusions possibles-Aleurocystidiellum subcruentatum, qui préfère les arbres du genre Pinus (pins).-
07/07/2018Aleurocystidiellum disciformeCommentairesRare.Tout au long de l'année. Remarques : Cette espèce semble préferer les stations chaudes à haut degré d'humidité. Certains échantillons ressemblent parfois à des Stereum.Certains échantillons ressemblent parfois à des Stereum.-
07/07/2018Aleurocystidiellum disciformeEcologie DescriptionSur l'écorce de troncs vivants de Querçus, le plus souvent dans les parties inférieures. Souvent isolés ou en groupe, rarement confluents.Sur l'écorce de troncs vivants de Quercus spp. (chênes), plus rarement sur Ulmus spp. (ormes), Fraxinus spp. (frênes) et Pyrus spp. (poiriers) , le plus souvent dans les parties inférieures. Isolés ou en groupe, rarement confluents. Cette espèce semble préferer les stations chaudes à haut degré d'humidité. Tout au long de l'année. Rare. -
07/07/2018Aleuria luteonitensConfusions possibles-Aleuria bicucullata Aleuria cestrica Aleuria congrex Aleuria exigua-
07/07/2018Aleuria luteonitensApothécie Descriptionsessiles, cupulées ou cupulée discoïde, parfois entassées les unes sur les autres. Surface externe lisse, légèrement plus claire.Sessiles, cupulées ou cupulée discoïde, parfois entassées les unes sur les autres. Surface externe lisse, légèrement plus claire.-
07/07/2018Aleuria luteonitensChair Descriptioncéracée, fragile, jaune.Céracée, fragile, jaune.-
07/07/2018Aleuria luteonitensStipe DescriptionNulNul.-
07/07/2018Aleuria luteonitensSpores Descriptionellipsoïdes, au début lisses puis verruqueuses, avec des aspérités jusqu'à 1 µm de haut et plus ou moins réunies en réseau, hyalines, biguttulées.Ellipsoïdes, au début lisses puis verruqueuses, avec des aspérités jusqu'à 1 µm de haut et plus ou moins réunies en réseau, hyalines, biguttulées.-
07/07/2018Aleuria luteonitensEcologie Descriptionen petits groupes sur terre dans les bois en milieu humide, mais aussi avec mousses.En petits groupes sur terre nue dans les bois en milieu humide, parfois dans les prairies, mais aussi parmi les mousses. Juillet-octobre. Rare.-
07/07/2018Aleuria bicucullataConfusions possiblesAleuria cestrica Aleuria congrexAleuria cestrica Aleuria congrex Aleuria exigua Aleuria luteonitens-
07/07/2018Aleuria cestricaConfusions possiblesAleuria bicucullata affectionne les mêmes milieux et peut parfois être présente sur les mêmes stations. Aleuria congrexAleuria bicucullata Aleuria congrex Aleuria exigua Aleuria luteonitens-
07/07/2018Aleuria congrexConfusions possiblesAleuria bicucullata Aleuria cestricaAleuria bicucullata Aleuria cestrica Aleuria exigua Aleuria luteonitens-
07/07/2018Aleuria exiguaConfusions possibles-Aleuria bicucullata Aleuria cestrica Aleuria congrex Aleuria luteonitens-
07/07/2018Aleuria exiguaStipe DescriptionNulNul.-
07/07/2018Aleuria exiguaEcologie Description-Rare.-
07/07/2018Aleuria bicucullataConfusions possiblesAleuria cestricaAleuria cestrica Aleuria congrex-
07/07/2018Aleuria cestricaConfusions possiblesAleuria bicucullata affectionne les mêmes milieux et peut parfois être présente sur les mêmes stations.Aleuria bicucullata affectionne les mêmes milieux et peut parfois être présente sur les mêmes stations. Aleuria congrex-
07/07/2018Aleuria congrexConfusions possibles-Aleuria bicucullata Aleuria cestrica-
07/07/2018Aleuria congrexCommentairesProche de Aleuria bicucullata--
07/07/2018Aleuria cestricaSpores DescriptionEllipsoïdes,décorées décorées d'un réticule incomplet formé de crêtes en relief.Ellipsoïdes, décorées décorées d'un réticule incomplet formé de crêtes en relief.Ponctuation.
07/07/2018Aleuria cestricaConfusions possibles-Aleuria bicucullata affectionne les mêmes milieux et peut parfois être présente sur les mêmes stations.-
07/07/2018Aleuria cestricaCommentairesSur sol humide, parfois sur débris végétaux.--
07/07/2018Aleuria cestricaChair Descriptionfragile, jaunâtreFragile, jaunâtre-
07/07/2018Aleuria cestricaSpores Descriptionellipsoïdes,décorées décorées d'un réticule incomplet formé de crêtes en relief.Ellipsoïdes,décorées décorées d'un réticule incomplet formé de crêtes en relief.-
07/07/2018Aleuria cestricaEcologie DescriptionSur sol humide, parfois sur débris végétaux. En étéSur sol humide, parfois sur débris végétaux. Eté. Rare.-
07/07/2018Aleuria bicucullataRéférencesGr. p. 126 n° 195 ; Page Image In Published List. Gr. p. 126 n° 195-
07/07/2018Aleuria bicucullataConfusions possibles-Aleuria cestrica-
07/07/2018Aleuria bicucullataCommentairesCespiteux. Rare. Eté.--
07/07/2018Aleuria bicucullataEcologie DescriptionEn forêt, sur terre nue des chemins ombragés.En forêt, sur terre nue et humide des chemins ombragés. Cespiteux. Eté-automne. Rare.-
07/07/2018Aleuria aurantiaCommentaires-Souvent consommé cru en salade, mais tous les champignons non cuits sont à déconseiller.-
07/07/2018Aleuria aurantiaEcologie DescriptionPlutôt en milieu ouvert, rarement en bois.Dans les forêts, les éboulis, les pelouses et prairies et parfois en zones construites. Au endroits clairs. Septembre-novembre (mars-décembre). Fréquent.-
07/07/2018Alessioporus ichnusanusCommentairesZone méditerranéenne. Chair bleuissant instantanément partout. Cespiteux. Se rapproche de B. pulverulentus. Acidophile.Rappelle Cyanoboletus pulverulentus.-
07/07/2018Alessioporus ichnusanusChair Description-Chair bleuissant instantanément dans tout le basidiocarpe.-
07/07/2018Alessioporus ichnusanusEcologie Description-Dans les garrigues, sous Quercus spp. (chênes). Zone méditerranéenne. Cespiteux. Acidophile. Rare.-
07/07/2018Albotricha albotestaceaConfusions possibles-Albotricha acutipila-
07/07/2018Albotricha albotestaceaEcologie DescriptionSur feuilles pourries de plantes herbacées.Sur feuilles pourries de plantes herbacées, surtout Phragmites spp. (roseaux). Eté. Rare.-
07/07/2018Albotricha acutipilaConfusions possiblesPourrait se confondre avec Dasyscyphus albotestaceus.Albotricha albotestacea-
07/07/2018Albotricha acutipilaConfusions possiblesRemarques : Pourrait se confondre avec Dasyscyphus albotestaceus.Pourrait se confondre avec Dasyscyphus albotestaceus.-
07/07/2018Albotricha acutipilaCommentairesGrégaire. Répandue. Eté. ( in litt., d'Avril à fin Août ). Signalé en forêt. --
07/07/2018Albotricha acutipilaEcologie DescriptionSur tiges mortes et chaumes pourris de graminées, Phragmites, Calamagrostis, Phalaris, Agrostis, Arrhenatherum, Brachypodium, Deschampsia, également sur Glyceria, ainsi que sur d'autres plantes herbacées et dans les endroits marécageux.Sur tiges mortes et chaumes pourris de graminées, Agrostis spp. (agrostis), Arrhenatherum spp. (arrhenathera), Brachypodium spp. (brachypodes), Calamagrostis spp. (calamagrostis), Carex spp. (laîches), Dactylis spp. (dactyles), Deschampsia spp. (dechampsias), Glyceria spp. (glycéries), Phalaris spp. (phalaris), Phragmites spp. (roseaux), ainsi que sur d'autres plantes herbacées. Dans les lieux marécageux ou humides. Mai-juillet (avril-octobre). Grégaire. Assez rare, mais passe probablement inaperçu par sa petite taille.-
07/07/2018Albatrellus subrubescensConfusions possibles-Albatrellus ovinus, à pores non amyloïdes, est plus rare. -
07/07/2018Albatrellus subrubescensCommentairesRéunis en bouquets, plus rarement isolés, le plus souvent, régulièrement réunis et soudés en bandes. Répandu. Eté-automne. Remarques : A. ovinus est un sosie de l'espèce, à pores non amyloïdes, et bien plus rare. --
07/07/2018Albatrellus subrubescensEcologie DescriptionDans les forêts de conifères, ou mixtes, parmi les aiguilles ou sur la terre colonisée par les mousses.Dans les forêts de conifères, ou mixtes, parmi les aiguilles ou sur la terre colonisée par les mousses. Réunis en bouquets, plus rarement isolés, le plus souvent, régulièrement réunis et soudés en bandes. Juillet-Octobre (juin-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Albatrellus pilosusCommentairesIsolé ou grégaire. Annuel. Excicata perdu pour cause d'humidité et de moisissure à Mayotte . détermination SERGE AUDETExsicata perdu pour cause d'humidité et de moisissure à Mayotte. Détermination par Serge Audet.-
05/07/2018Albatrellus pilosusSpores DescriptionEtroitement ellipsoïdes, 4,5-6 x 2-2,5 µm,. Pas de cystides. Monomitique : Hyphes génératrices 2-8µm de large, à parois minces, ( souvent gonflées dans KOH ), plus minces dans la chair du chapeau , 2-4 µm de large. Etroitement ellipsoïdes, 4,5-6 x 2-2,5 µm,. Pas de cystides. Monomitique : Hyphes génératrices 2-8 µm de large, à parois minces, (souvent gonflées dans KOH), plus minces dans la chair du chapeau , 2-4 µm de large. -
05/07/2018Albatrellus pilosusEcologie DescriptionA terre , sous Nerium oleander. Décrit en Afrique ( Tanzanie ), également au Sri Lanka , et Mayotte. A terre , sous Nerium oleander (laurier-rose). Isolé ou grégaire. Annuel. Décrit en Afrique (Tanzanie), également au Sri Lanka et à Mayotte.-
05/07/2018Albatrellus ovinusChapeau/Dessus CouleurBrun, Crème, Jaune, VertCrème, Jaune, Vert-
05/07/2018Albatrellus ovinusEcologie Description-Dans la litière. Dans les forêts de conifère, plus rarement sous feuillus. Juillet-octobre (janvier-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Albatrellus confluensEcologie DescriptionSous conifères.Dans la litière ou la mousse. Dans les forêts de conifères. Surtout entre 1000 et 2000 m d'altitude. Juillet-octobre (juillet-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Agrocybe xanthocystisEcologie Description-Très rare.-
05/07/2018Agrocybe vervactiEcologie Description-Parmi l'herbe, dans les copeaux de bois ou sur débris végétaux. Pelouses, prairies, gazon artificiel, plus rarement en forêt. Mai-octobre (janvier-novembre). Assez rare.-
05/07/2018Agrocybe tabacinaChapeau Descriptionconvexe plus ou moins aplati, hygrophane, avec reste de voile blanchâtre au bord chez les jeunesConvexe plus ou moins aplati, hygrophane, avec restes de voile blanchâtre au bord chez les jeunes.-
05/07/2018Agrocybe tabacinaLames Descriptionbrun roux à canelle, libres.Brun roux à cannelle, libres.-
05/07/2018Agrocybe tabacinaChair Descriptionnulle à saveur douce.Insipide ou à saveur douce.-
05/07/2018Agrocybe tabacinaStipe Descriptionméchuleux, noircissant à partir de la base.Méchuleux, noircissant à partir de la base.-
05/07/2018Agrocybe tabacinaEcologie Description-Très rare.-
05/07/2018Agrocybe semiorbicularisCommentaires-Synonyme d'Agrocybe pediades.-
05/07/2018Agrocybe semiorbicularisEcologie DescriptionDans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les cultures, les vergers, les cimetières, les jardins et plus rarement en forêt. Mai-août (mars-novembre). Fréquent.Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les vignes, les cimetières et plus rarement les forêts. Héliophile. Mai-août (mars-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Agrocybe sphaleromorphaCommentairesSur les exemplaires de gauche de la photo de Rémy on ne voit plus l'anneau présent sur le jeune exemplaire.Sur les exemplaires de gauche de la photo de Rémy on ne voit plus l'anneau présent sur le jeune exemplaire. Synonyme d'Agrocybe praecox.-
05/07/2018Agrocybe splendidaCommentaires-Synonyme d'Agrocybe pediades.-
05/07/2018Agrocybe splendidaEcologie DescriptionDans l'herbe des pelouses, des prairies, des parcs et des jardins, parfois en forêt. Héliophile. Rare.Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les vignes, les cimetières et plus rarement les forêts. Héliophile. Mai-août (mars-novembre). Rare.-
05/07/2018Agrocybe subpediadesCommentaires-Synonyme d'Agrocybe pediades.-
05/07/2018Agrocybe subpediadesEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les vignes, les cimetières et plus rarement les forêts. Héliophile. Mai-août (mars-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Agrocybe splendidaEcologie DescriptionDans parcs et jardins sur gazon ou terre nue.Dans l'herbe des pelouses, des prairies, des parcs et des jardins, parfois en forêt. Héliophile. Rare.-
05/07/2018Agrocybe sphaleromorphaStipe DescriptionbulbilleuxBulbilleux.-
05/07/2018Agrocybe sphaleromorphaEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies, les bas marais et les forêts. Mai-novembre. Rare.-
05/07/2018Agrocybe setulosaEcologie DescriptionTourbières à molinie ou près des sphaignes.Tourbières à molinie ou près des sphaignes. Très rare.-
05/07/2018Agrocybe semiorbicularisCommentairesOdeur et saveur farineuses.--
05/07/2018Agrocybe semiorbicularisChair Description-Odeur et saveur farineuses.-
05/07/2018Agrocybe semiorbicularisEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les cultures, les vergers, les cimetières, les jardins et plus rarement en forêt. Mai-août (mars-novembre). Fréquent.-
05/07/2018Agrocybe rivulosaEcologie DescriptionPousse sur les copeaux de paillage pour jardin.Dans la sciure, la paille ou le fumier. Prairies, cultures, jardins et cimetières. Néophyte. Rare.-
05/07/2018Agrocybe putaminumEcologie DescriptionSur détritus (souvent noyaux de Rosacées), parfois dans les décharges publiques, abords rudéralisés de ferme équestre.Sur débris ligneux (souvent noyaux de Rosacées), dans les décharges publiques, les abords rudéralisés de fermes équestres, les forêts, les pelouses et prairies. Printemps-automne. Assez rare.-
05/07/2018Agrocybe pusiolaEcologie DescriptionMousses des pelouses dunaires et lieux gramineux ouverts.Dans les prairies, les pousses des pelouses dunaires et lieux gramineux ouverts. Toute l'année. Rare.-
04/07/2018Agrocybe praecoxVaréiétés/formesLa var. cutifracta a la chapeau plus nettement craquelé.Agrocybe praecox var. cutefracta a le chapeau plus nettement craquelé et semblerait n'être qu'une forme de sécheresse.-
04/07/2018Agrocybe praecoxCommentairesOdeur farineuse et saveur farineuse amarescente. --
04/07/2018Agrocybe praecoxChair Description-Odeur farineuse et saveur farineuse amarescente.-
04/07/2018Agrocybe praecoxSpores DescriptionSpores < 10 micromètres.--
04/07/2018Agrocybe praecoxEcologie DescriptionPoussant au printemps et au début de l'été, en bord de chemins ou en sous-bois, souvent dans l'herbe, parfois en touffe.Dans les forêts, les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les vergers, les jardins, les alluvions, les décharges, les cimetières et les pots de fleurs. Dans l'herbe, sur copeaux et autres débris végétaux, sur terre nue, dans la litière ou encore sur du compost. Avril-juin (toute l'année). Parfois en grande quantité. Il lui arrive d'être cespiteux. Très fréquent.-
04/07/2018Agrocybe pediadesCommentairesOdeur et saveur farineuses.--
04/07/2018Agrocybe pediadesChair Description-Odeur et saveur farineuses.-
04/07/2018Agrocybe pediadesEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les vignes, les cimetières et plus rarement les forêts. Héliophile. Mai-août (mars-novembre). Fréquent.-
04/07/2018Agrocybe firmaCommentaires-Aucune analyse phylogénétique n'a été faite sur ce champignon, elle pourrait peut-être appartenir à un genre nouveau, de fait de ses caractères singuliers.-
04/07/2018Agrocybe firmaEcologie Description-Sur bois de feuillus, rarement de conifères. Dans les forêts, rarement dans les serres. Septembre-novembre (février,mai-novembre). Assez rare.-
04/07/2018Agrocybe elatellaEcologie DescriptionTourbières et marais, greffé sur plantes herbacées.Dans les tourbières et les marrais, les roselières lacustres, les prairies humides, les forêts et leurs lisières, les forêts. Mai-août (avril-septembre). Assez rare.-
04/07/2018Agrocybe duraConfusions possibles-Agrocybe praecox, en particulier sa var. cutefracta qui a la surface du chapeau qui se craquèle avec l'âge, possède une odeur et un goût farineux et de plus grandes spores. De plus, il est souvent de couleur plus foncée.-
04/07/2018Agrocybe duraVaréiétés/formes-Agrocybe dura var. xanthophylla (Agrocybe molesta) a les lames jaunes avant la sporulation.-
04/07/2018Agrocybe duraCommentairesLa var. xanthophylla a les lames jaunes dans la jeunesse. A. dura et A. molesta seraient deux espèces distinctes.--
04/07/2018Agrocybe duraChapeau Description-Lisse, blanc à crème, jaunissant et se craquelant avec l'âge. Marge appendiculée dans sa jeunesse, mais disparaissant souvent par la suite.-
04/07/2018Agrocybe duraLames CouleurCrème, Gris, Jaune, MauveCrème, Gris, Jaune-
04/07/2018Agrocybe duraLames Description-Crème à jaunes devenant gris-brun après sporulation.-
04/07/2018Agrocybe duraChair Description-Blanche, immuable.-
04/07/2018Agrocybe duraStipe AnneauOuiOui ou Non-
04/07/2018Agrocybe duraStipe Description-Pied concolore au chapeau, possédant un anneau qui peut parfois disparaître.-
04/07/2018Agrocybe duraEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies, les gazons artificiels, les forêts, les cultures, les vignes, les cimetières et les milieux construits. Souvent dans l'herbe. Héliophile. Mai-juillet (avril-octobre). Fréquent.-
04/07/2018Agrocybe chaxinguCommentairesCommentaire de Guy Fourré : Il s'agit d'une espèce chinoise, cultivée dans les années 90 par le Dr Zhang, en Touraine. D'après lui il s'agit d'une espèce très rare même en Chine, poussant seulement sur un certain type d'arbre. Il m'en avait remis un paquet de mycelium ensemencé, ainsi que du mycelium d'Agrocybe aegerita qu'il cultivait également, et j'avais pu photographier les deux espèces fructifiant simultanément. Commentaire de Guy Fourré : Il s'agit d'une espèce chinoise, cultivée dans les années 90 par le Dr Zhang, en Touraine. D'après lui il s'agit d'une espèce très rare même en Chine, poussant seulement sur un certain type d'arbre. Il m'en avait remis un paquet de mycelium ensemencé, ainsi que du mycélium de Cyclocybe aegerita qu'il cultivait également, et j'avais pu photographier les deux espèces fructifiant simultanément. Cette espèce appartient probablement au genre Cyclocybe.-
04/07/2018Agrocybe chaxinguEcologie Description-Cultivé, jamais retrouvé à l'état sauvage en Europe. Chine.-
04/07/2018Agrocybe arvalisCommentairesSaveur amarescente. Souvent lié à un sclérote noir.Souvent lié à un sclérote noir.-
04/07/2018Agrocybe arvalisChair Description-Saveur amarescente.-
04/07/2018Agrocybe arvalisEcologie Description-Dans les pelouses et les prairies thermophiles, les forêts, les cimetières et les décharges. Mai-septembre (mai-octobre). Rare.-
04/07/2018Agrocybe acericolaStipe Descriptionlisse, devenant brunâtre à partir de la base. Anneau assez persistant.Lisse, devenant brunâtre à partir de la base. Anneau assez persistant.-
04/07/2018Agrocybe acericolaEcologie DescriptionSur troncs ou souches de feuillus en décomposition.Sur troncs ou souches de feuillus en décomposition ou à terre. Rare.-
04/07/2018Agaricus xantholepisEcologie Description-En lisière de forêt, sous les arbres isolés. Rare.-
04/07/2018Agaricus xanthodermusVaréiétés/formes-Agaricus xanthodermus var. griseus a le chapeau de couleur grise. Agaricus xanthodermus var. lepiotoides, dont le chapeau squameux est de couleur brun-gris.-
04/07/2018Agaricus xanthodermusCommentairesEn général, pour identifier cette espèce, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, puis noter l'odeur de phénol (encre). Le chapeau est assez variable, et plusieurs variétés ont été décrites.En général, pour identifier cette espèce, il faut frotter la base du bulbe pour la voir jaunir instantanément, puis noter l'odeur de phénol (encre). -
04/07/2018Agaricus xanthodermusEcologie DescriptionPrairies amendées.Dans les prairies, les forêts, les vergers, les cimetières et les décharges. Juillet-octobre (avril-décembre). Fréquent.-
04/07/2018Agaricus xanthodermulusChapeau Descriptiongerçuré radialementGerçuré radialement.-
04/07/2018Agaricus xanthodermulusChair DescriptionblancheBlanche.-
04/07/2018Agaricus xanthodermulusEcologie DescriptionSol sabloneuxDans le lieux herbeux, sur sol sablonneux. Rare.-
04/07/2018Agaricus variegansEcologie Description-Dans les forêts, parfois les prairies. Septembre-novembre (juin-novembre). Rare.-
04/07/2018Agaricus urinascensEcologie DescriptionPrairies.Dans les prairies et les forêts. Mai-octobre (mai-novembre). Assez rare.-
04/07/2018Agaricus tenuivolvatusEcologie Description-Dans les forêts, les jardins. Rare.-
04/07/2018Agaricus sylvicolaConfusions possibles-Faire très attention à la confusion possible avec les espèces blanches du groupe d'Amanita phalloides (Amanita phalloides var. alba, Amanita verna, Amanita decipiens, Amanita virosa et Amanita porrinensis) qui a les lames blanches, une volve à la base du stipe et qui sentent la rose fanée ou une odeur plus ou moins désagréable (l'anis chez Agaricus sylvicola). Toutes ces espèces sont mortelles. Il faut également faire attention aux espèces d'agarics de la section Xanthodermatei, toutes toxiques et également jaunissants. Ils ont une odeur d'iode (encre de bureau) et noircissent après le jaunissement.-
04/07/2018Agaricus sylvicolaCommentairesA ne pas confondre avec Agaricus essettei. Faire très attention à la confusion possible avec l'amanite phalloide variété blanche Amanita phalloides qui a les lames blanches, une volve à la base du stipe et qui sent la rose fanée.--
04/07/2018Agaricus sylvicolaEcologie DescriptionCommun dans les bois de feuillus, plus rare sous conifères, en général sur sol plutôt riche.Dans les forêts et plus rarement dans les pelouses et prairies. Juillet-octobre (mai-décembre). Fréquent.-
04/07/2018Agaricus sylvaticusEcologie DescriptionSurtout sous conifères, mais aussi sous feuillus.Dans les forêts, rarement dans les tourbières. Juin-novembre (mai-décembre). Fréquent.-
04/07/2018Agaricus subrufescensEcologie Description-Dans les jardins, les serres, les terrains riches. Cultivé. Mai-novembre. Rare à l'état naturel.-
04/07/2018Agaricus subperonatusEcologie Description-Dans les forêts, les pelouses, les prairies et les cimetières. Mai-novembre. Rare.-
04/07/2018Agaricus subfloccosusEcologie Description-Dans les forêts. Mai-octobre. Assez rare à rare.-
04/07/2018Agaricus squamuliferSynonymesSynonyme de Agaricus benesii Synonyme de Agaricus benesii .-
04/07/2018Agaricus squamuliferCommentairesCalcicole--
04/07/2018Agaricus squamuliferEcologie Description-Dans les prairies et les forêts. Calcicole. Mai-décembre. Assez rare.-
04/07/2018Agaricus spissicaulisEcologie Description-Dans les prairies halophiles, les dunes littorales. En ronds de sorcières. Assez rare à rare.-
04/07/2018Agaricus semotusConfusions possibles-Dans les forêts, les pelouses et prairies, les pâturages boisés, les parcs et les cimetières. Août-octobre (mai-novembre). Commun.-
04/07/2018Agaricus semotusCommentairesOdeur anisée assez forte.--
04/07/2018Agaricus semotusChair Description-Odeur anisée assez forte.-
03/07/2018Agaricus rotalisCommentairesAgaric tropical originaire du Sri Lanka découvert en Espagne en 1997 puis en Suisse en 2006 au zoo de Zurich et également en France en 2007 à Amilly (45) dans une jardinerie des Ets Leclerc. Détermination Jacques Guinberteau pour qui la synonymie avec Agaricus endoxanthus n'est pas du tout avérée. Agaric tropical originaire du Sri Lanka découvert en Espagne en 1997 puis en Suisse en 2006 au zoo de Zurich et également en France en 2007 à Amilly (45) dans une jardinerie des Ets Leclerc. Détermination Jacques Guinberteau pour qui la synonymie avec Agaricus endoxanthus n'est pas du tout avérée. -
03/07/2018Agaricus rotalisEcologie Description-Dans les serres chauffées. Toute l'année. Très rare.-
03/07/2018Agaricus purpurellusEcologie DescriptionConifères herbeux.Dans les forêts, les pelouses et prairies, les pâturages boisés, les parcs et les cimetières. Août-octobre (mai-novembre). Commun.-
03/07/2018Agaricus pseudopratensisEcologie Description-Dans les prairies et les forêts de conifères. Eté-automne. Rare.-
03/07/2018Agaricus porphyrocephalusEcologie Description-Dans les lieux herbeux. Automne. Rare.-
30/06/2018Agaricus porphyrizonEcologie DescriptionSous feuillus mêlés.Dans les forêts. Août-novembre. Assez rare.-
30/06/2018Agaricus pilatianusEcologie DescriptionDans les pelouses, les prairies ou les forêts. Automnes. Rare.Dans les pelouses, les prairies ou les forêts. Automne. Rare.-
30/06/2018Agaricus pilatianusChapeau DescriptionJaunissant au toucherEcailleux, jaunissant au toucher.-
30/06/2018Agaricus pilatianusStipe DescriptionJaunissant au toucherJaunissant au toucher.-
30/06/2018Agaricus pilatianusSpores Description5-7 x 4-5µm5-7 x 4-5µm.-
30/06/2018Agaricus pilatianusEcologie Description-Dans les pelouses, les prairies ou les forêts. Automnes. Rare.-
30/06/2018Agaricus phaeolepidotusEcologie Description-Dans les formations buissonantes, les parcs et cimetières et les prairies, surtout dans les vallées. Juin-octobre. Assez rare.-
30/06/2018Agaricus pequiniiEcologie DescriptionDans les parcs, les pelouses, les forêts et les serres. Dans les parcs, les pelouses, les forêts et les serres. Rare.-
30/06/2018Agaricus pequiniiEtymologie-Champignon dédié au pharmacien de Niort Jules Péquin, découvert par lui en 1900 dans une serre.-
30/06/2018Agaricus pequiniiCommentairesChampignon dédié au pharmacien de Niort Jules Péquin, découvert par lui en 1900 dans une serre.--
30/06/2018Agaricus pequiniiEcologie DescriptionParcs, pelousesDans les parcs, les pelouses, les forêts et les serres. -
30/06/2018Agaricus pearsoniiChair Descriptionblanche, rapidement rouge sang à la coupeBlanche, rapidement rouge sang à la coupe-
30/06/2018Agaricus pearsoniiStipe Descriptioncourt avec une volveCourt, avec une pseudovolve.-
30/06/2018Agaricus pearsoniiEcologie DescriptionEndroits riches en matières organiques.Dans les lieux riches en matières organiques. Rare.-
30/06/2018Agaricus parvitigrinusNoms français-Agaric petit tigré-
30/06/2018Agaricus parvitigrinusEcologie Description-Dans les forêts thermophiles. Rare.-
30/06/2018Agaricus padanusNoms françaisl'agaric du fleuve PôAgaric du fleuve Pô-
30/06/2018Agaricus padanusConfusions possibles-Agaricus vaporarius possède un anneau plus ample.-
30/06/2018Agaricus padanusCommentairesrécolté pendant 10 ans sous "pinus radiata" en bordure du littoral atlantique français (Bretagne) bien avant sa création (2002) en presqu'île de Quiberon et aux environs de Lorient (morbihan) cette espèce a peut- être été confondue pendant longtemps avec le binôme agricus subperonatus/vaporarius par son développement vélaire double son voile général est moins membraneux que celui de vaporarius et son voile partiel est beaucoup plus ample elle pourrait être à synonymiser avec Agaricus caballeroi L.A. Parra et alRécolté pendant 10 ans sous Pinus radiata (pin de Monterey) en bordure du littoral atlantique français (Bretagne) bien avant sa publication (2002) en presqu'île de Quiberon et aux environs de Lorient (Morbihan). -
30/06/2018Agaricus padanusChair DescriptionrufescenteRufescente.-
30/06/2018Agaricus padanusStipe Descriptionanneau double : voile général membraneux, rompu en guirlandes armilloïdes orangées et un voile partiel supère, ample et floconneuxAnneau double : voile général membraneux, rompu en guirlandes armilloïdes orangées et un voile partiel supère, ample et floconneux-
30/06/2018Agaricus padanusEcologie Descriptionsous pinus radiataSous Pinus radiata.-
30/06/2018Agaricus osecanusEcologie Description-Dans les prairies, les forêts, les parcs et cimetières. Mai-novembre. Rare.-
30/06/2018Agaricus moelleriEcologie DescriptionDans les forêts, les parcs parfois les prairies. Eté-automne. Peu commun.Dans les forêts, les parcs parfois les prairies. Juillet-octobre (mai-novembre). Peu commun.-
30/06/2018Agaricus moellerianusEcologie Description-Dans les pelouses, surtout dans les Alpes. Juillet-août. Rare.-
30/06/2018Agaricus moelleriVaréiétés/formes-Agaricus moelleri var. terricolor est plus sombre, surtout dans le fond.-
30/06/2018Agaricus moelleriCommentairesLa var. terricolor est plus sombre surtout dans le fond.--
30/06/2018Agaricus moelleriEcologie Description-Dans les forêts, les parcs parfois les prairies. Eté-automne. Peu commun.-
20/06/2018Agaricus menieriCommentairesOdeur nette d'iodoforme. Dunes.--
20/06/2018Agaricus menieriChair Description-Odeur nette d'iodoforme.-
20/06/2018Agaricus menieriEcologie Description-Dans les dunes littorales. Peu fréquent.-
20/06/2018Agaricus mediofuscusEcologie Description-Dans les forêts, les lieux herbeux. Eté-automne. Rare.-
20/06/2018Agaricus maleolensEcologie Description-Dans les forêts. Mai-octobre. Assez rare.-
20/06/2018Agaricus macrolepisEcologie Description-Voir sous Agaricus arvensis.-
20/06/2018Agaricus macrocarpusCommentairesSous forêt claire.--
20/06/2018Agaricus macrocarpusEcologie Description-Dans les prairies ou les forêts de conifères. Juillet-octobre (avril-novembre). Rare.-
20/06/2018Agaricus luteomaculatusEcologie Description-Dans les forêts de plaine. Eté-automne. Rare.-
20/06/2018Agaricus littoralisCommentairesOdeur agréable fugace parfois anisée au frottement de la surface piléique ou de la base du stipe. Peut pousser de la montagne au littoral y compris dans les dunes côtières.--
20/06/2018Agaricus littoralisChair Description-Odeur agréable fugace parfois anisée au frottement de la surface piléique ou de la base du stipe.-
20/06/2018Agaricus littoralisEcologie Description-Peut pousser de la montagne au littoral y compris dans les dunes côtières. Eté-automne. Assez rare à très rare.-
19/06/2018Agaricus lanipesEcologie Description-Dans les forêts en dessous de 1000m d'altitude. Mai-octobre. Rare.-
19/06/2018Agaricus langeiEcologie DescriptionSous conifères.Dans les forêts. Juin-octobre (mai-novembre). Fréquent.-
19/06/2018Agaricus kuehnerianusCommentairesProche de Agaricus urinascens Proche de Agaricus urinascens.-
19/06/2018Agaricus kuehnerianusEcologie Description-Dans les prairies. Eté-automne. Rare.-
19/06/2018Agaricus impudicusEcologie Description-Dans les forêts, parfois les prairies. Septembre-novembre (juin-septembre). Rare.-
19/06/2018Agaricus heimiiCommentairesOdeur aromatique.--
19/06/2018Agaricus heimiiEcologie DescriptionSurtout sous épiceas.Dans les forêts, surtout sous Picea spp. et Abies spp. Mai-juillet. Rare.-
19/06/2018Agaricus haemorrhoidariusCommentairesSynonyme de Agaricus sylvaticus selon certains auteurs Synonyme de Agaricus sylvaticus selon certains auteurs.-
19/06/2018Agaricus haemorrhoidariusEcologie Description-Dans les forêts, parfois dans les prairies. De juin-octobre (mai-novembre). Fréquent.-
19/06/2018Agaricus gennadiiCommentairesOdeur forte.--
19/06/2018Agaricus gennadiiChair Description-Blanche, presque immuable. Odeur désagréable forte.-
19/06/2018Agaricus gennadiiEcologie Description-Sous Cupressus spp. (cyprès) et Eucalyptus spp. (eucalyptus) sur sol sablonneux. Automne-hiver. Peu fréquent à très rare.-
19/06/2018Agaricus fuscofibrillosusEcologie Description-Eté-automne.-
19/06/2018Agaricus freireiSynonymes Agaricus freirei Blanco-Dios (2001) , Documents mycologiques, 31(121), p. 27 (Basionyme) Agaricus freirei Blanco-Dios (2001) , Documents mycologiques, 31(121), p. 27 (Basionyme) (nom actuel)-
19/06/2018Agaricus freireiChapeau DescriptionChapeau conico-ogival tronconique devenant plan convexe (section des Xanthodermateae) brun acajouChapeau conico-ogival tronconique devenant plan convexe brun acajou.-
19/06/2018Agaricus freireiChair Description-Blanche, légèrement jaunissant.-
19/06/2018Agaricus freireiEcologie Description-Dans les dunes littorales boisées. Eté-automne. Fréquent dans son habitat de prédilection.-
19/06/2018Agaricus flocculosipesCommentairesNouvelle espèce découverte en 2010 en Thaïlande puis trouvée en 2011 à Mayotte. Détermination Jacques Guinberteau Nouvelle espèce découverte en 2010 en Thaïlande puis trouvée en 2011 à Mayotte. Détermination Jacques Guinberteau.-
19/06/2018Agaricus flocculosipesEcologie Description-Dans les bambouseraies. Thaïlande, Mayotte.-
19/06/2018Agaricus fissuratusCommentairesOdeur fongique ou d'amandes amères.--
19/06/2018Agaricus fissuratusOdeurAmande amèreAmande amère, Noisette-
19/06/2018Agaricus fissuratusEcologie Description-Dans les forêts thermophiles, les dunes, les vignes. Eté-automne. Rare.-
19/06/2018Agaricus excellensEcologie Description-Dans les forêts de feuillus ou de conifères, dans les prairies. Août-novembre. Rare.-
19/06/2018Agaricus essetteiConfusions possiblesAgaricus sylvicola, à des spores plus grandes et ne possède pas de bulbe à la base du pied.Agaricus abruptibulbus est une espèce exotique lui ressemblant fortement. Amérique du Nord orientale, Asie. Agaricus sylvicola, à des spores plus grandes et ne possède pas de bulbe à la base du pied.-
19/06/2018Agaricus essetteiCommentairesStipe le plus souvent nettement marginé, odeur d'amande amère.--
19/06/2018Agaricus essetteiEcologie DescriptionSurtout sous conifères, plus rare sous feuillus.Dans les forêts de feuillus, plus rarement de conifères, parfois dans les prairies. Juillet-octobre (juin-novembre). Fréquent.-
19/06/2018Agaricus abruptibulbusEcologie DescriptionDans la litière des bois de feuillus, les bois mêlés, les prairies, les bambouseraies... Eté-automne. Fréquent. Europe, Amérique du Nord orientale, Japon.Dans la litière des bois de feuillus, les bois mêlés, les prairies, les bambouseraies... Eté-automne. Fréquent. Amérique du Nord orientale, Japon.-
19/06/2018Agaricus devoniensisEcologie DescriptionDunes et pelouses littorales.Dans les dunes et pelouses littorales. Eté-automne. Rare.-
19/06/2018Agaricus depauperatusEcologie Description-Dans les forêts de feuillus comme de conifères. Automne. Rare.-
19/06/2018Agaricus cupressicolaEtymologie-Cupressus : cyprès-
19/06/2018Agaricus cupressicolaEcologie Description-Sous les cyprès. Eté-automne. Rare.-
19/06/2018Agaricus cupreobrunneusEcologie Description-Dans les forêts. Eté. Rare.-
19/06/2018Agaricus comtulusCommentairesOdeur anisée.--
19/06/2018Agaricus comtulusEcologie Description-Dans les prairies, les lieux herbeux, parfois en forêt. Août-octobre (juillet-octobre). Peu fréquent.-
18/06/2018Agaricus cappellianusEcologie Description-Dans les forêts, les cimetières. Mai-octobre (mai-novembre). Rare.-
18/06/2018Agaricus campestrisConfusions possiblesAttention à l'amanite phalloïde ! Malgré des différences importantes, ce champignon a été plusieurs fois confondu avec des amanites phalloïdes (Amanita phalloides) ce qui a conduit à des décès (cas récent en France en Maine-et-Loire en 2017). L'amanite phalloïde a une volve à la base du pied, des lames blanches (jamais roses ou marron), elle pousse dans les bois et non dans les prés ou jardins (attention tout de même en lisière de bois) et elle est très rarement blanche comme le rosé-des-prés, le plus souvent verte ou jaune (seule la var. alba est blanche). Attention à l'amanite phalloïde ! Malgré des différences importantes, ce champignon a été plusieurs fois confondu avec des amanites phalloïdes (Amanita phalloides) ce qui a conduit à des décès (cas récent en France en Maine-et-Loire en 2017). L'amanite phalloïde a une volve à la base du pied, des lames blanches (jamais roses ou marron), elle pousse dans les bois et non dans les prés ou jardins (attention tout de même en lisière de bois) et elle est très rarement blanche comme le rosé-des-prés, le plus souvent verte ou jaune (seule la var. alba est blanche). Mise en forme.
18/06/2018Agaricus campestrisConfusions possiblesMalgré des différences importantes, ce champignon a été plusieurs fois confondu avec des amanites phalloides (Amanita phalloides) ce qui a conduit à des décès (cas récent en France en Maine-et-Loire en 2017). L'amanite phalloide a une volve à la base du pied, des lames blanches (jamais roses ou marron), elle pousse dans les bois et non dans les prés ou jardins (attention tout de même en lisière de bois) et elle est très rarement blanche comme le rosé-des-prés, le plus souvent verte ou jaune (seule la var. alba est blanche). Attention à l'amanite phalloïde ! Malgré des différences importantes, ce champignon a été plusieurs fois confondu avec des amanites phalloïdes (Amanita phalloides) ce qui a conduit à des décès (cas récent en France en Maine-et-Loire en 2017). L'amanite phalloïde a une volve à la base du pied, des lames blanches (jamais roses ou marron), elle pousse dans les bois et non dans les prés ou jardins (attention tout de même en lisière de bois) et elle est très rarement blanche comme le rosé-des-prés, le plus souvent verte ou jaune (seule la var. alba est blanche). -
18/06/2018Agaricus campestrisVaréiétés/formesLa var. equestris a un chapeau très lisse qui jaunit très fortement au toucher. La var. squamulosus a le chapeau couvert de mèches gris-brun.Agaricus campestris var. equestris a un chapeau très lisse qui jaunit très fortement au toucher. Agaricus campestris var. squamulosus a le chapeau couvert de mèches gris-brun.-
18/06/2018Agaricus campestrisCommentairesOdeur et saveur fongique, pied aminci vers la base, anneau mal formé et fragile qui disparaît souvent avec l'âge.--
18/06/2018Agaricus campestrisEcologie DescriptionDans l'herbe des pelouses, des prairies et des pâtures.Dans l'herbe des pelouses, des prairies et des pâtures. Juillet-octobre (mars-novembre). Fréquent.-
18/06/2018Agaricus bresadolanusLames Descriptionassez serrées, très inégales, assez larges mais peu ventrues; d'abord d'un joli rose-chair vif, puis brun pourpré rosâtre pâle, enfin brun sombre, à arête pâle.Assez serrées, très inégales, assez larges mais peu ventrues; d'abord d'un joli rose-chair vif, puis brun pourpré rosâtre pâle, enfin brun sombre, à arête pâle.-
18/06/2018Agaricus bresadolanusChair Descriptionblanche, se teintant de brun rosâtre sale au sommet du chapeau; et de rose orangé pâle à la base du pied. Odeur faible fongique ou quasi nulle. Réaction de Schaeffer négative.Blanche, se teintant de brun rosâtre sale au sommet du chapeau; et de rose orangé pâle à la base du pied. Odeur faible fongique ou quasi nulle. Réaction de Schäffer négative.-
18/06/2018Agaricus bresadolanusStipe Descriptionrobuste, 6-10(12) x 0,5-1,5(2) cm, cylindrique, souvent épaissi en massue à bulbeux à la base, à long cordonnet mycélien radiciforme blanc; plein puis fistuleux, blanc et lisse au début, se colore de brun-bistre clair vers la base. Parfois rosâtre au-dessus de l'anneau, et squamulo-fibrilleux au-dessous. Anneau membraneux peu ample, 4-5 mm, juponnant, mince, blanc et soyeux, fragile et fugace, strié sur la face supérieure.Robuste, 6-10(12) x 0,5-1,5(2) cm, cylindrique, souvent épaissi en massue à bulbeux à la base, à long cordonnet mycélien radiciforme blanc; plein puis fistuleux, blanc et lisse au début, se colore de brun-bistre clair vers la base. Parfois rosâtre au-dessus de l'anneau, et squamulo-fibrilleux au-dessous. Anneau membraneux peu ample, 4-5 mm, juponnant, mince, blanc et soyeux, fragile et fugace, strié sur la face supérieure.-
18/06/2018Agaricus bresadolanusSpores Descriptionovales ellipsoïdes, 7-8 x 4-5 µm. Basides tétrasporiques 25-30 x 7,5-8,5 µm. Cellules marginales claviformes ou cylindriques, flexueuses, plus ou moins cloisonnées, 40-50 x 8-15 µm.Ovales ellipsoïdes, 7-8 x 4-5 µm. Basides tétrasporiques 25-30 x 7,5-8,5 µm. Cellules marginales claviformes ou cylindriques, flexueuses, plus ou moins cloisonnées, 40-50 x 8-15 µm.-
18/06/2018Agaricus bresadolanusEcologie DescriptionAssez commun de septembre à novembre, souvent en ville, dans l'herbe des promenades, les pelouses des parcs, mais aussi les bois de feuillus (robiniers), voire de conifères.Souvent en ville, dans l'herbe des promenades, les pelouses des parcs, les vignes, les prairies, mais aussi les bois de feuillus, voire de conifères, notamment sous Robinia pseudoacacia (robinier faux-acacia), Cedrus spp. (cèdres), Vitis spp. (vignes) et Fagus spp. (hêtres). Août-octobre (avril-novembre). Assez commun à rare.-
18/06/2018Agaricus boisseletiiEcologie DescriptionSous Cupressus spp. (cyprès), sur sol sablonneux. Rare à très rare.Sous Cupressus spp. (cyprès), dans la litière ou sur sol sablonneux. Rare à très rare.-
18/06/2018Agaricus boisseletiiChapeau DescriptionChapeau ocre jaune à brun noirâtre violacé excorié en squames concentriquesChapeau ocre jaune à brun noirâtre violacé excorié en squames concentriques.-
18/06/2018Agaricus boisseletiiLames DescriptionLames beige rosé à noirâtresLames beige rosé à noirâtres.-
18/06/2018Agaricus boisseletiiChair DescriptionChair rouge vineux à la coupe à odeur de chicorée torréfiéeChair rouge vineux à la coupe à odeur de chicorée torréfiée.-
18/06/2018Agaricus boisseletiiEcologie Description-Sous Cupressus spp. (cyprès), sur sol sablonneux. Rare à très rare.-
18/06/2018Agaricus bohusiiConfusions possibles-Agaricus coniferarum pousse de préférence sous Cedrus spp. (cèdres), n'est pas cespiteux et sa chair devient carotte en s'oxydant.-
18/06/2018Agaricus bohusiiCommentairesSouvent en touffes.--
18/06/2018Agaricus bohusiiEcologie Description-Cespiteux. Dans les parcs, les jardins et les haies. Rare à très rare.-
18/06/2018Agaricus bitorquisEcologie DescriptionTerrains vagues, cailloux, souvent dans les villes au pied des arbres d'où le mycélium rayonne sous l'asphalte des trottoirs ce qui lui vaut son nom d'agaric des trottoirs.Terrains vagues, cailloux, les lieux anthropisés, souvent dans les villes au pied des arbres d'où le mycélium rayonne sous l'asphalte des trottoirs ce qui lui vaut son nom d'agaric des trottoirs. Mai-octobre (avril-décembre). Fréquent.-
18/06/2018Agaricus bisporusEcologie DescriptionDans les dunes, cultivé. Pratiquement toute l'année. Rare à l'état sauvage.Dans les dunes, dans les forêts, les prés, cultivé. Pratiquement toute l'année. Rare à l'état sauvage.-
18/06/2018Agaricus bisporusCommentairesC'est la forme sauvage du champignon de Paris.Il s'agit de la forme sauvage du champignon de Paris.-
18/06/2018Agaricus bisporusChapeau Couleur-Blanc, Brun-
18/06/2018Agaricus bisporusLames Couleur-Gris, Saumon-
18/06/2018Agaricus bisporusChair Description-Blanche, rosissant faiblement.-
18/06/2018Agaricus bisporusStipe Couleur-Blanc, Brun, Crème-
18/06/2018Agaricus bisporusStipe Anneau-Oui-
18/06/2018Agaricus bisporusEcologie Description-Dans les dunes, cultivé. Pratiquement toute l'année. Rare à l'état sauvage.-
18/06/2018Agaricus bernardiiCommentairesIsolée à grégaires. Rare. Très rare. Printemps-automne. Remarques : Cet agaric supporte et sans doute recherche la salinité des vases marines. Le chapeau crevassé, la chair roussissante et l'odeur forte de poisson caractérisent cette psalliote.Cet agaric supporte et sans doute recherche la salinité des vases marines. Le chapeau crevassé, la chair roussissante et l'odeur forte de poisson caractérisent cette psalliote.-
18/06/2018Agaricus bernardiiEcologie DescriptionPrés salés et pelouses un peu halophiles, bords des étangs littoraux.Prés salés et pelouses un peu halophiles, bords des étangs littoraux, bords de routes salées. Isolée à grégaires. Printemps-automne. Rare à très rare.-
18/06/2018Agaricus benesiiEcologie DescriptionPelouses et prairies, forêts, lisières et taillis de feuillus. Calcicole. Mai-Décembre. Rare.Pelouses et prairies, forêts, lisières et taillis de feuillus. Calcicole. Mai-décembre. Rare.Inconsistance typographique corrigée.
18/06/2018Agaricus benesiiChair DescriptionChair rougissante fortementChair rougissant fortement.-
18/06/2018Agaricus benesiiEcologie DescriptionForêts, lisières et taillis de feuillus. Calcicole.Pelouses et prairies, forêts, lisières et taillis de feuillus. Calcicole. Mai-Décembre. Rare.-
18/06/2018Agaricus bellanniaeEcologie DescriptionSous feuillus. Rare.Sous feuillus. Rare. Europe, Amérique du Nord.-
18/06/2018Agaricus bellanniaeEcologie Description-Sous feuillus. Rare.-
18/06/2018Agaricus augustusVaréiétés/formesAgaricus augustus var. perrarus : possède des squames plus fines, plus claires et le dessous de l'anneau est jaunâtre.Agaricus augustus var. perrarus, possède des squames plus fines, plus claires et le dessous de l'anneau est jaunâtre.-
18/06/2018Agaricus augustusCommentairesStature imposante, mèches fauves ou rousses et odeur d'amande amère. Longtemps considéré comme comestible, il est maintenant référencé comme toxique à cause de la présence probable de substances cancérigènes dans sa chair.Longtemps considéré comme comestible, il est maintenant référencé comme toxique en France à cause de la présence probable de substances cancérigènes dans sa chair.-
18/06/2018Agaricus augustusEcologie DescriptionDans les bois de feuillus et à leurs orées, parfois sous conifères.Dans les bois de feuillus ou de conifères, dans les parcs, les cimetières. Eté-automne. Fréquent.-
18/06/2018Agaricus arvensisVaréiétés/formes-Agaricus arvensis var. macrolepis, possède de grandes écailles de couleur beige-jaune.-
18/06/2018Agaricus arvensisCommentairesTaille moyenne, allure assez élancée, pied lisse (sauf sous l'anneau) et odeur anisée.--
18/06/2018Agaricus arvensisEcologie DescriptionPrairies, jardins, parcs et au bord des chemins boisés.Prairies, jardins, parcs et forêts. Printemps-automne. Fréquent.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumConfusions possibles-Agaricus porphyrizon, beaucoup moins trapu et écailleux avec des couleurs lilacines moins éclatantes. Agaricus austrovinaceus, qui pousse dans les forêts de pins en Australie, lui ressemble de manière significative.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumCommentairesDéjà récolté 2 fois avant sa création (2013) en région parisienne (1990) et en bretagne (2008) à chaque fois sous sapins ; cette espèce ressemble à Agaricus porphyrizon en beaucoup plus trapu et écailleux avec des couleurs lilacines éclatantesDéjà récolté 2 fois avant sa publication (2013) en région parisienne (1990) et en Bretagne (2008) à chaque fois sous sapins.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumChapeau CouleurMauveBlanc, Mauve-
18/06/2018Agaricus arrillagarumChapeau Description-Méchules pourpres sur fond blanc, plus clair à la marge.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumLames Description-Libres, crème puis rose et enfin brunâtres.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumChair Descriptionblanche jaunissanteBlanche, jaunissante.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumStipe Description-Blanc, légèrement bulbex, rosé au sommet.-
18/06/2018Agaricus arrillagarumEcologie Descriptionsous sapinsSous conifères, tels que Abies spp. (sapins) et Pinus spp. (pins).-
18/06/2018Agaricus aridicolaCommentaires-Champignon sécotioïde.-
18/06/2018Agaricus aridicolaChapeau Couleur-Blanc, Crème, Gris-
18/06/2018Agaricus aridicolaLames Couleur-Gris, Noir-
18/06/2018Agaricus aridicolaStipe Couleur-Blanc, Brun, Crème, Gris-
18/06/2018Agaricus aridicolaStipe Anneau-Oui-
18/06/2018Agaricus aridicolaStipe Description-L'anneau peu parfois donné l'impression que le champignon possède une volve ou une armille.-
18/06/2018Agaricus aridicolaEcologie Description-Dans le sable des dunes. Rare.-
18/06/2018Agaricus annaeChapeau Couleur-Blanc, Brun, Crème, Jaune-
18/06/2018Agaricus annaeLames Couleur-Brun, Saumon-
18/06/2018Agaricus annaeStipe Couleur-Blanc, Crème-
18/06/2018Agaricus annaeStipe Anneau-Oui-
18/06/2018Agaricus annaeEcologie Description-Dans l'herbe des prés. Rare. A protéger.-
18/06/2018Agaricus altipesEcologie Description-Dans les forêts, de feuillus comme de conifères, en-dessous de 1600m d'altitude. Mai-septembre. Rare.-
18/06/2018Agaricus abruptibulbusComestibilité-Comestible-
18/06/2018Agaricus abruptibulbusEcologie DescriptionÉté à automne dans la litière des bois de feuillus, les bois mêlés, bambousseraies... Amérique du Nord orientale, Japon.Dans la litière des bois de feuillus, les bois mêlés, les prairies, les bambouseraies... Eté-automne. Fréquent. Europe, Amérique du Nord orientale, Japon.-
18/06/2018Aeruginoscyphus sericeusCommentairesGrégaires. Rare. Période propice, fin d'hiver juqu'au début été. Remarques : Le bois se colore en vert sombre. --
18/06/2018Aeruginoscyphus sericeusEcologie DescriptionSur éclat de bois décortiqué, dans les cavités de troncs de feuillus, sur écorces. Grégaires. Sur éclat de bois décortiqué, dans les cavités de troncs de feuillus, sur écorces. Principalement sur Quercus spp. (chênes) et Fagus spp. (hêtres). Colore le bois de vert foncé. Toute l'année excepté de mars à juin. Rare.-
18/06/2018Aegerita candidaEcologie DescriptionSur le bois humide de feuillus près des cours d'eau. Toute l'année, mais son pic de croissance se trouve en octobre. Fréquent. Sur le bois humide de feuillus près des cours d'eau. Toute l'année, mais son pic de fructification se trouve en octobre. Fréquent. -
18/06/2018Aegerita candidaEcologie DescriptionTrès courant sur le bois humide près des cours d'eau.Sur le bois humide de feuillus près des cours d'eau. Toute l'année, mais son pic de croissance se trouve en octobre. Fréquent. -
18/06/2018Aecidium strobilinumSynonymesLicea strobilina--
18/06/2018Aecidium strobilinumMacroscopie Couleur-Brun, Orange-
18/06/2018Aecidium strobilinumMacroscopie DescriptionA l'aspect d'un myxomycète du genre Perichaena sans capillitium, mais est en fait une rouille.A l'aspect d'un myxomycète du genre Perichaena sans capillitium, mais est en fait une rouille.-
18/06/2018Aecidium strobilinumEcologie DescriptionPeut-être très abondant en montagne sur cônes de résineux, surtout Abies, encore sur l'arbre ou récemment tombés (tempête).Sur cônes de conifères, surtout Picea spp. (épicéas), encore sur l'arbre ou récemment tombés (tempête). Eté-automne. Parfois courant dans les régions montagnardes.-
18/06/2018Adelphella babingtoniiSynonymes Peziza babingtonii Berkeley & Broome (1851) , The annals and magazine of natural history, series 2, 7, p. 179 (Basionyme) Psilopezia babingtonii (Berkeley & Broome) Berkeley (1860) , Outlines of british fungology, p. 373 Peziza depressa W. Phillips (1879) , in Cooke, Mycographia, seu icones fungorum. Figures of fungi from all parts of the world, 6, p. 233, tab. 110, fig. 392 (nom. illegit.) Humaria depressa Saccardo (1889) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 8, p. 145 Mollisia depressa (Saccardo) Massee (1895) , British fungus flora, 4, p. 205 Rhizina babingtonii (Berkeley & Broome) Massee (1895) , British fungus flora, 4, p. 455 Pachyella depressa (Saccardo) Boudier (1907) , Histoire et classification des discomycètes d'Europe, p. 51 Pachyella babingtonii (Berkeley & Broome) Boudier (1907) , Histoire et classification des discomycètes d'Europe, p. 51 Adelphella babingtonii (Berkeley & Broome) Pfister, Matočec & I. Kušan (2009) [2008], Mycologia Montenegrina, 11, p. 14 (nom actuel) Peziza babingtonii Berkeley & Broome (1851) , The annals and magazine of natural history, series 2, 7, p. 179 (Basionyme) Psilopezia babingtonii (Berkeley & Broome) Berkeley (1860) , Outlines of british fungology, p. 373 Peziza depressa W. Phillips (1879) , in Cooke, Mycographia, seu icones fungorum. Figures of fungi from all parts of the world, 6, p. 233, tab. 110, fig. 392 (nom. illegit.) Humaria depressa Saccardo (1889) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 8, p. 145 Mollisia depressa (Saccardo) Massee (1895) , British fungus flora, 4, p. 205 Rhizina babingtonii (Berkeley & Broome) Massee (1895) , British fungus flora, 4, p. 455 Pachyella depressa (Saccardo) Boudier (1907) , Histoire et classification des discomycètes d'Europe, p. 51 Pachyella babingtonii (Berkeley & Broome) Boudier (1907) , Histoire et classification des discomycètes d'Europe, p. 51 (nom actuel) Adelphella babingtonii (Berkeley & Broome) Pfister, Matočec & I. Kušan (2009) [2008], Mycologia Montenegrina, 11, p. 14 -
18/06/2018Adelphella babingtoniiCommentairesSur bois mort bien ramolli trempant dans l'eau des ruisseaux. --
18/06/2018Adelphella babingtoniiApothécie Description-Coussins gélatineux bruns sur sous-couche plus claire, comme une gelée de fruits.-
18/06/2018Adelphella babingtoniiEcologie DescriptionCousins gélatineux bruns sur sous-couche plus claire, comme une gelée de fruits.Sur bois mort, cônes, feuilles ou autres débris végétaux humides trempant dans l'eau des ruisseaux. Printemps-automne. Peu fréquent, mais fidèle à sa station. -
18/06/2018Actinothyrium graminisLames DescriptionPas de lamesPas de lames.-
18/06/2018Actinothyrium graminisStipe DescriptionPas de stipePas de stipe.-
18/06/2018Actinothyrium graminisSpores Descriptionsouvent courbes hyalines, 35-68 x 1 µmSouvent courbées hyalines, 35-68 x 1 µm-
18/06/2018Actinothyrium graminisEcologie DescriptionSur tiges et feuilles mortes de MoliniaSur tiges et feuilles mortes de Molinia spp. (molinies). Rare, à rechercher.-
18/06/2018Acrospermum pallidulumFructification Descriptionclaviforme, lancéolée, en forme de langue plus ou moins compressée, à sommet atténué. Avec un ostiole en position apicale. Haute de moins de 1 mm.Claviforme, lancéolée, en forme de langue plus ou moins compressée, à sommet atténué. Avec un ostiole en position apicale. Haute de moins de 1 mm.-
18/06/2018Acrospermum pallidulumEcologie Descriptionau printemps et été, à la base des tiges pourries de GaliumSur les tiges pourries de Galium spp. et Atropa bella-donna (belladone). Au printemps et été. Rare, à rechercher.-
18/06/2018Acrospermum compressumConfusions possiblesAcrospermum pallidum, qui pousse sur Galium spp. (gaillets). Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria, mais qui sont des basidiomycètes.Acrospermum pallidulum, qui pousse sur Galium spp. (gaillets). Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria, mais qui sont des basidiomycètes.Erreur de nom
18/06/2018Acrospermum compressumConfusions possiblesAcrospermum pallidum, qui pousse sur Galium spp. (gaillets). Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria, mais qui sont eux, des basidiomycètes.Acrospermum pallidum, qui pousse sur Galium spp. (gaillets). Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria, mais qui sont des basidiomycètes.Mise en forme + tournure de phrase
18/06/2018Acrospermum compressumEcologie DescriptionSurtout près de la base des tiges mortes, dans les stations humides. Commun sur Urtica spp. (orties), Cirsium spp. (cirses), Adenostyles spp. (adénostyles), Populus spp. (peupliers) et diverses Apiaceae (apiacées, ombellifères). Toute l'année, mais généralement au printemps. Commun, mais peu observé à cause de sa petite taille.Surtout près de la base des tiges mortes, dans les stations humides. Commun sur Urtica spp. (orties), Cirsium spp. (cirses), Adenostyles spp. (adénostyles), Populus spp. (peupliers) et diverses Apiaceae (apiacées, ombellifères). Toute l'année, mais généralement au printemps. Commun, mais peu observé à cause de sa petite taille.Mise en forme + tournure de phrase
18/06/2018Acrospermum compressumConfusions possibles-Acrospermum pallidum, qui pousse sur Galium spp. (gaillets). Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria, mais qui sont eux, des basidiomycètes.-
18/06/2018Acrospermum compressumCommentairesEn été. Peu fréquent. Cette espèce a quelques ressemblances avec les petites espèces des genres Typhula et Pistillaria.--
18/06/2018Acrospermum compressumEcologie DescriptionSurtout près de la base des tiges mortes, dans les stations humides. Commun sur Urtica, Cirsium, Adenostyles et d'Umbelliferae.Surtout près de la base des tiges mortes, dans les stations humides. Commun sur Urtica spp. (orties), Cirsium spp. (cirses), Adenostyles spp. (adénostyles), Populus spp. (peupliers) et diverses Apiaceae (apiacées, ombellifères). Toute l'année, mais généralement au printemps. Commun, mais peu observé à cause de sa petite taille.-
18/06/2018Achroomyces effususSynonymes3445520 Basidiomycota - Pucciniomycetes - Platygloeales - Platygloeaceae Platygloea effusa J. Schröter (1887) [1889], in Cohn, Kryptogamen-flora von Schlesien, 3(1), p. 384 (Basionyme) Achroomyces effusus (J. Schröter) Migula (1912) , Kryptogamen-flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Band III. Pilze, 2(1), p. 3 ( ‘effusa ‘) (nom actuel) Platygloea effusa J. Schröter (1887) [1889], in Cohn, Kryptogamen-flora von Schlesien, 3(1), p. 384 (Basionyme) Achroomyces effusus (J. Schröter) Migula (1912) , Kryptogamen-flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz, Band III. Pilze, 2(1), p. 3 (‘effusa‘) (nom actuel) -
18/06/2018Achroomyces effususEcologie DescriptionSur feuillus, le plus souvent Alnus.Sur feuillus ou sur conifères, le plus souvent Alnus spp. (aulnes), mais également sur Fagus spp. (hêtres) et Picea spp. (épicéas). De mais à décembre. Rare.-
18/06/2018Acanthophiobolus helicosporusEcologie DescriptionNécrotrophe sur feuilles de CarexNécrotrophe sur feuilles de Carex spp. (laîches). Eté. Rare, à rechercher.-
18/06/2018Acanthonitschkea tristisCommentairesPeu commun. Période de Mars à Mai.--
18/06/2018Acanthonitschkea tristisEcologie DescriptionSur bois d'Acer pseudoplatanusSur bois de feuillus, par exemple Acer spp. (érables), Populus spp. (peupliers), Fraxinus spp. (frênes), Salix spp. (saules), etc. Hiver-printemps. Peu commun.-
18/06/2018Abrothallus parmeliarumConfusions possibles-Abrothallus usneae, qui pousse sur Usnea ceratina. Abrothallus prodiens, qui pousse sur Parmelia physodes.-
18/06/2018Abrothallus parmeliarumCommentairesCette espèce présente quelques variétés dont 2 ont été trouvées en France : var prodiens sur P. physodes var usneae sur P. Usnea ceratina Petites espèces parasites des lichens. Commun --
18/06/2018Abrothallus parmeliarumEcologie DescriptionSur Parmelia laetevirens - P. saxatilis - P. conspersa - P. olivacea etc..Sur les lichens Parmelia laetevirens, Parmelia saxatilis, Parmelia conspersa, Parmelia olivacea, etc. Toute l'année. Commun, mais à rechercher.-
18/06/2018Abortiporus biennisEcologie DescriptionSur bois et souches enfouies, de juillet à octobre.Sur bois et souches enfouies, de feuillus comme de conifères, toute l'année, mais fructifiant en général d'août à octobre (voir novembre).-
18/06/2018Agaricus lutosusEcologie Description-Dans les pelouses artificielles ou naturelles, les forêts. Eté-automne. Rare.-
18/06/2018Inocybe erinaceomorphaCommentairesOdeur de baume du Pérou.--
18/06/2018Inocybe erinaceomorphaEcologie Description-Sous feuillus, principalement dans les hêtraies. Automne. Rare.-
18/06/2018Mycena abramsiiCommentairesSur bois mort de feuillus.--
18/06/2018Mycena abramsiiLames TypeDécurrentesAdnées-
18/06/2018Mycena abramsiiEcologie Description-Sur bois mort de feuillus et parfois de conifères, de préférence sur Fagus spp. (hêtre). Printemps-automne, avec un pic en mai.-
18/06/2018Phaeolus schweinitziiCommentairesRépandu. Annuel. De l'été à l'arrière saison. Remarques : Pourriture brune ou rouge sèche. Pourriture brune ou rouge sèche. Parfois en relation avec les espèces du genre Buchwaldoboletus.-
18/06/2018Phaeolus schweinitziiEcologie DescriptionSur conifères, surtout Pinus, Picea, Larix, à la base des troncs et greffé aux racines, sur souches, également mais rarement sur feuillus ( Bourd & Galz.,assez fréquent sur Prunus).Sur conifères, surtout Pinus spp. (pins), Picea spp. (épicéas), Larix spp. (mélèzes), à la base des troncs et greffé aux racines, sur souches, également mais rarement sur feuillus (Bourd & Galz., assez fréquent sur Prunus). Répandu. Annuel. De l'été à l'automne.-
18/06/2018Psathyrella suavissimaPhoto-Psathyrella_suavissima_2018_ns_3.jpgAjout photo type Macro pour Psathyrella suavissima, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaPhoto-Hohenbuehelia_abietina_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Hohenbuehelia abietina, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaNoms français-Pleurote du sapin-
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaCommentairesépicutis très mince.Epicutis très mince.-
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaChapeau Descriptioncouvert par un fin velours blanc, surtout vers le pied. Bord enroulé à l'état jeune Couvert par un fin velours blanc, surtout vers le pied. Bord enroulé à l'état jeune -
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaChair DescriptionblancheBlanche.-
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaLames DescriptiondécurrentesDécurrentes.-
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaStipe DescriptionlatéralLatéral.-
18/06/2018Hohenbuehelia abietinaEcologie DescriptionGénéralement sur conifères.Généralement sur conifères, avec une préférence pour le sapin.-
18/06/2018Mycena luteovariegataPhoto-Mycena_luteovariegata_2018_ns_3.jpgAjout photo type Macro pour Mycena luteovariegata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Mycena luteovariegataPhoto-Mycena_luteovariegata_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Mycena luteovariegata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Mycena luteovariegataPhoto-Mycena_luteovariegata_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Mycena luteovariegata, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Psathyrella suavissimaNoms français-Psathyrelle à bonne odeur-
18/06/2018Psathyrella suavissimaConfusions possibles-Psathyrella pervelata lui ressemble beaucoup à ce champignon, mais ne possède pas son odeur caractéristique d'acétate d'amyle (sucre brûlé).-
18/06/2018Psathyrella suavissimaCommentairesRappelle P. pervelata mais odeur caractéristique de parfum.--
18/06/2018Psathyrella suavissimaStipe CouleurBlanc, BrunBlanc, Brun, Crème-
18/06/2018Psathyrella suavissimaOdeur-Sucre brûlé-
18/06/2018Psathyrella suavissimaEcologie Description-Dans les copeaux de bois ou sur divers débris végétaux. Semble manquer certaines années. Eté-automne.-
18/06/2018Psathyrella suavissimaPhoto-Psathyrella_suavissima_2018_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Psathyrella suavissima, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Psathyrella suavissimaPhoto-Psathyrella_suavissima_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Psathyrella suavissima, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
18/06/2018Lepiota clypeolariaVaréiétés/formes-Lepiota clypeolaria var. fulva,à voile jaune pâle, à chapeau roux ou fauve vif vient sous feuillus.-
18/06/2018Lepiota clypeolariaCommentairesLa var. fulva Bon,à voile jaune pâle, à chapeau roux ou fauve vif vient sous feuillus.--
18/06/2018Lepiota clypeolariaChapeau Couleur-Blanc, Brun, Crème, Jaune-
18/06/2018Lepiota clypeolariaLames Couleur-Blanc, Crème-
18/06/2018Lepiota clypeolariaStipe Couleur-Blanc, Crème, Jaune-
18/06/2018Lepiota clypeolariaStipe Anneau-Oui-
18/06/2018Lepiota clypeolariaOdeurFruitée, Gaz d'éclairageAcidulée, Fruitée-
18/06/2018Lepiota clypeolariaEcologie Description-Dans la litière des forêts de feuillus, plus rarement de conifères.-
18/06/2018Mycena epipterygiaEcologie DescriptionDans les mousses, les sphaignes; parmi les fougères, les ronces; sur les troncs moussus morts ou vivants.Dans les mousses, les sphaignes ; parmi les fougères, les ronces ; sur les troncs moussus morts ou vivants ; sur les débris végétaux tels que fougères, copeaux de bois, etc.-
18/06/2018Mycena epipterygiaRéférencesBon p. 183 ; BK 3 329 ; CD 584 ; Eyssartier et Roux p. 380Bon p. 183 ; BK 3 329 ; CD 584 ; Eyssartier et Roux p. 380 ; Robich 1 p. 388 ; Robich 2 p. 1269-
18/06/2018Mycena epipterygiaVaréiétés/formes-Mycena epipterygia var. epipterygia, a le chapeau aux tons jaunes et ses spores sont subcylindriques et mesurent jusqu'à Mycena epipterygia var. candida est de couleur entièrement blanche. Mycena epipterygia var. epipterygioides possède des basides bisporiques, a le chapeau de couleur jaune pâle avec des reflets verts, plus foncé au centre et ses hyphes sont bouclés. Mycena epipterygia var. badiceps possédant également des basides bisporiques, a le chapeau de couleur beige, presque noir au centre et ses hyphes ne sont pas bouclés. Mycena epipterygia var. viscosa, dont le chapeau est de couleur gris-brun, a les lames qui se tachent de rouille avec l'âge. Mycena epipterygia var. splendidipes, comme la variété précédente, mais dont les lames ne se tachent pas avec l'âge et son stipe est de couleur jaune à jaune citrin. Mycena epipterygia var. lignicola a le chapeau gris mêlé a des tons brun-vert, et la majorité de ses spores sont de forme ellipsoïdale ou subglobuleuses. Mycena epipterygia var. atroviscosa a le chapeau noir de suie ou brun-noir, plus clair au centre et son stipe est de couleur jaune pâle ou gris jaune. Mycena epipterygia var. pelliculosa a le chapeau gris possédant des tons bruns voir olivacés, ses lames ont des taches de couleur rouille avec l'âge, a une odeur de farine rance et le pied de couleur grisâtre. Mycena epipterygia var. splendidipes ressemblant à la dernière variété, mais n'a pas les lames tachées, son pied est jaune ou jaune citrin et possède une odeur désagréable ou raphanoïde.-
18/06/2018Mycena epipterygiaCommentairesNombreuses formes et variétés.--
18/06/2018Mycena epipterygiaChapeau CouleurBrun, Crème, JauneBlanc, Brun, Crème, Gris, Jaune-
18/06/2018Mycena epipterygiaLames CouleurBlanc, Crème, SaumonBlanc, Crème-
18/06/2018Mycena epipterygiaStipe CouleurJauneBlanc, Crème, Gris, Jaune-
18/06/2018Mycena epipterygiaEcologie Description-Dans les mousses, les sphaignes; parmi les fougères, les ronces; sur les troncs moussus morts ou vivants.-
13/06/2018Deconica inquilinaPhoto-Deconica_inquilina_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Deconica inquilina, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
09/06/2018Clitopilus catalonicusSynonymesClitopilus catalonicus (Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball.) Vila & Contu, Boll. Assoc. Micol. Ecol. Romana 25(nos 77-78): 14 (2009) Rhodocybe catalonica Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball., Öst. Z. Pilzk. 17: 76 (2008) (nom actuel)Clitopilus catalonicus (Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball.) Vila & Contu, Boll. Assoc. Micol. Ecol. Romana 25(nos 77-78): 14 (2009) Rhodocybe catalonica Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball., Öst. Z. Pilzk. 17: 76 (2008) (Basionyme) (nom actuel)-
09/06/2018Clitopilus catalonicusSynonymes-Clitopilus catalonicus (Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball.) Vila & Contu, Boll. Assoc. Micol. Ecol. Romana 25(nos 77-78): 14 (2009) Rhodocybe catalonica Vila, Contu, A. Ortega & F. Caball., Öst. Z. Pilzk. 17: 76 (2008) (nom actuel)-
09/06/2018Gyroporus lacteusCommentairesCommentaires de Guy Fourré sur Gyroporus lacteus : Nous trouvions jadis cette espèce dans une station bien connue, sur la plage de Ragounite, commune de Jard-sur-Mer (Vendée). Nos amis choletais notamment la recherchaient... pour la manger (c'est parait-il un très bon comestible). J'ai vu a plusieurs reprises le cyanescens type, en montagne, dans l'Ardèche et dans les Pyrenées. Ces récoltes étaient bien plus grêles, a chapeau plus colore, et bleuissement beaucoup plus modéré. Il y a surtout une énorme différence d'habitat. André Marchand m'avait écrit jadis, a propos de cyanescens, "je tiens cette espèce pour exclusive du hêtre". Effectivement, la ou je l'ai vue en montagne, il y avait du hêtre a proximité. Mais a Jard-sur-Mer, l'indigotier blanc poussait dans le sable des dunes, presque sur la plage, il n'y a evidemment pas de hêtres dans les environs. Mais cette station de Ragounite existe-t-elle encore ? Il y a très longtemps que je n'y suis pas allé, et les dernières fois on n'en trouvait plus. La photo que je vous envoie est une diapo datant du 11/11/1987 (leg. J. Fouet) Commentaires de Guy Fourré sur Gyroporus lacteus : Nous trouvions jadis cette espèce dans une station bien connue, sur la plage de Ragounite, commune de Jard-sur-Mer (Vendée). Nos amis choletais notamment la recherchaient... pour la manger (c'est parait-il un très bon comestible). J'ai vu a plusieurs reprises le cyanescens type, en montagne, dans l'Ardèche et dans les Pyrénées. Ces récoltes étaient bien plus grêles, à chapeau plus coloré, et bleuissement beaucoup plus modéré. Il y a surtout une énorme différence d'habitat. André Marchand m'avait écrit jadis, à propos de cyanescens, "je tiens cette espèce pour exclusive du hêtre". Effectivement, là ou je l'ai vue en montagne, il y avait du hêtre a proximité. Mais à Jard-sur-Mer, l'indigotier blanc poussait dans le sable des dunes, presque sur la plage, il n'y a évidemment pas de hêtres dans les environs. Mais cette station de Ragounite existe-t-elle encore ? Il y a très longtemps que je n'y suis pas allé, et les dernières fois on n'en trouvait plus. La photo que je vous envoie est une diapo datant du 11/11/1987 (leg. J. Fouet) -
09/06/2018Chlorociboria lamellicolaCommentaires-Nécessite une recherche spécifique sur les mousses.-
09/06/2018Chlorociboria lamellicolaApothécie Description-D'une taille allant jusqu'à 0,2 mm.-
09/06/2018Chlorociboria lamellicolaSpores Longueur en µm1-2--
09/06/2018Chlorociboria lamellicolaTaille en cm1-2--
09/06/2018Chlorociboria aeruginellaSpores Longueur en µm8-12--
09/06/2018Chlorociboria aeruginellaTaille en cm2-4--
09/06/2018Syzygospora tumefaciensConfusions possibles-Syzygospora pallida s'attaque aux ex-Corticiaceae.-
09/06/2018Syzygospora tumefaciensFructification Couleur-Crème-
09/06/2018Syzygospora tumefaciensEcologie DescriptionSur Gymnopus dryophilus Sur Gymnopus dryophilus et espèces proches.-
09/06/2018Harmajaea harperiSynonymes Clitocybe harperi Murrill (1913) , Mycologia, 5(4), p. 209 (Basionyme) (nom actuel) Rhodocybe harperi (Murrill) Harmaja (1978) , Karstenia, 18(1), p. 30 Clitocybe harperi Murrill (1913) , Mycologia, 5(4), p. 209 (Basionyme) Rhodocybe harperi (Murrill) Harmaja (1978) , Karstenia, 18(1), p. 30 Harmajaea harperi (Murrill) Dima & P. Alvarado, Fungal Diversity 90: 119 (2018) (nom actuel) -
09/06/2018Clitopaxillus alexandriSynonymes Agaricus extenuatus Scopoli (1772) , Flora carniolica, Edn 2, 2, p. 448 Agaricus propinquus var. ß spadiceus Persoon (1828) , Mycologia europaea, seu complet omnium fungorum in variis europaeae regionibus detectorum enumeratio, 3, p. 63 Paxillus extenuatus (Scopoli) Fries (1838) [1836-38], Epicrisis systematis mycologici, p. 316 Paxillus alexandri Gillet (1873) [1872], Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, série 2, 7, p. 157 (Basionyme) Lepista alexandri (Gillet) Gillet (1874) , Les hyménomycètes, ou description de tous les champignons (fungi) qui croissent en France, p. 196 Agaricus alexandri (Gillet) Britzelmayr (1879) , Bericht des naturhistorischen vereins in Augsburg, 25, p. 29 Lepista extenuata (Scopoli) P. Karsten (1879) , Bidrag till kännedom af Finlands natur och folk, 32, p. 480 Clitocybe alexandri (Gillet) Gillet (1884) , Tableaux analytiques d' Hyménomycètes de France, p. 28 (nom actuel) Omphalia gilva ss. Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 23 Agaricus ceraceolamellatus Britzelmayr (1895) , Botanisches centralblatt, 62, p. 275, tab. 136, fig. 672 Clitocybe ceraceolamellata (Britzelmayr) Saccardo & P. Sydow (1899) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 14, p. 75 Clitocybe extenuata (Scopoli) S. Imai (1938) , Journal of the Faculty of agriculture Hokkaido university, 43, p. 88 Agaricus extenuatus Scopoli (1772) , Flora carniolica, Edn 2, 2, p. 448 Agaricus propinquus var. ß spadiceus Persoon (1828) , Mycologia europaea, seu complet omnium fungorum in variis europaeae regionibus detectorum enumeratio, 3, p. 63 Paxillus extenuatus (Scopoli) Fries (1838) [1836-38], Epicrisis systematis mycologici, p. 316 Paxillus alexandri Gillet (1873) [1872], Bulletin de la Société linnéenne de Normandie, série 2, 7, p. 157 (Basionyme) Lepista alexandri (Gillet) Gillet (1874) , Les hyménomycètes, ou description de tous les champignons (fungi) qui croissent en France, p. 196 Agaricus alexandri (Gillet) Britzelmayr (1879), Bericht des naturhistorischen vereins in Augsburg, 25, p. 29 Lepista extenuata (Scopoli) P. Karsten (1879), Bidrag till kännedom af Finlands natur och folk, 32, p. 480 Clitocybe alexandri (Gillet) Gillet (1884) , Tableaux analytiques d' Hyménomycètes de France, p. 28 (nom actuel) Omphalia gilva ss. Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 23 Agaricus ceraceolamellatus Britzelmayr (1895) , Botanisches centralblatt, 62, p. 275, tab. 136, fig. 672 Clitocybe ceraceolamellata (Britzelmayr) Saccardo & P. Sydow (1899) , Sylloge fungorum omnium hucusque cogitorum, 14, p. 75 Clitocybe extenuata (Scopoli) S. Imai (1938) , Journal of the Faculty of agriculture Hokkaido university, 43, p. 88 Clitopaxillus alexandri (Gillet) G. Moreno, Vizzini, Consiglio & P. Alvarado, Fungal Diversity 90: 114 (2018) (nom actuel) -
09/06/2018Clitopaxillus alexandriConfusions possibles-Clitopaxillus fibulatus possède un arrangement de boucles différent dans son basidiome.-
09/06/2018Clitopaxillus alexandriCommentairesChapeau mamelonné. En forêt, surtout de feuillus mêlés.--
09/06/2018Clitopaxillus alexandriChapeau Description-Chapeau mamelonné. -
09/06/2018Clitopaxillus alexandriEcologie Habitat-Sous feuillus, Sous conifères-
09/06/2018Clitopaxillus alexandriEcologie Description-En forêt, surtout de feuillus mêlés.-
09/06/2018Gyroporus lacteusSynonymes Boletus lacteus Léveillé (1848) , Annales des sciences naturelles, botanique, série 3, 9, p. 124, tab. 9, fig. 1-2 (nom. illegit.) Gyroporus lacteus Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 161 (Basionyme) Gyroporus cyanescens var. lacteus (Quélet) Quélet (1888) , Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, p. 425 (nom actuel) Boletus lacteus Léveillé (1848) , Annales des sciences naturelles, botanique, série 3, 9, p. 124, tab. 9, fig. 1-2 (nom. illegit.) Gyroporus lacteus Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 161 (Basionyme) (nom actuel) Gyroporus cyanescens var. lacteus (Quélet) Quélet (1888) , Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, p. 425 -
05/06/2018Suillellus luridusVaréiétés/formes-Suillellus luridus var. erythroteron a la chair violette dans le haut du stipe, rouge cerise ailleurs et le réseau rouge vif. Suillellus luridus fo. lupiniformis a le chapeau de couleur grisâtre pâle. Suillellus luridus var. rubriceps a le chapeau de couleur pourpre. Suillellus luridus var. queletiformis a le chapeau orangé et la base du pied vineuse. Suillellus luridus fo. primulicolor a le chapeau de couleu jaune.-
05/06/2018Suillellus luridusCommentairesChair typiquement rouge au dessus des tubes. Chair rouge betterave à la base du pied. Bleuissement à la coupe. La var. erythroteron a la chair violette dans le haut du stipe et le réseau rouge vif. Plusieurs autres variétés. Donné toxique par certains auteurs comme Singer. Trois cas de légère intoxication (avec ingestion simultanée d'alcool, ou encore certains médicaments) signalés en Suisse.Donné toxique par certains auteurs comme Singer. Trois cas de légère intoxication (avec ingestion simultanée d'alcool, ou encore certains médicaments) signalés en Suisse.-
05/06/2018Suillellus luridusChair Descriptionépaisse, ferme puis assez molle, fibreuse dans le pied, jaune et rouge brique sous les tubes, rouge vineux dans la base du pied, très bleuissante à la coupe.Epaisse, ferme puis assez molle, fibreuse dans le pied, jaune et rouge brique sous les tubes, rouge vineux dans la base du pied, très bleuissante à la coupe.-
05/06/2018Suillellus luridusEcologie Descriptionespèce ectomycorrhizique, courante en été-automne, plutôt sous feuillus calcicoles, forêts ou parc (Tilleuls, etc.)Espèce ectomycorrhizique, courante en été-automne, plutôt sous feuillus calcicoles, forêts ou parc.-
05/06/2018Coremiella cubisporaEcologie DescriptionTrès commun sur tiges et feuilles de plantes herbacées, plus particulièrement sur Filipendula ulmaria et Lythrum salicaria.Très commun sur tiges et feuilles de plantes herbacées, plus particulièrement sur Filipendula ulmaria et Lythrum salicaria.-
05/06/2018Pseudoboletus parasiticusConfusions possibles-Pseudoboletus astraeicola est la seule autre espèce du genre, elle pousse sur Astraeus koreanus encore fermés et semble pour l'instant être endémique du Japon.-
05/06/2018Pseudoboletus parasiticusVaréiétés/formes-Pseudoboletus parasiticus fo. piperatoides a les pores orangées à rougeâtres.-
05/06/2018Pseudoboletus parasiticusCommentairesSur scléroderme. La f. piperatoides a les pores orangées à rougeâtres.--
05/06/2018Pseudoboletus parasiticusEcologie Description-Sur Scleroderma citrinum.-
05/06/2018Tylopilus felleusVaréiétés/formesLa var. alutarius est plus sombre, moins réticulée et subdouce. Conifères de montagne.Tylopilus felleus var. alutarius est plus sombre, moins réticulée et subdouce. Conifères de montagne.-
05/06/2018Gyroporus cyanescensConfusions possibles-Gyroporus cyanescens fo. immutabilis a la chair immuable. Gyroporus cyanescens var. vinosovirescens sous chênes verts, a le chapeau taché de rose vineux. -
05/06/2018Gyroporus cyanescensVaréiétés/formes-Gyroporus lacteus est bien plus pâle, a le chapeau qui se fragmente en squames irrégulières et son pied ne présente pas de zone annulaire. Gyroporus pseudolacteus, ressemblant au précédent, est plus élancé, son chapeau n'est pas squameux et pousse sous Pinus pinaster (pin maritime).-
05/06/2018Gyroporus cyanescensCommentairesBleuissement intense bleu ciel de la chair. La f. immutabilis ne bleuit pas. La var. lacteus a le chapeau blanc LE pl. 1B. La var. vinosovirescens sous chênes verts, a le chapeau taché de rose vineux. Commentaires de Guy Fourré sur la variété lacteus : Nous trouvions jadis cette espèce dans une station bien connue, sur la plage de Ragounite, commune de Jard-sur-Mer (Vendée). Nos amis choletais notamment la recherchaient... pour la manger (c'est paraît-il un très bon comestible). J'ai vu à plusieurs reprises le cyanescens type, en montagne, dans l'Ardèche et dans les Pyrénées. Ces récoltes étaient bien plus grêles, à chapeau plus coloré, et bleuissement beaucoup plus modéré. Il y a surtout une énorme différence d'habitat : André Marchand m'avait écrit jadis, à propos de cyanescens, "je tiens cette espèce pour exclusive du hêtre". Effectivement, là où je l'ai vue en montagne, il y avait du hêtre à proximité. Mais à Jard-sur-Mer, l'indigotier blanc poussait dans le sable des dunes, presque sur la plage, il n'y a évidemment pas de hêtres dans les environs. Mais cette station de Ragounite existe-t-elle encore ? Il y a très longtemps que je n'y suis pas allé, et les dernières fois on n'en trouvait plus. La photo que je vous envoie est une diapo datant du 11/11/1987 (leg. J. Fouet) Bleuissement intense bleu ciel de la chair. Commentaires de Guy Fourré sur Gyroporus lacteus : Nous trouvions jadis cette espèce dans une station bien connue, sur la plage de Ragounite, commune de Jard-sur-Mer (Vendée). Nos amis choletais notamment la recherchaient... pour la manger (c'est paraît-il un très bon comestible). J'ai vu à plusieurs reprises le cyanescens type, en montagne, dans l'Ardèche et dans les Pyrénées. Ces récoltes étaient bien plus grêles, à chapeau plus coloré, et bleuissement beaucoup plus modéré. Il y a surtout une énorme différence d'habitat : André Marchand m'avait écrit jadis, à propos de cyanescens, "je tiens cette espèce pour exclusive du hêtre". Effectivement, là où je l'ai vue en montagne, il y avait du hêtre à proximité. Mais à Jard-sur-Mer, l'indigotier blanc poussait dans le sable des dunes, presque sur la plage, il n'y a évidemment pas de hêtres dans les environs. Mais cette station de Ragounite existe-t-elle encore ? Il y a très longtemps que je n'y suis pas allé, et les dernières fois on n'en trouvait plus. La photo que je vous envoie est une diapo datant du 11/11/1987 (leg. J. Fouet) -
05/06/2018Mycena crocataVaréiétés/formes-Mycena crocata var. vogesiana, est une forme complètement blanche de Mycena crocata, mais gardant un latex de couleur orangée.-
05/06/2018Mycena crocataCommentairesChair laissant couler un lait orange à la cassure. Normalement sous hêtres.--
05/06/2018Mycena crocataLames Description-De couleur généralement plus claire que le chapeau, parfois concolores, orangé aux endroits blessés.-
05/06/2018Mycena crocataStipe Description-De couleur jaune-orangé, parfois plus clair vers le bas, présentant des filaments mycéliens à sa base, laissant écouler un latex de couleur orangé à la cassure.-
05/06/2018Mycena crocataEcologie Description-Sur débris végétaux ligneux, essentiellement sur Fagus (hêtre).-
05/06/2018Mycena renatiVaréiétés/formes-Mycena renati fo. alba est totalement blanche.-
05/06/2018Mycena renatiEcologie DescriptionSur bois mort de feuillus, surtout sur Fagus.Sur bois mort de feuillus, surtout sur Fagus (hêtre).-
03/06/2018Bonomyces sinopicusNoms françaisClitocybe terre cuite ; Clitocybe rouge de SinopeClitocybe terre cuite ; Clitocybe rouge de Sinope ; Clitocybe vermillon-
03/06/2018Bonomyces sinopicusCommentairesRépandu. Du printemps jusqu'à l'été. En troupes ou isolés. PS : Également appelé Clitocybe vermillon.Répandu. Du printemps jusqu'à l'été. En troupes ou isolés.-
03/06/2018Bonomyces sinopicusChapeau DescriptionBombé, puis convexe, ensuite aplati et infundibuliforme, 30 à 60mm de diamètre, jusqu'à 100 mm. Surface lisse, mate, brun orange à briqueté. Marge lisse, enroulée puis ondulée.Bombé, puis convexe, ensuite aplati et infundibuliforme, 30 à 60 mm de diamètre, jusqu'à 100 mm. Surface lisse, mate, brun orange à briqueté. Marge lisse, enroulée puis ondulée.-
27/05/2018Hymenostilbe muscariaCommentairesAnamorphe de Ophiocordyceps forquignonii Anamorphe d'Ophiocordyceps forquignonii.-
27/05/2018Buchwaldoboletus lignicolaConfusions possibles-Buchwaldoboletus pontevedrensis, également en relation avec Phaeolus schweinitzii, a le chapeau de plus grande taille, un stipe attenué à radicant, des spores mesurant 9,3 x 3,8 μm et des cystides versiformes.-
27/05/2018Buchwaldoboletus lignicolaCommentairesSur troncs et souches de conifères pourris. La chair vire légèrement au bleu.--
27/05/2018Buchwaldoboletus lignicolaChair Description-La chair vire légèrement au bleu.-
27/05/2018Buchwaldoboletus lignicolaEcologie HabitatSaprophyte/ParasiteSous conifères, Epiceas, Mélèzes, Pins, Saprophyte/Parasite-
27/05/2018Buchwaldoboletus lignicolaEcologie Description-Sur troncs et souches de conifères pourris, rarement sous feuillus (connus sur Prunus avium, merisier). En relation avec Phaeolus schweinitzii.-
27/05/2018Asterophora parasiticaConfusions possibles-Asterophora salvaterrensis, plus petit, possède des lames décurrentes, la surface de son chapeau est zonée et sa chair est inodore et insipide.-
27/05/2018Asterophora parasiticaCommentairesChampignon peu commun poussant sur les Russules (surtout du groupe de R. delica) et les Lactaires en putréfaction, proche d'Asterophora lycoperdoides --
27/05/2018Asterophora parasiticaEcologie DescriptionSur Russulaceae en putréfaction, affectionne tout particulièrement les espèces du groupe de Russula delica. Sur Russulaceae en putréfaction, affectionne tout particulièrement les espèces du groupe de Russula delica. -
27/05/2018Gymnopus impudicusConfusions possibles-Gymnopus trabzonensis, rappelle Rugosomyces carneus dans sa jeunesse, a le chapeau plus clair, des spores plus petites et possède des pleurocystides.-
27/05/2018Tricholoma virgatumVaréiétés/formesTricholoma virgatum var. fukvoumbonatum, a le mamelon de couleur rousse, possède une majorité de basides mono- à bisporiques avec des stérigmates très longs.Tricholoma virgatum var. fulvoumbonatum, a le mamelon de couleur rousse, possède une majorité de basides mono- à bisporiques avec des stérigmates très longs.-
27/05/2018Tricholoma virgatumConfusions possibles-Tricholoma bresadolanum, a le pied fumé de gris et le chapeau écailleux, est plus thermophile.-
27/05/2018Tricholoma virgatumVaréiétés/formes-Tricholoma virgatum var. fukvoumbonatum, a le mamelon de couleur rousse, possède une majorité de basides mono- à bisporiques avec des stérigmates très longs.-
27/05/2018Hygrophorus pustulatusConfusions possibles-Hygrophorus yadigarii, qui pousse sous Carpinus spp. (charmes), est plus grand, a le chapeau lisse, des lamelles adnées devenant subdécurrentes avec l'âge et possède des cheilocystides.-
27/05/2018Hygrophorus pustulatusCommentairesSous épicéas.--
27/05/2018Hygrophorus pustulatusChapeau CouleurBrun, CrèmeCrème, Gris-
27/05/2018Hygrophorus pustulatusChair Description-Blanche, inodore.-
27/05/2018Hygrophorus pustulatusEcologie Description-Sous Picea spp. (épicéas) et Abies spp. (sapins).-
23/05/2018Clathrus archeriConfusions possibles-Aseroe rubra est stipité, a des branches dichotomiques alignées sur le plan horizontal, peu courbés, un trou à son centre.-
23/05/2018Clathrus archeriStipe Couleur-Rouge, Saumon-
23/05/2018Corticium roseumConfusions possibles-Corticium meridioroseum, a les spores plus courtes. Corticium boreoroseum, a des spores plus étroites et possède des rhizomorphes.-
23/05/2018Corticium roseumCommentairesCommun. Toute l'année.--
23/05/2018Corticium roseumEcologie DescriptionSur branches mortes tenant encore à l'arbre ou sur troncs debout le plus souvent cortiqués de Salix et de Populus, de Juniperus et Genista, plus rarement sur Betula et Fraxinus. Sur branches mortes tenant encore à l'arbre ou sur troncs debout le plus souvent cortiqués de Salix et de Populus, de Juniperus et Genista, plus rarement sur Betula et Fraxinus. Commun. Toute l'année. -
23/05/2018Phallus impudicusConfusions possiblesAvec Phallus hadriani qui se différencie par une volve plissée, roussâtre et qui pousse principalement dans les dunes.Phallus hadriani qui se différencie par une volve plissée, roussâtre et qui pousse principalement dans les dunes.-
23/05/2018Phallus impudicusVaréiétés/formes-Phallus impudicus var. subindusiatus possède une petite indusie. Phallus impudicus var. pseudoduplicatus possède une indusie.-
23/05/2018Phallus impudicusEcologie DescriptionTrès commun en Europe, de la fin du printemps à l'automne dans les bois de feuillus principalement et moins souvent dans les bois de conifères. Quelques fois dans les jardins.Très commun en Europe, de la fin du printemps à l'automne dans les bois de feuillus principalement et moins souvent dans les bois de conifères. Quelques fois dans les jardins. Toujours en lien avec des végétaux ligneux.-
23/05/2018Hypoxylon petriniaeConfusions possibles-Hypoxylon lusitanicum, possède des asques longs jusqu'à 70 μm et se colore en terre de sienne avec le KOH.-
23/05/2018Hypoxylon petriniaeCommentairesSur Fraxinus.--
23/05/2018Hypoxylon petriniaeEcologie Description-Sur branches généralement décortiquées de Fraxinus spp. (frênes).-
23/05/2018Heterobasidion annosumConfusions possiblesHeterobasidion abietinum colonise Abies alba. Heterobasidion parviporum colonise Picea abies. Voir Niemelä & Korhonen (1998), Biology, ecology, impact and control, p. 31.Heterobasidion abietinum, aux pores plus petits, colonise Abies alba. Heterobasidion parviporum, aux pores encore plus petits, colonise de préférence Picea abies. Heterobasidion irregulare, espèce nord-américaine, a également été signalé en Europe, semble préférer les espèces du genre Pinus (pins). Voir Niemelä & Korhonen (1998), Biology, ecology, impact and control, p. 31.-
07/05/2018Caloboletus radicansConfusions possibles-Caloboletus kluzakii, dont le chapeau possède des teintes roses et la couche sous-corticale de la cuticle est de couleur rouge-rose (brune à grise chez Caloboletus radicans).-
07/05/2018Caloboletus radicansVaréiétés/formes-Caloboletus radicans fo. pachypus a le stipe plus ou moins annelé de rouge.-
07/05/2018Caloboletus radicansCommentairesLa f. pachypus a le stipe plus ou moins annelé de rouge.--
07/05/2018Bolbitius reticulatusConfusions possibles-Bolbitius excoriatus, a la surface du chapeau excoriée, des spores hexagonales.-
07/05/2018Bolbitius reticulatusChapeau Couleur-Gris-
07/05/2018Bolbitius reticulatusLames Couleur-Crème-
07/05/2018Bolbitius reticulatusStipe Couleur-Blanc, Crème-
07/05/2018Bolbitius reticulatusStipe Anneau-Non-
07/05/2018Bolbitius coprophilusConfusions possibles-Bolbitius demangei, qui possède des tons roses sur le chapeau dans sa jeunesse et des spores plus petites.-
07/05/2018Bolbitius coprophilusCommentairesPousse sur crottin de cheval.--
07/05/2018Bolbitius coprophilusLames Descriptionadnées assez serrées, beige puis rouille.Adnées assez serrées, beige puis rouille.-
07/05/2018Bolbitius coprophilusChair Descriptioncrème ochracé.Crème-ochracé.-
07/05/2018Entocybe turbidaVaréiétés/formes-Entocybe turbida var. pachylamellata, possède des lames plus larges que le type.-
07/05/2018Entocybe turbidaCommentairesTourbières et marais acides.--
07/05/2018Entocybe turbidaEcologie Description-Dans les tourbières et marais acides. Parfois en pessière à myrtillier.-
07/05/2018Campanella caesiaEcologie DescriptionSur tige de graminées et autres plantes herbacées.Sur tige de graminées et autres plantes herbacées. Souvent après de grandes pluies.-
07/05/2018Campanella caesiaConfusions possibles-Campanella inquilina, seule autre espèce européenne du genre, ne possède pas de tons bleutés, est plus petite, les hyphes de son revêtement piléique ne sont pas amyloïdes.-
07/05/2018Campanella caesiaCommentairesSur tige de graminées en bord de mer.--
07/05/2018Campanella caesiaEcologie Description-Sur tige de graminées et autres plantes herbacées.-
07/05/2018Entoloma clypeatumVaréiétés/formes-Entoloma clypeatum fo. pallidogriseum, est plus claire que le type, parfois presque blanche.-
07/05/2018Entoloma clypeatumCommentairesChapeau à large mamelon, hygrophane. Printanier. Dans l'herbe des haies, souvent sous aubépines ou prunelliers. -
07/05/2018Psathyrella multipedataVaréiétés/formes-Psathyrella multipedata fo. annulata, possède un anneau ou au moins des restes de voiles sur sa marge.-
07/05/2018Lactarius vietusVaréiétés/formes-Lactarius vietus var. decolorans, est de couleur blanche, avec quelques reflets roses.-
07/05/2018Marasmius epiphyllusConfusions possibles-Marasmius castaneophilus, connu de Turquie, pousse sur les bogues de châtaignes, possède un long pied capilliforme, des spores plus larges et a deux types de cheilocystides.-
07/05/2018Pluteus aurantiorugosusConfusions possiblesPluteus fenzlii, espèce extrêmement rare, possède un voile, parfois peu visible.Pluteus fenzlii, espèce extrêmement rare, possède un voile, parfois peu visible.Correction de la mise en forme
07/05/2018Pluteus aurantiorugosusConfusions possibles-Pluteus fenzlii, espèce extrêmement rare, possède un voile, parfois peu visible.-
07/05/2018Pluteus aurantiorugosusVaréiétés/formes-Pluteus aurantiorugosus var. aurantiovelatus, est une variété possédant un voile extrêmement fugace, dont des restes sont visibles sur la marge du chapeau, le pied et la base du pied.-
07/05/2018Panaeolus acuminatusVaréiétés/formes-Panaeolus acuminatus var. quercicola, est une variété lignicole connue de Sardaigne, a des spores moins larges and des cheilocystides moins larges.-
07/05/2018Panaeolus acuminatusCommentairesSouvent grégaires, rarement isolés. Répandu. Eté-automne. --
07/05/2018Panaeolus acuminatusChair DescriptionBrune, aqueuse, mince, crème ros^^atre dans le chapeau, roussâtre dans le pied. Odeur et saveur faibles, fongiques et douces. Brune, aqueuse, mince, crème rosâtre dans le chapeau, roussâtre dans le pied. Odeur et saveur faibles, fongiques et douces. -
07/05/2018Panaeolus acuminatusEcologie DescriptionDans les prairies ou dans les terrains fumés , sur sols riches , frais à humides, sur débris de paille et parmi les herbes. .Dans les prairies ou dans les terrains fumés , sur sols riches , frais à humides, sur débris de paille et parmi les herbes. Egalement sur bois pour la var. quercicola. Souvent grégaires, rarement isolés. Répandu. Eté-automne. -
04/05/2018Morchella conicaPhoto-Morchella_conica_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Morchella conica, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
04/05/2018Morchella conicaPhotoMorchella_conica_2018_ns_1.jpg-Suppression photo : Ajout meilleure qualité
04/05/2018Lamproderma sauteriEcologie DescriptionSur débris végétaux après la fonte des neiges. Trouvé sur Gentiana lutea et Cirsium sp., mais probablement sur d'autres plantes herbacées.Sur débris végétaux après la fonte des neiges. Trouvé sur Gentiana lutea et Cirsium spp., mais probablement également sur d'autres plantes herbacées.-
04/05/2018Morchella conicaPhoto-Morchella_conica_2018_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Morchella conica var. purpurascens, Copyright (c) 2018 Nicolas Schwab
04/05/2018Unguiculella robergeiCommentairesIsolé à grégaire. Très rare. Avril. --
04/05/2018Unguiculella robergeiEcologie DescriptionSur tiges mortes ou entre les organes des fruits de Lonicera, mais également sur Rosa et Amphisphaerella xylostei. (Voir également la liste des récoltes ).Sur tiges mortes ou entre les organes des fruits de Lonicera spp. (chèvrefeuille), mais également sur Rosa spp. (rosier) et Amphisphaerella xylostei. (Voir également la liste des récoltes ). Isolé à grégaire. Très rare. Avril. -
04/05/2018Unguiculariopsis raveneliiVaréiétés/formes-Unguiculariopsis ravenelii ssp. ravenelii qui parasite Rhytidysteron rufulum, est une espèce tropicale. Unguiculariopsis ravenelii ssp. hamata qui parasite Rhytidhysteron hysterinum et pousse sur Buxus spp. (buis).-
04/05/2018Unguiculariopsis raveneliiCommentairesEn compagnie de Rhytidhysteron hysterinum sur buis.--
04/05/2018Unguiculariopsis raveneliiEcologie Description-Parasite de Rhytidhysteron hysterinum sur Buxus spp. (buis).-
04/05/2018Cheimonophyllum candidissimumConfusions possibles-Cheimonophyllum pontevedrense, possède un stipe plus ou moins développé, des spores généralement globuleuses mesurant 5-7,5 x 4-6,5 μm et des cheilocystides versiformes.-
04/05/2018Squamanita paradoxaConfusions possibles-Squamanita umbilicata a un chapeau ombiliqué, les granules du cécidiocarpe sont plus petites, arrangées de manière diffuse et ses lames sont plus serrées et légèrement décurrentes. Squamanita pearsonii, de couleur grise, possède des spores pseudo-amyloïdes, pourrait également être parasite de Cystoderma amianthinum. Squamanita contortipes, plus gris, à spores amyloïdes, parasite Galerina pumila. -
04/05/2018Squamanita paradoxaCommentairesParasite des genres Cystoderma, CystodermellaLes espèces du genre Squamanita sont des mycoparasites. Leur hôte peut-être reconnu grâce au cécidiocarpe dont émergent les basidiocarpes. Chez Squamanita paradoxa, le couche corticale du cécidiocarpe est constitué de sphérocytes, dû à l'hôte. Le terme tubercule protocarpique doit être remplacé par celui de cécidiocarpe selon C. Bas et D. Thoen.-
04/05/2018Squamanita paradoxaSpores Description8-10 x 4.5-6 µm8-10 x 4.5-6 µm, non-amyloïdes à faiblement pseudo-amyloïdes.-
04/05/2018Squamanita paradoxaEcologie DescriptionDans la mousse sous conifèresDans la mousse sous conifères. Parasite de Cystoderma amianthinum.-
04/05/2018Squamanita schreieriConfusions possiblesSquamanita umbonata, de couleur plus brune, possède un chapeau mamelonné.Squamanita umbonata, de couleur plus brune, possède un chapeau mamelonné et parasite Inocybe oblectabilis.-
04/05/2018Squamanita schreieriNoms français-Amanite de Schreier-
04/05/2018Squamanita schreieriConfusions possibles-Squamanita umbonata, de couleur plus brune, possède un chapeau mamelonné.-
04/05/2018Squamanita schreieriChapeau CouleurBrun, CrèmeBrun, Crème, Orange-
04/05/2018Squamanita schreieriChapeau Visqueux-Non-
04/05/2018Squamanita schreieriChapeau Forme mamelonnée-Non-
04/05/2018Squamanita schreieriChapeau Hygrophane-Non-
04/05/2018Squamanita schreieriChapeau Description-Chapeau de couleur jaune-orangé avec des écailles plus foncées. Rappelle Cerioporus squamosus.-
04/05/2018Squamanita schreieriChair Saveur-Douce-
04/05/2018Squamanita schreieriStipe CouleurBrun, CrèmeBrun, Crème, Orange-
04/05/2018Squamanita schreieriStipe Bulbeux/Marginé-Oui ou Non-
04/05/2018Squamanita schreieriStipe Forme-Ventru-
04/05/2018Squamanita schreieriStipe Visqueux-Non-
04/05/2018Squamanita schreieriSpores Description-Basidiospores ellipsoïdales, lisses, hyalines, mesurant 5,2-6,9 x 4,3-5,4 μm. Chlamydospores issues du bulbes mesurant 7-10 μm.-
04/05/2018Squamanita schreieriEcologie Description-Dans les forêts riveraines. Parasite d'Amanita echinocephala et Amanita strobiliformis (ex Amanita solitaria).-
04/05/2018Strobilurus esculentusComestibilitéSans intérêtComestible-
04/05/2018Strobilurus esculentusVaréiétés/formes-Strobilurus esculentus var. griseus a le chapeau de couleur grise.-
04/05/2018Strobilurus esculentusCommentairesFréquent. Au printemps, plus rarement à l'automne. --
04/05/2018Strobilurus esculentusChapeau DescriptionHémisphérique à convexe bombé, puis aplati ou un peu concave, surface lisse à ridulée mate, brun ocre à brun rougeâtre. Marge lisse. Hémisphérique à convexe bombé, puis aplati ou un peu concave, surface lisse à ridulée mate, brun ocre à brun rougeâtre (gris dans la var. griseus, parfois blanc si privé de lumière). Marge lisse. -
04/05/2018Strobilurus esculentusEcologie DescriptionSur cônes enfouis de Picea .Fréquent dans les pessières, aux endroits humides.Sur cônes enfouis de Picea (épicéa). Fréquent dans les pessières, aux endroits humides. Fréquent. Au printemps, plus rarement à l'automne. -
04/05/2018Suillus viscidusConfusions possibles-Suillus bresadolae a le chapeau brun chocolat au centre et jaune vers la marge, le voile et les pores jaunâtres et la chair jaunâtre un peu violacée ou verdissante à la base en coupe. Suillus flavus a le voile jaunâtre chapeau jaune-ocre et les pores gris.-
04/05/2018Suillus viscidusVaréiétés/formes-Suillus viscidus var. brunneus a la cuticule brune constante et la chair sans jaune. Attention à la confusion avec Suillus bresadolae ! -
04/05/2018Suillus viscidusCommentairesStipe bleu-vert sale du sommet jusqu'à l'anneau. La chair vire mollement au rose. La var. brunneus Cazzoli et Consiglio a la cuticule brune constante et la chair sans jaune. La variété bresadolae a le chapeau brun chocolat, le voile jaunâtre, et la chair jaunâtre un peu violacée ou verdissante à la base en coupe.--
04/05/2018Suillus viscidusChair Description-La chair vire mollement au rose.-
04/05/2018Suillus viscidusStipe Description-Stipe bleu-vert sale du sommet jusqu'à l'anneau.-
04/05/2018Suillus viscidusEcologie Description-Sous Larix decidua.-
04/05/2018Coprinus calyptratusNoms français-Coprin à calotte en croix-
04/05/2018Coprinus calyptratusConfusions possibles-Xerocoprinus arenarius, poussant également dans des terrains sablonneux, ne possède pas de calotte en croix sur le sommet du chapeau. Coprinus xerophilus, à des écailles imbriquées sur le chapeau possède un anneau et le pore germinal de ses spores est fortement excentrique.-
04/05/2018Coprinus calyptratusCommentairesDans le sable près de la côte.--
04/05/2018Coprinus calyptratusEcologie Description-Dans le sable près de la côte. Rare.-
04/05/2018Trochila ilicinaConfusions possibles-Trochila craterium, poussant sur Hedera helix (lierre). Trochila laurocerasi, poussant sur les feuilles de Prunus laurocerasus (laurier-cerise). Trochila tini, poussant sur Viburnum tinus (viorne tin ou laurier-tin).-
04/05/2018Trochila ilicinaCommentairesEn colonies serrées. Répandu. Eté. Remarques : Espèce facilement identifiable . Espèce facilement identifiable par son habitat.-
04/05/2018Trochila ilicinaApothécie DescriptionFructification 0,3-0,5 et jusqu'à 1 mm + ou - arrondie totalement immergée dans le tissu de la feuille. A maturité, l'épiderme saute à la manière d'un opercule, et libère l'hyménium vert-olive, olive-brun à olive-noir. Fructification 0,3-0,5 et jusqu'à 1 mm ± arrondie totalement immergée dans le tissu de la feuille, ± reviviscente. A maturité, l'épiderme saute à la manière d'un opercule, et libère l'hyménium vert-olive, olive-brun à olive-noir. -
04/05/2018Trochila ilicinaEcologie DescriptionÀ la face supérieure des feuilles tombées d' Ilex aquifolium. À la face supérieure des feuilles tombées d'Ilex aquifolium. Commun dans l'aire de répartition du houx. En colonies serrées. Répandu. Toute l'année.-
04/05/2018Gyromitra melaleucaNoms français-Discine noirâtre-
04/05/2018Gyromitra melaleucaConfusions possibles-Gyromitra melaleucoides, espèce américaine, dont les spores mesurent 10-14,4 x 7-10 μm et sont ornementées par des verrues avec de petites crêtes, est un intermédiaire entre les Gyromitra ss. str. et les Discina.-
04/05/2018Gyromitra melaleucaCommentaires-Le sous-genre Melaleucoides, dont cette espèce est le seul taxon européen, est caractérisé par sa structure de chair qui présente une configuration de textura angularis et semble faire le "pont" entre les gyromitres et les helvelles. Fiche en partie adaptée d'Essai taxinomique sur le genre Gyromitra Fr. sensu lato (Pezizales) par Nicolas van Vooren et Pierre-Arthur Moreau.-
04/05/2018Gyromitra melaleucaChapeau/Tête Description-Veiné-
04/05/2018Gyromitra melaleucaStipe Couleur-Blanc, Crème-
04/05/2018Gyromitra melaleucaSpores Description-18-22 x 9-10 μm-
04/05/2018Gyromitra melaleucaEcologie Description-A terre. Au printemps.-
03/05/2018Entoloma bloxamiiConfusions possiblesEntoloma rubellum, qui est de couleur rose, ne serait qu'une forme de coloration accidentelle d'Entoloma bloxamii. Entoloma medianox, est une espèce américaine d'un bleu un peu plus pur.Entoloma madidum, qui est bel est bien une espèce à part entière selon les travaux de Morgado et al., possède de plus petites spores. Entoloma rubellum, qui est de couleur rose, ne serait qu'une forme de coloration accidentelle d'Entoloma bloxamii. Entoloma fumosobrunneum, est une espèce américaine (Canada), qui a le chapeau brun avec un centre bleu. Entoloma medianox, est une espèce américaine d'un bleu un peu plus pur.-
03/05/2018Entoloma bloxamiiConfusions possibles-Entoloma rubellum, qui est de couleur rose, ne serait qu'une forme de coloration accidentelle d'Entoloma bloxamii. Entoloma medianox, est une espèce américaine d'un bleu un peu plus pur.-
03/05/2018Dumontinia tuberosaConfusions possibles-Sclerotinia binucleata (espèce non encore décrite), possède deux noyaux sporaux et pousse sur Ranunculus ficaria (ficaire).-
03/05/2018Dumontinia tuberosaCommentairesPousse avec l'anémone sylvie (Anemone nemorosa). Le sclérote noir est greffé aux racines de la plante. Pousse avec l'anémone sylvie (Anemone nemorosa). Le sclérote noir est greffé aux racines de la plante. -
03/05/2018Lepiota neophanaVaréiétés/formes-Lepiota neophana var. neophana est la variété américaine. Lepiota neophana var. europaea est la variété européenne.-
03/05/2018Russula aureaComestibilité-Comestible-
03/05/2018Russula aureaConfusions possibles-Espèce facile à reconnaître sous ses formes typiques, au chapeau jaune d'or à rouge cinabre et ses lames jaunes. -
03/05/2018Russula aureaVaréiétés/formes-Russula aurea fo. axantha, qui est totalement privée de jaune, peut facilement prêter à confusion avec d'autres espèces à chapeau rouge, à lames jaunes et à saveur douce.-
03/05/2018Russula aureaCommentairesEspèce facile à reconnaître sous ses formes typiques, au chapeau jaune d'or à rouge cinabre et ses lames jaunes. Il existe des formes totalement privées de jaune (f. axantha), qui peuvent facilement prêter à confusion avec d'autres espèces à chapeau rouge, à lames jaunes et à saveur également douces.--
03/05/2018Sclerotinia sclerotiorumCommentairesGrégaire. Peu commun (in litt. répandu ? . D'Avril à Juillet. Remarques : Cette espèce assez rare en France, est très commune en Amérique, au Colorado sur Mertensia lanceolata et Aconitum columbianum. Cette espèce est responsable de la sclérotiniose, détruisant les cultures.-
03/05/2018Sclerotinia sclerotiorumEcologie DescriptionSur diverses tiges de plantes en décomposition. Sur sclérotes formés dans les tiges et les racines de plusieurs plantes : Daucus, Aegopodium, Cerefolium, Brassica napus, Solanum tuberosum ,Trollius, Petasites, Symphytum, Heliantum etc... Sur diverses tiges de plantes en décomposition. Sur sclérotes formés dans les tiges et les racines de plusieurs plantes : Daucus, Aegopodium, Cerefolium, Brassica napus, Solanum tuberosum, Trollius, Petasites, Phaseolus, Symphytum, Helianthus, etc... Grégaire. Commun sous sa forme anamorphe, mais assez rare sous sa forme parfaite (téléomorphe). Cette espèce est très commune en Amérique, au Colorado sur Mertensia lanceolata et Aconitum columbianum. D'avril à juillet.-
03/05/2018Chroogomphus helveticusConfusions possibles-Chroogomphus tomentosus, espèce américaine, plus grêle et plus pâle et ochracé, parasite Aureoboletus mirabilis (seul Aureoboletus mirabilis a pour l'instant été retrouvé en Europe). Cystogomphus humblotii, espèce extrêmement rare et énigmatique, ressemble à Chroogomphus tomentosus, mais son voile est composé de sphérocystes, son chapeau conserve des plaques écailleuses, possède de longues cystides allant jusqu'à 150 μm de longueur et pousse en association avec des conifères exotiques. La seule découverte à été faite à Vincennes en 1924 et le spécimen type existe toujours. Cela permettra à des études génétiques de déterminer sa position dans les Gomphidiaceae.-
03/05/2018Lamproderma sauteriSporocarpe CouleurBlanc, GrisBlanc, Gris, Noir-
03/05/2018Lamproderma sauteriSpores Description-Rondes-
03/05/2018Lamproderma sauteriEcologie Description-Sur débris végétaux après la fonte des neiges. Trouvé sur Gentiana lutea et Cirsium sp., mais probablement sur d'autres plantes herbacées.-
22/04/2018Suillus lakeiCommentairesEspèce importée d'Amérique, voisine de S. tridentinus, à chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré. Espèce importée d'Amérique, voisine de Suillus tridentinus, à chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré. Ajout de référence à la fiche de Suillus tridentinus
22/04/2018Suillus lakeiVaréiétés/formes-Suillus lakei var. landkammeri a des pores très décurrents. Suillus lakei var. pseudopictus a le chapeau densément écailleux et est plus clair.-
22/04/2018Suillus lakeiCommentairesEspèce importée d'Amérique, critique et controversée, voisine de S. tridentinus, à chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré. La var. landkammeri (Pilát & Svrcek) Bon a des pores très décurrents. Conifères, surtout Douglas : CD 1627, Engel (3) 15. La var. pseudopictus Smith & Thiers d'origine américaine a le chapeau densément écailleux Galli 53, Engel (3) 15. Espèce importée d'Amérique, voisine de S. tridentinus, à chapeau sec, plus ou moins méchuleux et souvent teinté de lilas pourpré. -
22/04/2018Paxillus involutusConfusions possiblesPaxillus obscurisporus, plus grand, a la sporée fraîche de couleur brun-rouge vineux et pousse souvent en touffe dans les milieux anthropisés.Paxillus obscurisporus, plus grand, a la sporée fraîche de couleur brun-rouge vineux, dont les rhizomorphes sont incrustés de cristaux et pousse souvent en touffe dans les milieux anthropisés. Paxillus ammoniavirescens, dont les hyphes réagissent en vert-jaune à l'ammoniaque (plus visible au microscope). Paxillus vernalis, plus petit, son chapeau est plus clair dans la jeunesse, sa sporée est plus claire et il pousse du printemps jusqu'au début de l'automne. Paxillus zerovae, dont le chapeau mesure de 1,5-2,5 cm de diamètre seulement, écailleux et dont les spores finement ornementées (seulement visible au microscope électronique ?) mesurent 10.1–11.7 x 3.2–3.9 μm. Connu d'Ukraine. Paxillus albidulus, a le chapeau, le pied, le mycélium basal et la chair de couleur blanchâtre et ses hyphes du pileipellis sont généralement moins large que 5 µm. Peut-être synonyme de Paxillus involutus fo. eburneus.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Paxillus involutusVaréiétés/formesPaxillus involutus fo. eburneus, a le chapeau de couleur blanche ou blanchâtre.Paxillus involutus fo. eburneus, a le chapeau de couleur blanche, crème ou blanchâtre.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Paxillus involutusCommentairesTrès toxique et même mortel à l'état cru ou mal cuit. Cette espèce fréquente était qualifiée de bon comestible autrefois. Cette espèce est responsable de la mort du grand spécialiste des russules et des agarics Julius Schäffer.Très toxique et même mortel à l'état cru ou mal cuit. Cette espèce fréquente était qualifiée de bon comestible autrefois. Cette espèce est responsable de la mort du grand spécialiste des russules et des agarics Julius Schäffer. Ce genre mérite d'être étudié en détail pour séparer ses espèces similaires macroscopiquement.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Paxillus involutusChapeau DescriptionConvexe d'abord, puis rapidement aplati et déprimé au centre, 40-100 (150 mm ) de diamètre, avec un mamelon obtus dans la vieillesse, surface lisse, parfois un peu bosselée, fibrilleuse feutrée à l'état sec, visqueuse à l'état humide, brun ocre à brun olive, brun rouge à jaune rouille, se tachant au toucher ; marge fortement et longuement enroulée, floconneuse, feutrée claire. Convexe d'abord, puis rapidement aplati et déprimé au centre, 40-100 (150 mm ) de diamètre, avec un mamelon obtus dans la vieillesse, surface lisse, parfois un peu bosselée, fibrilleuse feutrée à l'état sec, visqueuse à l'état humide, brun ocre à brun olive, brun rouge à jaune rouille, se tachant au toucher ; marge fortement et longuement enroulée, floconneuse, feutrée claire. Cuticule réagissant en rose-rouge à l'ammoniaque.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Paxillus involutusSpores DescriptionElliptiques obovales, jaunâtres, lisses,6,6-10,2 x 5,1-6,7 µm. Sporée brun rouille. Basides clavées, tétrasporiques, bouclées, trames des lames + ou - régulières. Cheilo & pleurocystides fusiformes. Cuticule formée d'hyphes irrégulièrement enchevêtrées, larges, quelques-unes émergentes, à pigmentation brune intercellulaire ; cloisons bouclées.Elliptiques obovales, jaunâtres, lisses,6,6-10,2 x 5,1-6,7 µm. Sporée brun rouille. Basides clavées, tétrasporiques, bouclées, trames des lames + ou - régulières. Cheilocystides et pleurocystides fusiformes. Cuticule formée d'hyphes irrégulièrement enchevêtrées, larges, quelques-unes émergentes, à pigmentation brune intercellulaire ; cloisons bouclées.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Paxillus involutusEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus et de conifères, les parcs, les jardins, sur sols généralement acides, terrain humide sous Picéa, mais surtout sous Betula. Isolés à grégaires. Répandu et fréquent. Eté-automne.Dans les forêts de feuillus et de conifères, les parcs, les jardins, sur sols généralement acides, terrain humide sous épicéa (Picea), mais surtout sous bouleau (Betula), parfois d'autres essences d'arbres. Isolés à grégaires. Répandu et fréquent. Eté-automne.Ajout de confusions possibles
22/04/2018Entoloma porphyrophaeumRéférencesBon p. 193 ; CD 933 ; Eyssartier et Roux p. 634 ; FE 5 p. 407Bon p. 193 ; CD 933 ; Eyssartier et Roux p. 634 ; FE 5 p. 407 ; A unusual white form of Entoloma porphyrophaeum-
22/04/2018Entoloma porphyrophaeumVaréiétés/formes-Entoloma porphyrophaeum "var. album" est une variété qui est de couleur entièrement blanche et non décrite à ce jour.-
22/04/2018Hygrocybe ovinaConfusions possibles-Neohygrocybe subovina, a les lames plus blanches, rougit moins, est moins trapu et est une espèce américaine. Hygrocybe nitrata, a la surface du chapeau de couleur beige, est immuable et possède une forte odeur de nitre. Rappelle Entoloma nidorosum. -
22/04/2018Cyanoboletus pulverulentusConfusions possiblesCyanoboletus flavosanguineus, de couleur jaune primevère (parfois carminé sur le chapeau), possède des spores de longueur comprise entre 6,8-7,1 μm, dont le pied est pratiquement stérile qui comprend uniquement de éléments similaire aux hyphes cuticulaires et semble être plus thermophile.Cyanoboletus flavosanguineus, de couleur jaune primevère (parfois carminé sur le chapeau), possède des spores de longueur comprise entre 6,8-7,1 μm, dont le pied pratiquement stérile ne comprend que des éléments similaires aux hyphes cuticulaires et semble être plus thermophile.Corrections d'erreurs
22/04/2018Cyanoboletus pulverulentusAuteurOpatowski) Gelardi, Vizzini & Simonini (2014)(Opatowski) Gelardi, Vizzini & Simonini (2014)Correction d'une faute de frappe dans les autorités.
22/04/2018Cyanoboletus pulverulentusConfusions possibles-Cyanoboletus flavosanguineus, de couleur jaune primevère (parfois carminé sur le chapeau), possède des spores de longueur comprise entre 6,8-7,1 μm, dont le pied est pratiquement stérile qui comprend uniquement de éléments similaire aux hyphes cuticulaires et semble être plus thermophile.-
22/04/2018Cyanoboletus pulverulentusVaréiétés/formes-Cyanoboletus pulverulentus var. sublateritius a le chapeau plus ou moins carminé et vient sur sables calcifères avec chênes et pins.-
22/04/2018Cyanoboletus pulverulentusCommentairesLa chair bleuit instantanément à la coupe. Fasciculés. Intermédiaire vers les Xerocomus. La var. sublateritius a le chapeau plus ou moins carminé et vient sur sables calcifères avec chênes et pins, La chair bleuit instantanément à la coupe. Fasciculés. Intermédiaire vers les Xerocomus ss. lato.-
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusVaréiétés/formesCyanoboletus pulverulentus var. sublateritius a la couleur de la surface du chapeau plus claire.-Correction d'une erreur
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusConfusions possibles-Cyanoboletus pulverulentus, de couleur brun-ochracé à brun-rosé (parfois jaune dans la jeunesse), possède des spores de largeur comprise entre 4,5-5,0 μm et possède des basides et des cystides sur le pied.Ajout des confusions possibles
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusVaréiétés/formes-Cyanoboletus pulverulentus var. sublateritius a la couleur de la surface du chapeau plus claire.Ajout des confusions possibles
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusChapeau CouleurJauneJaune, OrangeAjout des confusions possibles
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusChair Description-Bleuit fortement au frottement.Ajout des confusions possibles
22/04/2018Cyanoboletus flavosanguineusEcologie HabitatSous feuillus, Sous conifèresSous feuillus, Sous conifères, ChênesAjout des confusions possibles
21/04/2018Paxillus involutusConfusions possibles-Paxillus obscurisporus, plus grand, a la sporée fraîche de couleur brun-rouge vineux et pousse souvent en touffe dans les milieux anthropisés.A terminer plus tard
21/04/2018Paxillus involutusVaréiétés/formes-Paxillus involutus fo. eburneus, a le chapeau de couleur blanche ou blanchâtre.A terminer plus tard
21/04/2018Paxillus involutusCommentairesTrès toxique et même mortel à l'état cru ou mal cuit. Cette espèce fréquente était qualifiée de bon comestible autrefois. Elle est déclarée dangereuse, désormais. Isolés à grégaires. Répandu et fréquent. Eté-automne.Très toxique et même mortel à l'état cru ou mal cuit. Cette espèce fréquente était qualifiée de bon comestible autrefois. Cette espèce est responsable de la mort du grand spécialiste des russules et des agarics Julius Schäffer.A terminer plus tard
21/04/2018Paxillus involutusEcologie DescriptionDans les forêts de feuillus et de conifères, les parcs, les jardins, sur sols généralement acides, terrain humide sous Picéa, mais surtout sous Betula. Dans les forêts de feuillus et de conifères, les parcs, les jardins, sur sols généralement acides, terrain humide sous Picéa, mais surtout sous Betula. Isolés à grégaires. Répandu et fréquent. Eté-automne.A terminer plus tard
21/04/2018Cantharellus cibariusConfusions possibles-Cantharellus pallens est très similaire, à le chapeau pruineux au moins dans la jeunesse, possède une couleur d'hyménophore plus claire proche de la marge du chapeau et a des spores de (7)7.5–9.5(10) 9 x 3.5–5.5(6) µm. Cantharellus amethysteus, possède en général des tons violets sur le chapeau, son revêtement est souvent écailleux, spores Lm = 10.1–10.7 lm, Wm = 5.2–6 lm et se tache fortement au frottement. D'après Olariaga et al. D'autres espèces existent étant plus douteuses et attendent d'être étudiées plus en détail. Hygrophoropsis aurantiaca, souvent confondu par les mycologues peu expérimentés, a de vrais lames, possède des tons plus orangés, est plus grêle et est lié au bois de conifères. Omphalotus illudens et Omphalotus olearius, tout deux très toxiques, poussent sur le bois, sont plus grands et sont plus thermophiles. Le premier est plus clair et monte plus haut dans les latitudes tandis que le second et plus méridional et est plus orangé.-
21/04/2018Cantharellus cibariusVaréiétés/formes-Cantharellus cibarius var. nanus, plus grêle est teintée de rose sur le pied uniquement. Cantharellus cibarius var. carneoalbus, a le chapeau blanc crème au disque, l'hyménophore de couleur rosée et le stipe blanc. Cantharellus cibarius var. salmoneus, (probablement synonyme de Cantharellus subcarneus) a l'hyménophore de couleur rose. Cantharellus cibarius var. squamulosus, possède des squames brunes sur le chapeau. Cantharellus cibarius var. umbrinus, a le chapeau teinté de brun châtain. Cantharellus cibarius var. rufipes, qui est roussissant. Cantharellus cibarius var. albidus, a le chapeau blanchâtre et l'hyménophore discolore plus pâle. Cantharellus cibarius var. atlanticus, possède une couleur plus vive et une pruine blanche sur le chapeau. Cantharellus cibarius var. bicolor, possède un chapeau et un pied blanc, l'hyménophore jaune (champignon bicolore) et pousse sous les chênes thermophiles. Cantharellus cibarius var. flavipes, comme la précédente mais poussant sous noisettiers. Cantharellus cibarius fo. pallidus, comme la var. bicolor mais non bicolore.-
21/04/2018Cantharellus cibariusCommentairesNombreuses variétés. Confusion possible avec la fausse girolle Hygrophoropsis aurantiacaComestible recherché. Attention aux confusions. Espèce très variable.-
21/04/2018Cantharellus cibariusFausses lames DescriptionHymemiun à plis fourchus, concolore au chapeanHyménophore à plis fourchus, concolore au chapeau (saufs variétés).-
21/04/2018Cantharellus cibariusChair DescriptionPâleJaune pâle à blanchâtre.-
21/04/2018Boletus edulisConfusions possiblesBoletus reticulatus, espèce très ressemblante, dont la surface du chapeau est légèrement tomenteuse, a un goût plus sucré, n'a pas de coloration rousse sous la cuticule à la coupe, est plus précoce et un peu plus thermophile. Boletus fulvomaculatus, a le chapeau brun clair à jaune citrin et est tâché de rouille-fauve. Boletus aereus,est plus trapu, a le chapeau brun foncé, à le pied plus coloré, et est plus thermophile. Boletus carpinaceus, a le chapeau gris (voir blanc dans la jeunesse), son stipe est plus coloré, pousse sous les charmes et semble n'être connu que de l'Europe de l'Est. Boletus mamorensis, plus trapu, a le chapeau plus foncé recouvert d'une pruine beige et le pied plus coloré, pousse sous chênes-lièges seulement connu du Maroc, mais vendu sur les marchés européens. Boletus pinophilus, de couleurs plus chaudes, a le chapeau souvent ridé et pruineux, pousse sous les pins (Pinus). Boletus pinetorum, a le chapeau de couleur brun-gris, un pied plus long, des caulocystides lagéniformes et pousse sous les pins en Fennoscandie. Boletus aurantioruber, espèce américaine qui aurait été retrouvé en Europe, pousse sous les pins (Pinus), a le chapeau brun-rouge, les pores qui verdissent au frottement et dont le réseau sur le pied est de couleur rose-cannelle à rouille. Xanthoconium separans, espèce dont le chapeau est de couleur rose-rouge, le pied rose, s'éclaircissant à la base, réagit en vert à l'ammoniaque sur le chapeau et est une espèce très rare et thermophile à l'origine américaine. Boletus reticulatus, espèce très ressemblante, dont la surface du chapeau est légèrement tomenteuse, a un goût plus sucré, n'a pas de coloration rousse sous la cuticule à la coupe, est plus précoce et un peu plus thermophile. Boletus fulvomaculatus, a le chapeau brun clair à jaune citrin et est tâché de rouille-fauve. Boletus aereus,est plus trapu, a le chapeau brun foncé, à le pied plus coloré, et est plus thermophile. Boletus carpinaceus, a le chapeau gris (voir blanc dans la jeunesse), son stipe est plus coloré, pousse sous les charmes et semble n'être connu que de l'Europe de l'Est. Boletus mamorensis, plus trapu, a le chapeau plus foncé recouvert d'une pruine beige et le pied plus coloré, pousse sous chênes-lièges seulement connu du Maroc, mais vendu sur les marchés européens. Boletus pinophilus, de couleurs plus chaudes, a le chapeau souvent ridé et pruineux, pousse sous les pins (Pinus). Boletus pinetorum, a le chapeau de couleur brun-gris, un pied plus long, des caulocystides lagéniformes et pousse sous les pins en Fennoscandie. Boletus aurantioruber, espèce américaine qui aurait été retrouvé en Europe, pousse sous les pins (Pinus), a le chapeau brun-rouge, les pores qui verdissent au frottement et dont le réseau sur le pied est de couleur rose-cannelle à rouille. Xanthoconium separans, espèce dont le chapeau est de couleur rose-rouge, le pied rose, s'éclaircissant à la base, réagit en vert à l'ammoniaque sur le chapeau et est une espèce très rare et thermophile à l'origine américaine. Correction de la mise en forme
21/04/2018Boletus edulisRéférencesFE 2 pl. 8 ; BK 3 8 ; Bon p. 35 ; CD 1669 ; Cetto 264 ; Marchand 60 ; MRT 68 ; Phillips p. 192 ; Eyssartier et Roux p. 90FE 2 pl. 8 ; BK 3 8 ; Bon p. 35 ; CD 1669 ; Cetto 264 ; Marchand 60 ; MRT 68 ; Phillips p. 192 ; Eyssartier et Roux p. 90 ; A phylogenetic study of Boletus section Boletus in Europe-
21/04/2018Boletus edulisConfusions possibles-Boletus reticulatus, espèce très ressemblante, dont la surface du chapeau est légèrement tomenteuse, a un goût plus sucré, n'a pas de coloration rousse sous la cuticule à la coupe, est plus précoce et un peu plus thermophile. Boletus fulvomaculatus, a le chapeau brun clair à jaune citrin et est tâché de rouille-fauve. Boletus aereus,est plus trapu, a le chapeau brun foncé, à le pied plus coloré, et est plus thermophile. Boletus carpinaceus, a le chapeau gris (voir blanc dans la jeunesse), son stipe est plus coloré, pousse sous les charmes et semble n'être connu que de l'Europe de l'Est. Boletus mamorensis, plus trapu, a le chapeau plus foncé recouvert d'une pruine beige et le pied plus coloré, pousse sous chênes-lièges seulement connu du Maroc, mais vendu sur les marchés européens. Boletus pinophilus, de couleurs plus chaudes, a le chapeau souvent ridé et pruineux, pousse sous les pins (Pinus). Boletus pinetorum, a le chapeau de couleur brun-gris, un pied plus long, des caulocystides lagéniformes et pousse sous les pins en Fennoscandie. Boletus aurantioruber, espèce américaine qui aurait été retrouvé en Europe, pousse sous les pins (Pinus), a le chapeau brun-rouge, les pores qui verdissent au frottement et dont le réseau sur le pied est de couleur rose-cannelle à rouille. Xanthoconium separans, espèce dont le chapeau est de couleur rose-rouge, le pied rose, s'éclaircissant à la base, réagit en vert à l'ammoniaque sur le chapeau et est une espèce très rare et thermophile à l'origine américaine. -
21/04/2018Boletus edulisVaréiétés/formes-Boletus edulis var. arenarius diffère par son stipe clavé diforme, sous pin, sabulicole. Boletus edulis var. pusteriensis a un chapeau brun et des pores jaunes à léger bleuissement. Boletus edulis var. venturii (aussi appelé Boletus venturii) a le chapeau de couleur jaune citrin. A comparer à Boletus fulvomaculatus. Boletus edulis var. albus (aussi appelé Boletus persoonii) est entièrement blanc. Boletus edulis var. betulicola, au chapeau gris et au stipe pâle possède un réseau limité à la partie sommmitale et pousse de préférence sous bouleau (Betula). Boletus edulis var. clavipes d'origine américaine mais déjà retrouvé en Europe est de couleur plus chaude, jaune orangé à la marge et possède des couleurs roussâtres à la base du pied. Boletus edulis fo. arcticus, plus petit, plus pâle, pousse sous les bouleaux nains (Betula nana). Boletus edulis var. quercicola, de couleur plus jaune pousse sous les chênes (Quercus). Boletus edulis var. grandedulis, variété américaine de grande stature, développe des pores de couleur brune à cannelle, pousse sous Pinus muricata. Boletus edulis morphotype 'Fagus', possède un chapeau brun très foncé, pruineux-tomenteux, le stipe renflé et entièrement réticulé, pousse sous les hêtres (Fagus). Boletus edulis morphotaxon 'Tilia', possède un chapeau glabre, rouge-brun vif, un stipe réticulé de blanc sur fond brun, pousse sous les tilleuls (Tilia). Boletus edulis morphotaxon 'Pinus', qui correspond à Boletus edulis var. arenarius mais étendu à plus de caractéristiques.-
21/04/2018Boletus edulisCommentairesEspèce très recherchée par les mycophages car comestible de premier choix, vendu frai sur les marchés ou conservé en boite. La var. arenarius Engel et al. diffère par son stipe clavé diforme, sous pin, sabulicole. La var. pusteriensis Ferrarese et Simonini a un chapeau brun et des pores jaunes à léger bleuissement. La forme blanche Boletus persoonii et la forme jaune Boletus venturii sont considérées comme des espèces à part entière par certains auteurs.Espèce très recherchée par les mycophages car comestible de premier choix, vendu frais sur les marchés ou conservé en boîte. Les cèpes (genre Boletus ss. stricto), possèdent une grande quantité de glutamate monosodique (E621, exhausteur de goût) et de 5′-nucleotides, qui lui donne un forte saveur umami et le rend plaisant à manger.-
21/04/2018Marasmius buxiConfusions possibles-Cette espèce est bien caractérisée par son habitat sur restes morts de buis.-
21/04/2018Marasmius buxiCommentairesTardif. Fin d'automne jusqu'au printemps. Dans l'aire de distribution du buis, probablement pas rare.Tardif. Fin d'automne jusqu'au printemps. Dans l'aire de distribution naturelle du buis, probablement pas rare.-
21/04/2018Marasmius buxiEcologie DescriptionSur feuilles de Buxus sempervirens (buis) plus ou moins pourries, rarement sur branchettes. Egalement sur feuilles et branches tombées ou encore fixées à l'arbre mais près du sol.Sur feuilles de Buxus sempervirens (buis) plus ou moins pourries, rarement sur branchettes. Egalement sur feuilles et branches tombées ou encore fixées à l'arbre mais près du sol.-
21/04/2018Caloscypha fulgensConfusions possibles-Cette espèce est bien caractérisée par son verdissement.-
21/04/2018Caloscypha fulgensVaréiétés/formes-Caloscypha fulgens var. caesioalba est une forme albinique de ce champignon, l'absence des pigments oranges rendent les champignon entièrement blancs et ne laissant que des tâches bleues sur l'apothécie.-
21/04/2018Caloscypha fulgensCommentairesIsolé. Assez rare. Printemps (jusqu'au début de l'été). Isolé. Assez rare. En voie de raréfaction. Printemps (jusqu'au début de l'été). -
21/04/2018Caloscypha fulgensStipe Description-Absent.-
21/04/2018Caloscypha fulgensEcologie DescriptionSur terre moussue, aiguilles et feuilles dans les forêts de feuillus et conifères,( Abies ) surtout en régions montagneuses. Sur terre moussue, aiguilles et feuilles dans les forêts de feuillus et conifères,(parasite des graines d'Abies ) surtout en régions montagneuses. -
21/04/2018Phallus indusiatusConfusions possibles-Phallus impudicus, comprend plusieurs variétés comportant une indusie.-
21/04/2018Phallus indusiatusCommentairesConsommé en Chine. Frustrés de ne pas comprendre l'utilité de cette indusie spectaculaire, certains ont supposé qu'elle pourrait rendre le champignon plus visible aux insectes en mal d'odorat, ou faciliter l'escalade des rampanst vers le chapeau (voilà un fungi qui ajoute du "fun") comme les "Jungle Gyms" des jardins d'enfants.Consommé en Chine. Frustrés de ne pas comprendre l'utilité de cette indusie spectaculaire, certains ont supposé qu'elle pourrait rendre le champignon plus visible aux insectes en mal d'odorat, ou faciliter l'escalade des rampants vers le chapeau (voilà un fungi qui ajoute du "fun") comme les "Jungle Gyms" des jardins d'enfants.-
21/04/2018Phallus indusiatusGléba Descriptionbrun verdâtre à vert glauque, olive foncé, très visqueuse, épousant étroitement le relief du chapeau réticulé-alvéolé, à odeur nauséabonde et incommodante.Brun verdâtre à vert glauque, olive foncé, très visqueuse, épousant étroitement le relief du chapeau réticulé-alvéolé, à odeur nauséabonde et incommodante.-
21/04/2018Phallus indusiatusEcologie DescriptionThermophile et tropical, Afrique, Asie, Amérique du Sud, Australie, en juin et en automne au Japon, peu commun à rare, isolé ou en troupe, sous bambous ou rudéralThermophile et tropical, Afrique, Asie, Amérique du Sud, Australie, en juin et en automne au Japon, peu commun à rare, isolé ou en troupe, sous bambous ou rudéral. Les récoltes rapportées des régions européennes sont à prendre avec des pincettes, elle appartiennent généralement à d'autres espèces, mais il n'est pas impossible de la retrouver dans des serres chauffées.-
21/04/2018Morchella conicaVaréiétés/formes-Morchella conica var. purpurascens, de couleur généralement purpurine. Morchella conica var. atra, de couleur noire.-
21/04/2018Morchella conicaCommentairesSouvent dans l'herbe des taillis.--
21/04/2018Morchella conicaChapeau/Tête Descriptiontronconique, brun olivacé à fauve.Tronconique, brun olivacé à fauve.-
21/04/2018Morchella conicaStipe Descriptionun peu renflé à la base Un peu renflé à la base -
21/04/2018Morchella conicaEcologie Descriptionsous conifères généralement mêlés de feuillus.Sous conifères généralement mêlés de feuillus.-
21/04/2018Hymenostilbe speciesCommentairesLes anamorphes de Cordyceps ss. lato, sont très difficile à déterminer.Les anamorphes de Cordyceps ss. lato, sont très difficiles à déterminer.Correction d'un faute d'orthographe
21/04/2018Hymenostilbe speciesNoms français-Anamorphe d'Ophiocordyceps indeterminé-
21/04/2018Hymenostilbe speciesRéférences-Les Cordyceps entomophiles d'Europe-
21/04/2018Hymenostilbe speciesCommentairesSur BombusLes anamorphes de Cordyceps ss. lato, sont très difficile à déterminer.-
21/04/2018Hymenostilbe speciesEcologie Description-Sur Bombus.-
21/04/2018Flammulina ononidisRéférencesCD 633 ; Lud 1 p 137 ; KV p 254 ; Eyssartier et Roux p. 352CD 633 ; Lud 1 p 137 ; KV p 254 ; Eyssartier et Roux p. 352 ; RCM vol. 29 p.81-91Ajout des confusions possibles
21/04/2018Flammulina ononidisConfusions possibles-Flammulina cephalariae, poussant sur Cephalaria leucantha (peut-être d'autres espèces), a un diamètre de chapeau plus grand, des spores plus grandes et des cystides de forme différente.Ajout des confusions possibles
21/04/2018Flammulina ononidisCommentairesEn relation avec Ononis spinosa en arrière saison.-Ajout des confusions possibles
21/04/2018Flammulina ononidisEcologie Description-En relation avec Ononis spinosa en arrière saison.Ajout des confusions possibles
11/04/2018Amanita junquilleaVaréiétés/formes-Amanita junquillea fo. amici est plus trapue, ses flocons sont grisâtres. Amanita junquillea var. gracilis, qui est plus gracile et dont le voile est plus fugace. Amanita junquillea var. vernalis qui vient au printemps. Amanita junquille var. exannulata de couleur plus claire et dont le voile est très fugace, voir absent.-
11/04/2018Amanita junquilleaCommentairesLa fo. amici (Gill.) Gilb., plus grande, plus sombre, à flocons grisâtres est plus tardive.--
11/04/2018Amanita heterochromaConfusions possibles-Amanita junquillea, de plus petite taille, qui possède une volve annelée, et dont les restes véliques sur le chapeau sont des petites plaques plutôt que des verrues, son anneau est également moins floconneux.-
11/04/2018Amanita heterochromaCommentairesSardaigne.--
11/04/2018Amanita heterochromaChapeau Marge striéeNonOui ou Non-
11/04/2018Amanita heterochromaLames Description-Libres-
11/04/2018Amanita heterochromaEcologie DescriptionSous Eucalyptus.Sous Eucalyptus. Connu de la Sardaigne.-
07/04/2018Amanita caesareaConfusions possibles-Aucune en Europe.-
07/04/2018Amanita caesareaVaréiétés/formes-Amanita caesarea fo. alba de couleur entièrement blanche. Amanita caesarea fo. lutea ayant le chapeau de couleur jaune.-
07/04/2018Amanita caesareaCommentairesOdeur faible, agréable. Pousse de juillet à octobre. Excellent comestible recherché. Il existe une f. alba blanche et une f. lutea.Odeur faible, agréable. Pousse de juillet à octobre. Excellent comestible recherché. Parfois parasitée par Mycogone rosea. -
07/04/2018Gomphidius roseusConfusions possibles-Gomphidius subroseus, espèce américaine, possédant la base du pied jaune, poussant sous les sapins de Douglas et parasitant Suillus lakei. En vue de la présence de son hôte en Europe, il n'est pas impossible de l'y trouver. Répartition : Etats-Unis. Gomphidius pseudoflavipes, également américain, pousse sous les vrais sapins (genre Abies) et les pins possède un chapeau ocre-brun et une base du pied jaune vif et de très grandes spores de 18-40 x 6-8 μm. Répartition : Californie, Etats-Unis. Chroogomphus flavipes, une espèce aussi américaine, est plus grêle, possédant un chapeau rouge et un pied jaune vif, ayant des spores de 18-29 μm. Répartition : chaîne des Appalaches, Etats-Unis.Ajout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusCommentairesSous pins, souvent associé à Suillus bovinus.-Ajout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusChapeau Couleur-SaumonAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusChapeau Description-RoseAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusLames Couleur-GrisAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusLames Description-DécurrentesAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusStipe Couleur-BlancAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusStipe Anneau-OuiAjout des confusions possibles
07/04/2018Gomphidius roseusEcologie Description-Sous pins, parasite de Suillus bovinus.Ajout des confusions possibles
13/02/2018Russula persicinaVaréiétés/formes-La var. intactior sous bouleaux se décolore en gris jaunâtre ocracé. La var. rubrata (charmes, tilleuls) rouge foncé, non décolorante (Marchand 439). La f. morchelloides probablement due à une bactérie rend le champignon méconnaissable.-
13/02/2018Russula persicinaCommentairesLa var. intactior sous bouleaux se décolore en gris jaunâtre ocracé. La var. rubrata (charmes, tilleuls) rouge foncé, non décolorante (Marchand 439). La f. morchelloides probablement due à une bactérie rend le champignon méconnaissable.--
04/02/2018Tetrapyrgos nigripesEcologie Descriptionsur ramilles et pétioles de feuilles; très commun à Mayotte à la saison des pluies. En été-automne sur toutes sortes de supports ligneux ou feuilles mortes, Amériques, Afrique, AsieSur ramilles et pétioles de feuilles; très commun à Mayotte à la saison des pluies. En été-automne sur toutes sortes de supports ligneux ou feuilles mortes, Amériques, Afrique, Asie. En Europe, dans les serres chauffées.-
25/01/2018Gyrodon lividusRéférencesFE 2 pl. 3 ; BK 3 28 ; Bon p. 33 ; CD 1625 ; Marchand 239 ; Cetto 272 ; Galli p. 47 ; LE pl. 1C ; MRT 15 ; Phillips p. 206 ; Eyssartier et Roux p. 74FE 2 pl. 3 ; BK 3 28 ; Bon p. 33 ; CD 1625 ; Marchand 239 ; Cetto 272 ; Galli p. 47 ; LE pl. 1C ; MRT 15 ; Phillips p. 206 ; Eyssartier et Roux p. 74 ; Österr. Z. Pilzk. 16 (2007)Ajout d'une référence bibliographique
24/01/2018Rhizomarasmius setosusEtymologie-de seta ou saeta : soie d'animaux, poils, crin -osus Couvert de soies, de poils, de crins.-
24/01/2018Rhizomarasmius setosusConfusions possibles-Rhizomarasmius undatus, est plus clair et parasite les rhizomes de fougères aigle. Rhizomarasmius epidryas, parasite les dryades. Rhizomarasmius oreinus, parasite les angiospermes alpins.-
24/01/2018Rhizomarasmius setosusEcologie Description-Sur feuilles mortes de feuillus.-
24/01/2018Terana caeruleaConfusions possibles-Ce champignon ne peut être confondu avec aucun autre à cause de sa couleur bleu intense.-
24/01/2018Terana caeruleaCommentairesSeule crôute à avoir des teintes aussi bleu intense.--
24/01/2018Lepiota citrophyllaComestibilitéInconnuToxique-
24/01/2018Lepiota citrophyllaConfusions possibles-Lepiota elaiophylla, Lepiota xanthophylla, -
24/01/2018Chlorophyllum molybditesConfusions possibles-Chlorophyllum brunneum, plus trapu, à calotte brune, plus brun, rougit sur le pied quand il est gratté, a le pied bulbeux et a la calotte brune. Chlorophyllum hortense, plus petit, a des lames blanches et sa calotte est de couleur jaune ocre. -
24/01/2018Chlorophyllum molybditesCommentairesUne seule espèce principale, exotique et rarement récoltée dans les serres en Europe. Principal responsable d'intoxication chez les Européens vivant en région tropicale (en raison de sa ressemblance avec Chlorophyllum rachodes).Principal responsable d'intoxication chez les Européens vivant en région tropicale (en raison de sa ressemblance avec Chlorophyllum rachodes).-
24/01/2018Chlorophyllum molybditesEcologie DescriptionSur pelouse et dans les parcs ( Amérique, Océanie, Afrique, Asie, etc...), uniquement en serre en jardins botaniques ou en pots de fleurs en climat tempéré. Remarques : ( voir listes de récoltes )Sur pelouse et dans les parcs ( Amérique, Océanie, Afrique, Asie, etc...), uniquement en serre en jardins botaniques ou en pots de fleurs en climat tempéré. Remarques : ( voir listes de récoltes )-
24/01/2018Squamanita odorataEtymologie-odorare : parfumer, sentir. Parfumé, odorant.-
24/01/2018Squamanita odorataRéférencesCD 647 ; Eyssartier et Roux p. 364BK 4 261 ; CD 647 ; Eyssartier et Roux p. 364-
24/01/2018Squamanita odorataConfusions possibles-Squamanita pearsonii, a des spores pseudo-amyloïdes, ses conidies sont ornementées, ne possède pas de cécidiocarpe, mais seulement une base jaune.-
24/01/2018Squamanita odorataChapeau CouleurBrun, Gris, MauveGris-
24/01/2018Squamanita odorataChapeau Visqueux-Non-
24/01/2018Squamanita odorataChapeau Forme mamelonnée-Non-
24/01/2018Squamanita odorataChapeau Hygrophane-Non-
24/01/2018Squamanita odorataLames CouleurCrème, Gris, MauveCrème, Gris-
24/01/2018Squamanita odorataStipe Bulbeux/Marginé-Oui-
24/01/2018Squamanita odorataStipe Visqueux-Non-
24/01/2018Squamanita odorataStipe Description-Stipe se terminant par un cécidiocarpe.-
24/01/2018Squamanita odorataEcologie Description-Dans les parcs et jardins. Parasite d'Hebeloma mesophaeum.-
24/01/2018Amanita muscariaRéférencesBK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294 ; N. S. & C.S. p.34-35BK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294 ; N. S. & C.S. p. 34-
24/01/2018Amanita muscariaEtymologie-musca : mouche + suffixe -arius Relatif aux mouches.-
24/01/2018Amanita muscariaRéférencesBK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294BK 4 152 ; Bon p. 297 ; CD 837 ; Cetto 5 ; Galli p. 113 ; Marchand 4 ; MT 84 ; Phillips p. 15 ; FE 9 photo 18 A et B ; Eyssartier et Roux p. 294 ; N. S. & C.S. p.34-35-
24/01/2018Amanita muscariaConfusions possibles-Amanita heterochroma, plus charnue, au chapeau jaune à centre brun, a le voile gris sale et pousse sous les eucalyptus.-
24/01/2018Amanita muscariaVaréiétés/formes-Amanita muscaria var. alba est blanche. Amanita muscaria var. aureola, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. Amanita muscaria fo. flavivolvata à voile jaune, pâlit facilement. Amanita muscaria var. fuligineoverrucosa dont les flocons se tachent de brun-gris avec l'âge. Amanita muscaria fo. guessowii, au chapeau jaune à rougeâtre de grand diamètre et son voile est jaune. Amanita muscaria var. persicina, au chapeau rosé à orange-melon, possède très peu de voile.-
24/01/2018Amanita muscariaCommentairesLa var. alba (Peck) Peck est blanche. La var. aureola (Kalchbr.) Vesely, plus grêle, hygrophile, a le chapeau subnu. La f. flavivolvata (Singer) Neville & Poumarat , à voile jaune, pâlit facilement.--
24/01/2018Amanita muscariaChapeau CouleurBlanc, Jaune, Orange, RougeBlanc, Crème, Jaune, Orange, Rouge, Saumon-
24/01/2018Amanita muscariaEcologie DescriptionTrès répandue, elle abonde d'aôut à novembre sous feuillus et sous conifères. Sur sols acides non calcaires de préférence.Très répandue, elle abonde d'août à novembre sous feuillus et sous conifères. Sur sols acides non calcaires de préférence.-
24/01/2018Stereum sanguinolentumConfusions possibles-Stereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum rugosum, pousse sur feuillus, rougit moins et plus lentement, est pérenne, est plus épais, crouteux.-
24/01/2018Stereum sanguinolentumCommentairesFréquent. Annuel. Toute l'année. Remarques : Pourriture blanche peu active. Régression pendant les mois secs. Fréquent. Annuel. Toute l'année. Pourriture blanche peu active. Régression pendant les mois secs. -
24/01/2018Stereum rugosumConfusions possiblesStereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum rugosum, pousse sur conifères, rougit plus et plus rapidement, est annuel, est moins épais.Stereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum sanguinolentum, pousse sur conifères, rougit plus et plus rapidement, est annuel, est moins épais.-
24/01/2018Stereum rugosumConfusions possiblesStereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum rugosum, pousse sur feuillus, rougit plus et plus rapidement, est annuel, est moins épais.Stereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum rugosum, pousse sur conifères, rougit plus et plus rapidement, est annuel, est moins épais.-
24/01/2018Stereum rugosumConfusions possibles-Stereum gausapatum, pousse sur chêne, a toujours la marge réfléchie et forme des chapeaux mous et élastiques, et ses couleurs sont plus foncées et moins grises. Stereum rugosum, pousse sur feuillus, rougit plus et plus rapidement, est annuel, est moins épais.-
24/01/2018Stereum rugosumCommentairesAssez commun . Pérenne. Remarques : Toute l'année, avec arrêt de végétation par les temps trop secs. Pourriture blanche assez active. Il suffit de meurtrir la surface fertile par frottement ou de l'égratigner pour que les blessures se prennent à rougir. Assez commun . Pérenne. Toute l'année, avec arrêt de végétation par les temps trop secs. Pourriture blanche assez active. Il suffit de meurtrir la surface fertile par frottement ou de l'égratigner pour que les blessures se prennent à rougir. -
24/01/2018Stereum gausapatumSynonymes Auricularia reflexa var. 5 variegata Bulliard (1791) , Histoire des champignons de la France, 1, p. 282, tab. 483, fig. 5 L-M Thelephora gausapata Fries (1828) , Elenchus fungorum, sistens commentarium in systema mycologicum, 1, p. 171 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1832)(index) Cladoderris gausapata (Fries) Fries (1849) , Kongl. vetenskaps akademiens handlingar, 1848, p. 142 Stereum gausapatum (Fries) Fries (1874) , Hymenomycetes europaei sive epicriseos systematis mycologici, p. 638 (nom actuel) Stereum cristulatum Quélet (1875) , Mémoires de la Société d'Emulation de Montbéliard, série 2, 5, p. 443(15), tab. 1, fig. 15 Stereum hirsutum var. cristulatum (Quélet) Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 205 Stereum quercinum Potter (1902) , Transactions of the royal English arboricultural Society, 1901-02, p. 7 (nom. inval.) Stereum reflexum var. cristulatum (Quélet) Saccardo (1916) , Flora italica cryptogama. Pars 1: Fungi. Hymeniales, 1(15), p. 1148 Stereum occidentale Lloyd (1919) , Mycological writings, 5, letter n° 69, p. 12 Stereum lacunosum Velenovský (1922) , Ceské houby, 4-5, p. 763 Stereogloeocystidium spadiceum (Schweinitz) Rick (1940) , Brotéria, série trimestral, ciências naturais, 9, p. 82 Haematostereum gausapatum (Fries) Pouzar (1959) , Ceská mykologie, 13(1), p. 13 Auricularia reflexa var. variegata Bulliard (1791) , Histoire des champignons de la France, 1, p. 282, tab. 483, fig. 5 L-M Thelephora gausapata Fries (1828) , Elenchus fungorum, sistens commentarium in systema mycologicum, 1, p. 171 (Basionyme) Sanctionnement : Fries (1832)(index) Cladoderris gausapata (Fries) Fries (1849) , Kongl. vetenskaps akademiens handlingar, 1848, p. 142 Stereum gausapatum (Fries) Fries (1874) , Hymenomycetes europaei sive epicriseos systematis mycologici, p. 638 (nom actuel) Stereum cristulatum Quélet (1875) , Mémoires de la Société d'Emulation de Montbéliard, série 2, 5, p. 443(15), tab. 1, fig. 15 Stereum hirsutum var. cristulatum (Quélet) Quélet (1886) , Enchiridion fungorum in Europa media et praesertim in Gallia vigentium, p. 205 Stereum quercinum Potter (1902) , Transactions of the royal English arboricultural Society, 1901-02, p. 7 (nom. inval.) Stereum reflexum var. cristulatum (Quélet) Saccardo (1916) , Flora italica cryptogama. Pars 1: Fungi. Hymeniales, 1(15), p. 1148 Stereum occidentale Lloyd (1919) , Mycological writings, 5, letter n° 69, p. 12 Stereum lacunosum Velenovský (1922) , Ceské houby, 4-5, p. 763 Stereogloeocystidium spadiceum (Schweinitz) Rick (1940) , Brotéria, série trimestral, ciências naturais, 9, p. 82 Haematostereum gausapatum (Fries) Pouzar (1959) , Ceská mykologie, 13(1), p. 13 -
24/01/2018Stereum gausapatumConfusions possibles-Stereum sanguinolentum, pousse sur conifères, est plus gris, dont l'épaisseur de la paroi des pseudocystides est supérieure à 1,5 μm. Stereum rugosum, pousse sur feuillus (parfois sur chêne), rougit moins et plus lentement, est pérenne, plus épais, crouteux. Stereum hirsutum, dont certaines formes seraient rougissantes, dont la paroi des pseudocystides mesure en moyenne plus de 1,5 μm.-
24/01/2018Stereum gausapatumCommentairesAnnuel ou pérenne. Assez rare. Tout au long de l'année. Remarques : Régression par les temps secs. Annuel ou pérenne. Assez rare. Tout au long de l'année. Régression par les temps secs. -
24/01/2018Stereum gausapatumChair DescriptionConsistance élastique et tenace à l'état frais, dure et cassante à l'état sec. Consistance élastique et tenace à l'état frais, dure et cassante à l'état sec. Rougissant au frottement.-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusConfusions possiblesHygrophorus hyacinthinus, plus clair et plus frêle, possède une odeur typique de jacinthe (ou bonbon anglais) Hygrophorus roseifolius, a les lames roses et le plus brun Hygrophorus odoratus, plus petit, dont les lames ont des reflets roses et la marge du chapeau onduléeHygrophorus hyacinthinus, plus clair et plus frêle, possède une odeur typique de jacinthe (ou bonbon anglais) Hygrophorus roseifolius, a les lames roses et sont chapeau est brunâtre. Hygrophorus odoratus, plus petit, dont les lames ont des reflets roses et la marge du chapeau onduléeCorrection d'une erreur
24/01/2018Hygrophorus agathosmusConfusions possibles-Hygrophorus hyacinthinus, plus clair et plus frêle, possède une odeur typique de jacinthe (ou bonbon anglais) Hygrophorus roseifolius, a les lames roses et le plus brun Hygrophorus odoratus, plus petit, dont les lames ont des reflets roses et la marge du chapeau ondulée-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusVaréiétés/formes-Hygrophorus agathosmus fo. aureofloccosus a le sommet du stipe ponctué de jaune or. Hygrophorus agathosmus fo. albus est blanc de manière persistente.-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusCommentaires-Le nom actuel d'Hygrophorus agathosmus est Hygrophorus cerasinus.-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusChapeau CouleurBrun, Crème, GrisBlanc, Brun, Crème, Gris-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusChapeau Description-Parfois blanc dans la jeunesse puis gris.-
24/01/2018Hygrophorus agathosmusEcologie Description-Sous conifères.-
23/01/2018Hygrophorus olivaceoalbusVaréiétés/formes-La var. gracilis, plus petite, non mamelonnée, viendrait sous feuillus.-
23/01/2018Hygrophorus olivaceoalbusCommentairesSous épicéas. La var. gracilis, plus petite, non mamelonnée, viendrait sous feuillus.--
23/01/2018Hygrophorus olivaceoalbusEcologie Description-Sous épicéas.-
22/01/2018Gyrodon lividusConfusions possibles-Gyrodon macrosporus est la seule autre espèce du genre en Europe. Elle est plus petite, a des pores légèrements décurrents, la marge du chapeau ondulée, possède des spores mesurant jusqu'à 9 μm de longueur et pousse sous les chênes-
22/01/2018Gyrodon lividusEcologie HabitatSous feuillusAulnes-
22/01/2018Amanita beckeriConfusions possibles-Amanita dryophila, a des spores largement elliptiques mesurant 10-12 x 9-10 μm. Amanita oblongispora, possède des plaques vélaires sur tout le pied, un voile blanc friable et des spores elliptiques de 10-13,5 x 8-10,5 μm. Amanita stenospora, similaire à la précédente, possède des spores elliptiques et allongées de 10,5-15,5 x 8-9,5 μm et son voile n'est pas friable. Amanita brunneoconnulus, est une espèce proche dont la différenciation n'est pas très claire.-
22/01/2018Amanita battarraeComestibilité-Comestible-
22/01/2018Amanita battarraeConfusions possibles-Amanita umbrinolutea, qui pousse sous feuillus et présente une réaction de K-K négative. Amanita fusco-olivacea, est plus trapue, a le chapeau de couleur bronze et le pied chiné de gris. Amanita ochraceomaculata, a la volve tachée de rouille, le chapeau de couleur ocre-noisette ou café au lait, les lames fumées de rosâtre à maturité et le pied blanc fumé de gris noisette.-
22/01/2018Amanita basianaConfusions possibles-Amanita ceciliae, plus grande, pousse plus en altitude.-
22/01/2018Amanita avellaneaConfusions possiblesAmanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est taché d'ocre. Amanita badia, plus trapue, a le pied fumé de brun, a parfois le chapeau mamelonné et peut pousser dans les mêmes milieuxAmanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est tachée d'ocre. Amanita badia, plus trapue, a le pied fumé de brun, a parfois le chapeau mamelonné et pousse dans les lieux humidesCorrection d'une erreur
22/01/2018Amanita badiaConfusions possibles-Amanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est tachée d'ocre. Amanita avellanea, moins trapue, n'a jamais le pied fumé de brun-
22/01/2018Amanita avellaneaConfusions possiblesAmanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est taché d'ocre.Amanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est taché d'ocre. Amanita badia, plus trapue, a le pied fumé de brun, a parfois le chapeau mamelonné et peut pousser dans les mêmes milieux-
22/01/2018Amanita avellaneaEtymologie-de Corylus avellana, le noisettier, pour la couleur de son chapeau.-
22/01/2018Amanita avellaneaConfusions possibles-Amanita betulae, plus foncée et est liée au bouleau. Amanita ochraceomaculata, pousse sous les épicéas et sa volve est taché d'ocre.-
22/01/2018Amanita asteropusConfusions possibles-Amanita citrina, dont le bulbe ne se fend pas, a le chapeau plus aplati et ne possède pas de taches de couleur rouille.-
22/01/2018Amanita abruptaEtymologie-abruptus : abrupt En référence à son bulbe.-
22/01/2018Amanita abruptaConfusions possibles-Amanita virgineoides, a des épines sur le chapeau, est plus charnue et a un bulbe moins abrupt. Amanita japonica, est plus charnue, possède un bulbe moins abrupt et possède de nombreuses petites épines détachables sur le chapeau. -
22/01/2018Agaricus essetteiConfusions possibles-Agaricus sylvicola, à des spores plus grandes et ne possède pas de bulbe à la base du pied.-
22/01/2018Agaricus essetteiCommentairesStipe le plus souvent nettement marginé, odeur d'amande amère. Spores plus grandes que son sosie, Agaricus sylvicola .Stipe le plus souvent nettement marginé, odeur d'amande amère.-
22/01/2018Agaricus augustusEtymologie-augustus : auguste Pour sa stature imposante.-
22/01/2018Agaricus augustusConfusions possibles-Agaricus impudicus, a des squames moins marquées, plus foncées et possède une odeur proche de Lepiota cristata Agaricus bellaniae, est plus petit et a des spores mesurant 6-8 x 4,5 µm. Agaricus salicophilus, possède des spores plus larges. -
22/01/2018Agaricus augustusVaréiétés/formes-Agaricus augustus var. perrarus : possède des squames plus fines, plus claires et le dessous de l'anneau est jaunâtre.-
22/01/2018Agaricus abruptibulbusEtymologie-abrupti- : abrupt bulbus : bulbe A bulbe brupte, en référence à son bulbe typique-
22/01/2018Agaricus abruptibulbusConfusions possibles-Agaricus sylvicola, ne possède pas de bulbe à la base du pied.-
22/01/2018Abortiporus biennisConfusions possiblesSistotrema confluens, plus nettement stipité, à pores déchiquetés, non rosissants et odeur particulière, pharmaceutique.Sistotrema confluens, plus nettement stipité, à pores déchiquetés, non rosissants et odeur particulière, pharmaceutique. Loweomyces fractipes, possède un stipe souvent latéral, des spores ovoïdes à subglobuleuses et une trame double.-
22/01/2018Laccaria bicolorEtymologie-bi- : deux color : couleur De deux couleurs-
22/01/2018Laccaria bicolorConfusions possibles-Laccaria trichodermophora qui a des spores plus globuleuses et des lames rose lilas Laccaria violaceibasis qui possède des basides bisporiques-
22/01/2018Laccaria bicolorCommentairesPlusieurs espèces ressemblent à Laccaria bicolor : - Laccaria trichodermophora qui a des spores plus globuleuses et des lames rose lilas - Laccaria violaceibasis qui possède des basides bisporiques C'est un champignon ecto-mycorhizien caractérisé par sa souplesse d'adaptation, vivant en symbiose avec la plupart des arbres, notamment le sapin de Douglas, première espèce de reboisement en France.C'est un champignon ecto-mycorhizien caractérisé par sa souplesse d'adaptation, vivant en symbiose avec la plupart des arbres, notamment le sapin de Douglas, première espèce de reboisement en France.-
22/01/2018Laccaria amethystinaEtymologie-amethystina : de la couleur de l'améthysteAjout de l'étymologie et des confusions possibles
22/01/2018Laccaria amethystinaConfusions possibles-Laccaria transilvanica, qui s'en distingue par ses spores elliptiques.Ajout de l'étymologie et des confusions possibles
22/01/2018Laccaria amethystinaCommentairesSeul le chapeau est comestible, le pied est trop fibreux. La seule autre espèce européenne entièrement violette est la très rare Laccaria transilvanica, qui s'en distingue par ses spores elliptiques. Seul le chapeau est comestible, le pied est trop fibreux. Ajout de l'étymologie et des confusions possibles
21/01/2018Laccaria bicolorCommentairesFacile à distinguer du clitocybe laqué, du laccaire farineux et de Laccaria laccata var. pseudobicolor, par sa base du pied violette. C'est un champignon ecto-mycorhizien caractérisé par sa souplesse d'adaptation, vivant en symbiose avec la plupart des arbres, notamment le sapin de Douglas, première espèce de reboisement en France.Plusieurs espèces ressemblent à Laccaria bicolor : - Laccaria trichodermophora qui a des spores plus globuleuses et des lames rose lilas - Laccaria violaceibasis qui possède des basides bisporiques C'est un champignon ecto-mycorhizien caractérisé par sa souplesse d'adaptation, vivant en symbiose avec la plupart des arbres, notamment le sapin de Douglas, première espèce de reboisement en France.Ajout de commentaires
21/01/2018Laccaria amethystinaCommentairesSeul le chapeau est comestible, le pied est trop fibreuxSeul le chapeau est comestible, le pied est trop fibreux. La seule autre espèce européenne entièrement violette est la très rare Laccaria transilvanica, qui s'en distingue par ses spores elliptiques. Modification de l'habitat et des commentaires
21/01/2018Laccaria amethystinaEcologie DescriptionUbiquiste en sous bois, très communUbiquiste en sous bois, parfois sur les troncs dégradés, très communModification de l'habitat et des commentaires
07/01/2018Battarrea phalloidesCommentairesL'écriture correcte du genre est Battarrea Avant, Battarrea stevenii était séparé de Batarrea phalloides pour les critères suivants : - une taille supérieure à 200 mm - la volve n'étant pas gélatineuse - l'absence de débris de voile sur la têteL'orthographe correcte du genre est Battarrea Avant, Battarrea stevenii était séparé de Batarrea phalloides pour les critères suivants : - une taille supérieure à 200 mm - la volve n'étant pas gélatineuse - l'absence de débris de voile sur la têteAjout de la microscopie
07/01/2018Battarrea phalloidesSpores Description-Spores subglobuleuses à ovoïdes, mesurant 5-5,5 x 5,5-6,2 μm, présentant des ornementations diverses.Ajout de la microscopie
07/01/2018Stropharia coronillaPhoto-Stropharia_coronilla_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Stropharia coronilla fo. sécotioïde, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
07/01/2018Spathularia flavidaPhoto-Spathularia_flavida_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Spathularia flavida, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
07/01/2018Battarrea phalloidesPhoto-Battarrea_phalloides_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Battarrea phalloides, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
07/01/2018Battarrea phalloidesComestibilité-Sans intérêt-
07/01/2018Battarrea phalloidesRéférencesBon p. 301 ; CD 1721Bon p. 301 ; CD 1721 ; BSM 3/2011 p. 97 ; L. H., V. A. & J. B. p. 386-
07/01/2018Battarrea phalloidesCommentairesL'écriture correcte du genre est Battarrea L'écriture correcte du genre est Battarrea Avant, Battarrea stevenii était séparé de Batarrea phalloides pour les critères suivants : - une taille supérieure à 200 mm - la volve n'étant pas gélatineuse - l'absence de débris de voile sur la tête-
07/01/2018Battarrea phalloidesChapeau Description-Tête de 25-45 mm de diam., formée d’un disque blanc grisâtre convexe, surplombé par un amas pulvérulent de spores de couleur rouille.-
07/01/2018Battarrea phalloidesChair Description-Chair inodore, saveur de bois, coriace.-
07/01/2018Battarrea phalloidesLames Description-Absentes.-
07/01/2018Battarrea phalloidesStipe Description-Stipe mesurant 6-12 mm de diam. s’amincissant vers la base, x 230-250 mm, long de 17-45 mm., blanc, à surface finement recouverte de méchules concolores.-
07/01/2018Battarrea phalloidesEcologie Description-Souvent sous Cupressus, dans des terrains arides.-
01/12/2017Entoloma carneogriseumPhotoEntoloma_carneogriseum_2017_ns_1.jpg-Suppression photo
17/09/2017Tricholomella leucocephalaPhoto-Tricholomella_leucocephala_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Tricholomella leucocephala, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
17/09/2017Hygrocybe ripariaPhoto-Hygrocybe_riparia_2017_ns_2.jpgAjout photo type Macro pour Hygrocybe riparia var. conicopalustris, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
17/09/2017Hygrocybe ripariaPhoto-Hygrocybe_riparia_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Hygrocybe riparia var. conicopalustris, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
17/09/2017Clitopilus prunulusCommentairesOdeur de farine. Attention aux confusions avec les clitocybes blancs toxiques.Attention aux confusions avec les clitocybes blancs toxiques. D'autres espèces de Clitopilus peuvent lui ressembler dont la plus commune est Clitopilus scyphoides var. intermedius possède des fructifications plus petites et l'absence d'odeur farineuse (mais la saveur l'est), par des spores plus petites et les hyphes de la trame sont métachromatiques.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusChapeau Description-Blanc, mat, parfois taché de gris.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusLames Description-Lames décurrentes, parfois peu net.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusChair Description-Blanche, molle et fragile. Odeur de farine.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusSpores Description-Sporée rose ou saumon.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusEcologie Description-Sur terre nue. Dans les forêts de feuillus et de conifères, les prairies boisées, les bords de chemins. Ce champignon à besoin de fraîcheur.Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
17/09/2017Clitopilus prunulusRéférencesBon p. 189 ; CD 968 ; Marchand 48 ; Eyssartier et Roux p. 618Bon p. 189 ; CD 968 ; Marchand 48 ; Eyssartier et Roux p. 618 ; BK 4 p.50-51Ajout de caractéristiques et modification des commentaires.
01/09/2017Psathyrella sphagnicolaPhoto-Psathyrella_sphagnicola_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Psathyrella sphagnicola, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
29/08/2017Entoloma carneogriseumPhoto-Entoloma_carneogriseum_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Entoloma carneogriseum, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
29/08/2017Hygrocybe citrinaPhoto-Hygrocybe_citrina_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Hygrocybe citrina, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
29/08/2017Agaricus sylvaticusPhoto-Agaricus_sylvaticus_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Agaricus sylvaticus var. pallescens, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
29/08/2017Mutinus raveneliiPhoto-Mutinus_ravenelii_2017_ns_1.jpgAjout photo type Macro pour Mutinus ravenelii, Copyright (c) 2017 Nicolas Schwab
10/04/2016Echinoderma bettinaeAuteur(Dörf) M. Bon(Dörf) M. Bon 1993-
10/04/2016Echinoderma bettinaeRéférencesLes Lépiotes M. Bon p.45 pl.1FLes Lépiotes M. Bon p. 45 pl. 1F-
10/04/2016Echinoderma asperumAuteur(Pers. : Fr.) Bon(Pers. : Fr.) Bon 1991-
10/04/2016Gyromitra melaleucaAuteurBresadola (1898)Bresadola 1898-
10/04/2016Dermoloma intermediumAuteurBonBon 1979-
10/04/2016Daldinia vernicosaNoms français-Daldinie vernie-
10/04/2016Daldinia clavataAuteurHenningsHennings 1902-
10/04/2016Daldinia clavataNoms français-Daldinie clavée-
10/04/2016Daldinia clavataFructification Descriptionfrctification brun noir allongéeFructification brun noir allongée-
10/04/2016Daldinia clavataChair Descriptioncerclée de blanc et noir même à la baseCerclée de blanc et noir même à la base-
10/04/2016Daldinia childiaeNoms français-Daldinie de Child-
10/04/2016Cystolepiota sistrataAuteurFr.) Singer ex Bon & Bellù 1985(Fr.) Singer ex Bon & Bellù 1985-
10/04/2016Cystolepiota sistrataAuteur(Fr.) Bon & BelluFr.) Singer ex Bon & Bellù 1985-
10/04/2016Cystolepiota moelleriNoms français-Lépiote de Möller-
10/04/2016Cystoderma superbumNoms français-Cystoderme superbe-
10/04/2016Cystoderma haematitesNoms français-Cystoderme rouge sang-
10/04/2016Cystoderma fallaxNoms français-Cystoderme trompeur-
10/04/2016Cystodermella cinnabarinaNoms français-Cystoderme rouge cinnabre-
10/04/2016Cyphella digitalisNoms français-Cyphelle en forme de doigt-
10/04/2016Cyathus striatusNoms français-Cyathe strié, Nid d'oiseau-
10/04/2016Cyathus helenaeNoms français-Cyathe d'Hélène-
10/04/2016Cyathus halepensisNoms français-Cyathe d'Alep-
10/04/2016Cuphophyllus flavipesNoms français-Hygrophore à pied jaune-
10/04/2016Cuphophyllus cinereusNoms français-Hygrophore cendré-
10/04/2016Cuphophyllus borealisNoms français-Hygrophore boréal-
10/04/2016Crinipellis tomentosaAuteur(Quélet) Singer(Quélet) Singer 1943-
10/04/2016Crinipellis corticalisAuteur(desm.) Sing. & Clç 1972(Desm.) Sing. & Clç 1972-
10/04/2016Crinipellis corticalisSynonymescrinipellis var. corticalis--
10/04/2016Crinipellis corticalisNoms français-Marasme des écorces-
10/04/2016Cribraria lepidaAuteurMeylanMeylan 1927-
10/04/2016Crepidotus macedonicusNoms français-Crépidote de Macédoine-
10/04/2016Crepidotus ehrendorferiNoms français-Crépidote abricot-
10/04/2016Crepidotus citrinusNoms français-Crépidote citrin-
10/04/2016Crepidotus brunneoroseusAuteurCourtecuisseCourtecuisse 1994-
10/04/2016Craterellus fallaxNoms français-Craterelle trompeuse-
10/04/2016Cotylidia undulataNoms français-Cotylidie ondulée-
10/04/2016Cotylidia carpaticaNoms français-Cotylidie des Carpates-
10/04/2016Cotylidia aurantiacaNoms français-Cotylidie orange-
10/04/2016Squamanita paradoxaCommentaires-Parasite du genre Cystoderma-
09/04/2016Cortinarius cedretorumNoms français-Cortinaire des cèdres-
09/04/2016Cortinarius castaneusNoms français-Cortinaire châtain-
09/04/2016Cortinarius caroviolaceusNoms françaisCortinaire rapace.Cortinaire rapace-
09/04/2016Cortinarius bolarisAuteur(Pers. : Fr.) Fr.(Pers.) Fr. 1838-
09/04/2016Cortinarius bergeroniiAuteur(Melot) Melot(Melot) Melot 1992-
09/04/2016Cortinarius basililaceusNoms français-Cortinaire à base lilas-
09/04/2016Cortinarius aureofulvusNoms français-Cortinaire fauve doré-
09/04/2016Cortinarius argenteopileatusSynonymesC. subargentatus--
09/04/2016Cortinarius argenteopileatusNoms françaisCortinaire argentéCortinaire à chapeau argenté-
09/04/2016Cortinarius argentatusNoms français-Cortinaire argenté-
09/04/2016Cortinarius argentatusComestibilité-Sans intérêt-
09/04/2016Cortinarius angulosusAuteurFr. ss. largo Fr. 1838 non ss. Kühner & Romagnesi-
09/04/2016Cortinarius ammophilusNoms français-Cortinaire des dunes-
09/04/2016Cortinarius albonigrellusNoms français-Cortinaire noir et blanc-
09/04/2016Cortinarius albertiiNoms français-Cortinaire d'Albert-
09/04/2016Cortinarius agathosmusNoms français-Cortinaire à odeur agréable-
09/04/2016Cortinarius affinisAuteurAllescherAllescher 1898-
09/04/2016Cortinarius affinisNoms français-Cortinaire affine-
09/04/2016Cortinarius adustorimosusNoms français-Cortinaire rimeux brûlé-
09/04/2016Cortinarius adalbertiNoms français-Cortinaire d'Adalbert-
09/04/2016Cortinarius acerbiformisAuteurReumauxReumaux 1992-
09/04/2016Cortinarius abietinusNoms français-Cortinaire du sapin-
09/04/2016Corticium roseumNoms français-Corticie rose-
09/04/2016Coprinopsis semitalisNoms françaisCoprins du bord des chemins.Coprins du bord des chemins-
09/04/2016Coprinus levisticolensNoms français-Coprin à odeur de livèche-
09/04/2016Coprinus cardiasporusNoms français-Coprin à spores en forme de cœur -
09/04/2016Coprinopsis macrocephalaNoms français-Coprin à grosse tête-
09/04/2016Coprinellus saccharinusSynonymesCoprinus saccharinusCoprinus saccharinus Romagn. 1976-
09/04/2016Coprinellus saccharinusNoms français-Coprin soupoudré de sucre-
09/04/2016Coprinellus pallidissimusNoms français-Coprin très pâle-
09/04/2016Coprinellus pallidissimusCommentairesCommun. Annuel. Peut être confondu avec Coprinellus micaceus et Coprinellus saccharinus.Commun. Peut être confondu avec Coprinellus micaceus et Coprinellus saccharinus.-
09/04/2016Coprinellus flocculosusSynonymesCoprinus flocculosusCoprinus flocculosus (DC.) Fr. 1838-
09/04/2016Coprinellus flocculosusNoms français-Coprin flocconeux-
09/04/2016Coprinellus deliquescensNoms français-Coprin déliquescent-
09/04/2016Panaeolus tropicalisSynonymesbispora ; cambodginiensis--
09/04/2016Panaeolus tropicalisNoms français-Panéole tropical-
09/04/2016Contumyces rosellusNoms français-Omphale rose-
09/04/2016Conocybe velutipesAuteur(Velen.) Hauskn. & Svrček(Velen.) Hauskn. & Svrček 1999-
09/04/2016Conocybe velutipesComestibilité-Sans intérêt-
09/04/2016Conocybe velutipesCommentairesSur chemin boueux bordé de frênes et charmes Chp 1cm brun rouge strié courtement à la marge sur le frais Stipe 4 X 0.- 0.2 cm avec base bulbilleuse Epicutis celluleux 25 – 35 X 10 – 15 µm Basides tétrasporiques de 25 X 10 µm Cheilocystides en forme de quille 20 X 7 - 8 µm Spores un peu hexagonales de 10 - 11.5 – (13) X 6 – 7 µm avec pore germinatif Pied sans cystides capitées Epicutis celluleux 25 – 35 X 10 – 15 µm Basides tétrasporiques de 25 X 10 µm Cheilocystides en forme de quille 20 X 7 - 8 µm Pied sans cystides capitées -
09/04/2016Conocybe velutipesChapeau Description-Strié courtement à la base sur le frais-
09/04/2016Conocybe velutipesLames CouleurBrun, CrèmeBrun, Crème, Rouge-
09/04/2016Conocybe velutipesStipe Description-4 x 0.1- 0.2 cm avec base bulbilleuse. Sans cystides capitées.-
09/04/2016Conocybe velutipesSpores Description-Spores un peu hexagonales de 10 - 11.5 – (13) X 6 – 7 µm avec pore germinatif-
09/04/2016Conocybe velutipesEcologie Description-Sur chemin boueux bordé de frênes et charmes-
09/04/2016Conocybe rickenianaNoms français-Conocybe de Ricken-
09/04/2016Conocybe pinetorumNoms français-Conocybe des pinèdes-
09/04/2016Conocybe pinetorumRéférences-Boletín de la Sociedad Micológica de Madrid 11(1): 85-
09/04/2016Conocybe pinetorumCommentairesBoletín de la Sociedad Micológica de Madrid 11(1): 85--
09/04/2016Conocybe macrosporaNoms français-Conocybe à grandes spores-
09/04/2016Conocybe lenticulosporaNoms français-Conocybe à spores lenticulaires-
09/04/2016Conocybe brachypodiiNoms français-Conocybe des brachypodes-
09/04/2016Conocybe albipesNoms français-Conocybe à pied blanc-
09/04/2016Lyophyllum graminicolaAuteurM. Bon ?M. Bon 1976-
09/04/2016Lyophyllum graminicolaSynonymesTeprocybe graminicolaTephrocybe graminicola-
09/04/2016Lyophyllum graminicolaNoms français-Collybie graminicole-
09/04/2016Clitopilus nevilleiAuteurP. Roux, P.-A Moreau, A. Charret & ContuP. Roux, P.-A. Moreau, Charret & Contu 2010-
09/04/2016Clitopilus nevilleiNoms français-Clitopile de Neville-
09/04/2016Clitopilus incrustatusNoms français-Clitopile incrusté-
09/04/2016Clitopilus brunneusNoms français-Clitopile brun-
09/04/2016Clitocybula lentaNoms français-Collybie des eucalyptus-
09/04/2016Clitocybe truncicolaNoms français-Clitocybe des troncs-
09/04/2016Clitocybe truncicolaChapeau Couleur-Blanc-
09/04/2016Hygrophorocybe niveaNoms français-Clitocybe blanc de neige-
09/04/2016Clitocybe nitrophilaNoms français-Clitocybe nitrophile-
09/04/2016Infundibulicybe meridionalisNoms français-Clitocybe meridional-
09/04/2016Clitocybe maximaNoms français-Clitocybe géant-
09/04/2016Clitocybe maximaChapeau Couleur-Crème, Saumon-
09/04/2016Infundibulicybe lateritiaNoms français-Clitocsbe couleur de brique-
09/04/2016Infundibulicybe lateritiaChapeau Couleur-Brun, Rouge-
09/04/2016Clitocybe langeiNoms français-Clitocybe de Lange-
09/04/2016Infundibulicybe glareosaNoms français-Clitocybe des glariers-
09/04/2016Clitocybe fragilipesNoms français-Clitocybe à pied fragile -
09/04/2016Clitocybe fimiphilaNoms français-Clitocybe fimicole-
09/04/2016Clitocybe ericetorumNoms français-Clitocybe des landes-
09/04/2016Clitocybe dryadicolaNoms français-Clitocybe des Dryas-
09/04/2016Clitocybe dionysaeNoms français-Clitocybe de Denise-
09/04/2016Clitocybe collinaNoms français-Clitocybe des collines-
09/04/2016Clitocybe barbularumNoms français-Clitocybe des barbules-
09/04/2016Clitocybe augeanaAuteur(Mont.) Sacc.(Mont.) Sacc. 1887-
09/04/2016Clitocybe anisataSynonymes-Clitocybe à odeur anisée-
09/04/2016Clitocybe alnetorumNoms français-Clitocybe des aulnes-
09/04/2016Paralepistopsis acromelalgaSynonymes-Paralepistopsis acromelalga (Ichimura) Vizzini 2012-
09/04/2016Clavulinopsis subtilisNoms français-Clavaire subtile-
09/04/2016Clavulinopsis microsporaNoms français-Clavaire à petites spores-
09/04/2016Clavulinopsis microsporaCommentairesLe plus souvent sous conifères. Proche de luteo-ochracea et de rufipes.Le plus souvent sous conifères. Proche de Clavulinopsis luteo-ochracea et de Clavulinopsis rufipes.-
09/04/2016Clavulina amethystinaNoms français-Clavaire améthyste-
09/04/2016Claviceps microcephalaNoms français-Ergot du seigle à petite tête-
09/04/2016Clavariadelphus helveticusNoms français-Clavaire pilon de Suisse-
09/04/2016Clavaria krieglsteineriNoms français-Clavaire de Krieglsteiner-
09/04/2016Cistella fugiensSynonymes-Dasyscyphus fugiens-
09/04/2016Cistella fugiensNoms françaisDasyscyphus fugiens--
09/04/2016Ciborinia camelliaeNoms français-Ciborie du Camelia-
09/04/2016Ciborinia bresadolaeNoms français-Ciborie de Bresadola-
09/04/2016Ciboria coryliNoms français-Ciborie du noisetier-
09/04/2016Ciboria coryliCommentairesressemble à Ciboria caucus qui a des spores plus petites et pousse sur châton d'Alnus.Ressemble à Ciboria caucus qui a des spores plus petites et pousse sur châtons d'Alnus.-
09/04/2016Ciboria betulicolaNoms français-Ciborie du bouleau-
09/04/2016Ciboria batschianaNoms français-Ciborie de Batsch-
09/04/2016Ciboria amentaceaNoms français-Ciborie de l'aulne-
09/04/2016Chrysomphalina chrysophyllaSynonymesGerronema chrysophyllumGerronema chrysophyllum (Fr.) Singer 1959-
09/04/2016Chrysomphalina chrysophyllaNoms français-Omphale à lames jaunes-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusNoms français-Gomphide fulminant-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusComestibilitéSans intérêtComestible-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusChapeau Couleur-Orange, Rouge-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusLames Couleur-Orange, Rouge-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusStipe Couleur-Orange, Rouge-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusStipe Anneau-Oui-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusStipe Description-Cortine-
09/04/2016Chroogomphus fulmineusEcologie Description-Sous Pins-
09/04/2016Chromosera cyanophyllaSynonymesOmphalina cyanophyllaOmphalina cyanophylla (Fr.) Quél. 1886 Agaricus cyanophyllus Fr. 1861-
09/04/2016Chromosera cyanophyllaNoms français-Omphale à lames violettes-
09/04/2016Chlorophyllum brunneumSynonymesLepiota brunnea Farl. & Burt 1929 Macrolepiota brunnea (Farl. & Burt) Wasser 1993 Macrolepiota rhacodes var. brunnea (Farl. & Burt) Candusso 1990 Chlorophyllum rhacodes Macrolepiota venenata ? Macrolepiota rhacodes var. venenata ? Macrolepiota rhacodes var. bohemica ? Macrolepiota rhacodes var. hortensis ?Lepiota brunnea Farl. & Burt 1929 Macrolepiota brunnea (Farl. & Burt) Wasser 1993 Macrolepiota rhacodes var. brunnea (Farl. & Burt) Candusso 1990 Macrolepiota rhacodes var. bohemica (Wichanský) Bellù & Lanzoni 1987 Macrolepiota rhacodes var. hortensis Pilát ex Wasser 1980-
09/04/2016Chlorophyllum brunneumNoms françaisLépiote déguenilléeLépiote des jardins-
09/04/2016Chlorophyllum brunneumNoms français-Lépiote déguenillée-
09/04/2016Chlorophyllum agaricoidesSynonymesEndoptycum agaricoidesEndoptychum agaricoides Czern. 1845-
09/04/2016Chlorophyllum agaricoidesNoms français-Lepiote agricoïde-
09/04/2016Chlorophyllum agaricoidesCommentaires-Il s'agit d'une espèce sécotioïde.-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumSynonymesNothopanus c.Nothopanus candidissimus (Berk. & M.A. Curtis) Kühner 1980-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumNoms français-Pleurote candide-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumChapeau Couleur-Blanc-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumLames Couleur-Blanc-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumStipe Couleur-Blanc-
09/04/2016Cheimonophyllum candidissimumStipe Anneau-Non-
09/04/2016Cellypha goldbachiiNoms français-Cyphelle de Goldbach -
09/04/2016Cantharellus romagnesianusAuteurEyssart. & Buick 1999Eyssart. & Buyck 1999-
09/04/2016Cantharellus ilicisAuteurOlariaga & SalcedoOlariaga & Salcedo 2008-
09/04/2016Cantharellus gallaecicusAuteur(Blanco-Dios) Olariaga(Blanco-Dios) Olariaga 2007-
09/04/2016Cantharellus cinnabarinusNoms français-Chanterelle cinnabre-
09/04/2016Cantharellus cibariusNoms françaisGirolle ; Chanterelle ; Jaunotte ; JauniréGirolle ; Chanterelle ; Jaunotte ; Jauniré ; Fifrelin-
09/04/2016Cantharellus atlanticusNoms français-Chanterelle atlantique-
09/04/2016Campanella pustulataNoms français-Campanelle pustuleuse-
09/04/2016Campanella caesiaNoms français-Campanelle bleue-
09/04/2016Calvatia pachydermaNoms français-Calvatie peau d'éléphant-
09/04/2016Calvatia fragilisNoms français-Calvatie fragile-
09/04/2016Calvatia cretaceaNoms français-Calvatie crêtée-
09/04/2016Calvatia boonianaNoms français-Calvatie de Boon-
09/04/2016Calocybe hypoxanthaSynonymes-Lyophyllum hypoxanthum Joss. & Riousset 1975-
09/04/2016Calocybe hypoxanthaNoms français-Calocybe des cyprès-
09/04/2016Calocera furcataNoms français-Calocère fourchée-
09/04/2016Callistosporium luteoolivaceumNoms françaisCollybie à lames jaunesCollybie à lames jaunes, Callistospore à lames jaunes-
09/04/2016Callistosporium olivascensNoms françaisCollybie olivacéeCollybie olivacée, Callistospore olivacé-
09/04/2016Callistosporium minorNoms français-Callistospore minuscule-
09/04/2016Callistosporium elaeodesNoms français-Callistospore des marais-
09/04/2016Callistosporium donadiniiNoms français-Callistospore de Donadini-
09/04/2016Bovista tomentosaNoms français-Boviste tomenteux-
09/04/2016Bovista paludosaNoms français-Boviste des marais-
09/04/2016Bovista nigrescensNoms français-Boviste noircissante-
09/04/2016Bovista dermoxanthaNoms français-Boviste minuscule-
09/04/2016Suillellus rhodoxanthusAuteur(Krombholz) Kallenbach (1926) (Krombholz) Kallenbach 1926-
09/04/2016Suillellus luridusComestibilitéComestibleToxique-
09/04/2016Boletellus elatusAuteurNagas. 1984, Trans. Mycol. Soc. Japan 25(4) p. 361Nagas. 1984-
09/04/2016Bolbitius psittacinusNoms français-Bolbitie perroquet-
09/04/2016Bolbitius incarnatusNoms français-Bolbitie incarnate-
09/04/2016Bolbitius elegansNoms français-Bolbitie élégante-
09/04/2016Bolbitius coprophilusNoms français-Bolbitie coprophile-
09/04/2016Bisporella fuscocinctaAuteur(Graddon)Dennis(Graddon) Dennis 1978-
09/04/2016Bisporella fuscocinctaRéférencesEllis p.213Ellis p. 213-
09/04/2016Beenakia fuliginosaAuteur(Maas Geesteranus) Parmasto & Ryvarden(Maas Geesteranus) Parmasto & Ryvarden 1990-
09/04/2016Bankera fuligineoalbaNoms français-Hydne blanc fuligineux-
09/04/2016Bankera cinereaNoms français-Hydne cendré-
09/04/2016Baeospora myriadophyllaAuteur(Peck) Singer (1938) (Peck) Singer 1938 -
09/04/2016Baeospora myriadophyllaCommentairesEn hiver, souvent en compagnie de Neolentinus adhaerens Espèce très rare.En hiver, souvent en compagnie de Neolentinus adhaerens Espèce très rare. Peu commune dans les régions montagneuses.-
09/04/2016Schizophyllum amplumNoms français-Schyzophylle fausse oreille de Judas-
09/04/2016Auricularia delicataNoms français-Oreille de Judas reticulée-
09/04/2016Ascobolus orientalisAuteur(Patouillard) Le Gal(Patouillard) Le Gal 1953-
09/04/2016Arrhenia spathulataSynonymesLeptoglossum muscigenumLeptoglossum muscigenum (Bull.) P. Karst. 1879-
09/04/2016Arrhenia spathulataNoms français-Leptoglosse en forme de spatule-
09/04/2016Arrhenia rickeniiNoms français-Omphale de Ricken-
09/04/2016Arrhenia peltigerinaSynonymesOmphalina cupulatoides P.D. Orton, 1977 Omphalina cupulatoides P.D. Orton 1977 -
09/04/2016Arrhenia peltigerinaNoms français-Leptoglosse des Peltigera-
09/04/2016Arrhenia oniscaAuteur(Fr. : Fr.) Redhead, Lutzoni, Moncalvo & Vilgalys(Fr. : Fr.) Redhead, Lutzoni, Moncalvo & Vilgalys 2002-
09/04/2016Arrhenia lobataAuteur(Pers. Fr.) Kühner & Lamoure ?(Pers.) Kühner & Lamoure ex Redhead 1984-
09/04/2016Arrhenia lobataNoms français-Leptoglosse lobé-
09/04/2016Arrhenia latisporaNoms français-Leptoglosse à larges spores-
09/04/2016Arrhenia griseopallidaAuteur(Desmazières : Fr.) Watling(Desmazières : Fr.) Watling 1989-
09/04/2016Arrhenia griseopallidaNoms français-Leptoglosse gris pâle-
09/04/2016Arrhenia chlorocyaneaNoms français-Leptoglosse cyan-
09/04/2016Arrhenia auriscalpiumNoms français-Leptoglosse cure-oreille-
09/04/2016Desarmillaria ectypaCommentaires-Éteinte en Suisse.-
09/04/2016Desarmillaria ectypaEcologie DescriptionDans les marais.Dans les marais. Rare.-
09/04/2016Antrodia malicolaSynonymesBasionyme: Tramètes malicola Berkeley & M.A.Curtis 1856. Tramètes jamaicencis Murrill 1910 ; Coriolellus malicola ( Brek. & M. A.Curtis ) Murrill 1920 ; Polyporus mali Vélen. 1922 ; Daedalea malicola ( Berk. & M.A.Curtis ) Aoshima 1967Basionyme: Trametes malicola Berkeley & M.A.Curtis 1856. Trametes jamaicencis Murrill 1910 ; Coriolellus malicola ( Brek. & M. A.Curtis ) Murrill 1920 ; Polyporus mali Vélen. 1922 ; Daedalea malicola ( Berk. & M.A.Curtis ) Aoshima 1967-
09/04/2016Antrodia malicolaNoms français-Polypore du pommier-
09/04/2016Anthina flammeaAuteurFr.Fr. 1832-
09/04/2016Amanita umbrinoluteaNoms français-Amanite ombre jaune-
09/04/2016Amanita subfuliginosaNoms français-Fausse amanite fuligineuse-
09/04/2016Amanita spadiceaNoms français-Amanite brun de datte-
09/04/2016Amanita schaefferiNoms français-Amanite de Schaeffer-
09/04/2016Amanita regalisNoms français-Amanite royale-
09/04/2016Amanita pseudolacteaNoms français-Fausse amanite couleur lait-
09/04/2016Amanita piniAuteurNeville & Poumarat sp. nov. 2007Neville & Poumarat 2007-
09/04/2016Amanita piniNoms français-Amanite des pins-
09/04/2016Amanita pilosellaAuteurCorner & BasCorner & Bas 1962-
09/04/2016Amanita pilosellaNoms français-Amanite poilue-
09/04/2016Amanita ochraceomaculataNoms françaisAmanite maculé d'ocreAmanite maculée d'ocre-
09/04/2016Amanita ochraceomaculataNoms français-Amanite maculé d'ocre-
09/04/2016Amanita neoovoideaNoms français-Amanite ovoïde du Nouveau-Monde-
09/04/2016Amanita simulansNoms français-Amanite martelée-
09/04/2016Amanita magniverrucataNoms français-Amanite à grosses verrues-
09/04/2016Amanita junquilleaSynonymesAmanita gemmataAmanita gemmata (Fr.) Bertill. 1866Le nom actuel est Amanita gemmata Amanita gemmata (Fr.) Bertill. 1866
09/04/2016Amanita intermediaAuteurNeville, Poumarat & HermitteNeville, Poumarat & Hermitte 2004-
09/04/2016Amanita intermediaNoms français-Amanite citrine intermediaire-
09/04/2016Amanita huijsmaniiNoms français-Amanite de Huisjman-
09/04/2016Amanita gilbertiiNoms françaisAmanite plantoirAmanite plantoir, Amanite de Gilbert-
09/04/2016Amanita fulvoidesNoms français-Fausse amanite fauve-
08/04/2016Amanita flavorubescensNoms français-Amanite vineuse jaune-
08/04/2016Amanita flavescensNoms français-Amanite jaunâtre-
08/04/2016Amanita erythrocephalaNoms français-Amanite à chapeau rouge-
08/04/2016Amanita eliaeNoms françaisAmanite isabelleAmanite isabelle, Amanite de Fries-
08/04/2016Amanita coryliNoms français-Amanite des noisetiers-
08/04/2016Amanita bresadolanaNoms français-Amanite de Bresadola-
08/04/2016Amanita betulaeNoms français-Amanite du bouleau-
08/04/2016Amanita beckeriNoms françaisAmanite noisetteAmanite noisette, Amanite de Becker-
08/04/2016Amanita avellaneaAuteur(Traverso 1999) Neville & Poumarat(Traverso) Neville & Poumarat 2009-
08/04/2016Amanita avellaneaNoms français-Amanite brun noisette-
08/04/2016Alnicola striatulaNoms français-Alnicole striée-
08/04/2016Alnicola striatulaOdeurFaible/Nulle--
08/04/2016Alnicola spadiceaNoms français-Alnicole brun de datte-
08/04/2016Alnicola spadiceaChapeau Visqueux-Non-
08/04/2016Alnicola felleaSynonymesNaucoria felleaAlnicole fellea-
08/04/2016Alnicola felleaNoms français-Naucorie de fiel-
08/04/2016Aleurodiscus amorphusNoms françaisCorticie amorphe.Corticie amorphe-
08/04/2016Agrocybe tabacinaAuteur(DC ex Fr.) K et M 1948(DC ex Fr.) Konrad et Maublanc 1949-
08/04/2016Agrocybe tabacinaNoms français-Agrocybe brun tabac-
08/04/2016Agrocybe subpediadesNoms français-Faux agrocybe des pelouses-
08/04/2016Agrocybe rivulosaNoms français-Agrocybe rivuleux-
08/04/2016Agrocybe acericolaNoms français-Agrocybe des érables-
08/04/2016Agaricus xanthodermulusNoms français-Petit agaric jaunissant-
08/04/2016Agaricus velenovskyiSynonymesAgaric de Velenovsky--
08/04/2016Agaricus velenovskyiNoms français-Agaric de Velenovsky-
08/04/2016Agaricus velenovskyiSynonymes-Agaric de Velenovsky-
08/04/2016Russula hydrophilaNoms français-Russule grisonnante-
08/04/2016Agaricus rotalisCommentairesAgaric tropical originaire du Sri Lanka découvert en Espagne en 1997 puis en France en 2007 à Amilly(45) dans une jardinerie des Ets Leclerc. Détermination Jacques Guinberteau pour qui la synonymie avec endoxanthus n'est pas du tout avérée. Agaric tropical originaire du Sri Lanka découvert en Espagne en 1997 puis en Suisse en 2006 au zoo de Zurich et également en France en 2007 à Amilly(45) dans une jardinerie des Ets Leclerc. Détermination Jacques Guinberteau pour qui la synonymie avec Agaricus endoxanthus Berk. & Broome 1871 n'est pas du tout avérée. -
08/04/2016Agaricus pseudopratensisSynonymesAgaricus pseudopratensis(Bohus)Wasser var.niveus BohusAgaricus pseudopratensis(Bohus)Wasser var. niveus Bohus-
08/04/2016Agaricus pseudopratensisNoms français-Faux Agaric des prés-
08/04/2016Agaricus pearsoniiNoms français-Agaric à volve, Agaric de Pearson-
08/04/2016Agaricus moellerianusSynonymesA. floccipesA. floccipes (F.H. Møller) Bohus 1978-
08/04/2016Agaricus moellerianusNoms françaisAgaric à pied floconneuxAgaric à pied floconneux, Agaric de Möller-
08/04/2016Agaricus flocculosipesSynonymesAgaric à pied flocconeux--
08/04/2016Agaricus flocculosipesNoms français-Agaric à pied flocconeux-
08/04/2016Agaricus littoralisNoms français-Agaric littoral-
08/04/2016Agaricus huijsmaniiAuteurCourtecuisseCourtecuisse 2008-
08/04/2016Agaricus flocculosipesSynonymes-Agaric à pied flocconeux-
08/04/2016Agaricus cappellianusSynonymesvaporariusAgricus vaporarius (Pers.) Imbach 1949-
08/04/2016Agaricus cappellianusNoms français-Agaric de Cappelli-
08/04/2016Amanita simulansAuteurNeville et Poumarat ?Contu 1999-
08/04/2016Amanita simulansSynonymesA. griseofuscescens ; roseoxeros ; malleataAmanita griseofuscescens Amanita roseoxeros Amanity malleata (Piane ex Bon) Contu 1986-
28/03/2016Leucoagaricus idae-fragumEcologie DescriptionEspèces des dunes. Sous les tamaris dans les sables dunaires, mais également sous Junipérinus et Cupressus.Espèces des dunes. Sous les tamaris dans les sables dunaires, mais également sous Juniperus et Cupressus.-
26/03/2016Spooneromyces helveticusAuteurBreteinb. & Kränzlin. 1989Breteinb. & Kränzlin 1989-
26/03/2016Spooneromyces helveticusApothécie Descriptionmarge couverte de poils bruns jusqu'à 300 µm de long.Marge couverte de poils bruns jusqu'à 300 µm de long.-
26/03/2016Spooneromyces helveticusSpores Descriptionavec un réticule complet et irrégulier.Avec un réticule complet et irrégulier.-
26/03/2016Spooneromyces helveticusEcologie Descriptionen bois de conifèresEn bois de conifères-
11/03/2016Caloboletus radicansSpores Description-Spores elliptiques fusiformes, lisse, couleur de miel, guttulées 11-14,8 µm x 5-7µm, sporée brun olivacé foncé-
11/03/2016Caloboletus radicansEcologie Description-Le plus souvent à l'étage collinéen-
11/03/2016Caloboletus radicansStipe CouleurBlanc, Crème, Jaune, SaumonBlanc, Crème, Jaune, Rouge, Saumon-



Retour à la page d'accueil